Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/05/2012

On peut se dire au revoir plusieurs fois

"La santé ne peut se concevoir qu'à l'échelle de l'organisme, voire à celle d ela nature, tant il est vrai que tout est interconnecté."

Un tout petit livre - 156 pages- pour dire la rechute du cancer du cerveau, rechute que l'auteur avait réussi à éviter pendant plusieurs années, mais aussi pour faire le point sur Anticancer, sa "méthode" pour lutter contre cette saloperie de maladie.david servan-schreiberAucun traitement n'est infaillible et l'auteur lui-même reconnaît que, pris par la frénésie de vouloir transmettre dans le monde entier ses connaissances, il en a oublié de s'appliquer à lui même certains principes qu'il préconise.
Cet ouvrage est aussi l'occasion de faire le bilan d'une vie et de se laisser un message d'amour à sa famille et en particulier à ses enfants. Un livre très émouvant qui prône une prise en charge globale du cancer et souligne en particulier tous les bienfaits de la méditation.

Déniché à la médiathèque.

17/04/2012

Let go

62 petites pages pour dire "la dernière semaine de l'homme qu'[elle] aime. La vie sans lui. Et la vie qui recommence."chloé mons
Un récit à l'image que j'ai de son auteure: cash, sensible, poétique et au plus près des émotions. Une jolie façon de dire l'amour qui dure et de retrouver celui qui n'est jamais nommé que par son prénom, Alain.

Merci Cuné.

Let go, Chloé Mons, Fetjaine 2012.


06:00 Publié dans Récit | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : chloé mons

02/04/2012

La bénédiction inattendue

"Quand j'écris un roman, j'ai toujours peur. J'écris chaque ligne d'une main tremblante, en retenant mon souffle. Comme si j'empilais les fruits l'un après l'autre dans le dos du vieil homme debout près de moi."

Dans ces courts récits s'ébauche le portrait éclaté d'une femme seule, de son fils et de son frère, décédé. La narratrice est écrivaine et s'interroge sur l'écriture, l'inspiration, relate de cette manière si particulière à Yoko Ogawa des événements qui pourraient être banals s'ils n'oscillaient soudain entre le réel et "l'autre côté" ,un univers poétique , surprenant,voire inquiétant. Le tout porté par l'écriture pleine de grâce et d'élégance de l'auteure de La piscine.Yoko Ogawa
De très jolies notations sur les mots et l'écriture : "Les mots étaient tous mes amis. ils donnaient une forme à tout ce qui était incertain, agaçant ou timide. Une forme de mot, rehaussée d'encre bleu nuit."

La bénédiction inattendue, Yoko Ogawa, récits trduits du japonais par Rose-marie Makino-Fayolle, Babel 2012, 188 pages "un tout petit peu décalée[s] par rapport à mon champ visuel".

23/03/2012

Mine de rien

"Mon François, tu vas avoir un choc. Il y a un vieux travelo chauve dans ton lit. Bon, tu l'as compris, c'est moi."

Oh, comme on aurait aimé qu'elle le gagne, Annie François, ce combat contre la maladie ! Fourbissant ses armes préférées, l'humour et la colère, usant de mots quelque peu oubliés (elle "fourgonne" à tout va), elle avait pourtant bien l'intention de lui tenir la dragée haute à cette saleté de crabe ! Et de défourailler contre l'inventeur ce qu'elle appelle le "presse doudoune": "un instrument de torture d'un autre âge malgré les matériaux modernes, inventé par un médecin-ingénieur sadique et misogyne qui, à l'évidence aurait pris plus de précautions ergonomiques s'il s'était agi de placer sa quéquette en sandwich  dans du plastique avant de lui serrer la vis.".annie françois,françois chaslin
Consciente de la difficulté, pour elle même et pour son entourage, elle avait opté pour l'option Mine de rien , analysant avec finesse les relations parfois étranges, voire cruelles, que la maladie fait naître autour du malade.Mais quand la carapace se fendille, elle laisse apparaître la peur, la douleur...
La seconde partie du récit, "De guerre lasse", rédigée par son compagnon, François Chaslin, nous donne à voir l'aspect bouleversant de la fin de vie d'Annie François," [sa] vaillante".

Un livre commencé tambour-battant, que l'on termine les larmes aux yeux.

 Mine de rien, Annie François, Le Seuil 2012, 186 pages., un grand et beau coup de coeur !


 Un récit qui vient clore la trilogie par laquelle Annie François a raconté sa vie : Bouquiner (que tout fêlé de livres se doit d'avoir dans sa biblio)et Clopin-clopant.

Du même auteur, j'avais aussi beaucoup aimé Scènes de ménage, au propre et au figuré.

Merci à Cuné d'avoir attiré mon attention sur ce livre.

12/02/2012

Le sel de la vie

"Il y a une forme de légèreté et de grâce dans le simple fait d'exister, au-delà des occupations, au-delà des sentiments forts, au-delà des engagements politiques de tous ordres, et c'est uniquement de cela que j'ai voulu rendre compte. De ce petit plus qui nous est donné à tous: le sel de la vie."

 

Une longue énumération hétéroclite d'émotions, de souvenirs, de petits plaisirs -révolus ou pas - à laquelle je suis restée totalment insensible .Peut être parce que la semaine a été dure, peut être parce que je suis fatiguée, peut être parce que je suis lassée de la première gorgée de bière et autres kifs.françoise héritier,schtroumpf grognon le retour

87 pages, 6.90 euros.

27/01/2012

Retour à Reims

"...il me fut plus facile d'écrire sur la honte sexuelle que sur la honte sociale."

Après le décès de son père , Didier Eribon retourne à Reims et renoue avec l'histoire de sa famille, famille avec laquelle il a cessé partiquement toute relation depuis trente ans.
Il évoque ainsi le monde ouvrier de son enfance et son parcours intellectuel, son ascension,  qualifiant de "miracle " la manière dont il a pu échapper au déterminisme social.  Faute de famille ou de réseau, c'est le monde gay qui, selon lui, a ouvert les portes d'un univers qui, sans quoi lui serait demeuré inacessible.
Il analyse aussi les raisons du vote ouvrier en faveur de l'extrême droite, le fonctionnement du système scolaire, basé selon lui sur l'exclusion, et mêle réflexions et récit intime.didier eribonIl dépeint ainsi les ajustements qu'il a dû pratiquer pour s'adapter aux valeurs du monde cultivé auquel il appartenait enfin, les détails qu'il fallait gommer, mais aussi la fatuité de ceux qui se considèrent comme détenteurs de droit de cette même culture.
On pense bien évidemment à Annie Ernaux, mais la parole est peut être ici plus crue, plus nue, mais l'on se réjouit de trouver quelqu'un qui ose enfin écrire de tels mots. J'y ai retrouvé , à une dizaine d'années de distance, un univers qui avait plein de points communs avec celui de mon enfance.
 L'auteur se demande si les gens qui ont vécu le même parcours liront son livre, le succès de ce Retour à Reims doit le rassurer sur ce point. Un livre lu et relu aussitôt, tout hérissé de marque-pages.

Retour à Reims, Didier Eribon, Flammarion , collection champs essais 2010.

06:00 Publié dans Récit | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : didier eribon

17/10/2011

L'intranquille

"Comme toujours, je ne raisonnais pas comme les autres. J'étais retenu quelque part."

156 pages pour brosser un "autoportrait d'un fils, d'un peintre, d'un fou." Celui de Gérard Garouste, fils d'un marchand de meubles qui récupéra les biens des Juifs déportés. Un père nocif ,dangereux, un, je cite "salaud" qui saccagera l'enfance de son fils par sa violence et ses mensonges mais aura l'intelligence de le sauver en le faisant partir en pension. Une pension évoquée par Patrick Modiano, un des amis fidèles que se fit Garouste dans cette institution, comme une prison mais que, paradoxalement , le futur peintre vécut comme une libération.gérard garouste,judith perrignon,autoportrait d'un fils,d'un peintre,d'un fou
Devenu jeune adulte Gérard Garouste parvient enfin à se concentrer en cours à l'Ecole du Louvre car "je sentais qu'il y avait là une issue, qu'au bout de mes doigts était ma force.".De très belles pages sur la peinture , sa position par rapport à ses prédécesseurs, ses matériaux (il alla jusqu'à créer lui-même ses peintures), sa démarche, sa manière si particulière de peindre. "La suite est une succession de livres et de mots. ils m'ont lavé , récuré même, et ils m'ont fait peindre."
Garouste, fils d'un antisémite convaincu, ira même jusqu'à apprendre l'héreu "dériva[nt] doucement vers ce monde juif obscur et malin dont on m'avait appris à me méfier.", poursuivant sa recherche de vérité, lui qui avait vécu sous le poids de tant de mensonges au sein de sa famille.
Quant aux  épisodes de folie , Garouste  les décrit simplement, épisodes où la souffrance côtoie le loufoque (Il ne souviendra pas d'avoir obligé le directeur d'un établissement à danser le tango avec lui !). Sa bipolarité, il en parle sans ostentation, il a appris et ses proches avec lui à s'en accommoder, à repérer les signes avant-coureurs et démystifie tous les liens traditionnels qu'on établit souvent entre la folie et l'artiste.
Un livre dense et profond, un ton mesuré,  jamais dans la récrimination, une expérience humaine terriblement troublante.Un livre hérissé de plein de marque-pages . à découvrir sans plus tarder car il vient de sortir en poche !

L'avis d'ICB, le tentateur !

Celui de Mango .

26/09/2011

New York, journal d'un cycle

"Le vélo est une forme modérée de vitesse, une forme modérée de lenteur, une forme modérée de contrôle, une forme modérée de dérive. J'aime le vélo pour sa modération."

Description de New York à vélo, illustrée par de très jolies photos en couleurs, mais aussi récit d'un couple qui ne parvient pas à être sur la même longueur d'ondes en ce qui concerne leur désir d'enfant, on trouve tout ceci dans le récit à la première personne de Catherine Cusset.catherine cusset,new york,vélo,désir d'enfant
Mais est-ce parce que que je n'ai pas d'affinités particulières avec les États-Unis  ou parce que comme le remarque son mari "ce n'est pas le désir d'enfant qui [la] rend folle mais l'absence de contrôle sur le cours des choses", j'ai lu sans déplaisir ce texte mais aussi sans beaucoup d'intérêt.Pas envie de me montrer sarcastique mais à part les photos, dont une très surréaliste façon montre molle à la Dali d'une roue de vélo emboutie probablement par une automobile, je n'ai pas gardé grand chose de ce texte.

L'avis plus enthousiaste de Lily.

05/09/2011

Mots de tête

"Je connais tout.
La superficie du Groenland au centimètre carré près, le poids de l'armure de Bayard au gramme près et le temps de digestion de la loutre des Pyrénées à la seconde près.
Tout.
Je sais absolument tout.
(...)
Tout.

 

Nomal je suis prof."

Il a de l'aplomb , Dominique Resch ! Et ça vaut mieux, pour  ferrailler- à coups de mots- depuis vingt ans avec les élèves d'un lycée technique des quartiers Nord de Marseille, élèves dotés d'une présence d'esprit particulièrement vive. Les mots fusent, les humeurs changent en une fraction de seconde, l'attention varie le lundi matin en fonction des résultats de l'OM...Si victoire il y a , alors le prof peut tout exploiter du vocabulaire sportif, et faire passer dans la foulée les figures de style les plus pointues. En cas de défaite, c'est une autre paire de manche , mais il faut s'adapter. S'adapter, séduire, les prendre à leur propre piège, aller visiter les entreprises les plus improbables et tenir bon quand un gardien de camping veut refouler la petite troupe pour délit de faciès.dominique resch
Mais il y a des compensations : donner des baffes à un policier en toute impunité, être gavé de pâtisseries orientales (et augmenter en conséquence les notes de certains élèves-ne serait-ce pas de la corruption de fonctionnaire ? tss !) , voir un collègue envoyer (très poliment) paître un inspecteur propret, voilà qui récompense de bien des fatigues, non ?
Avec une générosité et un humour inoxydables, Dominique Resch nous fait partager une année scolaire en compagnie de ses élèves plus que dynamiques. Le ton est joyeux et donne la pêche les jours où l'on se dit, comme lui, que l'on aurait dû être fabricant d'archet ...Mais qu'est-ce qu'on s'ennuierait sans nos élèves hors normes !
Pour tous ceux qui rêvent d'être une petite souris pour savoir comment ça se passe en cours...

Mots de tête, Dominqiue Resch, Autrement 2011, 153 pages revigorantes à glisser dans tous les casiers de profs. Mais pas que !

Du même auteur : ici

et ici !

(oui, je suis fan !)

30/08/2011

Un jardin dans les Appalaches

"J'aimerais pouvoir raconter de situations dramatiques, des contes à glacer le sang de familles réduites à ronger les lanières de leur birkenstocks."

Conscients de l'étendue du problème que représente le "simple " fait de manger, l'ognorance crasse de la plupart des gens concernant les produits agricoles , des dégâts occasionnés par l'agrobussiness aux États-Unis et dans le monde, Barbara Kingsolver, son scientifique de mari et leurs deux filles se osnt installés dans les Appalaches pour vivre pendant un an une expérience de locavores.barbara kingsolver
Locavores, késaco ?  cela signifie tout simplement ne consommer que des aliments produits par leurs soins ou par des producteurs locaux, distant au maximum d'une heure de route.
Récit à plusieurs voix de cette expérience, Un jardin dans les Appalaches n'est ni un mode d'emploi ni un plaidoyer (meêm si les interventions de Steven L. Hoop, l'époux sont fort bien argumentées.), ni un moyen de culpabiliser le lecteur en le confrontant à un exemple parfait.
Non, c'est le récit plein d'humour, de doutes, d'échecs et de réussites d'iune famille tout sauf modèle qui nous montre, sans chichis, mais recettes de cuisine à l'appui, que oui, c'est possible de savoir ce que l'on mange, même en hiver.

Un jardin dans les Appalaches Rivages 2008 (oh my goness, depuis tout ce temps dans ma PAL ) et depuis sorti en poche, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Claire Buchbinder, 496 pages revigorantes !

Ptitlapin,je ne  retrouve plus ton billet !:(

06:00 Publié dans Récit | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : barbara kingsolver