Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/04/2017

La clé sous la porte...en poche

"S'il faut toujours penser qu'il y a pire pour se dire que ça va bien, c'est que quelque chose cloche sérieusement."

Et pour clocher,ça cloche sérieusement ! Que ce soit pour Ferdinand, pris en tenaille entre une épouse volage et sa fille, ado atroce; José retraité solitaire et endurci; Auguste, dont les parents abusent tout à la fois de sa gentillesse et de sa disponibilité, idem pour Agnès, dont la vie amoureuse est un désastre, mais sur qui ses frères comptent bien pour qu’elle se rende au chevet de leur mère qui agonise pour la énième fois.
Rien de glorieux donc, mais rien que de très normal et de très humain. Seulement cette fois nos anti-héros ont assez et vont ruer dans les brancards, chacun à leur manière, plus ou moins radicale .
Quel régal que ce texte à la fois tendre et caustique ! Un feu d'artifices de remarques qui sonnent juste et qui donnent la pêche !pascale gautier
Sans illusions, ni sur eux-mêmes ni sur les autres, Ferdinand, Auguste et les autres agissent enfin pour secouer leur joug et envoyer valser tout ce qui les forçaient à "abdiquer d'[eux-mêmes]". Tonique et jubilatoire !

La clé sous la porte, Pascale Gautier, , 191 pages  pour "ne pas désespérer de l'humaine espèce."

25/08/2015

La clé sous la porte

"S'il faut toujours penser qu'il y a pire pour se dire que ça va bien, c'est que quelque chose cloche sérieusement."

Et pour clocher,ça cloche sérieusement ! Que ce soit pour Ferdinand, pris en tenaille entre une épouse volage et sa fille, ado atroce; José retraité solitaire et endurci; Auguste, dont les parents abusent tout à la fois de sa gentillesse et de sa disponibilité, idem pour Agnès, dont la vie amoureuse est un désastre, mais sur qui ses frères comptent bien pour qu’elle se rende au chevet de leur mère qui agonise pour la énième fois.pascale gautier
Rien de glorieux donc, mais rien que de très normal et de très humain. Seulement cette fois nos anti-héros ont assez et vont ruer dans les brancards, chacun à leur manière, plus ou moins radicale .
Quel régal que ce texte à la fois tendre et caustique ! Un feu d'artifices de remarques qui sonnent juste et qui donnent la pêche !
Sans illusions, ni sur eux-mêmes ni sur les autres, Ferdinand, Auguste et les autres agissent enfin pour secouer leur joug et envoyer valser tout ce qui les forçaient à "abdiquer d'[eux-mêmes]". Tonique et jubilatoire !

La clé sous la porte, Pascale Gautier, Éditions Joëlle Losfeld 2015, 191 pages  pour "ne pas désespérer de l'humaine espèce."

22/11/2011

Les vieilles

"Une moto pareille, il y a encore un arbre qui va morfler dans pas longtemps !"

Fi des Bonnes-mamans et des mamies gâteaux, Les Vieilles de Pascale Gautier sont tout sauf gentilles, et c'est tant mieux !
Leur univers est presque entièrement féminin, (leurs hommes sont morts ou enfuis depuis longtemps) à l'exception du prêtre qui officie devenant quelques ouailles chevrotantes, du boucher qui voit tomber de drôles de choses devant sa boutique, du "jeune vieux" qui prépare le marathon de Londres et joue le coq du village, sans oublier Kevin l'employé des pompes funèbres (et l'un des rares jeunes à être resté au Trou (le nom de la ville où tout ce petit monde réside). Kevin qui adore qui les adore ses vieilles. "Les vieilles , c'est ce qu'il y a de plus beau au monde. Leurs corps fripés, leurs visages ravagés, leurs yeux qui n'y voient goutte, leurs oreilles qui n'entendent rien. Les vieilles sont émouvantes.La vie les a malaxées triturées brisées. Elles portent l'empreinte de la mort.Elles sont déjà de l'autre côté et se raccrochent à ce qu'elles peuvent.C'est pour cela qu'elles sont si souvent insupportables."pascale gautier
Pascale Gautier nous les présente, chacune leur tour, dans un carrousel grinçant, sur fond de ritournelles de phrases toutes faites ou volontairement emphatiques qui viennent souligner que ces vies enfin de course tournent à vide, la plupart de ces vieilles ayant renoncé à évoluer, mais continuant néanmoins à "balancer" sur leur famille, à s'accrocher au peu d'indépendance qui leur reste. Le Trou et ses 365 jours de soleil de soleil pourrait être le paradis, il n'est que l'antichambre de la mort, l'endroit aseptisé où viennent s'échouer les vies qui n'en demandaient pourtant pas beaucoup. C'est caustique, d'un humour noir hautement réjouissant et ça balaie tous les poncifs politiquement corrects sur les vieilles !

Les vieilles, Pascale Gautier, folio 2011, 215 pages pleines d'une tendresse rugueuse!