Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/01/2014

Les autres, c'est rien que des sales types ...en poche

e Sale Type est protéiforme: Con, Touriste, Imbécile  Heureux, Provincial, Jeune, Pauvre, Végétarien... Il rôde autour de  nous, nous le  côtoyons chaque jour et devons nous en accommoder quand  il se présente sous la  forme de Conjoint ou Commerçant.Bref, le  Sale Type c'est l'Autre. Et il n'échappe  pas à l'oeil acéré et à la plume alerte et élégante de Jacques Alain Bertrand qui le  croque avec une  jubilation de chat gourmand...Émaillant ses portraits de citations et de références culturelles  jamais pesantes l'auteur  nous entraîne avec bonheur dans un monde où sous une forme légère des vérités parfois acides nous sont livrées avec grâce.jacques a. bertrand
En outre,un auteur qui  se fait un copain poisson ,  brait  de  concert avec un âne et caracole avec les chèvres ne peut évidemment que nous être sympathique , surtout quand il termine  son ouvrage par une pirouette qui lui évite de se poser en Homme Parfait ou presque...

02/12/2013

Voyages en Absurdie

"Vous ne le savez sûrement pas et mêm41C+V-n5RNL._.jpge si vous le savez , de quoi je me mêle, mais mercredi prochain sortira le prochain Astérix et périls."

Dans une autre vie, Stéphane Degroodt était pilote de course. Même qu'il avait commencé son entraînement en achetant une combinaison et en s'installant dans sa baignoire. Pas étonnant donc si maintenant il feint de nous piloter en Absurdie, pays dont il est le roi, mais c'est pour mieux nous y perdre.
En effet , entre deux calembours, une fausse chute , un ou deux néologismes, il nous balade, nous éblouit et du coup nous ne pouvons tout repérer. Il en profite, mine de rien, pour balancer un ou deux tacles, nous étourdit , nous fait sourire pour mieux nous égarer dans ce pays dont il a seul les clés :
"Arrivé sur le pas de ma porte, je sonne. J'attends...personne ne vient, je me dis que je sois être parti. je fais alors le tour pour aller m'ouvrir mais, surprise, je ne suis plus là ! Ben oui, à me faire attendre, j'ai fini par me poser un lapin. Heureusement, comme je ne suis pas rancunier, je me convaincs de revenir et m'installe dans le canapé en tête à tête avec, euh, rien."

Pour être sûr de rien avoir loupé, rien ne vaut une séance de rattrapage, histoire de mieux profiter de celui sur le berceau duquel Devos et Desproges ont dû se pencher...

Plon 2013.

Et tous les dimanches, sur canal plus dans l'émission de Maïtena Biraben.


 

26/11/2013

Myriam Leroy n'aime pas

"L'amour, c'est quand deux personnes ont arrêté d'essayer."

"Dézingage à la sulfateuse des choses unanimement encensées par la critique", tel est l’objectif des chroniques de Myriam Leroy. Dans un monde où l'on nous propose sans arrêt d'aimer tout et n'importe quoi, cela relève de l'entreprise salutaire, surtout quand , comme Myriam Leroy on est 417AZqHfqmL._AA160_.jpgdoté d'un très joli brin de plume qui n'est pas sans rappeler Pierre Desproges* .Les mauvaises langues diront que j'aime que dis-je, j'adore Myriam Leroy parce qu'elle a écrit ceci : "J'admire d'ailleurs beaucoup ceux qui travaillent avec les enfants, les profs, par exemple. Qui doivent souvent se sentir comme des prix Nobel de chimie   parce qu'elle parachutés au Terek Grosny**."
Non, j'aime Myriam Leroy parce qu'elle n'est pas consensuelle, qu'elle regimbe devant tout ce que, à grand coup de matraquage médiatique ou de bon ton, on nous demande d'apprécier. Et elle y va de bon cœur Myriam et moi de hoqueter de rire et de surligner plein de passages sur les scouts, Miss Belgique , les DJ's, les gens (carrément !), La France, Yannick Noah, les blogueuses (!), The artist, les jours fériés, Bref  (la série): "L'espèce de folie qui règne autour d'elles témoigne de la pauvreté créative de nos sociétés. Qui se ruent sur quelques minutes de sourire comme des zombies affamés sur un morceau de cervelle humaine frétillante, comme si c'était du Léonard de Vinci humoristique , du Stephen Hawking de la farce...". Elle s'en prend même à ...Myriam Leroy ! Un pur régal en direct de la Belgique !

à noter que Myriam Leroy officie maintenant sur Canal Plus (La nouvelle édition).

On peut la voir dans ses œuvres ici !

* "De toutes mes forces, de toute la force de mon coeur, de toute la force de mon âme, je hais les coiffeurs. J'ai horreur qu'un gominé à gourmette me chahute le cuir chevelu avec ses grosses papattes embagouzées aux ongles éclatants de vulgarité manucurale. J'ai horreur qu'un Brummel de gouttière me gerbe dans le cou le crachin postillonnant des réflexions de philosophie banlieusarde que lui inspirent sporadiquement la hausse du dollar, l'anus artificiel du pape, l'inappétence sexuelle de la fille Grimaldi, la montée de la violence dans les quartiers cosmopolites et l’indiscipline problématique de la raie de mon quoi ? De la raie de mon crâne. Car, à l'instar du pou, le coiffeur est un parasite du cheveu." in Chroniques de la haine ordinaire

** en Tchétchénie

06:00 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : myriam leroy

24/10/2013

j'ai deux amours , mon sac et Paris

"Mes chéries, n'oubliez jamais qu'une femme doit être indépendante Et...savoir coordonner son sac à ses chaussures !"

 D'Alexandre Vialatte à Jean-Claude Kaufman , en passant par la chanteuse Camille, ils ont été nombreux à se pencher sur le mystère du contenu des sacs des filles.
Cette fois, c'est Fabienne Legrand qui s'y colle, nous entraînant au passage dans une très jolie balade au cœur de Paris.9782749132006.GIF
 Si on retrouve ici l'élégance de son trait, déjà remarqué dans Un été au Cap-Ferret (clic), on note que l'humour est un peu plus décalé, en particulier grâce aux personnages de  Mamita, 90 ans au compteur, qui trimballe dans son sac Hector, teckel nain, décédé il y a douze ans  [qui], même empaillé la suit encore partout...ou de celui de Mamine (âge biffé, mais on devine les 70 ans) qui se réjouit d'avoir acheté un pantalon dans lequel elle ne pourra jamais rentrer car "Il est tout simplement délicieux de penser qu'à l'heure qu'il est une pauvre créature dotée d'un ridicule petit cul taille 36 pleure ce pantalon."
C'est frais, léger et ça donne le sourire car chacune de nous peut se reconnaître dans certaines situations . Un seul petit bémol : l'allégeance, revendiquée, à une seule marque de sac.

J'ai deux amours, mon sac et Paris, Fabienne Legrand, Le Cherche Midi 2013.

07:45 Publié dans BD, Humour | Lien permanent | Commentaires (8)

16/08/2013

Les chroniques de Lady Yoga

"Parfois, ça simplifie la vie de ne pas créer de grandes attentes."

 Il aura fallu que j'apprenne que derrière Rain Mitchell se dissimulait en fait Stephen Mc Cauley (dont j'avais adoré L'objet de mon affection) pour que je me lance dans la lecture de ces Chroniques de Lady Yoga, (dont le titre fait évidemment écho aux chroniques de San Francisco d'Armistead Maupin).
Pas besoin de pratiquer cette discipline pour se régaler de l'histoire de ces femmes qui fréquentent et/ou animent un cours de yoga dans un quartier "excentré et peuplé de prétendus artistes, fréquenté par une poignée d'excentriques qui ne regardent jamais la télé."de Los Angeles.rain mitchell,stephen mc cauley
Satire du monde du yoga,  discipline détournée par certains en une véritable industrie, ce roman girly, mais jamais  trop futile,  est rempli de bienveillance et d'humour. Un petit plaisir à s'offrir sans plus attendre  et à dévorer d'une traite !

Dans la foulée, j'ai commandé le second !

03/08/2013

La minute vieille est de retour...

...il y a même des petits vieux de temps en temps et comme Arte est sympa, cette année on peut faire du rattrapage ici avec toutes les vidéos !:)


15/06/2013

Marilyn, Elvis, le prince William et moi...en poche

« -OK, Lady Pas-De-Chance, tu vas te remettre en selle , et plus vite que ça. »

 

Gracie »petite excitée rigolote » tient fermement les rênes de sa vie, sous forme d'un plan en cinq ans qui lui permet de se fixer des objectifs et de s'y tenir. Jusqu'à présent sa méthode était efficace mais tout va commencer à se dérégler à partir du jour où la promotion qu'elle espérait lui passe sous le nez. Commence alors une série de catastrophes qui n'arrivera pourtant à déstabiliser notre chère Gracie et la mènera sur des chemins qu'elle avait feint d'oublier, ceux de la musique et du chant.lucy-anne holmes
Humour, bonne humeur, tendresse, héroïne au caractère bien trempé qui évolue dans le monde de l'immobilier (et non dans un milieu bien plus glamour), tels sont les ingrédients de ce roman sympathique en diable qui se dévore d'une traite, . On aurait peut être aimé que l'éditeur se fende d'un titre plus en rapport avec le contenu mais bon...

07/06/2013

Tout le monde n'a pas le destin de Kate Middleton...en poche

"Décidément , Victor n'avait que l'embarrasfred ballard du choix pour son avenir professionnel, il était aussi doué en médecine d'urgence qu'en proxénétisme aggravé. Il fallait absolument que je pense à lui offrir un costume rayé et des chaussures en croco blanches pour son prochain anniversaire."

Capucine Guillon, quarante- trois ans, divorcée, élevant seule trois enfants (Paul, Emile, Victor, dans l'ordre !) de trois pères différents, tire le diable par la queue car, toutes les mères d'ado (d'appartement ou pas) vous le diront : l'ado est un morfale qui vide votre frigo en moins de deux et dont les pieds nécessitent l'achat régulier (et fort dispendieux) de baskets . Et ce n'est pas son boulot de rédactrice de questions pour jeux télévisés qui va lui permettre de sortir son compte en banque du rouge ! Manquant chroniquement de culot, trop gentille, se fourrant elle même dans les situations les plus improbables, notre Capucine se définit comme une parfaite looseuse, mais malgré les coups de blues, il lui faut reprendre les choses en mains et repartir de plus belle !
Quadragénaires*, mes soeurs, voici enfin LE livre que nous attendions toutes: le livre sympathique en diable -et diablement réconfortant-, bien écrit, bien ficelé, sans baisse de rythme, qui met en scène une héroïne selon notre coeur ! Une femme comme nous, ni belle, ni moche, qui n'a pas un métier trop glamour, qui ne rêve pas de chaussures X ou de sacs Y , qui arrive une fois sur trois à entrer dans un trikini **et qui ne cherche pas l'amouuuuuuur à tout prix ! Nous la suivons tout au long d'une année, un chapitre par mois, et finissons avec un grand sourire au lèvres après avoir dévoré d'une traite ce roman qui me réconcilie avec la comédie ! à quand l'adaptation cinématographique ?

Tout le monde n'a pas le destin de Kate Middleton, Fred Ballard, Pygmalion 2012, 307 pages qui donnent la pêche !

*Encore pour quelques mois, si , si !

**"un mélange de bikini et de une-pièce , sauf qu'en fait il y avait trois morceaux...Trois morceaux collés les uns aux autres. Comme il n'y avait pas de mode d'emploi ni de schéma de montage, je m'étais débrouillée seule pour trouver dans quels trous je devais mettre mes jambes et dans quels orifices devaient rentrer mes bras, ce qui me prit un certain temps..."

Lire la suite

17/05/2013

Le mystère de la chaussette orpheline et autres tracas du quotidien

"Mais pourquoi tu n'imprimes pas recto-verso ?
ai-je demandé à mon collègue tatoué.
-Avec tout le pollen qu'ils me balancent, je me venge des arbres."

 Colombe Linotte  a un mari hyper carré, qui lit des bouquins sérieux, rechigne à gaspiller la nourriture et n'a égaré aucune chaussette depuis 1992. Il n'hésite pas , le fourbe , à user des ruses les plus viles pour être le premier au lit car sa chère et tendre déteste être la dernière à aller se coucher.
Luluchatigré partage leur vie et chipe sans vergogne les élastiques à cheveux de Colombe. Cette dernière mange compulsivement des babybel , dissimule des titres de Céline Dion dans sa play-list, est persuadée qu'"Il existe quelque part un monde parallèle et merveilleux  où vivent heureux tous [ses] objets perdus". Entre deux crises de nettoyage compulsif et de préparation (plusieurs mois à l'avance ) d'un sac de randonnée qui lui vaudra d'embarquer un bouquin déjà lu, Colombe rédige des billets sur son blog. (clic). Un éditeur a eu la bonne idée de les rassembler et de les publier !colombe linotte
On entre très vite dans ce quotidien-miroir , plein de fraicheur et d'humour.Un recueil où se succèdent des textes courts, voire très courts, qu'on picore , picore et qu'on finit d'une traite sans même s'en apercevoir !
159 pages addictives où se promènent sous formes d'illustrations  élégantes quelques objets égarés et une chatte élastique.

First 2013.

06:00 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : colombe linotte

23/04/2013

L'air de rien

"Pouvoir rire de tout, ce n'est pas rien."

Ne vous fiez pas à son air avenant, patelin, sympathique: François Morel n'a rien d'un chroniqueur qui viendrait vider dans nos oreilles un flot ininterrompu de propos insipides qui s'écoulerait aussitôt avec l'eau du lavabo car, vu l'heure à laquelle il officiait alors sur France Inter, nombreux étaient les auditeurs qui étaient encore dans leur salle de bains.françois morel
Perso, j'étais plutôt sur le parking du boulot et je devais avoir l'air bizarre, assise toute seule dans ma voiture à sourire, voire à me gondoler franchement, mais bon.
Qui d'autre que lui aurait pu suggérer, à défaut d' Albert Camus, de faire entrer au Panthéon Jean-Claude Camus, le manager de Johnny Hallyday ? "On me fera remarquer que Jean-Claude Camus n'est pas mort. Je répondrai qu'en ces temps difficiles où chaque français  doit faire corps avec sa patrie, il n'est pas l'heure de s'encombrer de considérations négligeables."
Qu'il revisite à sa façon la Nativité, évoque les passages éclairs de certains chroniqueurs humoristes à France Inter,s'empare des lettres de la mère de Nicolas Sarkozy à son fils, fustige, mine de rien, certains politiques, la critique est toujours parfaitement ajustée et le style élégant. Morel ne verse jamais dans la méchanceté gratuite car comme il le rappelle lui-même en citant Jules Renard : " La gentillesse, c'est le courage qui sourit." Des choniques iconoclastes et éclectiques pour se faire du bien !

Un petit plaisir à s'offrir en poche. Pocket 2013.

06:00 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : françois morel