Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/01/2012

Pour un matin pas chagrin...

       on clique :...haïku du matin ! haïku

07:10 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : haïku

10/12/2011

Si je pouvais vivre une nouvelle fois ma vie

Si je pouvais vivre une nouvelle fois ma vie
J'essaierais de commettre plus d'erreurs.
Je n'essaierais pas d'être aussi parfait, je serais plus détendu
Je serais encore plus bête que ce que j'ai été, en fait
Je prendrais peu de choses au sérieux.
J'aurais moins de souci d'hygiène,
Je m'exposerais à plus de risques,
Je ferais plus de voyages,
Je contemplerais plus de crépuscules,
J'escaladerais plus de montagnes,
Je nagerais dans plus de rivières.
J'irais à plus d'endroits où je ne suis jamais allé,
J'aurais plus de problèmes réels et moins de problèmes imaginaires.
J'ai été l'une de ces personnes qui ont vécu sagement et
abondamment chaque minute de leur vie;
Bien sûr que j'ai eu des moments d'allégresse,
Mais si je pouvais revenir en arrière, j'essaierais seulement d'avoir de bons moments.
Pour ceux qui ne le savent pas, la vie est ainsi faite, seulement de moments.
Ne perds pas le présent.
Moi, j'étais de ceux qui ne vont nulle part sans un thermomètre,
une bouillotte, un parapluie et un parachute.
Si je pouvais recommencer à vivre, je voyagerais plus légèrement.
Si je pouvais recommencer à vivre, je commencerais par marcher pieds nus,
Depuis le début du printemps jusqu'à la fin de l'automne.
Et je jouerais davantage avec les enfants, si j'avais encore une vie devant moi. Seulement voilà, j'ai 85 ans et je suis en train de mourir.
 
J. Luis Borges
 
Repéré sur le blog de Katherine Pancol

06:00 Publié dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (22) | Tags : josé luis borges

06/07/2011

Ariel...en poche, enfin !

"Elle a l'habitude de ce genre de choses.
 Et ses ténèbres craquent et ses ténèbres durent."

Comme le rappelle Valérie Rouzeau dans sa préface"la biographie occulte parfois l'oeuvre [de Sylvia Plath] et c'est dommage."sylvia plath,valérie rouzeau
S'imposant défi sur défi ,cette jeune poétesse américaine qui par amour pour Ted Hughes, s'était installée en Grande-Bretagne, avait laissé un recueil de poèmes encore en chantier , Ariel, poèmes dont elle était persuadée "Qu'ils feraient sa renommée" et qui ne paraîtront qu'en 1965, deux ans après que Plath se soit donné la mort.
Les notes de la traductrice- et poètesse elle même- Valérie Rouzeau- éclairent les poèmes et d'emblée nous précisent l'ordre voulu par Sylvia Plath pour organiser ce recueil, ordre que changea son mari Ted Hughes.
Si comme moi vous attendiez que ce recueil sorte enfin en poche, vous ne pouvez que dévorer ces poèmes fiévreux , pleins d'énergie, solaires , brassant les thèmes de la mort, de la chair corrompue, de la résurrection aussi, traversés par la luminosité des voilages blancs et du rouge qui blesse les yeux. ..

112 pages qui vont m'accompagner longtemps.

23/06/2011

La vie sexuelle des libellules

"Des fois elle est chiante la poésie
 Elle arrive sans qu'on l'invite"

 prologue :ouvert au hasard en pleine période toutmetombedesmains *, je découvre ceci :

"Pas envie de lire
sauf une lettre anonyme
truffée d'insultes injures insinuations salaces
que je trouverai dans ma boîte aux lettres un samedi matin
en revenant du marché
C'est sûr je reconnaîtrai l'écriture
puisque c'est moi qui l'écrirai"

J'étais cuite.

Des libellules et de leur vie sexuelle  il n'en sera fait mention qu'une seule fois, au passage. Tant pis pour les odonatologues  **, tant mieux pour les amateurs de poésie, libre et foutraque car Bernard Friot se lâche dans ces textes jouant avec l'espace, avec les mots, y compris les gros, dans une énergie débordante et jubilatoire. bernard friot,amis libidineux passez votre chemin !
Pas de titres, sauf parfois un vers qui se détache et qu'on pourrait considérer comme tel. Pas facile donc de les identifier mais pas grave, on s'en arrange et on avance. Comme on s'arrange de cette vie quotidienne semblable à un théâtre  où  des "morts vivants" sont "trimballés cahin-cahot dans le bon vieux métro brinquebalant". Heureusement que le poète-Créateur est là pour "allumer dans leur cervelle éreintée quelques ampoules / basse tension .
Célébrant l'amitié "allez on continue", l'imagination, Bernard Friot vitupère contre cette société qui fait la part belle aux messages prémâchés de la publicité:
"fraîcheur citron en super-promotion
 donnez-moi ma ration d'illusions"
A chaque page, on glane des vers, des trouvailles, des surprises en pagaille et les "dessins et gribouillis" de Bruno Drouin, sans oublier une couverture  facétieuse qui joue aussi les 4 èe de couv', (gare aux étourdis qui trouveront le texte sans dessus dessous !)contribuent à cette atmopshère créative en diable !

La vie sexuelle des libellules, Bernard friot, Milan 2011, 93 pages*** enthousiasmantes !

 

*Oui, je sais c'est dur à croire vu mon rythme apparent de croisière mais ça sert aussi à ça un blog : embellir la réalité !:)

** scientifiques étudiant les libellules (appris dans un autre livre commencé, et abandonné pour l'instant).

*** dont certaines ont été testées et approuvées par mes élèves !

20/06/2011

Mort d'un jardinier

"...tu n'es plus connecté au serveur de la réalité ici et maintenant, tu glisses dans un autre monde, dans les débris de ton cerveau en capilotade..."

Un jardinier, aimant autant les mots que les salades, est frappé d'un accident cardiaque dans son jardin. Tandis qu'il gît sur le sol, envisageant ainsi la réalité sous un autre angle, tous les artistes, écrivains , musiciens qu'il a aimés sont convoqués autour de lui. lucien suel
Mais ce sont aussi les mots, ceux qu'il a écrits, ceux qu'il a lus qui envahissent son corps, accomplissant ainsi une transsubstantiation finale : "ton corps est ton dernier volume."
De grands pans de plusieurs pages, le rythme va en s'amplifiant au fil du roman, répartis en courts chapitres, un flot par lequel il faut se laisser emporter, admirant au passage le travail toujours recommencé du jardinier, usant du vocabulaire imagé du potager mais aussi de celui de la modernité (le jardinier-poète ne se coupe pas de la technicité et accueille tous les mots), voici qui peut dérouter de prime abord. Mais très vite on se laisse séduire par cette vision et par cette écriture qui balaie tout sur son passage.
Un livre d'une densité aigüe, qui brouille les frontières entre roman et poésie.

Mort d'un jardinier, Lucien Suel, La Table Ronde 2008, Folio 2010, 159 pages que j'ai pris le temps d'apprivoiser (dans ma Pal depuis 1 an !) mais là c'était le bon moment et je l'ai dévoré d'une traite !

01/04/2011

TENTACULES et manivelles

"Les voyelles, c'est toujours plus sucré."

béatrice fontanel,pêché au salon du livre,il s'imposait en ce premier avril mais ce n'est pas un poisson c

Les mots, Béatrice Fontanel les écoute, elle les goûte, elle se les met en bouche, les faisant rouler, les faisant crisser. Elle les scrute aussi, se laisse envahir par eux de manière obsédante , véritable "pythie à palabres", jouant de la typographie et de l'espace pour mieux les mettre en scène.
Citation rimbaldienne  tournant en boucle comme un mantra, ("le frais cresson bleu") et qui s'épuisera , portraits de mots en quelques vers, distiques , poèmes en prose courts ou longs , Béatrice Fontanel s'approprie de multiples formes pour célébrer les mots .
Ils partent en vrillent ou sont tenus serrés;  de registre courant ou soutenu , tous ont droit de cité pourvu qu'ils suscitent une sensation de soudaine étrangeté. On redécouvre ainsi ces

"Mots, têtards sonores, qui frétillent
dans le cartilage des oreilles
Bulles d'écume, borborgygmes
minuscules."

Assonances et allitérations claquent au vent , Ecoutez..., Ecoutez..., nous conseille l'auteure .On renonce aussi à corner les pages,( autant tout corner, on ira plus vite ), et on savoure à toute allure ces 168 pages avant que d'y repiocher au hasard de nouvelles saveurs, mais aussi de prendre le temps de regarder plus en détails ces illustrations échappées de vieux dictionnaires qui donnent un charme fou à l'ensemble.
Un énorme coup de coeur, zou sur l'étagère des indispensables et dans la foulée, commande d'un autre recueil, plus ancien de l'auteure !*

Tentacules et manivelles, Béatrice Fontanel  La petite vermillon 2011.

* moins convaincue par celui-ci, d'une toute autre tonalité : La ménagère carnivore.

23/02/2011

Les derniers planteurs de fumée

Nonobstant une solide allergie au tabac, j'ai feuilleté ce Librio à deux euros et, paf, je suis tombée sur une courte évocation de vaches ! Allez hop, emballé c'est pesé, je repars avec ce qui s'avère contenir des extraits de Partance  et autres lieux, suivi de Nema problema. Deux amuse- yeux en quelque sorte pour découvrir  (un peu) l'art de Guy Gofette.51Y6X0TnakL._SL500_AA300_.jpg
Et là je suis tombée en amour. Ni plus ni moins. Un poète fou de voyages immobiles, qui, seul,  entend la mer au bout du jardin de son père car "Brasseurs de ciel à longueur de jour, ces hauts arbres, par les nuits de grand vent, recrachaient la mer, la voix des sirènes et les chants des noyés.", cette mer qui finira par venir à lui dans une chambre d'hôtel de Bailleul...
Fils des Ardennes, sa route ne pouvait que croiser celle de Verlaine et de Rimbaud mais c'est dans une caravane baptisée Partance, solidement arrimée dans un verger ,que le poète ira vers l'apaisement du coeur.
Les mots sont simples , comme ces objets usuels qui ont été parfaitement conçus et s'adaptent impeccablement à l'usage, sans fioritures, allant droit à l'essentiel. Une magnifique découverte que je ne peux que poursuivre...voisins1.jpg

20/12/2010

Dis-moi un poème qui espère

Bon sang, encore un recueil de chez Rue du Monde qui me plaît  !

J'adore leur format à l'italienne, la richesse et la variété des auteurs rassemblés, sans compter ici une mise en page et une illustration qui renforcent le thème abordé : l'espoir .51FANGWBC4L._SL500_AA300_.jpg
En effet,à de magnfiques photos en noir et blanc qui insistent sur le côté parfois grisaille de la vie , répondent en vis à vis des illustrations pleines de vie et de couleurs tranchées de Laurent Corvaisier.
 Certaines pages se déplient même, révélant ainsi des textes et illustrations "cachés" formant un panorama surprenant . Une totale réussite à lire et relire quand

"ll faut s'asseoir sur la margelle

du puits de l'ombre

pour y pêcher avec patience

la lumière qui s'y perdit."

 

Pablo Neruda

Emprunté à la médiathèque.

15/12/2010

Le rap des rats

Faites gaffe, le rap, c'est contagieux ! La preuve :51QBYCHWS0L._SL500_AA300_.jpg

Fi des Ratatouilles
Et des Rapetout
Les rats se radinent
Et râlent un p'tit coup !

Des villes ou des champs
Ils veulent leur ration
De blé, d'affection !
Ras l'bol du poison !

Michel Besnier et
Henri Galeron
Rappent pour ceux qui
Sont pas rabougris.

Ils veulent sans ratés
nous rabibocher
Avec les ratons
Tout ravigotés !

Signé cathulu .

Plein de tendresse et d'humour ! à ne pas rater !

Editions Motus ,2000

Emprunté à la médiathèque.

 

 

 

 

30/11/2010

Sac à dos

Et une anthologie de poésie, une ! Mon pêcher mignon ! En plus celle-ci est destinée aux enfants et offre un éventail très large et éclectique d'auteurs contemporains pour prouver aux "lecteurs en herbe" que les poètes et poétesses ne sont forcément des hommes et des femmes mort(e)s comme ils auraient- un peu- tendance à le croire !51+KuD90UYL._SL500_AA300_.jpg
Chaque "échantillon" de textes est précédé d'une notice biographique et bibliographique, le tout étant introduit par Jean-Michel Espitallier, une référence ,qui balaie les clichés attachés à la poésie et à  au florilège. De quoi se plonger régulièrement dans des univers très disparates et allonger sa LAL...

Sac à dos, Editions Le mot et le reste, 284 pages à feuilleter régulièrement.