Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/07/2015

Jackie

"Je suis une grande blonde qui joue du tuba et mon mec est un acteur de théâtre spécialisé dans Shakespeare avec la prononciation de l'époque, s'il vous plait.ça redore mon blason.

En 94 petites pages, Kelly,trentenaire enjouée, réussit le pari de croquer tout à la fois sa vie de joueuse de tuba dans un orchestre symphonique, de mère et d’épouse, le tout avec un humour qui n'hésite pas à mette les pieds dans le plat...kelly dowland,journal
Mais, parfois, Kelly a "les zygomatiques qui grincent", parce que son père  est probablement atteint du grand A(lzheimer) et surtout parce qu'elle tient son journal pour comprendre pourquoi c'est si compliqué pour sa grand'ma chérie (101 ans) de mourir. Mais heureusement, il y a les collègues musiciens, les amies et même une éditrice française à qui elle demande: "Vous portez toujours vos tétons comme des bijoux ?", voilà ce que c'est que de porter un tailleurs Saint Laurent sans rien en dessous...La vie, la mort, les cheveux blancs, les copines et leurs amours, on se régale de tout ce quotidien dont Kelly fait son miel !
On sourit, on est ému, on deviebt très vite familier de cet univers et on voudrait une seule chose que Kelly Dowland (qui écrit directement  en français !) nous donne bientôt de ses nouvelles dans un nouveau texte !

Une pépite à découvrir de toute urgence !

Jackie, Kelly Dowland, S(abine) W(espieser) poche. 7 euros.

Le billet d'Eimelle.

04:00 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : kelly dowland, journal

20/06/2015

Le club des pauvres types

"Société d'individualistes incapables de venir en aide à des personnes en délicatesse avec la vie."

Paul, le narrateur, parfait anti-héros,vient enfin de franchir un cap : il s'est installé avec son amoureuse, Claire.Les ajustements ne vont pas sans mal et le trentenaire peine à répondre aux exigences de sa compagne.
Les aléas de la vie vont lui faire rencontrer d’autres hommes, en couple ou non, ayant plus ou moins de difficultés avec l'engagement amoureux, et Le club des pauvres types va naître.
"Ce club est né spontanément, sans préméditation ni mauvaises intentions d'un regroupement d'hommes dans la fleur de l'âge voulant simplement faire connaissance, il s'est progressivement transformé en un lieu de débat, de lutte et de camaraderie militante."
Mesfames, si vous avez déjà rêvé de connaître la vie secrète des trentenaires masculins, jonathan curielprécipitez-vous sur le roman de Jonathan Curiel ! Du décryptage des profils sur les sites de rencontres, au récit épique d'un Enterrement de Vie de Jeune Homme , en passant par les affres du choix du cadeau parfait, vous saurez tout sur ces pauvres hommes, accablés par la pression professionnelle et totalement déboussolés par les femmes  et leurs requêtes: "Et veut-on des enfants ? Plutôt voudraient-ils de nous ? On a déjà du mal à apprivoiser et à se faire accepter par notre électroménager, est-on programmé pour gérer les caprices et les pleurs d'un enfant ? ".
C'est bourré d'humour, un peu superficiel parfois, mais le narrateur manie l’autodérision et l'hyperbole avec virtuosité. Son application du vocabulaire de l'entreprise au management du couple est un pur régal et l'on sourit sans cesse tout au long de ces 316 pages.

Le club des pauvres types, Jonathan Curiel, Fayard 2015.

19/06/2015

LOL est aussi un palindrome*

 

 "-Madame, mais en fait, Phèdre, c'est la première cougar, quoi"

 Sous-titré, Journal d'une prof au bord de la crise (de rire), ce journal de bord consigne mois par mois les échanges parfois surréalistes, parfois désarmants, entre une prof de français et un vaste échantillon de ses élèves d'un lycée"réputé sensible du 93".

ça se lit très vite (un échange par page), c'est à la fois drôle et révélateur d'une société et de relations prof/élèves en pleine mutation. Le fossé culturel est souvent très profond mais vaille que vaille, parfois de manière surprenante et diablement futée, les élèves assimilent (ou pas ) les notions au programme.
J'ai apprécié la présentation de chaque mois qui recense le nombre d'élèves (fluctuant), l'état des troupes, celui du prof , les événements marquants et confirme bien qu'au mois d'avril le prof doit effectuer une "Tentative de spécialisation en gestion hormonale" (des élèves !).51n6BkhbgdL._AA160_.jpg
Un recueil qui parlera forcément  aux enseignants , mais pas que. De quoi nous rebooster pour terminer l'année et oublier la mine pleine de compassion d'une de mes élèves qui, m'ayant demandé depuis combien de temps j'enseignais (réponse :trente ans), m'a regardée, l'ai navré ,en disant "Mais alors , madame, vous avez raté votre vie !".

 *mot qui peut se lire indifféremment de gauche à droite et de droite à gauche

06:00 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (8)

08/06/2015

Enfant terrible

"L'art était une réponse possible aux hurlements, mais la vie se contentait de hausser les épaules et de suivre son cours."

"Cigarettes ,whisky et p'tites pépées" chantait Eddie Constantine (et Annie Cordy !) dans les années soixante. Un programme que pourrait reprendre à son compte en 2013 Kennedy Marr ex-romancier irlandais à succès, devenu spin doctor pour scénarios à Los Angeles.
Entre principe de plaisir et principe de réalité, il a résolument opté pour le premier mais la vie va conspirer pour le ramener à son point de départ , ou presque, car il va devoir enseigner durant une année dans l'université anglaise où travaille son ex-femme. L'occasion de renouer avec sa fille et d'aller enfin voir sa mère, très malade.john niven
Quel régal que ce livre ! Je craignais les pages fleurant bon, au mieux la testostérone, au pire la misogynie la plus crasse,mais j'ai découvert un personnage attachant en diable, ayant le chic pour se compliquer la vie et se fourrer avec un bel entrain dans les ennuis. Certains épisodes sont hilarants (la lecture poétique dans une librairie indépendante, entre autres), d'autres nettement plus émouvants.
Entre considérations sur l'écriture et description au vitriol du microcosme cinématographique , on passe un excellent moment de lecture !

Merci à Cuné qui a su me donner envie !

Enfant terrible, John Niven, traduit de l'anglais par Nathalie Peronny, Sonatine 2015, 415 pages revigorantes !

 

13/03/2015

La fin du monde a du retard...en poche

"-Tu peux compter sur moi. Dès que j'ai sauvé le monde, je me lance dans une opération vide-greniers."

 Alice et Julius, deux amnésiques, s'échappent de la clinique psychiatrique où il sont traités. Alice est totalement dénuée d'émotions et Julius est persuadé qu'un terrible complot menace l'humanité.Pour le déjouer, il leur faudra s'emparer d'un mystérieux Codex et échapper aux nombreux poursuivants qui sont à leurs trousses. Cette "quête qui tourn[e]à la collection de désaxés", enchaîne les"péripéties d'anthologie alliant surprise épique et burlesque échevelé" contient, au bas mot,  une trouvaille humoristique par page ! Mais comment fait-il ? JM Erre
D'autant que, mine de rien, c'est toute une réflexion enjouée et intéressante qui s'intercale avec bonheur entre les épisodes de cette folle course-poursuite ,sur la nécessité de fictionnaliser nos existences. Clins d’œil en tous genres  (les frères Volfoni des Tontons flingueurs !) trouvailles langagières, commentaires sur le récit qui se met en place sous les yeux du lecteur ,font de ces 400 pages un pur bonheur de lecture! Et zou, sur l'étagère des indispensables !

08/02/2015

Lulu paie son coup

"Putain...J'ai même pas eu le temps de penser à ma retraite que j'ai déjà pas de travail !"

Lulu se moque comme de son premier ballon de rouge de la branchitude, elle trimballe sa dégaine de fille à la Kiraz ,fauchée, au chômage, célibataire ,qui vit encore chez ses parents de terrasse de café en apéro dinatoire.lulu d'ardis
Enfant de la crise, elle déambule en tee-shirt à capuche, les mots "cellulite", "shopping" , "Coachella "(en Californie) lui sont étrangers mais elle porte un regard acéré sur notre époque et sur nos mœurs.
Elle s'y connaît en sport, a un côté plein de gouaille, un peu canaille, qui lui fait conseiller à son ami Carlo, pour le réconforter de sa semaine "difficile": "Si tu veux demain,, on se fait un gros Do Mac bien sale, on va au ciné voir Iron Man 4, tranquille, et on se termine au PMU à s'enquiller  des binouzes !"
Lulu d'Ardis , sur son blog, hébergé par Le Monde (clic) croque aussi l'actualité avec mordant et l'humour noir ne lui est pas étranger (ça fait du bien !).  Si Lulu paie son coup, on aimerait bien être de la partie !
lulu d'ardis

06:00 Publié dans BD, Humour | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : lulu d'ardis

02/12/2014

Petit enfer dans la bibliothèque

"La déflagration avait projeté un exemplaire de L'Amour au temps du choléra sur son visage avec tant de force qu'un œil avait été touché et que le texte du roman  s'était imprimé su rune joue  et le front de façon définitive. ça lui donnait une mine austère , mais au moins avait-il de la lecture quand il se rasait."

Quand un auteur a la gentillesse de résumer son roman page 13, on ne va pas se gêner : "Les événements décrits dans ces pages se sont déroulés au cours d'une semaine très chargée de la fin de l'été 2004. Une semaine qui avait débuté par une expédition à Swindon pour dénicher un boulot et s'était terminée par des torrents de feu purificateur tombant des cieux, une révision du budget opérationnel des services des bibliothèques du Wessex et par la mort de Gavin Watkins abattu par d'un coup de feu par mon fils. ce dernier point était particulièrement déprimant-surtout pour Gavin." Prolepse ultime ou sabordage masochiste ? Je l'envisagerais plutôt comme l'ossature solide d'un roman foisonnant de surprises, d'humour et d'amour forcené des livres et de la littérature.jasper fforde
C'est toujours un plaisir fou de retrouver Thursday Next, devenue au fil du temps et des aventures une quinquagénaire un peu cabossée , mais toujours partante pour affronter Goliath et ses sbires. Jasper Fforde utilise en virtuose ce que lui permet la littérature en matière de surprises,  crée des personnages haut en couleurs, un univers complètement fou, paradis ou enfer des bibliothécaires,nous plonge dans la perplexité, nous embrouille et , hop à quelques encablures de la fin , tout devient clair mais pas totalement résolu car un nouveau volume est en vue ! Un pur régal, hautement addictif !

Petit enfer dans la bibliothèque, Jasper Fforde, traduit de l’anglais par Jean-François Merle, Fleuve éditions 2014, 408 pages piquetées de marque-pages.

 

 

 

02/10/2014

Hyperbole

"Je ne suis que le vaisseau impuissant d'une identité moindre, que je dois supporter malgré moi. J'ai constamment peur d'elle, et prie pour qu'elle ne m'attaque ni ne m'oblige à commettre des actions dont j'aurais honte."

Quand Cuné m'envoie un mail me recommandant un livre, je fonce ! (surtout quand elle sait trouver les arguments comme celui-ci, imparable: il y a des chiens... :))

Roman  autobio et graphique, Hyperbole, explore de manière imagée, (ah le générateur d'amour propre ! ) à la fois précise et pleine d'humour, les tours et  détours de la personnalité en devenir de son auteure. à noter que le seul personnage dessiné de manière  non totalement figurative est l'auteure elle-même (l'espèce de poisson /grenouille ? cornu dessiné sur la couv' , c'est elle). Et ce choix est volontaire, car elle sait croquer à merveille les attitudes et comportements des chiens, tant par ses dessins que par ses textes (les résultats du test d'intelligence de son premier chien sont à mourir de rire et l'adoption du second chien est encore plus gratinée ! ).allie brosh,roman graphique
Ce n'est pas juste un "ego trip" de plus, c'est une analyse vivante, pleine d 'humour à laquelle on peut pleinement s'identifier. Les mensonges qu'on se fait à soi même, nos tergiversation, notre tendance à procrastiner (remette toujours au lendemain ), tout ceci nous est familier, mais , éclairé par l'auteure, prend une coloration nettement plus sympathique.
Un livre qui m'a fait glousser toute seule à de nombreuses reprises (bon, j'avoue avoir dévoré en premier les chapitres consacrés aux chiens, facile à repérer les chapitres car tous sont colorés jusque sur la tranche d'une couleur différente). Je l'ai dévoré d'une traite et il est constellé de marque-pages !

Un livre tonique et hautement réjouissant ! merci Cuné !

Pour celui ou celle qui aime "fouiner dans les circonvolutions  profondes de [son] cerveau comme un intrépide idiot"

Hyperbole, Allie Brosh, les Arènes 2014.

Jérôme a aussi aimé !

16/07/2014

Comment se débarrasser d'un ado d'appartement

"Vous êtes au bord de la crise de mère. Maintenant, il faut que jeunesse se casse !"

Le film d’Étienne Chatilliez avait mis en scène un personnage devenu depuis représentatif  d'une génération d'étudiants au long cours accrochés comme des berniques au foyer parental, j'ai nommé Tanguy.

anne de rancourt


Le modèle évoqué par Anne de Rancourt ,dans cet essai tour à tour tendre et acidulé, est celui d'un  adulescent (mot-valise , contraction d'adulte et d'adolescent ).En effet,  si l'adolescence commence de plus en plus tôt, elle a une fâcheuse tendance à durer très longtemps. Le specimen imaginé  (ou pas ) par l'auteure est âgé de vingt-trois ans et il est à la (molle ) recherche du sésame de l'autonomie: un emploi.
ça grince un peu mais on sent bien que derrière les méthodes farfelues (et inutilisables, bien sûr) imaginées par l'auteure, il y a de l'amour mais aussi la volonté de voir l'oisillon prendre son envol et son autonomie devant l’œil embué de sa môman. Une manière de dédramatiser un peu ce phénomène de plus en plus d'actualité.

Comment se débarrasser d'un ado d'appartement, Anne de Rancourt, j'ai Lu 2014, 132 pages que j'aurais aimées un peu plus corrosives.

06:01 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : anne de rancourt

08/07/2014

Juin de culasse

"Ben si, le père pensait autrement. Outre que, le mal étant nommé, il se sentait un peu soulagé, il trouvait prodigieux, épatant, même, que le calendrier, la mécanique et la météo, que le grand beau temps et les quatre temps, que le moteur et la chaleur se fussent ligués, juste pour produire ce calembour calamiteux : juin de culasse. le père, des fois, il avait pas toute sa raison."

ça nous est tous arrivé au moins une fois: le coup de la panne en plein cagnard sur la route des vacances. Antoine Martin poursuivant son Histoire de l'humanité (commencée avec Le chauffe- eau clic) transforme une fois de plus en épopée hilarante nos p'tits et gros soucis de la vie quotidienne. On y retrouve son goût des mots , sa jubilation à mêler les registres de langue (et l'on voit bien que son narrateur a suivi des études classiques, le bougre: j'ai apprécié la fonction dictionnaire de ma liseuse !). Son portrait du garagiste d'autoroute, "cette came oléagineuse et rétive, cette tête de delcon", sorti d'un film d'Audiard (ou d'un roman de San Antonio) est délectable ! L'auteur pousse même le vice jusqu'à utiliser le champ lexical de la mécanique dans l'intitulé de chacun de ses chapitres ! Du grand art . J' attends déjà avec impatience le troisième volet !antoine martin

Juin de culasse, Antoine Martin, le Diable Vauvert 2014,56 pages, 5 euros version papier et encore moins version électronique !