Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/08/2011

Les forçats de la route

Quand le Tour de France passe près de chez moi, je peste et ne me dérange d'ailleurs même pas pour voir les cyclistes du Paris-Roubaix peiner dans la Tranchée d'Arenberg , à un jet de pierre elle aussi.
Il aura donc fallu toute la force de persuasion de Nadine Morano, ma ministre de tutelle, pour que je me procure ce classique dont le titre est par ailleurs devenu un cliché, signe indéniable de talent.
Hé bien merci Nadine , ou plutôt merci Albert car ce Tour de France 1924 est tout sauf ennuyeux !
Ici pas de robot à la Lance A., moulinant des kilomètres avec une régularité inquiétante, non des hommes qui partent dans la nuit (?!) après une bonne bouffe, réparent eux-mêmes leurs pneus qui ne cessent de crever vu le matériel et l'état des routes, des hommes que Londres a su saisir dans leur naturel et leur humanité.albert londres,tour de france 1924
Ce qui n'a pas changé ? Les spectateurs qui envahissent les routes,  encouragent avec ferveur les cyclistes, le dopage dont ces derniers parlent avec une franchise désarmante. Une épopée bien loin des tours aseptisés et un tantinet ennuyeux, vivifiée par la style imagé d'Albert Londres.

Les forçats de la route, Albert Londres, Arléa Poche.1996 et 2008. 62 pages vivifiantes.

05/05/2011

A coeur et à Kriss

 

Kriss c'était d'abord une voix éternellement jeune (j'ai été fort surprise de découvrir sa soixantaine passée en ce sinistre jeudi de novembre 2009 ), enveloppante et bienveillante.
Kriss nous a accompagnés de nombreuses années, d'abord sur sur FIP , puis sur France Inter , évoquant tour à tour une île déserte où elle avait vécu un séjour édenique que ses mots bleu lagon faisaient surgir entre nos oreilles,  intervenant de manière plus acidulée dans L'oreille en coin, sans oublier tous ces portraits sensibles et ces crumbles dominicaux qu'elle nous  mitonnait avec amour et générosité. Elle disparaissait, revenait, au gré des  changements de grilles radiophoniques et plus tard des sales tours que lui jouait sa maladie. chantal pelletier,roman d'amitié,de fidélité
Quand son absence se faisait trop longue, ses romans et plus récemment sa Sagesse d'une femme de radio nous permettaient de côtoyer d'un peu plus près encore celle qu'on comptait d'une certaine façon au nombre de nos amies.
Chantal Pelletier, elle fut son amie dans la vie et au fil de ce "Journal des 24 jeudis", elle nous raconte, comme une mosaïque éparpillée, les souvenirs qui lui reviennent en mémoire, tour à tour avec émotion et révolte. Au fil de ces retours en arrière, l'éditrice des Exquis d'écrivains " découvre à quel point un ami est une personne qui change le cours de la vie !".Kriss aura donc bien été notre amie car il ne se passe pas un dimanche sans que je m'efforce de mettre en pratique ce qu'elle nous répétait comme un mantra "Ne faites pas de vos dimanches un jour comme les autres !"

A coeur et à Kriss , Chantal Pelletier, Editions des Busclats 2011, 125 pages pleines d'amour, un portrait sensible, correspondant bien à l'image que je me faisais de Kriss.

A écouter : Chantal Pelletier sur France inter ce dimanche de 10 h à 11 h! Merci, Aifelle!:)

30/03/2011

L'autre fille

"Entre elle et moi, c'est une question de mots."

"Faire le récit de ce récit, ce sera en finir avec le flou du vécu, comme entreprendre de développer une pellicule photo conservée dans un placard depuis soixante ans et jamais tirée."
Ce récit initial c'est celui qu'entend un jour Annie Ernaux de la bouche de sa mère, récit qui pourtant ne lui est pas directement adressé. Elle apprend alors qu'elle a eu une soeur, décédée, et que cette enfant est morte comme une petite sainte lui laissant le rôle de "l'autre". Un récit qui donc l'exclut.annie ernaux,lettre à la soeur disparue
Commence alors un processus d'enkystement de la situation car jamais, même quand elle sera devenue adulte et aura obtenu d'autres informations par des membres plus éloignés de sa famille, l'auteure ne parlera franchement de cette soeur, tout à la fois visible et cachée, avec ses parents.
"Une lettre qui jusqu'à présent n'avait jamais été écrite", tel est le cadre de cette collection où paraît le texte d'Annie Ernaux, récit qui paraît parfois dur, (ainsi la manière dont elle  désigne ses parents presque uniquement par des pronoms, et elle s'en explique d'ailleurs), un récit où les mots sont presque les éléments principaux, car leur puissance permet tout à la fois la révélation quasi sidérante, l'exclusion et l'établissement hypothétique d'un lien par de-là le temps. Une oeuvre singulière et dérangeante qui ne tombe jamais dans le pathos mais creuse au plus profond.

L'autre fille, Annie Ernaux, Nil 2011, 78 pages denses.

Merci à Mirontaine pour le prêt.

L'avis de Laure qui vous mènera vers plein d'autres.

16/03/2011

Mes petites machines à vivre

"Car l'âge ne donne pas toujours le temps fécond de la sagesse."

Bonheur mode d'emploi ? Non, c'est à un partage , celui d'un carnet de route qui emprunte aussi bien aux souvenirs professionnels que privés que nous invite Maryse Vaillant.maryse vaillant
Puisant aussi bien dans son expérience de toute jeune éducatrice découvrant le pouvoir des mots et de l'imagination sur des jeunes "délinquants" qu'on préconisait uniquement à l'époque de mater par la violence, que dans celle de son enfance marquée par le manque d'amour maternel, au fil de sa vie et des épreuves qu'elle a dû affronter, Maryse Vaillant ne se pose jamais en modèle mais nous montre de manière simple et chaleureuse le pouvoir de l'esprit qui vagabonde en liberté, dans la rêverie ou le vague à l'âme que ce soit lors d'une promenade ou d'une séance de ménage !
Elle a ainsi "appris à apprivoiser [son] rapport à l'angoisse en créant [ses] petites machines à vivre, à jouer avec l'incertitude plutôt que de vouloir tout maîtriser, à accepter la tristesse, à savourer les temps de solitude et à ne pas craindre l'ennui."
Des conseils parfois déjà rencontrés mais une approche bienveillante et souriante, qui s'appuie sur la psychanalyse sans jargonner pour autant, plein de conseils à glaner, en témoigne le nombre de pages cornées, un livre fluide dont l'écriture flirte parfois avec la poésie, ce qui n'est évidemment pas pour me déplaire et une femme qui n'hésite pas à nous montrer ses failles, ce qui nous la rend évidemment encore plus proche. Une sacrée dame !

   Mes petites machines à vivre, Maryse Vaillant, Jean-Claude Lattès 2011 pages chaleureuses où piocher quand le temps devient nuageux.

22/02/2011

Dans les vignes

"L'enracinement se précise."

Catherine Bernard semble accumuler à plaisir les obstacles: à quarante ans, après avoir suivi une formation , elle quitte sa profession de journaliste et s'installe comme vigneronne dans une région qui lui est étrangère: les coteaux du Languedoc. Elle nous raconte entre humour et colère (contre les incohérences des directives européennes , les produits chimiques employés à tire larigot et les diktats des oenologues) son installation sur cette terre qu'elle va ressentir jusqu'au plus profond d'elle.
Ceci nous vaut de superbes pages où l'auteure sent qu'elle s'enracine au sens propre : " La terre arrime mon corps, l'asservit à ses conditions, mais exactement dans le même temps , libère mon esprit  d'une quête des impossibles de tout genre.  Je n'ai plus réellement besoin de vacances, je suis dans la vacance. Je suis dépaysée au sens propre et figuré."
Catherine Bernard s'interroge aussi sur les rapports qu'entretiennent maintenant le vin et les mots, dans un but purement mercantile, et souligne le fait que maintenant "Boire du vin est devenu un exercice intellectuel et compliqué."catherine bernard,vignes,reconversion,agriculture
Un récit qui va à l'essentiel et même si parfois on aurait aimé en savoir un peu plus (sur sa formation, sa façon de gérer sa vie de mère et de vigneronne) qui peint de manière ni idyllique ni passéiste un monde passionnant, celui du vin.

A recommander aux curieux et aux amoureux du vin, du bio et de la terre en général.

Dans les vignes, Catherine Bernard, Editions du Rouergue 2011, 232 pages pleines de saveur.

 

31/01/2011

B. a - Ba La vie sans savoir lire

"Ainsi donc l'année venait de basculer."

 3 100 000 illettrés en France, trois millions de personnes  de plus de 16 ans qui," bien qu'ayant été scolarisées ne parviennent pas à lire et comprendre un texte portant sur des situations de la vie quotidienne, et ou ne parviennent pas à écrire pour transmettre des informations simples". Plus, comme le souligne l'auteur, "tous les migrants qui travaillent sur les chantiers , dans les cuisines des restaurants ou dans les garages, mais ne savent pas lire leur feuille d'impôts. Pour cela , pas des statistiques mais un dispositif: Les ateliers sociolinguistiques". Et c'est dans un de ces ateliers que Bertrand Guillot, un peu par hasard (mais le hasard existe-til vraiment ? ) va se retrouver à apprendre à lire , sans aucune expérience , à Amah, Ibrahima, Ladi ou Cheikhou.bertrand guillot
J'ai toujours trouvé fascinant ce passage, cette bascule, qui fait soudain qu'un apprenti lecteur sait tout à coup lire et la description du long chemin qu'ont parcouru ensemble le maître et ses élèves pour que ces derniers y parviennent se révèle tout à fait passionnant car plein d'embûches ,mais aussi plein d'humanité.
Les portraits de ces hommes et de ces femmes, qui ,malgré les difficultés de tous ordres, tant du côté des volontaires enseignants que des apprenants, se fixent un même objectif et se donnent les moyens d'y parvenir constitue un message plein d'espoir.
Pas de prêchi-prêcha mais un texte plein d'humour et d'empathie qui donne la pêche ! A découvrir de toute urgence !

Ba ba, la vie sans savoir lire, Bertrand Guillot, Editions rue Fromentin, 218 pages pleines de vie.

L'avis de Cuné, Clara, Fashion...

06:00 Publié dans Récit | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : bertrand guillot

26/01/2011

Et devant moi, le monde

"à ses yeux, je suis quelqu'un à qui on a montré le chemin et qui s'en est délibérément détourné."

A dix-huit ans, Joyce Mainard écrit un long article qui fait d'elle la porte-parole de la jeunesse des années 70 aux Etats-Unis. Ce texte, et la photo qui l'accompagne, lui vaudront une lettre d'un certain  J.D. Salinger. S'engage alors une correspondance qui débouchera bien évidemment sur une histoire de fascination et d'emprise entre la très jeune fille et cet écrivain charismatique de trente -cinq ans son aîné.51kYcIRvGpL._BO2,204,203,200_PIsitb-sticker-arrow-click,TopRight,35,-76_AA300_SH20_OU08_.jpg
Quoi qu'en dise le bandeau accrocheur de l'éditeur "Dans l'intimité de Salinger", ce récit ne tourne pas seulement autour de cet épisode de la vie de Joyce Mainard.
C'est bien plutôt le récit d'une très jeune femme qui mettra énormément de temps à accorder sa vie (marquée par la honte et l'imperfection ) avec le récit édulcoré qu'elle en fait, en brave petit soldat désireux de plaire non seulement à ses parents mais aussi à tous ceux qui la liront. Mainard le reconnaît avec franchise, oui elle a été avide de reconnaissance et de succès, toutes choses qui ne pouvaient que déplaire à l'ascétique Salinger qu'elle a connu. S'il a été le premier à reconnaître en elle un écrivain, la leçon a été plutôt âpre à digérer car, placée sur un piédestal dans un premier temps, la chute n'en a été que plus rude pour Joyce.
Récit pudique mais sincère, Et devant moi, le monde, fait entendre la voix de celle qui s'est échinée pendant des années à écrire comme si quelqu'un regardait par dessus son épaule mais a enfin trouvé le courage d'admettre que non sa vie n'était pas parfaite et que oui elle avait le droit de mettre à mal le mythe Salinger. On pourra la trouver parfois naïve cette très jeune femme , mais jamais elle ne nous agacera et son histoire trouvera forcément de nombreux échos en nous.

Du même auteur , un roman, ici.

Et devant moi, le monde, Joyce Mainard, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Pascale Haas, Philippe Rey 2011, 463 pages.

Merci à Babelio et aux éditions Philippe Rey.ico_critique.jpg

 

 

06:00 Publié dans Récit | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : joyce maynard

18/05/2010

Flaubert est un blaireau

 

Alain Chopin n'a pas demandé à enseigner dans " un lycée classique de jeunes filles en centre-ville". Non, il a enseigné le français en lycée professionnel. Faire passer les oeuvres littéraires classiques à des jeunes issus d emilieux modestes, une gageure? Oui et non car fort de son expérience qu'il nous livre ici sous forme de courts chapitres, comme autant d'instantanés pleins de vie, Alain Chopin nous fait remarquer que "[ses] élèves -17-18 ans connaissent déjà le désir, l'amour, la rivalité, la haine, le malheur, la séparation, la joie, le plaisr. ils le connaissent déjà parfois trop, ou trop brutalement. c'est pour cela qu'ils peuvent lire, ressentir et comprendre els oeuvres littéraires classiques qui ne parlent que de ça." Non ce qu'ils rejettent en bloc ce sont"les commentaires, les questionnaires, les analyses toutes prêtes, poussiéreuses, l'académisme quoi." Pas question pour autant de tout révolutionner , mais inventer ses propres détours pour infléchir juste un peu le cadre institutionnel.41-xUH+dilL._SL500_AA300_.jpg
Pas de recettes, pas de mode d'emploi mais des pistes suggérées que chacun pourra emprunter ou non, adapter à sa propre personnalité. Tout le monde n'est pas capable de faire suivre son cours à deux nains de jardin !
Joyeusement iconoclaste, se battant pour mettre en place des projets qui font entrer les artistes à l'école ou partir les élèves sur les traces d'un écrivain contemporain, Alain Chopin ne cache pourtant rien de ses échecs, de la peur, de la violence à laquelle il a été parfois confronté  mais l'auteur semble doté d'une incroyable capacité à rebondir et à essayer d'extraire la pépite cachée, il en est sûr, dans chacun de ses élèves.
Un livre qui redonne foi en l'enseignement.

Flaubert est un blaireau, Antoine Chopin, Editions dialogues.fr 2010 , 193 pages.

L'avis de Malice.

01/04/2010

Tu m'envoies un mail ?

Passer du monde du journalisme indépendant, autrement dit des précaires intellos, à celui de l'Entreprise, voilà qui devrait apporter un peu plus de sécurité , se disait Emmanuelle Friedmann. Las, elle vient d'entrer sans le savoir dans une entreprise qui cumule à la puissance dix ce que chacun de nous a déjà expérimenté : incurie, népotisme, langage tournant à vide, mauvaise organisation de travail, quand travail il y a de la part de certains employés plus occupés à préparer leur week-end et à se faire mousser qu'à bosser, sans compter bien sûr les relations humaines ,atroces.413Ut6lU1TL._SL500_AA240_.jpg
Chefaillons plus occupés à défendre leur pré carré qu'à bosser, grands chefs qui regardent la mêlée d'en haut sans jamais prendre position, collègues méfiants, elle aura eu droit à tout Emmanuelle. Sans jamais renier ses valeurs, elle tentera de faire face, avec humour et ironie , à ce qui va vite tourner au harcèlement moral, ce que chacun feindra de ne pas voir.
Tu m'envoies un mail, souffre peut être d'un décalage entre la présentation qui insiste sur l'humour (bien présent) et la situation décrite. L'heure n'est pas à la plainte , c'est une perte d'énergie comme le serine sa psy à l'héroïne, et du coup elle utilise l'humour comme politesse du desespoir.Reste qu'on est bien plus sidéré par les situations décrites qu'en train de sourire.Il n'en demeure pas moins que ce récit est une plongée nécessaire dans le monde de l'entreprise.

Tu m'envoies un mail ?  Emmanuelle Friedmann, Privé 2010 .

25/02/2010

Une femme raisonnable

Elevée dans une ferme australienne, ce qui d'après l'auteure," fabrique non seulement des pragmatistes notoires, mais aussi des pessimistes notoires", l'écrivaine Kate Jennings est Une femme raisonnable qui tient ses émotions à distance et refuse toute sensiblerie.
Pourtant, la mort de son époux, ainsi que la situation des Etats-unis et plus précisément de New-York, où elle réside, vont remettre ce bel édifice de cynisme revendiqué haut et fort en question.51Ce3CRstML._SL500_AA240_.jpg
L'irruption dans sa vie de deux Borders terriers aux caractères bien trempés vont la transformer en rien moins qu'une mérote à chien, elle qui se gaussait de l'attention excessive que les New-Yorkais peuvent accorder à leurs animaux. Un séhour à Bali ,où deux singes croiseront sa route, puis un retour au bercail , permettront à "Miss Kate"de trouver un nouvel équilibre. Un récit qui fait davantage la part belle aux animaux et qui laisse un peu en pointillés la reconstruction de l'écrivaine.
J'avoue avoir été totalement emballée par la métamorphose de Kate Jennings dans son attitude avec les chiens et nettement moins par la partie balinaise du récit.
Un récit qui réjouira les fans des chiens en général et des borders terriers en particulier. Attention, ce livre donne aussi , même s'il dépeint parfaitement le caractère dominant de ces chiens, une folle envie de tenter l'aventure...ainsi que de se plonger dans l'oeuvre de cette écrivaine.

Une femme raisonnable, Kate Jennings, traduit de l'anglais par Anne Rabinovitch, Editions des deux terres, 2010.