Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/03/2014

La fin du monde a du retard

"-Tu peux compter sur moi. Dès que j'ai sauvé le monde, je me lance dans une opération vide-greniers."

 Alice et Julius, deux amnésiques, s'échappent de la clinique psychiatrique où il sont traités. Alice est totalement dénuée d'émotions et Julius est persuadé qu'un terrible complot menace l'humanité.Pour le déjouer, il leur faudra s'emparer d'un mystérieux Codex et échapper aux nombreux poursuivants qui sont à leurs trousses. Cette "quête qui tourn[e]à la collection de désaxés", enchaîne les"péripéties d'anthologie alliant surprise épique et burlesque échevelé" contient, au bas mot,  une trouvaille humoristique par page ! Mais comment fait-il ? j.m. erre
D'autant que, mine de rien, c'est toute une réflexion enjouée et intéressante qui s'intercale avec bonheur entre les épisodes de cette folle course-poursuite ,sur la nécessité de fictionnaliser nos existences. Clins d’œil en tous genres  (les frères Volfoni des Tontons flingueurs !) trouvailles langagières, commentaires sur le récit qui se met en place sous les yeux du lecteur ,font de ces 400 pages un pur bonheur de lecture! Et zou, sur l'étagère des indispensables !

 La fin du monde a du retard, J.M.Erre, Buchet-Chastel 2014.

 L'avis de Cuné qui a porté le premier coup .

Celui de Clara qui a été fatal !

27/02/2014

Pourquoi les clefs jouent-elles à cache-cache avec nous ?

"Pourquoi les footballeurs causent bizarre ? [...] Ils font des têtes, parfois la tête. on n'en fera jamais des têtes."

Marion Hirisnger est institutrice en maternelle, mais elle aime toujours les enfants."
Et comme elle est aussi très curieuse , elle s'est penchée sur tous les petits mystères de l'existence, un peu à la façon de Philippe Vandel, mais en privilégiant l'humour aux vraies réponses. Quoique...
Arec sa complice ,auteure de BD dans le civil et illustratrice, Cathy Karsenty, ce sont donc des énigmes du quotidien aussi variées que "Pourquoi les super-héros portent-ils le slip au dessus du collant ?", "Pourquoi est-il si doux de faire semblant de dormir ? "ou "Pourquoi l'avocat médiatique a-t-il le cheveu approximatif ?" qui sont ainsi passées au crible et explicitées avec un bel amour des mots, des gens et de la vie ! On en redemande !marion hirsinger,cathy karsenty

Pourquoi les clefs jouent-elles à cache-cache avec nous ? Marion Hirsinger, Cathy Karsenty, First éditions 2014.

26/02/2014

Le chat assassin s'en va

"Rentre vite à la maison que je puisse t'étrangler"

Se sentant trahi par Ellie, sa petite maîtresse, Tuffy, alias le chat assassin, décide théâtralement de quitter son foyer. à lui l'aventure ! Mais Tuffy aime son petit confort et n'est pas du tout prêt à se nourrir d'un oisillon qu'il n'a même pas tué:" "Ne sois pas si douillet! C'est de la viande.  Toute fraîche. c'est bon et traditionnel. Et tu as vraiment faim."
Hélas ! Mes amis, je suis encore loin d'avoir assez faim""anne fine
Il lui faudra donc se faire adopter et là les ennuis commencent, pour le plus grand plaisir des lecteurs grands ou petits ! Quel plaisir de retrouver Tuffy le roi de la mauvaise foi et toute sa petite famille ! Les dessins  pleins de malice de Véronique Deiss accentuent encore l'humour des aventures de notre chat préféré ! Un petite plaisir à (s) offrir sans faute !

 

Le chat assassin s'en va, Anne Fine, traduit de l’anglais par  Véronique Haïtse, École des loisirs 2014, pour les enfants qui aiment déjà lire tout seuls.126 pages et un final haut en couleurs !

06:00 Publié dans Humour, Jeunesse | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : anne fine

17/01/2014

Série Z ...en poche

"Numérote tes escarres, ça va saigner."

Féru de films de série Z, Félix Zac, adolescent attardé et néanmoins père de famille, commence beaucoup de scénarios, sans jamais les terminer.Un jour pourtant, notre anti-héros achève L'hospice de l'angoisse qui se déroule dans une maison de retraite où cabotinent à qui mieux mieux de vieux acteurs n'ayant jamais accédé à la gloire. Hélas, la réalité va rattraper la fiction et les cadavres du scénario vont tout à fait correspondre à ceux des pensionnaires de la Niche saint-Luc , là où Félix avait précisément situé l'action de son film ...
"Auteur en roue libre, lecteur rend ton livre !" ,prévient , sentencieux, M. hubert C. de knokke-le -Zoute, qui, mis en abîme supplémentaire ,lit le roman en même temps que nous, mais heureusement lui même finalement ne suivra pas ce conseil car auteur en roue libre , livre hors calibre !
Un récit où les péripéties se succèdent en cascade, où les dialogues sont plein de verdeur (les retraités ne possèdent peut être plus leur dentition d'origine mais ils ont cependant la dent dure et même perclus d'arthrose sont dotés d'une énergie à toute épreuve!), où les clins d’œil aux vedettes de la série Z se faufilent en douce aux coins des rues, où les titres mémorables titillent notre mémoire,ne peut que séduire le lecteur, entraîné dans un tourbillon qui ne l'essouffle même pas !J.M. Erre
Félix, homme un peu falot au départ, noyé qu'il est dans un gynécée dont la plus jeune représentante, à savoir sa fille Zoé n'est pas la moins intrépide , va nous réserver bien des surprises. Animateur de blog pour les fondus de nanars , il analyse les thématiques de ces séries Z avec un angle à chaque fois original et hilarant. Qui aurait cru que Max Pécas était "le cinéaste français qui a le mieux su exprimer le carpe diem antique "? ou que "L'hystérie funésienne *reflète l'angoisse métaphysique de l'homme confronté à la disparition de ses repères et à la naissance d'une nouvelle société dont il se sent exclu, et qu'il identifie donc à al barbarie. Tout mais 68  est là, dans les tics de l'adjudant Cruchot devant une jeunesse qui dit merde à l'uniforme en exhibant ses blanches fesses . CQFQ." ?
On sent que l'auteur connaît lui-même par coeur ces films et qu'il éprouve pour eux et leurs acteurs une grande tendresse, tendresse qu'il nous fait partager tout au long de ces pages pleines d'humour et d'énergie. Un livre qui donne une folle envie de regarder cet été quelques uns des titres  gratinés évoqués dans Série Z !

* De Funès et ses fameux gendarmes !

16/01/2014

Les autres, c'est rien que des sales types ...en poche

e Sale Type est protéiforme: Con, Touriste, Imbécile  Heureux, Provincial, Jeune, Pauvre, Végétarien... Il rôde autour de  nous, nous le  côtoyons chaque jour et devons nous en accommoder quand  il se présente sous la  forme de Conjoint ou Commerçant.Bref, le  Sale Type c'est l'Autre. Et il n'échappe  pas à l'oeil acéré et à la plume alerte et élégante de Jacques Alain Bertrand qui le  croque avec une  jubilation de chat gourmand...Émaillant ses portraits de citations et de références culturelles  jamais pesantes l'auteur  nous entraîne avec bonheur dans un monde où sous une forme légère des vérités parfois acides nous sont livrées avec grâce.jacques a. bertrand
En outre,un auteur qui  se fait un copain poisson ,  brait  de  concert avec un âne et caracole avec les chèvres ne peut évidemment que nous être sympathique , surtout quand il termine  son ouvrage par une pirouette qui lui évite de se poser en Homme Parfait ou presque...

02/12/2013

Voyages en Absurdie

"Vous ne le savez sûrement pas et mêm41C+V-n5RNL._.jpge si vous le savez , de quoi je me mêle, mais mercredi prochain sortira le prochain Astérix et périls."

Dans une autre vie, Stéphane Degroodt était pilote de course. Même qu'il avait commencé son entraînement en achetant une combinaison et en s'installant dans sa baignoire. Pas étonnant donc si maintenant il feint de nous piloter en Absurdie, pays dont il est le roi, mais c'est pour mieux nous y perdre.
En effet , entre deux calembours, une fausse chute , un ou deux néologismes, il nous balade, nous éblouit et du coup nous ne pouvons tout repérer. Il en profite, mine de rien, pour balancer un ou deux tacles, nous étourdit , nous fait sourire pour mieux nous égarer dans ce pays dont il a seul les clés :
"Arrivé sur le pas de ma porte, je sonne. J'attends...personne ne vient, je me dis que je sois être parti. je fais alors le tour pour aller m'ouvrir mais, surprise, je ne suis plus là ! Ben oui, à me faire attendre, j'ai fini par me poser un lapin. Heureusement, comme je ne suis pas rancunier, je me convaincs de revenir et m'installe dans le canapé en tête à tête avec, euh, rien."

Pour être sûr de rien avoir loupé, rien ne vaut une séance de rattrapage, histoire de mieux profiter de celui sur le berceau duquel Devos et Desproges ont dû se pencher...

Plon 2013.

Et tous les dimanches, sur canal plus dans l'émission de Maïtena Biraben.


 

26/11/2013

Myriam Leroy n'aime pas

"L'amour, c'est quand deux personnes ont arrêté d'essayer."

"Dézingage à la sulfateuse des choses unanimement encensées par la critique", tel est l’objectif des chroniques de Myriam Leroy. Dans un monde où l'on nous propose sans arrêt d'aimer tout et n'importe quoi, cela relève de l'entreprise salutaire, surtout quand , comme Myriam Leroy on est 417AZqHfqmL._AA160_.jpgdoté d'un très joli brin de plume qui n'est pas sans rappeler Pierre Desproges* .Les mauvaises langues diront que j'aime que dis-je, j'adore Myriam Leroy parce qu'elle a écrit ceci : "J'admire d'ailleurs beaucoup ceux qui travaillent avec les enfants, les profs, par exemple. Qui doivent souvent se sentir comme des prix Nobel de chimie   parce qu'elle parachutés au Terek Grosny**."
Non, j'aime Myriam Leroy parce qu'elle n'est pas consensuelle, qu'elle regimbe devant tout ce que, à grand coup de matraquage médiatique ou de bon ton, on nous demande d'apprécier. Et elle y va de bon cœur Myriam et moi de hoqueter de rire et de surligner plein de passages sur les scouts, Miss Belgique , les DJ's, les gens (carrément !), La France, Yannick Noah, les blogueuses (!), The artist, les jours fériés, Bref  (la série): "L'espèce de folie qui règne autour d'elles témoigne de la pauvreté créative de nos sociétés. Qui se ruent sur quelques minutes de sourire comme des zombies affamés sur un morceau de cervelle humaine frétillante, comme si c'était du Léonard de Vinci humoristique , du Stephen Hawking de la farce...". Elle s'en prend même à ...Myriam Leroy ! Un pur régal en direct de la Belgique !

à noter que Myriam Leroy officie maintenant sur Canal Plus (La nouvelle édition).

On peut la voir dans ses œuvres ici !

* "De toutes mes forces, de toute la force de mon coeur, de toute la force de mon âme, je hais les coiffeurs. J'ai horreur qu'un gominé à gourmette me chahute le cuir chevelu avec ses grosses papattes embagouzées aux ongles éclatants de vulgarité manucurale. J'ai horreur qu'un Brummel de gouttière me gerbe dans le cou le crachin postillonnant des réflexions de philosophie banlieusarde que lui inspirent sporadiquement la hausse du dollar, l'anus artificiel du pape, l'inappétence sexuelle de la fille Grimaldi, la montée de la violence dans les quartiers cosmopolites et l’indiscipline problématique de la raie de mon quoi ? De la raie de mon crâne. Car, à l'instar du pou, le coiffeur est un parasite du cheveu." in Chroniques de la haine ordinaire

** en Tchétchénie

06:00 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : myriam leroy

24/10/2013

j'ai deux amours , mon sac et Paris

"Mes chéries, n'oubliez jamais qu'une femme doit être indépendante Et...savoir coordonner son sac à ses chaussures !"

 D'Alexandre Vialatte à Jean-Claude Kaufman , en passant par la chanteuse Camille, ils ont été nombreux à se pencher sur le mystère du contenu des sacs des filles.
Cette fois, c'est Fabienne Legrand qui s'y colle, nous entraînant au passage dans une très jolie balade au cœur de Paris.9782749132006.GIF
 Si on retrouve ici l'élégance de son trait, déjà remarqué dans Un été au Cap-Ferret (clic), on note que l'humour est un peu plus décalé, en particulier grâce aux personnages de  Mamita, 90 ans au compteur, qui trimballe dans son sac Hector, teckel nain, décédé il y a douze ans  [qui], même empaillé la suit encore partout...ou de celui de Mamine (âge biffé, mais on devine les 70 ans) qui se réjouit d'avoir acheté un pantalon dans lequel elle ne pourra jamais rentrer car "Il est tout simplement délicieux de penser qu'à l'heure qu'il est une pauvre créature dotée d'un ridicule petit cul taille 36 pleure ce pantalon."
C'est frais, léger et ça donne le sourire car chacune de nous peut se reconnaître dans certaines situations . Un seul petit bémol : l'allégeance, revendiquée, à une seule marque de sac.

J'ai deux amours, mon sac et Paris, Fabienne Legrand, Le Cherche Midi 2013.

07:45 Publié dans BD, Humour | Lien permanent | Commentaires (8)

16/08/2013

Les chroniques de Lady Yoga

"Parfois, ça simplifie la vie de ne pas créer de grandes attentes."

 Il aura fallu que j'apprenne que derrière Rain Mitchell se dissimulait en fait Stephen Mc Cauley (dont j'avais adoré L'objet de mon affection) pour que je me lance dans la lecture de ces Chroniques de Lady Yoga, (dont le titre fait évidemment écho aux chroniques de San Francisco d'Armistead Maupin).
Pas besoin de pratiquer cette discipline pour se régaler de l'histoire de ces femmes qui fréquentent et/ou animent un cours de yoga dans un quartier "excentré et peuplé de prétendus artistes, fréquenté par une poignée d'excentriques qui ne regardent jamais la télé."de Los Angeles.rain mitchell,stephen mc cauley
Satire du monde du yoga,  discipline détournée par certains en une véritable industrie, ce roman girly, mais jamais  trop futile,  est rempli de bienveillance et d'humour. Un petit plaisir à s'offrir sans plus attendre  et à dévorer d'une traite !

Dans la foulée, j'ai commandé le second !

03/08/2013

La minute vieille est de retour...

...il y a même des petits vieux de temps en temps et comme Arte est sympa, cette année on peut faire du rattrapage ici avec toutes les vidéos !:)