Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/10/2010

Le petit Gus fait sa crise

"Si elle est sévère avec moi pour ma console, c'est normal que je sois sévère avec elle pour les câlins. c'est vrai quoi."

Gus (tave) a dix ans, une mère qui a eu la fâcheuse idée de lire (et d'appliquer) les conseils d'Aldo Nouillerie( pédiatre de la pire espèce, le roi de la frustration), un père qui claironne les prix au supermarché, filant la honte à son fils, un grand frère qui a "des boutons d'apnée plein la tronche", et une grande soeur qui rêve d'introduire en fraude un rat dans la maison, pour faire style.41wQ9zZVPyL._SL500_AA300_.jpg
Mais lui Gus, a la délicieuse intention de ne pas suivre l'exemple de ses aînés :"Quand je serai un ado, j'éviterai d'être égoïste et feignant et j'aiderai ma mère à se taper les corvées de la maison. c'est la moindre des choses et je le ferai dès que je serai en âge de le faire." (Vite signe-là mon fils ! ).Remarquons  néanmoins au passage qu'il prend la précaution de ne pas préciser quand se situe cet âge bénit ...
Mais Gus ne se limite pas à son petit nombril, il chope au passage les faits d'actualités qui le touchent ou l'énervent et les commentent parfois dans un langage peu châtié (mais qui irait prétendre que nos chérubins s'expriment toujours de manière endimanchée ? ). Certains thèmes sont abordés de manière un peu maladroite mais globalement on se glisse avec délices dans la vie mouvementée de cette famille qui ressemble peu ou prou à la notre, chat compris !
Claudine Desmarteaux a su trouver  le ton et le langage de Gus, mêlant à-peu-près et néologismes, et le récit cavale à toute allure entre Tamara qui balance des coups de trousse et DS Lite.

Ne reste plus qu'à le faire valider par Mister Ferdi !:)

27/09/2010

Franchise postale

"J'ai admis le côté ludique de l'existence."

Fan de Pierre Richard depuis toujours,"...je n'ai jamais connu le monde sans toi. Tant mieux" Christophe Duthuron est aussi devenu son ami dans des circonstances... dignes d'un film ! Les deux compères ont ici pris la plume pour brosser un autoportrait par correspondance , l'acteur répondant à une quinzaine de lettres représentatives des courriers pour le moins incongrus envoyés par des gens aussi fêlés que sans gêne, l'invitant de manière impromptue à honorer de sa présence un anniversaire (le grand Gégé (comprendre Depardieu) n'étant pas disponible hélas, ou lui envoyant des scénarios aussi indigents que boursouflés de prétention.51H0Ntr8vIL._SL500_AA300_.jpg
Cela nous vaut aussi de savoureuses et hilarantes anecdotes de l'acteur qui se souvient ainsi qu'il a joué dans une mise en scène champêtre de Shakespeare avec,entre autres ,pour partenaire un âne et une grande comédienne économisant les piles de son sonotone, ingrédients qui ne pouvaient mener qu'au désastre ! Mais un désastre qui m'a fait me plier en deux , j'en pleurais tellement je riais !
Pierre Richard, tout lunaire qu'on le croit,  sait aussi se montrer rosse avec les fâcheux de tout poil, les irrespectueux qui croient qu'une vedette se doit d'être constamment disponible pour son public et il s'en explique avec une franchise (postale) qui l'honore.
Néanmoins, ce qui domine l'ensemble c'est cette volonté de prendre la vie avec enthousiasme , de préserver " Un appétit de vivre, un certain goût des premières fois, une capacité d'émerveillement." Un livre qui donne la pêche et l'envie de revoir tous nos classiques Pierrerichardiens !

Franchise postale, Pierre Richard, Christophe Duthuron, Le cherche midi 2010 , 259 pages pour battre en brèche la grisaille !

 

 

23/08/2010

Le chien boomerang

"C'était un sentimental inversé."

"C'est un vrai chien de chasse, un bleu bourru d'Auvergne" ainsi en a décidé , par intuition la mère d'Henri Cueco. Vrai chien de chasse ?  A vérifier ,car Le chien boomerang (je vous laisse le plaisir de découvrir le bien-fondé de cette appellation), s'il chasse ce sont surtout les clients du petit commerce familial. Une vraie terreur, ce Loulou, et moche avec ça,  mais pas question de le lui dire en face. Il se vexerait et se vengerait. Obsédé sexuel,voleur, mordeur,  compissant la maison et les trottoirs,  il se mêle de tout, dialoguant la nuit avec la seule qu'il aime et aux pieds desquels il est venu se coucher un beau jour, la mère de famille, veuve avec cinq enfants, qui lui passe tout, y compris les puces dont il infeste la maison.51H-ZEce-HL._BO2,204,203,200_PIsitb-sticker-arrow-click,TopRight,35,-76_AA300_SH20_OU08_.jpg
Mais il y a une solution à tout, y compris à Loulou qui va contribuer à assurer la pitance de cette famille nombreuse au sein de laquelle il joue un vrai rôle en bon chien dominant qu'il est...
Truffé de dialogues incisifs et caustiques, rappelant tout à la fois la Toutouque de Colette ou les saynètes campagnardes de Jules Renard, Le chien Boomerang est bien comme l'indique la quatrième de couverture "Une histoire de famille" car à travers les frasques de Loulou se lit en creux le portrait d'une tribu jugée bohême par son voisinage. Un  texte court où l'absurde le dispute à l'humour grinçant...

Mais après nous avoir fait rire avec cet inénarrable Loulou, Cueco enchaîne avec un deuxième texte, tout aussi savoureux mais consacré cette fois à un chat,Caramel, un fieffé voyou, rouleur de mécaniques , qu'un accident rendra plus tendre. Et le récit de se teinter de poésie et d 'émotion.
Seule la troisième partie, très courte, consacrée à l'explication d'une injonction maternelle énigmatique, m'aura laissée de marbre.
Bref, un livre destiné à tous ceux qui aiment l'humour caustique et pas seulement aux mérotes à chien et/ ou à chats !

Le chien Boomerang, Henri Cueco, JBz &  cie 2010, 155 pages pour avoir la larme à l'oeil, de rire ou d'émotion.

01/06/2010

Le naufrage de la Vesle Mari

A quiconque m'aurait affirmé : "Tu vas éclater de rire en lisant des histoires de chasseurs au Groenland !", je me serais contentée de hausser les épaules  et de passer mon chemin. Et j'aurais eu tort. Grand tort même  car découvrir l'oeuvre de Jorn Riel, même en commençant comme moi par le dernier ouvrage paru, Le naufrage de la Vesle Mari,  est une vraie cure de jouvence !41MJ33vGetL._SL500_AA300_.jpg
Cet univers faussement naïf, où l'on trinque avec un fantôme, où un bain de nouvel an peut devenir mortel, où une femme se venge d'un fiancé qui l' a éconduite à grands coups de pelle sur la tête, est aussi un monde où l'on ruse avec l'administration qui veut renvoyer tous ces joyeux lurons loin de chez eux, et chez eux c'est bien sûr le Groenland. A chacun de trouver sa solution...
Très vite on a l'impression d'avoir toujours connu Olsen, Bjorken et les autres et l'on se frotte les mains à l'idée de poursuivre cette découverte tardive !

Le naufrage de la Vesle Mari et autres racontars, Jorn Riel, traduit du damois par Susanne Juul et Bernard Saint Bonnet, Gaïa 2009, 251 pages à ne pas lire en public, sauf à ne pas craindre les éclats de rire intempestifs !

Ps: dans la foulée, j'ai déniché à la médiathèque La maison des célibataires, juste un peu trop court à mon goût !

19/04/2010

Tous à la campagne !

"Mettez autant de couches que possible . Puis rajoutez-en une."

Parce que son époux est tombé amoureux de l'idée de vivre à la campagne, plus précisément au fin fond du Northumberland, une journaliste cent pour cent londonienne, va quitter sa vie trépidante de mère- de- famille- qui- travaille- en -ville pour le grand plongeon dans l'inconnu rural.
Non content de l'y emmener, le charmant mari va le plus souvent la laisser se débrouiller seule -car bien évidemment son travail l'appelle souvent à la capitale- non sans avoir oublié au passage de faire le plein d'essence de la voiture familiale...
Déménagements à répétition, travaux qui vont la mener à cohabiter plus ou moins avec des artisans locaux, sans compter les difficultés d'intégration pour notre héroïne et l'un de ses enfants, les péripéties s'enchaînent pour le plus grand bonheur de la lectrice qui se reconnaîtra à coup sûr dans l'une des expériences de Judith o'Reilly qui , journaliste exilée, a tenu un blog avant de mettre en pages ses aventures.
On y apprendra au passage que pour faciliter la "rentrée des mamans", celles-ci se voient remettre un sachet de thé enrubanné, après avoir déposé leur chérubin à l'école ou qu'un "charmant jeune homme du National trust" peut venir inspecter votre projet d'extension pour vérifier que vous n'allez pas déranger quelques chauves-souris protégées...51HCwtdcozL._SL500_AA300_.jpg
Un livre qui ne révolutionnera pas la littérature mais qui est bien troussé, enlevé et tient toutes ses promesses: nous vider la tête et nous faire sourire !

Tous à la campagne, traduit de l'anglais par Isabelle Chapman, Belfond, collection mille comédies, 2010, 374 pages de pure détente.

06/04/2010

Départs anticipés

"En ce qui me concerne, je préférerais bouffer des chenilles sur un trottoir brûlant."

Proposer une loi demandant aux personnes âgées de prendre leurs Départs anticipés ou plutôt d'effectuer leur transitionnement volontaire-comprendre leur suicide assisté- afin de ne plus creuser le déficit de la sécu et de ne pas léguer de dettes aux générations montantes, voilà qui s'appelle un coup de tonnerre dans le monde politique états-unien !
Tel est pourtant l'objectif de Cassandra Devine, conseillère en communication et blogeuse énervée à ses heures, bientôt relayée par un politique ambitieux et sans scrupules.2103840651.jpg
Tout le monde en prend pour son grade dans cette comédie à cent à l'heure qui fustige autant le monde politique que celui des affaires et place ses personnages dans des situations à la fois improbables et réjouissantes. Parfois le trait est vraiment outré mais on s'en fiche un peu (beaucoup) car le politiquement incorrect est tellement  plus drôle ! On aimerait parfois que certaines scènes se déroulent "pour de vrai" , afin de casser le ronron lénifiant qui dissimule la violence et la corruption de notre monde. Un très bon moment de lecture.

Départs anticipés, Christopher Buckley, points seuil, 478 pages toniques.

 

Merci Cuné !

19/03/2010

Pensées

Parfois caustique, "Je pense que j'ai surestimé votre intelligence, je dis à tout le monde que vous êtes à moitié demeuré" , souvent misogyne, flirtant avec l'absurde et l'auto-dépréciation, insaisissable et désopilant, tel est Groucho Marx qui se taille la part du lion dans ces Pensées, maximes et anecdotes des Marx Brothers.9782749116631R1.gif
On ne sait où donner de la tête pour choisir une citation, tant est riche ce volume de la collection des Pensées. j'avoue avoir une certaine préférence pour cet avertissement que Groucho envoya au Confidential magazine :

"Messieurs,

Si vous continuez à publier des articles diffamatoires à mon sujet, je me verrai dans l'obligation d'annuler mon abonnement.

Sincères salutations,

Groucho Marx"

Et en ces temps de quasi dictature du bien-manger , un repas dont l'énoncé fait frémir: "Hier soir, je me suis offert le dîner type anti-cholestérol : courge bouillie, lait écrémé et gélatine saccharinée . Je suis convaincu que ça n'allongera pas ma vie, mais je sais que ça la fera sembler plus longue." (Groucho). En tout cas, en compagnie des Marx Brothers, le temps file à toute allure ! A (re) découvrir de toute urgence !

06:00 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : marx brothers

08/03/2010

Drôles de femmes

Yolande Moreau, Sylvie Joly, Anémone, Amélie Nothomb, Florence Cestac, Michèle Bernier, Maria Pacôme, Tsilla Chelton, Dominique Lavanant  sont de Drôles de femmes rencontrées par Julie Birmant et croquées par Catherine Meurisse.Cela donne un album chaleureux où Julie Birmant se met en scène, donnant à voir l'admiration ou l'amour qu'elle éprouve pour ces femmes hors du commun. Chacune d'entre elles a dû prendre la vie à bras le corps, forcer son destin, lutter contre les préjugés, que ce soit Tsilla Chelton que son éducation ne destinait en rien à jouer Ionesco ou l'inoubliable Tatie Danielle, Anémone, rejetant le système du cinéma français ou Michèle Bernier qui a su imposer à la fois un physique atypique et une pièce , le fameux Démon de midi prenant à rebrousse-poil les discours convenus...51bugS7dIQL._BO2,204,203,200_PIsitb-sticker-arrow-click,TopRight,35,-76_AA240_SH20_OU08_.jpg
Anecdotes hilarantes ou confidences se succèdent au fil des rencontres et même si on sent parfois que le courant n'est pas toujours passé avec la même intensité, il n'en reste pas moins que chaque portrait est à la fois respectueux et riche.

A lire et relire, y compris par les plus jeunes qui ne se rendent pas toujours compte du chemin parcouru par les femmes, y compris dans le monde de l'humour. C'est la journée de la femme, les filles, je prends le droit de faire ma féministe !:)

Un énorme merci à Cuné, qui d'autre pouvait dénicher une telle pépite ? !

Drôles de femmes, Julie Birmant, Catherine Meurisse , Editions Dargaud 2010

06/03/2010

La joie de vivre

Henri Salvador c'est avant tout un rire. Un rire comme une ponctuation, un rire pour oublier et faire oublier que "Ma peau noire est mon étoile jaune."417aM0R9rJL._SL500_AA240_.jpg
Lui qui se définissait comme un "fantaisiste crooner" était un éternel optimiste qui affirmait : "Il faut savoir prendre la vie avec le sourire. Au cours d'une vie, on connaît plus de jours merveilleux que de coups durs."
Grand paresseux devant l'Eternel , "Le travail, pour moi, est une chose sacrée, je n'y touche pas !" fut nénanmoins un sacré bosseur et un grand séducteur !
Les pensées, répliques et anecdotes fournies par des amis ou des proches rassemblées dans ce recueil brossent un portrait-mosaïque, réjouissant et solaire de cet homme qui disait :" Je ne me suis pas fabriqué. Je me suis découvert. Ceux qui se fabriquent ne sont pas vrais."

Le cherche-midi éditeur 2010 .

26/02/2010

Délires

"La- déconne-est-un état-d'esprit !"

Qu'il s'indigne Du scandale des bananes écrasées dans l'indifférence générale ou se réjouisse du fait que" les plus grands économistes mondiaux ont prévu depuis des années la crise financière actuelle. Je suis totalement rassuré et confiant dans le passé.", Daniel Prévost ferraille à tous vents, jonglant parfois avec les mots, même s'il affirme détester les contrepèteries et poussant l'absurde jusqu'à la folie, douce ou acide.51pzdTxVRFL._SL500_AA300_.jpg
Alternant emportements et réflexions posées, il nous houspille et nous entraîne du garage Gaudin à la consolation des poireaux vinaigrette: "Le plat qui me réconcilie avec la vie quand celle-ci me fait mal."
Qu'il s'énerve et la lueur malicieuse perçue dans ses yeux sur la couverture pourrait tout à coup devenir un tantinet inquiétante...Insaississable, Daniel Prévost n'est jamais là où l'on l'attend et c'est tant mieux. Un livre où piocher sans modération.

Délires, Daniel Prévost, Le cherche midi éditeur, 2010.

06:00 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : daniel prévost