Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/04/2010

C'est dans la poche !

Pour vous , une Opale s'impose.51y6A4eRjeL._SL500_AA300_.jpg

4168OiDBYKL._SL500_AA300_.jpg

10/04/2010

Une brassée de poches...

51ocZ+kaSbL._SL500_AA300_.jpgLes mois d'avril sont meurtriers* mais Le soir autour des maisons on peut trouver la Gloire voire même L'âme soeur. 41tVRM+8-DL._SL500_AA300_.jpg


 

41-Ko4YO5NL._SL500_AA300_.jpg




















* Roman de Robin Cook.

21/03/2010

Best Love Rosie

A rater sous aucun prétexte, avec une très jolie couv' de surcroît ! Billet ici !51skXtcBkwL._SL500_AA240_.jpg

13/03/2010

Où on va papa ? Séance de rattrapage

Pour les rares 51sn3RDF9XL._SL500_AA240_.jpgqui ne l'auraient pas encore lu ! billet ici

05/03/2010

les monstres de templeton

"Rien ne change jamais ici, n'est-ce pas ? "

Rien ne change ? Que nenni ! Et Willie Upton, rentrée rechercher du réconfort auprès de sa mère, l'ancienen hippie,  Vivienne, va vite l'apprendre à ses  dépens.41bBdkMr3kL._SL500_AA300_.jpg
Tout commence  par l'apparition soudaine du cadavre d'un monstre,  sorte de Nessie local, apparition qui  va subtilement déséquilibrer le bel ordonnancement de cette ville américaine tranquille,  placée  sous l'égide  de ses fondateurs, les  Templeton. Les Templeton auxquels Willie  est apparentée par sa mère mais  aussi par son père comme  elle l'apprend soudainement.
Pour découvrir l'identité de songéniteur, la  narratrice se lance alors dans une recherche historique qui montrera que les Monstres de Templeton ne sont pas forcément ceux que l'on croit.
Le monstre  ici n'est qu'un symbole et ceux qui s'attendraient à un récit fantastique  en seraient pour leurs frais. Non, il est davantage question de cette quête d'identité dans laquelle s'engage la narratrice, personnage haut en couleurs, dotée d'une amie tout aussi attachante. Remarquons au passage que les personnages frôlent à chaque fois le cliché et l'évitent subtilement. Lauren Groff éprouve visiblement  de la sympathie pour  chacun d'entre eux,  sans pour autant tomber dans la mièvrerie (un  échange de correspondance féminine se révèle particulièrement vénéneux et savoureux tout à la fois). Elle  entremêle  avec dextérité les liens passé/présent ,  même si  ,comme Cuné,* je  me suis parfois perdue dans cette généalogie complexe (mais  le  plaisir de lecture  était toujours là, que  ce soit pour les périodes  contemporaines ou plus anciennes).  Fertile en rebondissements, agrémenté de photos vieillottes,  ce premier roman vous embarque et on le lâche plus , regrettant à la  fin de devoir quitter ce monde si féroce et charmant à la  fois. Une réussite !

Vient de sortir en poche.

L'avis de Cuné grâce à qui je l'avais découvert.


 

27/02/2010

L'histoire d'un mariage

"Femme soigneuse, bonne jardinière, j'élaguais les rameaux porteurs du doute."


Cela commence de manière bien proprette, bien lisse, Pearlie, Holland, un mariage heureux un enfant , une vie bien rangée . mais comme le répète la narratrice, l'heureuse épouse : "On est seulement nés au mauvais moment.", comprendre dans les années 50 , aux Etats-Unis, dans une société marquée par la guerre de Corée, la ségrégation raciale et le maccarthysme.51-iiwM+A5L._SL500_AA240_.jpg
Pearlie aspire au repos mais l'irruption de Charles Drumer dans leur vie de couple risque de tout faire voler en éclats.
L'histoire d'un mariage est un roman qui multiplie les surprises faites au lecteur, en se jouant de ses a priori. Le thème lui aussi va se révéler surprenant car la narratrice va se rendre compte qu'elle écrit -en creux- l'histoire d'une guerre, sans récits de combats, mais pas sans violence, une violence larvée et qui prend des formes multiples.
Fiction et réalité se mêlent en une troublante mise en abîme , "percevoir sa vie comme un roman qu'on a écrit et auquel on a cru." et si Andrew Sean Greer revient sur le thème classique "Nous en connaissons pas vraiment ceux que nous aimons", il l'aborde d'une manière originale m ême si le récit perd un peu de sa vigueur dans la dernière partie. le style est agréable , même si , à force d'avoir été induit en erreur, le lecteur en vient à s'inquiéter à chaque rétention d'information : Nouveau chausse-trappe ou pas ?

Vient de sortir en poche.

20/02/2010

Cabine commune

"Bande de vieilles taupes"

"Vestiaire de rugby",ring de boxe ? Non , Cabine commune d'essayage dans une boutique de luxe.
Sous forme de dialogues enlevés, sans une ligne de description, Delphine Bertholon réussit le pari de croquer sur le vif, les clientes (ou clients) et le personnel de ce magasin de vêtements féminins.9782290016145.gif
De bizarres tribus s'y croisent le temps d'un essayage: "Celle-qui-veut-tout-pareil-que-la- voisine", les "Princesses", celles qui ont un problème avec leur corps : elles vont perdre deux kilos, elles n'ont jamais mis de 40 de leur vie... Elles mettent les nerfs des vendeuses à rude épreuve , vendeuses qui prédisent que "Bientôt les meurtres en boutique par des vendeurs excédés vont se généraliser(...) Un mal nécessaire, quoi !".
Unité de temps, une semaine, unité de lieu, la cabine, ce cadre bien précis donne toute leur force à ces mini-drames qui se donnent à voir.
Beaucoup d'humour (et de patience) sont nécessaire au personnel du magasin pour faire face à ces clientes , telle celle-ci qui affirme tout de go:"-Le mohair ça gratouille l'angora ça peluche la soie c'est fragile le cachemire ça fait des bourres et le mérinos ça rétrécit.
- Vous êtes sûre que vous voulez de la laine? ".

Néanmoins ces cabines ont un avantage pour certaines: "Je ne viens pas pour acheter. mais voir tous ces corps défraîchis à côté du mien, ça me remonte le moral ! Vos cabines communes, c'est ma cure de jouvence!". On peut quasiment en dire autant du roman de Delphine Bertholon : on en sort le sourire aux lèvres, toute ragaillardie !

Vient de sortir en poche .

19/02/2010

De Niro's game

 

Dix mille bombes

"Les bombes pleuvaient. Les  guerriers se battaient, nos ordures  s'entassaient au coin  des rues. Chats et chiens , gavés, grossissaient de jour en jour.  Les  riches en partance pour la France lâchaient leurs bêtes dans la jungle urbaine : toutous orphelins,  bichons   de luxe dressés à être propres, bassets portant prénoms français et noeud papillon rouge, caniches frisés  au pedigree impeccable, cabots chinois ou génétiquement modifoés, clébards incestueux agglutinés en bandes qui couraient les rues par dizaines, unis  sous le  commandement d'un bâtard  charismatique à  trois pattes. La meute de chiens la plus chère du monde  errait dans Beyrouth, courait sur la terre, hurlait à la lune  énorme et dévorait des montagne  de déchets à tous les coins de rue." Le décor est planté : Beyrouth durant la guerre du Liban, début des années  80, une ville d 'apocalypse où on tire en l'air pour se frayer un  passage dans les rues ou se faire  une place à la station-service.
Dans cette ville en ruines mais toujours palpitante de vie  deux amis, comme deux frères: Bassam qui rêve de partir à l'étranger et Georges qui lui se  sent attiré par la milice chrétienne et sa violence.41bkXUm+TVL._SL500_AA240_.jpg
Une  fraude  dans un casino  aux mains  de ce groupe armé va précipiter les événements et décider du destin des deux garçons...
Rawi Hage, avec De Niro's game, titre  faisant allusion au jeu de la roulette russe dans Voyage au bout  de l'enfer nous livre  un premier roman saisissant. Une  plongée dans un monde où régne la violence , violence dans laquelle certains se vautrent mais que le narrateur, Bassam,   utilise avec un certain détachement, outil nécessaire pour sauver sa peau. Bassam ne pose  pas des mots sur ses sentiments juste des actes. Il ne joue pas  au héros, il veut juste s'en  sortir et ,quand la situation devient insupportable  , il se raccroche aux mots et à des visions oniriques et poétiques,  de longs  flots inspirés qui  charrient  la  boue et les étoiles. Cette opposition donne  encore plus de force  à des scènes  qui sans quoi pourraient  être insoutenables, comme la séance de torture qu'il subit. Le récit  quant à lui est très structuré et culmine dans une séance d'explication finale qui éclaire d'un jour nouveau tout le roman.  Un style inspiré  et puissant qui m'a  fait apprécier ce qui n'est pas d'ordinaire ma tasse de thé.

Vient de sortir en poche.

 

30/01/2010

les années

"Une coulée suspendue"
"Ce ne sera pas un travail de remémoration, tel qu'on l'entend généralement, visant à la mise en récit d'une vie, à une explication de soi. Elle ne regardera en elle même que pour y retrouver le monde , la mémoire et l'imaginaire de jours passés du monde , saisir le changement des idées, des croyances et de la sensibilité, la transformation des personnes et du sujet."51Acw7wpiYL._SL500_AA240_.jpg
Annie Ernaux revient à plusieurs reprises dans Les Années sur son projet d'écriture et la nécessité de l'utilisation du pronom "elle". Je n'ai pas été gênée par ce pronom et me suis laissée emporter d'une seule coulée dans le flot continu du texte, scandé par la description de photos de la narratrice, comme autant de balises pour se poser un peu et prendre la mesure du temps passé.
Toutes mes craintes (retrouver les événements déjà traités dans les premiers romans d'Annie Ernaux que j'avais lus à leur sortie, se perdre dans cette évocation d'un passé qui ne m'appartient que partiellement) se sont envolées et j'ai dévoré d'une traite cette évocation d'une vie qui est aussi un peu la nôtre.

Vient de sortir en poche

23/01/2010

"Vous êtes petite mais venimeuse."

Lemmer a fait 4 ans de prison pour meurtre et exerce maintenant le métier d'"invisible", c'est à dire de garde du corps ,plus efficace que les"gorilles" dissuasifs ,car plus discret. Sa nouvelle mission est de protéger Emma Le Roux, persuadée d'avoir retrouver la trace de son frère censé être mort depuis longtemps. D'abord méfiant et bardé de principes protecteurs,Lemmer va peu à peu accepter de croire les élucubrations de cette femme quand on va tenter de l'assassiner...51ImBlAakQL._SL500_AA240_.jpg
Se déroulant sous le soleil d'Afrique du Sud, Lemmer l'invisible joue sur plusieurs tableaux avec habileté. L'histoire apparemment classique s'enrichit du contexte politique de cet Etat en construction où des communautés doivent réapprendre à vivre ensemble maintenant que la donne a changé avec la fin de l'apartheid.Il faut aussi veiller au partage des terres entre réserves destinées à protéger les animaux (et en particulier les vautours, animaux que l'auteur nous présente de manière passionnante)et territoires revenant aux autochtones spoliés.
Les relations entre les personnages principaux sont analysées avec justesse et finesse, Deon Meyer veillant à ne pas se montrer caricatural. Le style est sobre et efficace,les personnages attachants, la narration pleine de rebondissements, que demander de mieux ?

Vient de sortir en poche.

 

Lemmer l'invisible, Deon Meyer, Points Seuil.