Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/06/2014

La tête en l'air

"Nous les vieux, nous contentons de si peu."

 La tête en l'air dépeint le quotidien d'une résidence pour personnes âgées où Ernest, ancien directeur de banque atteint de la maladie d’Alzheimer, va progressivement trouver sa place, se faire des amis et tenter de lutter contre la maladie.paco roca, jirô Taniguchi, alzheimer
C'est plein d'humour, de bonhomie souriante, d'empathie et d’humanisme. Paco Roca tire parti de toutes les possibilités de la BD pour décrire,sans pathos ,mais de manière à la fois réaliste et poétique les différentes réalités dans lesquelles évoluent ces personnages. Une grosse surprise aux pages 98 -99 et une préface juste parfaite de Jirô Taniguchi complètent  de manière idéale cette BD.

Adapté en film d'animation La tête en l'air collectionne les prix.

Déniché à la médiathèque.

Paru précédemment sous le titre de Rides

 Paco Roca ,Éditions Delcourt 2012.

23/05/2014

Literary life

"Reste , Charlotte ! ...Tu ne peux pas me laisser tomber maintenant, je n'ai pas terminé mon roman-j'ai besoin de ton malheur !"

Parues chaque samedi dans The Guardian rewiew, Literary Life (mais pourquoi diable avoir gardé le titre en VO ?), ces chroniques ont comme sujet imposé la vie des lettres. Sujet que connaît bien Posy Simmonds puisqu’elle l'avait déjà abordée, sous des angles différents avec Gemma Bovery (bientôt au cinéma avec Gemma Arterton et Fabrice Luchini) et Tamara Drewe (porté à l'écran par Stephen Frears).
Petites librairies indépendantes, supermarchés du livre, rivalités entre auteurs, ateliers de creative writing, autant de figures imposées dont Posy Simmonds se tire avec brio. On appréciera aussi son art de la satire avec le duo Dr Derek/ Nurse Tozer, graphisme tout droit sorti des sixties, qui soigne avec abnégation les affres des créateurs (le syndrome du deuxième roman) ou débusquent sans pitié les cas de posy simmondsplagiat"Hoquetmingway" ou "toux rgueniev"!
Traquant les petitesses et les faiblesses des écrivains sans méchanceté, Posy Simmonds souligne aussi les a priori concernant les auteurs jeunesse ou montre  la "torture" que peuvent être les interventions dans les classes ou les séances de dédicaces sans lecteurs... C'est dessiné avec tendresse et empathie, et ça se lit tout seul ! Une BD à savourer à petites gorgées pour mieux l'apprécier.

Literay Life, scènes de la vie littéraire, Posy Simmonds, traduit de l'anglais par Lili Sztajn & Corinne Julve, Denoël 2014.

06:00 Publié dans BD, Humour | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : posy simmonds

13/05/2014

Tout se mérite

"-Non, ça ne va pas en "métaux". D'abord voutchfaut contacter le fabricant pour savoir si l'alliage utilisé contient moins de 3,5% de tungstène et puis le revendeur pour qu'il confirme que la vente est postérieure à mars 2003. Et ensuite revenir ici avec un certificat complet, daté et visé par la préfecture. Pour commencer."

Voilà pour le passage à la déchetterie ! Tout se mérite , affirme Voutch sur la couverture de cet opus où un couple sourit, façon puzzle.
Et de passer en revue les applications de portable, le "coming out" sauvage en deux minutes top chrono, sur arrière plan de réception à la campagne, le cynisme et la bêtise des banquiers exposés crûment, les thérapies, les implants capillaires, le refus d'être un objet sexuel, l'art de présenter la tromperie et les enfants hors-mariage comme " contribution personnelle à la biodiversité", bref un joyeux panel de nos obsessions contemporaines !
Quant aux dessins, ils sont toujours aussi précis dans les détails, aussi beaux à regarder et le contraste entre l'harmonie du décor et l’aspect corseté des personnages toujours aussi efficace ! Éclats de rires garantis !

 

Déniché à la médiathèque !

06:00 Publié dans BD, Humour | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : voutch

01/05/2014

Le bleu est une couleur chaude (chapitres 1&2)

"Pour Emma, sa sexualité est un lien vers les autres. Un lien social et politique. pour moi, c'est la chose la plus intime qui soit."

Ayant amassé une brassée de prix, librement adapté au cinéma (Palme d'or à Cannes), La vie d'Adèle a été encensée par la critique et lue par toute la blogosphère.
J'ai laissé reposer tous ces discours élogieux pour aborder l'esprit libre cette BD. Et là ce fut le coup de cœur !julie maroh
Une tragédie annoncée d'emblée, une histoire d'amour compliquée entre deux très jeunes filles issues de milieux sociaux différents qui évolue au fil du temps. Un côté à la fois naïf, fleur bleue, sensuel tout à la fois et en même temps des sentiments très finement analysés ne pouvaient que me plaire. Que l'histoire se déroule à Lille ajoutait un plus, bien évidemment !
Quant aux dessins et aux couleurs sourdes, ils créent une atmosphère particulière et envoûtante., Une BD dévorée d'une traite !

08:30 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : julie maroh

30/11/2013

Chroniques birmanes

"Tout reste très calme ici, grâce à ce régime qui paralyse les volontés en instillant une peur au quotidien."

Même si comme moi l'association B D et "birmanes" ne vous tente guère (trop lourd, trop plombant), faites fi de vos a priori et lisez Chroniques birmanes du québécois Guy Delisle. guy delisle
Sa femme , travaillant pour Médecin sans Frontières, le dessinateur et le petit Louis, l'accompagnent en mission en Birmanie.Là, seul père au foyer, l'auteur fait figure d'exception , d'autant qu'il a un peu de mal à convaincre ses interlocuteurs que la BD n'est pas pour lui un passe-temps mais un vrai métier. La petite famille trouve peu à peu ses marques et nous suivons Guy Delisle dans un univers parfois absurde (comme dans beaucoup de dictatures) et déroutant (les gens portent leur parapluie (fermé s'entend) accroché au col de leur chemise.
Didactique mais jamais ennuyeux, un récit attachant où j'ai retrouvé beaucoup de ma réalité d'expat' il y a ...un bail !

Déniché à la médiathèque.

je dois être la dernière à l'avoir lu !:)

06:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (16) | Tags : guy delisle

19/11/2013

Astérix chez les Pictes

""Bonheur et vacances" ! ça c'est un chouette mot d'ordre, hein ? Moi, j'aime bien ce mot d'ordre, pas vous ? "

Dûment adoubés par Anne Goscinny et Albert Uderzo, les nouveaux auteurs aux manettes de cet Astérix ont pleinement rempli leur contrat. On retrouve en effet tous les ingrédients , parfois un peu édulcorés, il est vrai ,de ce qui a fait le succès de nos amis gaulois: les inévitables jeux de mots(ici à base de "mac", écossais oblige), les caricatures de célébrités (Johnny Hallyday, Vincent Cassel), de discrètes allusions à l'actualité, un choc des cultures, un humour bon enfant et une intrigue qui tient à peu près la route.jean-yves ferri,didier conrad
Rien de neuf donc, mais un ensemble plaisant et confortable à lire avant de le déposer au pied du sapin.

08/11/2013

Ainsi soit Benoîte Groult

"On me demande régulièrement: "Vous êtes encore féministe  ?" Comme si j'avais un eczéma dont je n'arrive pas à guérir !"

En 1975 sortait Ainsi soit-elle, essai sur la condition féminine, où Benoîte Groult écrivait pour la première fois seule (elle avait rédigé auparavant des romans avec sa sœur chérie , Flora). En 2013, sort un bon gros roman graphique, Ainsi soit Benoît Groult, où Catel retrace avec l'élégance de son trait la vie, les amours et les convictions de cette jeunette née en 1920 qui continue à se battre  autant pour les droits des femmes que pour le droit à mourir dans la dignité.catel,roman graphique
Celel qui affirme en couverture " Je n'aime pas la bande dessinée" , leitmotiv  malicieux qui scande les 326 pages, finira bien évidemment  non seulement par l'apprécier mais aussi par se lier d'amitié avec la dessinatrice Catel.
Même si comme moi vous avez lu tous les ouvrages de Benoîte Groult, y compris ses romans où elle dévoile largement sa vie, vous prendrez beaucoup de plaisir à la suivre, fonçant au volant de sa twingo où évoquant avec un peu de nostalgie sa liberté amoureuse. Toujours frondeuse, celle qui affirme joliment "j'ai le printemps en moi" ne pourra que vous plaire! Une femme comme on rêve d'en rencontrer plus souvent ! Et si vous ne la connaissez pas encore, n'hésitez pas une seconde !

06:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (18) | Tags : catel, roman graphique

24/10/2013

j'ai deux amours , mon sac et Paris

"Mes chéries, n'oubliez jamais qu'une femme doit être indépendante Et...savoir coordonner son sac à ses chaussures !"

 D'Alexandre Vialatte à Jean-Claude Kaufman , en passant par la chanteuse Camille, ils ont été nombreux à se pencher sur le mystère du contenu des sacs des filles.
Cette fois, c'est Fabienne Legrand qui s'y colle, nous entraînant au passage dans une très jolie balade au cœur de Paris.9782749132006.GIF
 Si on retrouve ici l'élégance de son trait, déjà remarqué dans Un été au Cap-Ferret (clic), on note que l'humour est un peu plus décalé, en particulier grâce aux personnages de  Mamita, 90 ans au compteur, qui trimballe dans son sac Hector, teckel nain, décédé il y a douze ans  [qui], même empaillé la suit encore partout...ou de celui de Mamine (âge biffé, mais on devine les 70 ans) qui se réjouit d'avoir acheté un pantalon dans lequel elle ne pourra jamais rentrer car "Il est tout simplement délicieux de penser qu'à l'heure qu'il est une pauvre créature dotée d'un ridicule petit cul taille 36 pleure ce pantalon."
C'est frais, léger et ça donne le sourire car chacune de nous peut se reconnaître dans certaines situations . Un seul petit bémol : l'allégeance, revendiquée, à une seule marque de sac.

J'ai deux amours, mon sac et Paris, Fabienne Legrand, Le Cherche Midi 2013.

07:45 Publié dans BD, Humour | Lien permanent | Commentaires (8)

22/10/2013

Le démon du soir ou la ménopause héroïque

"Ils me cassent les ovaires !!!"

"Encore 21 mois et trois jours  à bosser avant de toucher [sa] retraite." Le temps risque de sembler long à Noémie, coincée qu'elle est entre sa mère qui s'imagine être Brigitte Bardot, sa propre fille qui la prend pour sa baby-sitter attitrée, sans compter son mari, déjà retraité lui, qui n'en fiche pas une rame ! florence cestac,la vie commence à 60 ans
Mais voilà que deux petites boules sur un sein vont remettre les choses en perspective et singulièrement dégager l'horizon bouché de notre bonne vieille copine...
Sur la couv', Noémie fait le papillon et visiblement ça lui fait un bien fou ! BD de la soixantaine décomplexée, Le démon du soir se joue des bouffées de chaleur et offre une vision optimiste et tonique de l'âge de la retraite chez les bobo.

Déniché à la médiathèque.

18/09/2012

Le démon d'après-midi

Noémie et ses amies se font un week-end entre filles au bord de la mer. Bon, elles sont aussi flanquées des ados de la première et des deux chiens et du chat de Monique qui n'a jamais voulu d'enfants, alors question tranquillité on repassera ! Entre le vin blanc et les tourteaux, c'est le moment des confidences et des souvenirs et ces femmes, au passage,  égratignent gentiment les maris partis ou plan plan dont elles s'accommodent pourtant.florence cestac,les quinqua sont sympa
Les années ont passé, la cinquantaine et "le climatère (la ménopause, quoi!)" sont venus et finalement la vie s'est chargée du retour de bâton sur le mari volage et les amants égoîstes. Aucune aigreur mais un féroce appétit de vie pour ces femmes dont on aimerait bien être aussi les copines !
Le ton mordant du Démon de midi s'est un peu apaisé mais on passe un excellent moment en compagnie de Noémie et ses copines !