Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/04/2009

"Saute dedans, sardine, voilà ta boîte."

Rien que le titre et l'utilisation de cet adjectif gentiment désuet m'enchantent :  Agrippine déconfite ! Qui prononce encore ce mot ? Enfin une nouvelle BD de Claire Bretécher qui nous donne des nouvelles de toute la famille : les parents sur le point de divorcer ou pas, le petit frère Biron qui traverse une mauvaise passe, la grand-mère qui refuse d'arrêter son antidépresseur car "les effets secondaires me font trop de bien", sans oublier l'arrière grand-mère, Zonzon, qui a  entamé une brillante carrière de graffeuse. Parfois  on se demande si Agrippine n'a pas raison et si elle n'est pas la plus normale de la bande !
Mais plus que toute cette vie familiale trépidante c'est l'inventivité langagière de  Bretécher qui me ravit :  que ce soit lagrand-mère qui  demande "Combien la rançon mademoiselle?  "pour connaître le prix de LA paire de boots ou qui s'exclame: "Putain,j'ai la rage en fleur",on en redemande !51BrS0H0itL._SL500_AA240_.jpg
Du coup, nous nous offrons, grâce à la médiathèque, une relecture intégrale de la série car Ferdi est mordu ! Gare aux effets secondaires!

Ps:  dans le volume Allergies, un dessin de chambre  d'ado plus vrai que nature...

09/04/2009

A picorer pour se remonter le moral !

D'emblée la couverture est délicieuse et le contenu l'est tout autant !Imaginez : les  "classiques"  de l'humour anglo-saxon (Woody Allen, Groucho Marx , entre autres) mais aussi et surtout plein  de petits "nouveaux"  qu'on n'imaginait pas forcément aussi drôles, se sont donné rendez-vous et rivalisent  d 'autodérision et de finesse  pour nous faire rire et sourire !
Ouvert au  hasard  :   " Dieu a offert aux hommes  un cerveau et un pénis, mais pas  suffisamment  de sang pour que les  deux fonctionnent en même temps." Si c'est Robin Williams qui l'affirme, on peut le croire ,  non ? !9782749114323R1.GIF
J'ai remarqué beaucoup d'autodérision chez les acteurs et actrices , ainsi Joan Rivers : " Ma meilleure méthode de contraception en ce moment est de laisser les lumières allumées.". On y retrouve aussi cet absurde flegmatique dont les Anglo-saxons ont fait leur marque de  fabrique : "Ma grand-mère était une femme très forte. Elle a  enterré trois maris dont deux  seulement faisaient la sieste."

Un régal où piocher quand la morosité pointe son nez !

Le petit  livre de l'humour anglo-saxon, le cherche midi, 4  euros.

25/03/2009

"Je t'aime mon loup, mon gros loup, mon p'tit loup..." H. Dès

Les loups sont revenus ! Non pas aux  frontières de  nos  villes mais à celles de nos nuits : "Les loups arrivent toujours le soir :  on n'aperçoit que leurs yeux qui s'allument dans le  noir." Alors,  vite , il faut s'en débarrasser !  Et pour cela, Catherine Leblanc et Roland Garrigue ont uni leurs talents pour nous expliquer Comment ratatiner les loups.51vX31XybPL._SS500_.jpg
Les méthodes sont variées,  gourmandes, poétiques, politiquement incorrectes et donc délicieuses : utiliser des gros mots ou conseiller de dévorer la petite soeur, "Elle  est bien meilleure à manger" fera toujours son petit effet ! Facétieuses les illustrations nous montrent les loups en détresse et ce renversement de situation ne peut que séduire le lecteur.La double mise en abîme , tant dans le texte que les illustrations , donne  encore  plus  de charme  et de profondeur à cet album  qui montre non seulement  qu'on  peut dépasser ses peurs (le loup peut s'avérer n'être après tout qu'une vieille  chaussette pourrie oubliée  sous un lit), seul ou à plusieurs mais  aussi que la raison du plus fort n'est pas toujours la meilleure.
Ainsi une illustration montrant un loup terrorisé par une flopée  de petits chaperons rouges menaçants a fait écho à des propos de Jean-Marie Pelt évoquant la détresse de son chat face à une trentaine de souris...Quand les "faibles " s'unissent, les "forts"  ne sont pas toujours gagnants...
Cet album réussit le pari de nous montrer des loups  effrayants juste ce qu'il faut, tout en leur  témoignant une certaine tendresse  car il faut bien l'avouer, : ils sont craquants ces diablotins, avec leurs dents pointues et leurs yeux en billes de loto ! Pleines d'invention et d'humour  (ne pas  rater le loup se transformant en sapin pour échapper à des enfants , bien explorer  tous les recoins du livre !), les illustrations de Roland Garrigue m'ont totalement  séduite , tout comme le texte faussement  sérieux de Catherine Leblanc dont j'avais déjà  admiré le talent dans Le problème avec les maths. (pas de billet).

Un grand coup de coeur !

Le  site de Catherine Leblanc.

Celui de  Roland Garrigue.

07/03/2009

Vient de sortir en poche...

Billet  ici!51lPGCTsbdL._SL500_AA240_.jpg

06/03/2009

"Ma phrase est un peu ampoulée, c'est l'intelligence qui veut ça."

Certes, il existe déjà toute une flopée de recueils de lettres à  vocation humoristique mais Les belles lettres du professeur Rollin valent surtout par leur humour pince-sans -rire, leur absurde qui part en roue libre et leur digressions cultivées , instructives et bien souvent hilarantes!
Le lecteur fait ainsi le grand écart entre une "Lettre au pape  pour exprimer des doutes sérieux quant à l'existence de Dieu" et une "Lettre à une adolescente à une  autre" plus vraie que nature." S'avèreront aussi fort utiles,  car le professeur Rollin veille à envisager toutes les circonstances  de la vie quotidienne  , celle adressée aux dirigeants d'un pays exportateur de pétrole et la "Lettre d'excuse à un gardien  d'immeuble que l'on aura( un peu imprudemment) traité de "vieux phacochère répugnant"".
Au passage, le professeur Rollin nous gratifie du calendrier rollinien, peu usité mais fort utile  qui commence  à "rentrôse", pour  se terminer par "vacançol" en passant par , entre  autres," crêpor", que nous venons de quitter.41God5OCbrL._SL500_AA240_.jpg
Ferdi et moi  lui sommes aussi  redevables  d'une belle crise de fou  rire grâce à la mention  de la collection de mots du chanteur  Francis Lalanne qui, enfant, avait marqué dans son carnet de  trésors  linguistiques,  à la lettre Z , le  mot "zouriche", tout droit venu de la chanson d'Enrico  Macias, "Les  gens du Nord"...

Un petit régal pour les jours tristouilles et pour les amoureux des mots !

Vient de sortir dans la collection Points-Seuil .

Les paroles c'est ici :  "Et les péniches..."

05/12/2008

"Faites des bêtises, mais faites les avec enthousiasme !" Colette

 

51fdjiVRS6L._SL500_AA240_.jpgOn n’a jamais fini ! Que celle qui  n'a jamais prononcé cette phrase se dénonce !:) Entre  les  bobos  des  maris ,"Je ne connais pas d’hommes capables d’un simple rhume"(Lisa Rochambeau –Lapierre), le bazar , "Ranger la maison tant que les enfants ne sont pas élevés c’est un peu comme de déblayer les congères devant la porte tant que la neige continue de tomber."(Phyllis Diller)  certaines se résignent :"Je mettrai un peu d’ordre dans ce souk quand les enfants auront quitté la maison ."(Erma Bombeck).Nous trouvons néanmoins-miraculeusement- le temps de quelques Papotages,512hLQqQ78L._SL500_AA240_.jpg même si comme l'affirme Marilyn Monroe : "Une jeune fille de bonne famille c’est quelqu'un qui sait jouer au tennis et au golf, jouer du piano et surtout jouer les muettes." Après tout ,Les femmes aiment les choses simples…les hommes par exemple ! et Helen Exley le sait bien, elle qui  nous présente  ces trois volumes de citations humoristiques et pétillantes , illustrées de manière tonique. A offrir...  ou à  s'offrir !

51pGR2M+RCL._SL500_AA240_.jpg

 

 

01/12/2008

"Il n'a plus de main ! Il est moignon tout plein !" F. Dard

Le meilleur de l'humour noir nous promet Sébastien Bailly aux Editions Mille -et -une -nuits. Dans une préface fort intéressante, il définit cette forme pariculière d'humour comme "un contraste entre entre le tragique de ce dont il est question et la façon d'en parler  avec froideur et cynisme. Une affaire de contraste donc , qui, bien menée, produit l'éblouissement."
Friande de cet humour si particulier je dois avouer que j'ai été fort peu éblouie par les citations de ce tout petit livre qui regroupe des auteurs "classiques" mais aussi inattendus (Ricet Barriet Pierre Perret, Bernard Blier...). sans doute n'étais-je dans l'humeur  adéquate ou  peut être  aurais-je dû picorer et non  engloutir.  A vous  de voir !51-rjAHVeoL._SL500_AA240_.jpg