Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/10/2012

Muléum

"Il est beaucoup plus facile de donner des conseils et des impulsions aux autres que d'avoir des réflexions sensées et ingénieuses sur sa propre vie."

Toute sa famille ayant disparu dans un accident d'avion, Julie, dix-huit ans décide de se suicider. Mais le destin semble s'acharner et Julie survit, voyage autour du monde et , évidemment retrouve goût à la vie.
L'argument est mince, prévisible mais ce qui fait tout le charme de ce roman qu'on ne peut lâcher est la vision particulière des moindres faits de la vie quotidienne de l'héroïne qui constate par exemple : "j'ai exploité sexuellement le meilleur patineur du monde pendant quatre jours.
Ce serait du plus bel effet sur un CV."erlend loe,roman norvégien
Ou s'achète "un puzzle marronnasse et mochissime" et affirme:" Dix euros, j'ai payé. Certainement l'un des enfers les moins chers qu'on puisse avoir pour de l'argent." Un ton original et un humour ravageur du fait du décalage entre ce que Julie écrit dans son journal et la réalité qu'on peut deviner par bribes entre les lignes. Un roman au rythme échevelé et qu'on ne lâche pas !

Le billet tentateur de Clara !



 

18/09/2012

Le démon d'après-midi

Noémie et ses amies se font un week-end entre filles au bord de la mer. Bon, elles sont aussi flanquées des ados de la première et des deux chiens et du chat de Monique qui n'a jamais voulu d'enfants, alors question tranquillité on repassera ! Entre le vin blanc et les tourteaux, c'est le moment des confidences et des souvenirs et ces femmes, au passage,  égratignent gentiment les maris partis ou plan plan dont elles s'accommodent pourtant.florence cestac,les quinqua sont sympa
Les années ont passé, la cinquantaine et "le climatère (la ménopause, quoi!)" sont venus et finalement la vie s'est chargée du retour de bâton sur le mari volage et les amants égoîstes. Aucune aigreur mais un féroce appétit de vie pour ces femmes dont on aimerait bien être aussi les copines !
Le ton mordant du Démon de midi s'est un peu apaisé mais on passe un excellent moment en compagnie de Noémie et ses copines !

02/08/2012

Le penseur malgré lui/On peut rire de tout mais on n'est pas obligé

"Mes opinions n'engagent que moi, et encore..."

Comme le remarque l'auteur "Rien ne fait rire tout le monde." mais l'ensemble de ces textes courts, pensées, aphorismes, fables express ou inattendus sont une mine de sourires à la clé ! On feuillette, on apprécie les jeux de mots, les coups de griffes au passage (Il y a des pays où l'humour est un sens interdit" et on trouve toujours son petit bonheur au déteour d'une page.grégoire lacroix
Perso, je me suis régalée avec le texte intitulé "avertissement" et surtout avec "Poème chevelu" avec son lexique inventé ( qui n'est pas sans rappeler  Le grand combat de Henri Michaux) et l'analyse littéraire vers par vers totalement folledingue qui suit !

à garder sous la main pour y piocher régulièrement !

Le penseur malgré lui, Grégoire lacroix, Le cherche-Midi 2012.

06:00 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : grégoire lacroix

31/07/2012

Promenons-nous dans les bois

"C'est sans doute lié à sa tendance historique à domestiquer et exploiter les grands espaces mais , si vous voulez mon avis, l'attitude de l'Amérique envers la nature est à tous points de vue très étrange."

L 'Appalachian Trail est un sentier qui serpente sur 3 500 kilomètres , du Maine à la Georgie. Une sorte de mythe que certains marcheurs n'hésitent pas à réaliser par tronçons, sur plusieurs années, un peu comme le chemin de Compostelle, la dimension religieuse en moins.bill bryson,marche,appalachian trail
C'est à ce mythe que décide de se confronter Bill Bryson en compagnie d'un ami d'enfance, Stephen Katz,  qu'il n'a pas revu depuis belle lurette. Las ! Si Bill est relativement en forme et (en théorie) bien équipé, son compagnon traîne plutôt la patte et semble davantage intéressé par la junk food et les séries télévisées ! Un duo bancal dont l'auteur de American rigolos va tirer toute la puissance comique !
Mais il n'en reste pas moins que ce récit  comporte également un aspect documentaire et critique sur la relation qu'entretiennent les Américains et la nature .
Un texte à lire (entre autres) par tous ceux qui voudraient entreprendre le même périple. S'ils sont prêts à affronter les conditions météo versatiles, les refuges avec un côté ouvert, les fêlés (que Bryson semble attirer avec une belle constance), la forêt oppressante, les rencontres potentielless avec les ours (gris ou noirs suivant les endroits), voire les tueurs en série ou pas, alors enjoy ! Pour ma part, je me contente de rester dans mon fauteuil  et  de savourer ce livre mais j'en connais de plus courageuses !

Merci à Keisha qui m'a donné envie de lire ce texte !

18/07/2012

Plan B pour l'été

hélène vignal"C'est compliqué, c'est réversible, c'est tordu, c'est flou ...en un mot, c'est bon !"

Comment convaincre une mamie sympa mais un tantinet psychorigide de faire du camping ? C'est Le plan B pour l'été de Louise , 15 ans,  qui veut passer un semaine de vacances avec son meilleur ami Théo, homo dont la famille ne veut admettre l'orientation sexuelle.
Gageons que l'ado saura se montrer persuasive et qu'elle y gagnera en outre de connaître enfin de nouveaux aspects du passé de sa grand-mère.
Une écriture vive et enjouée pour un roman en apparence léger mais qui brosse un très joli portrait des relations intergénérationnelles, sans mièvrerie, et évoque des sujets graves au passage.

Merci Clara pour cette découverte !

Plan B pour l'été, Hélène Vignal, Le Rouergue 2012, 217 pages hérissées de marque-pages !

16/07/2012

American rigolos

"...j'ai pris le livre et je me suis installé dans ces espaces de lecture que les bibliothèques offrent aux gens qui ne savent pas où passer leurs après-midis mais ne sont pas prêts pour autant à se laisser interner dans une institution."

De retour aux Etats-Unis  après 20 ans passés en Grande-Bretagne, Byll Bryson porte un regard aiguisé sur ses compatriotes et leurs comportements. Ne croyez pas pour autant qu'il passe son temps à les critiquer et à regretter les charmes de la campagne anglaise, non, loin s'en faut !
Mais voyager et vivre à l'étranger lui permet de prendre de la distance et de souligner, e,tre autres,  le gaspillage éhonté des sources d'énergie, le fait que les villes américaines sont uniquement pensées pour les automobilistes et que l'expérience de l'air frais se limite à certaines grandes occasions, qu'il ne peut s'empêcher d'ailleurs de brocarder au passage !bill bryson,chroniques
Le tout avec un humour jouissif et une écriture totalement maîtrisée. Notons au passage que l'auteur se met lui-même en scène dans des situations de la vie quotidienne, des morceaux de bravoure où il se dénigre avec une belle ardeur ! Des chroniques à savourer quand dehors (ou dedans) tout est gris !

American rigolos, chroniques d'un grand pays, Bill Bryson, Payot 2001, édition de poche 2003, 364 pages à déguster avec jubilation !

Déniché à la médiathèque.

Le billet de Kathel qui vous mènera vers plein d'autres !

06:00 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : bill bryson, chroniques

09/07/2012

La minute vieille, j'adore ! Sur Arte à 19 h 40

Pour voir les premières c'est ici !

08/07/2012

Un été au Cap-Ferret

"Aaaah le Cap-Ferret...Dites bien partout que c'est moche, surfait, snob, cher et qu'il n'y fait jamais beau. Allez tous en Corse et laissez-moi MON Ferret!"

Bobbie est belle, snob, n'arrive jamais à décrocher, même en vacances au Cap Ferret, c'est dire ! Elle est un peu casse-couilles aussi mais on l'adore d'emblée quand elle passe sa commande de bar hyper frais dès le petit dej' d'une manière pour le moins originale ou qu'elle trouve le moyen de délimiter un périmètre de sécurité sur la plage "dont sont exclues les moins de 30 ans  à la fesse ferme et au sein haut." ou qu'elle évacue  son stress en hurlant des insanités !le cap-ferret mode d'emploi
Fashionista même en vacances, elle nous évite les fautes de goût, déniche des tenues Jean-Paul Gaultier dans des endroits improbables et parvient même à  trouver les arguments pour nous réconcilier avec le sport ! Bref, comme dirait l'autre, Bobbie est la copine idéale pour partir en vacances !
Les dessins sont une merveille d'élégance et j'aime beaucoup l'opposition entre les personnages principaux, tout en fluidité et colorés de manière très chic ,et le reste du décor en noir et blanc. Une petite merveille à découvrir sans plus attendre !

 

Un été au Cap-Ferret, Fabienne Legrand,  le Cherche-midi 2012, 72 pages à déguster au soleil !

Le blog de l'auteure.

Un exemple gourmand...

27/06/2012

Le chauffe-eau (épopée)

"Dans un coin sombre du garage, le chauffe-eau existait, impénétrable et muet comme un Moloch stoïque."

Une épopée contemporaine en cinquante -six pages format poche, tel est le défi ,relevé haut la main, par Antoine Martin.antoine martin,ah mon dieu quel bonheur d'avoir un mari bricoleur
En lice, deux combattants : le chauffe-eau , dont le démon s 'éveille en plusieurs étapes, et un père de famille doté de deux mains gauches , d'une caisse à outils réduite à sa plus brève expression mais prêt à lutter jusqu'au bout :" ...le père hésita très peu avant de se lancer dans l'inégal corps à corps. Y avait pas , ça serait lui ou lui.
Il n'était pas au bout de ses peines."
Vous l'aurez compris les hauts faits dont il sera ici question sont des plus quotidiens et des plus triviaux. Mais Antoine Martin, à coups d'allusions littéraires, de vocabulaire volontairement excessif , tour à tour, familier ou soutenu, crée un décalage des plus efficaces pour faire naître le sourire.
Le style est  impeccable, la dérision au rendez-vous et on suit, captivé, les péripéties de ce combat entre le chauffe-eau et l'homme. Promis vous n'ouvrirez plus votre robinet d'eau chaude sans avoir une pensée émue pour cet appareil ! Un délice à s'offrir dans plus tarder !

Le chauffe-eau, Antoine Martin, le Diable Vauvert 2012, 56 pages, 5 euros.

 


31/05/2012

Les compliments...(enfin) en poche

"C'est exactement ça Fabrice Luchini, un acteur qui est obligé de séduire pour transporter la parole des penseurs, des écrivains, des poètes."

Parus initialement en 2003 (!), ces portraits brossés par François Morel nous font faire un fameux bon dans le temps: celui où le comédien, metteur en scène, acteur, officiait sur France Inter; celui où  Raymond Devos, Daniel Gélin  étaient encore vivants, et où Renaud venait de sortir un album (de reprises, mais quand même). Que tous ceux à qui ces noms ne disent strictement rien ne partent pas pour autant ! françois morel
En effet, François Morel, quelque soit la personnalité invitée, utilise la figure imposée du portrait à sa guise et nous entraîne dans un univers de folie douce , qui n'a souvent rien à voir avec le point de départ ! On aurait aimé voir la tête de tous ceux qui ont été utilisés comme prétexte à une balade absurde où sont parfois convoqués les membres de la famille de François Morel : "Ma soeur, les yeux rougis par la révolte et la passion de ses convictions avancées était une sorte de Louise Michel yé-yé dont les gestes si amples et si désordonnés risquaient à chaque instant de provoquer une catastrophe irréversible : renverser son bol de camomille sur le dernier numéro de Salut les copains avec Monty en couverture..."
Morel ne passe jamais les plats, donne quelques coups de griffe parfois, mais se livre aussi à de magnifiques exercices d'admiration, pleins de tendresse et d'émotion (Anna Karina, Raymond Devos), n'hésitant pas non plus à rendre hommage au grand comédien que fut Jean Piat en alexandrins, ma foi fort bien troussés !
Quelques traces de nostalgie parfois percent sous l'humour mais juste comme une caresse...