Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/06/2009

Dernière caresse

Mastic des feux mignons, setter anglais mâle, rebaptisé par Elle Joyce  en l'honneur de l'écrivain irlandais nous raconte sa vie. Une histoire d'amour entre Elle et lui,  une  vie de famille  aussi qui se dessine en filigrane, la vie d'une maison à la campagne,  remplie  de chats, entourée  de chevaux que Joyce jalouse un peu,de mouton  (qui ne lui ont pas laissé de bons souvenirs...), où l'on croise des petites filles qui grandissent et quittent le nid familial , des amis aussi, qui se posent un peu puis repartent.Sans oublier Blouse blanche dont Joyce se méfie un peu... C'est étonnamment  frais, sans mièvrerie, les relations qu'entretiennent le setter et son ami félin Opium ne sont pas sans rappeler parfois celles de Toby-chien et Kiki-la-doucette, chers à Colette. On se surprend à sourire  et à essuyer dignement une petite larme en terminant ce livre,  parenthèse de tendresse.41Z0O6finGL._SL160_AA115_.jpg

Ps:Ayant été plusieurs fois échaudée par des romans prétendant donner la "parole" à des chiens mais se limitant à un examen (très) approfondi du nombril  de l'auteur, le chien ne servant qu'à appâter le  lecteur-gogo en puissance, c'est avec circonspection que  j'ai ouvert Dernière caresse.
Premier point positif:  le titre qui a le mérite de jouer franc -jeu à double titre : il  indique à la  fois toute la tendresse qui se donne à lire dans ce récit et l'issue inéluctable (âmes sensibles, préparez vos mouchoirs et je ne rigole pas car la fin dans tous les sens du terme est très douce et très belle mais bon,les histoires d'amour -surtout canines- finissent mal en général , vous connaissez la  chanson ).

 

Un grand  merci à Cuné et Amanda qui, je ne sais vraiment pas pourquoi, ont pensé à moi en voyant ce  livre et me l'ont aussitôt envoyé !

Dernières caresses, Catherine Guillebaud, 133 pages émouvantes et tendres, Gallimard.

20/01/2009

"Nous on n'aime pas lire"

"Je me suis rendue à plusieurs reprises en 2008 dans un collège "ambition réussite", pour voir comment je pourrais aider les professeurs à  donner aux élèves le goût des  livres et de la lecture." (extrait de la 4 ème decouverture).  Vaste programme ! Dans ce récit l'auteure nous raconte donc l'expérience qu'elle a vécue et nous offre  ses reflexions tant sur l'Education Nationale, certains pédagologues qu'elle fustige au passage, proposant des pistes de réflexion frappées  au coin du bon sens, aidée  en cela par son expérience d'ancien professeur. J'adhère en grande partie aux idées de  Danièle Sallenave mais suis restée très en dehors de ce  livre qui manque singulièrement de  chaleur et d'empathie. L'auteure se montre très empesée, gourmée et même si au fil de l'expérience, elle semble s'attacher à ces élèves , elle ne peut se départir d'une certaine froideur.41JYIivOGUL._SL500_AA240_.jpg51MKVRQBEAL._SL500_AA240_.jpg
Beaucoup plus  de chaleur humaine et d'énergie bouillonnante  dans le livre  de  Marie-aude Murail ,  paru il y a déjà quelques  années et qui, très coloré et attractif ,nous donne des piste  de lectures  destinées aux ados. On sent chez l'auteure une  véritable aptitude à transmettre cet amour des livres  et de la lecture. Un livre revigorant !

 

12/12/2008

VIP

Dans Le desespoir des singes.... et autres bagatelles, on trouve un contraste entre l'extrême timidité de son auteure, Françoise Hardy et la manière dont elle relate et analyse sans fard sa vie, sans pour autant tomber dans le sensationnalisme.
D'une extrême exigence dans son travail- normal quand on est angoissé à ce point- elle a volontiers la dent dure tant pour elle que pour les autres (je me demande d'ailleurs si Catherine Lara a apprécié les anecdotes la mettant en scène !). Pourtant pas de méchanceté, les faits sont là, pas question de les édulcorer. Souci de vérité.51-jbvQ2VAL._SL160_AA160_.jpg
Bien évidemment, son analyse de ses relations amoureuses étonne mais j'ai surtout été touchée par la force de son lien avec son fils. Arrivée au bout de ces 390 pages, lues d'une traite, j'en redemandais !

 

Un grand merci à Cuné pour l'envoi !

Ps: ce soir, portrait de Françoise Hardy sur France 5 en première partie de soirée.

Pps :  Françoise Hardy fait partie de  la  confrérie des amoureux des arbres qui se  rechargent en énergie en les  entourant de  leurs bras...tout comme moi :)

11/11/2008

Enfants cabossés

Jean-Louis Fournier, j'ai d'abord fait sa connaissance  par personnages interposés : ceux que je guettais dans l'émission "L'île  aux  enfants" (voilà qui  ne me rajeunit pas), à  savoir  Antivol, l'oiseau au sol (il a le vertige) et La  Noiraude, la vache qui rêve d'être une biche et téléphone à son vétérinaire pour lui exposer ses runinations ou ses  rêves...images.jpeg
Toujours sans savoir qu'il était aux manettes (en tant que réalisateur) , je n'aurais manqué pour rien au monde "La  minute nécessaire de  Monsieur Cyclopède", où dès l'apparition de la  bouille souriante du regretté Pierre Desproges oscillant au rythme du balancier d'une horloge comtoise,en un réflexe quasi pavlovien,  j'avais déjà le sourire aux lèvres...
J'ai enfin pu faire le lien entre tous ces éléments quand je me  suis jetée comme la vérole  sur le bas clergé sur ses manuels à la  fois drôles et impertinents où je piochais sans vergogne des exemples pour mes exercices de français,  provoquant ainsi soit l'icrédulité de mes élèves, soit leur hilarité...
Jean-Louis Fournier et moi c'est donc une longue histoire car je suis  une fan absolue de  son humour à la fois tendre, absurde  et noircissime, de sa grosse baronne et de ses voitures ,pratiques car on peut y loger un cercueil,  en abaissant le siège arrière , bien sûr .

Alors, quand Jean-Louis Fournier dans Où on va papa? prend le risque d'évoquer un thème " casse-gueule",au possible, nous présentant  dans de courtes vignettes des instantanés de sa vie avec ses deux enfants pas comme les autres, on le suit en confiance, certains d'échapper au récit convenu, à la guimauve des bons  sentiments.  Il ne se donne pas  le beau rôle , Jean-Louis, loin s'en faut, et il préfère rappeler que grâce à ses enfants il a  pu être  exempté de vignette automobile  et ainsi rouler dans  de  somptueuses voitures étrangères où il promenait ses petits princes cabossés...Qui d'autre que lui pouvait nous faire rire avec un Noël dans un institut où les parents doivent  se mettre à l'abri sous les  tables pour éviter les boules de pétanque, cadeau qu'un père a eu la " bonne" idée d'offrir  à son fils ? Qui d'autre que lui pouvait écrire41dtawSUt4L._SL500_AA240_.jpg
"Si vous aviez  été comme les autres , j'aurais peut être  eu moins peur de l'avenir.
Mais si vous aviez été comme les autres, vous auriez été comme tout le monde.
Peut être que vous n'auriez rien foutu en classe.
Vous seriez devenus délinquants.
Vous auriez bricolé le pot  d'échappement de votre scooter pour faire plus de bruit.
Vous auriez été chômeurs.
Vous auriez aimé Jean-Michel Jarre.
Vous vous seriez marié avec une conne.
Vous auriez divorcé.
Et peut être quevous auriez eu des enfants handicapés.
On l'a échappé belle."

Carapace de l'humour pour affronter la loterie génétique.

 

Où on va, papa? Jean-Louis Fournier . Stock. 155 pages bourrées de  tendresse et d'humour souvent  très noir.

Le billet de Solenn qui vous emmènera vers  plein de liens.

Celui de Joëlle.