Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/10/2014

Sept femmes...en poche.

"Il s'agit de poser les mains sur le monde, afin de s'y tenir et de faire un sort  à cette irréalité qui menace à tout moment de nous engloutir et de nous dissoudre."

"Sept folles". "Allumées". "Insensées"."Imprudentes". qui osèrent écrire, à leur façon ,dans un monde littéraire dominé par les hommes. Obligées parfois de recourir à un pseudonyme masculin, ne connaissant souvent la reconnaissance de leur milieu que de manière posthume, elles ont souffert dans leur chair et dans leur âme pour assouvir cette nécessité : écrire. Elles ont pour nom Emily Brontë, Marina Tsvetaeva, Virginia Woolf, Colette, Sylvia Plath, Ingeborg Bachmann et Djuna Barnes.lydie salvayre
Dans une période sombre de sa vie, comme elle le précise dans la préface, Lydie Salvayre avait perdu le goût d'écrire mais, heureusement, pas de lire.Elle se replongea donc dans l’œuvre de ces femmes puissantes  , "Il me fallait de l'air, du vif. ces lectures me l'apportèrent."puis dans leur biographies, leurs lettres, leurs journaux intimes, s'appropria ce qu'elle avait auparavant dédaigné.
Les textes qu'elle consacre à chacune de ces femmes sont emplis de ferveur et d'émotion, de détails (que pour la plupart j'ignorais  )et qui nous les rendent encore plus présentes. L'avis d'une psychiatre de formation prend aussi d'autant plus de relief quand il s'agit de décrire les "traitements" infligés à Sylvia Plath par le corps médical de l'époque...
Seules m'étaient inconnues Ingeborg Bachmann et Marina Tsvetaeva et je dois avouer que je suis restée hermétique à leur écriture un peu trop lyrique à mon goût, au vu des citations proposées par L. Salvayre. il n'en reste pas moins que ce recueil est tout bruissant de marque-pages et qu'il m'a donné une furieuse envie de relire Brontë, Woolf, Barnes et Colette que je n'ai pas fréquentées depuis longtemps...

Le billet de Mior.

24/10/2014

Dans la peau de Sheldon Horowitz ...en poche

"-Ne vieillis pas , lui recommande-t-il. Si Peter Pan apparaît, suis-le."

"Un sniper américain , sénile, de  quatre-vingt-deux ans serait poursuivi par des Nord-Coréens dans toute la Norvège après avoir fui une scène de crime. Avant ou après le meurtre."Ainsi Sigrid, policière norvégienne résume-t-elle un peu sommairement la situation. On pourrait préciser que Sheldon Horowitz est juif, qu'il vient de s'installer en Norvège chez sa petite-fille-sa seule famille restante-et que l'objectif de cette course-poursuite est de sauver la vie d'une petit garçon Serbe.
On ajoutera aussi que Sheldon ,qui entretient des liens bien particuliers avec son passé ,est fichtrement débrouillard, comme Huckleberry Finn un de ses modèles , que c'est un manipulateur né et qu'il est absolument craquant ! derek b miller
Tendresse (jamais niaise), humour mais aussi vrai suspense qui fait battre le coeur, tous les ingrédients d'un excellent roman et un épilogue qui d'abord m'a laissée un peu sur ma faim mais après réflexion est totalement en accord avec l'esprit du livre. Un premier roman qui crée vraiment un univers, avec des personnages  attachants et des références historiques qui lui donnent un arrière-plan très intéressant. De la belle ouvrage et un grand-père que l'on n'oubliera pas de sitôt ! à découvrir de toute urgence !

23/10/2014

Le blues du braqueur de banque...en poche

Quand on aime la saucisse rouge et qu'on respecte la loi, mieux vaut ne pas savoir comment l'une et l'autre sont élaborées."

Max, spin doctor du premier ministre danois, a assassiné son employeur. Peut être parce que ce dernier ne souhaitait plus être seulement une marionnette ...
C'est à un fameux challenge que va devoir s'atteler l'homme de l'ombre : se tirer d'une situation politique compliquée et rejeter la responsabilité du crime sur un autre. Tout irait pour le mieux, car Max est un petit génie,si une scoute un peu cruche ne venait jouer les mouches du coche .Max aura donc fort à faire en vue de la manipuler.41kxJM4CBNL._AA160_.jpg
Commencé comme un épisode de Columbo, nous connaissons déjà le coupable, le roman de Flemming Jensen va se révéler plus roué que prévu ,même si l'intrigue policière n'est qu'accessoire ici.
Le meurtre est en effet  le prétexte à une double manipulation: celle du lecteur qui ne découvrira qu'à la toute fin la signification du titre et celle de Signe, la scoute, à qui Max inflige une rhétorique iconoclaste et faussée. C'est donc à une joyeuse satire de la politique, parfois un tantinet trop bavarde , que nous invite Flemming Jensen , un auteur découvert grâce à cette couverture joliment mélancolique.

18/10/2014

Idiopathie...en poche

"Meilleure elle était dans l'exercice de son travail, plus les gens la détestaient. De l'avis général, elle excellait dans son travail."

Séparés après une liaison tortueuse, Katherine et Daniel vont devoir se rapprocher pour faire face au retour d'un fantôme de leur passé: leur ami commun Nathan.9782757848043.jpg
Daniel a retrouvé l'amour mais il n' a jamais  été et ne sera jamais de taille à affronter son ex , reine du cynisme et de la mauvaise foi. Les retrouvailles s'annoncent donc plutôt compliquées...
Trentenaires narcissiques et par certains côtés encore puérils, Daniel , Katherine et Nathan prennent tour à tour la parole dans ce roman présenté comme une comédie à l'anglaise .
Si Sam Byers manie les mots avec une profonde jubilation et atteint souvent son objectif,nous faire sourire, voire pouffer, (j'ai adoré en vilaine que je suis l'exploitation de Nathan par sa mère)  il ne parvient pas toujours à donner de la densité à ses second rôles (j'aurais aimé que soient développés par exemple les personnages de la mère et de la sœur de Katherine). Il aurait sans doute fallu aussi tailler dans les discussions et les prises de tête intérieures entre les anciens amoureux (si je lui dis ça, elle va réagir comme ça mais...). Trop longues, elle ont failli m'occasionner un mal de tête et j'avais juste envie de dire à Daniel : Fais-toi une raison et tais-toi. Quant aux vaches, atteinte du syndrome du désœuvrement, elles sont le symbole d'une société en perte de sens. Elles n'en demandaient pas tant, les pauvres.
Bref, un premier roman presque réussi. ...,

16/10/2014

Les femmes de ses fils...en poche

"Cela lui rappellerait que la vie  n'est pas seulement peuplée de moments de colère et de confusion, et de sentiments blessés."

Les trois fils de Rachel et Anthony sont maintenant mariés ,et pour certains père de familles, mais leur mère entend bien que ses enfants continuent à lui prêter allégeance. Son manque de tact va entraîner quelques remous dans les jeunes couples mais, les trois belle-filles, chacune avec des personnalités bien différentes vont tenter progressivement de réorganiser la constellation familiale et de redéfinir le rôle de chacun.joanna trollope
Que voilà un roman confortable ! Délicieusement britannique mais sans pour autant être poussiéreux ! les personnages sont croqués à ravir, la gamme des émotions analysée avec finesse et on se retrouve juste une peu désemparé que cela se termine si vite. à déguster que l'on soit dans l'un ou l'autre camp, ou dans les deux !

Petit bémol: la traduction, un peu bancale parfois.

11/10/2014

Je tue les enfants français dans les jardins..en poche

"Je me lève le matin pour aller passer quelques heures sous les crachats et puis je rentre."

"N'essayez même pas de faire cours, Mademoiselle. Sauvez votre peau.", tel est le conseil que son inspecteur a prodigué à Julia Genovesi, jeune prof d'italien dans un collège marseillais. Voilà qui est bien loin des attentes de la jeune femme et qui ne lui sera pas d'une grande utilité. Le jour où un des semi-délinquants qui "chauffent" les places de sa classe ira trop loin, Julia ne pourra s'appuyer ni sur ses collègues "ratatinés" ni sur sa hiérarchie, débordée, et ne voulant surtout pas faire de vagues. Elle ne pourra compter que sur elle-même et sur la haine qui l'habite, sentiment qui lui fait horreur.
Roman noir, très noir, Je tue les enfants français dans les jardins analyse de l'intérieur ce formidable gâchis qui est en train de se dérouler dans certains collèges.marie neuser
La narratrice réfute avec vigueur les thèses généralement avancées et balance par dessus bord bons sentiments et langue de bois. Le style est vif, acéré et sensible à la fois. Un premier roman comme un coup de poing.

Déniché à la médiathèque.

Je tue les enfants français dans les jardins, Marie Neuser, L'Ecailler 2011, Pocket 2014, 164 pages dérangeantes et c'est tant mieux!

10/10/2014

Une part de ciel...déjà en poche !

"-Tu te souviens trop, Carole. Il faut te dépolluer de tout ça."

Curtil, le père "pigeon-voyageur" a, une fois, de plus envoyé une boule de verre à ses trois enfants pour annoncer son retour. Sans fixer de date, bien sûr.claudie Gallay
Mais les enfants sont maintenant adultes et chacun réagit de manière différente à cette convocation. Carole, la seule à avoir quitté  sa vallée natale dans la Vanoise, revient s'y installer provisoirement, en profitant pour effectuer un travail de traduction sur la vie de l'artiste Christo. Elle renoue peu à peu avec les paysages et personnages hauts en couleurs de son enfance ainsi qu'avec sa sœur Gaby, qui travaille à l'hôtel et vit dans un bungalow, attendant le retour de son homme. Quant à leur frère, Philippe, garde-forestier, il tente de préserver sa vallée.
Carole est l'élément perturbateur de ce roman de l’attente et du souvenir. Elle seule veut revenir sur un incendie qui a bouleversé leur enfance et influé durablement sur leur vie.
Claudie Gallay excelle à peindre cette atmosphère d'une vallée comme coupée du monde que certains ne voudraient pas voir évoluer vers l'avenir. Elle peint avec finesse les relations fraternelles, les silences, les non dits, tout ce qui est prêt à se rejouer par delà les années. On se glisse avec bonheur dans ce roman-cocon qui nous enveloppe durablement tant il est riche d'humanité et de bienveillance. Un coup de cœur !

04/10/2014

Si tout n'a pas péri avec mon innocence

"Dans ma famille nombreuse, il n'y avait pas assez d'amour pour tout le monde: les grands se sont taillé la part du lion et les petits ont léché le plat, comme dans la comptine des cinq doigts que m'apprenait Claudette quand elle avait encore toute sa tête."

 

 Kimberley est l'enfant du milieu d'une fratrie de cinq. Avant elle, deux sœurs aux prénoms slaves qui idolâtrent leur mère, flattant ainsi son narcissisme à toutes épreuves et il en faut pour assumer un bec de lièvre mal recousu. Quant aux deux petits frères, ils ont grandi dans une quasi indifférence maternelle et paternelle. Heureusement la grand-mère veille au grain , du moins tant que son passé ne la rattrape pas.emmanuelle bayamack-tam
Rien de fixe, pas de cadre éducatif, alors Kimberley se donne régulièrement des objectifs et tente de sauver sa famille, se récitant des poèmes du XIXème,des alexandrins du grand Charles (comprendre Baudelaire) en particulier et va trouver une manière bien particulière de se sauver, faute d'avoir pu le faire pour le plus fragile de sa fratrie.
Une belle énergie, parfois marquée par l'outrance ,se dégage de ce récit de métamorphoses corporelles et psychologiques à la première personne, marqué d'emblée par la tragédie,  qui tisse alexandrins et prose sans démarcations.
Kimberley, charnière de la fratrie, l'est aussi en matière de générations parce qu’elle va retrouver la fameuse sage-femme qui avait tant marquée sa grand-mère lors de son accouchement. Avec cette femme,  un peu sorcière, dans un paradis végétal et animal, elle va se dégager de la gangue familiale mortifère.
Un roman à la fois sensible et dérangeant qui se lit d'une traite tant sa narratrice emporte l'adhésion malgré des prises de position extrêmes, propres à l'adolescence et qu'on en souhaiterait pas pour ses propres enfants ! Un univers où se retrouve des figures baudelairiennes, je pense au personnage de Charonne, aux images fortes et marquantes. Un coup de cœur !

 

le billet de Clara  et celui de Cuné .

03/10/2014

Petit éloge de la nuit

"Plénitude
Je n'aime que les nuits entières, où je ne me réveille pas, où je ne me lève pas. Des nuits pleines. Des nuits où l'on se repose d'être soi."

Je nourris pour le genre et la collection Folio chez  du Petit éloge une passion trop souvent déçue. Ici, Ingrid Astier se fixe un cadre supplémentaire ,et s'y tient sans tricher, celui de l'abécédaire , un autre d e mes péchés mignons .petit éloge,ingrid astier
Le résultat : un livre de 129 pages , dont de très nombreuses cornées, "notes vagabondes, de nuits inspirées, de lectures ou de dialogues croisés" que j'ai apprécié au plus haut point.
L'auteure y livre des pensées, le fruit de ses nuits avec le groupe cabarets du quai des orfèvres (elle n'est pas auteur de polars pour rien  et l'on oubliera pas de sitôt celui qu'elle surnomme Le petit Corrézien) , de ses réflexions sur les films comme "Ma nuit chez Maud", de ses lectures, car"La littérature rend notre esprit poreux. Elle s'attaque en nous à ce que nous avons de plus sensible. lorsqu'elle vise juste, elle s'allie à notre pensée jusqu'à l’habiter. rien ne viendra l'en déloger."  ,de ses dialogues avec son frère astronome ...Elle peint à merveille l'atmosphère des nuits , cette complicité qui s'y établit, les moments de calme ou de violence, l'alchimie de la nuit.
C'est poétique, riche et vibrant . à lire de jour comme de nuit ! Un parfait livre de chevet .

Il ne me reste plus qu'à découvrir les polars d'Ingrid Astier !

27/09/2014

L'ardeur des pierres

"Deux morceaux pétrifiés d'univers, avait-il murmuré en caressant leur surface à l'expression complexe."

Sidonie part en vacances au Japon. Elle est française est noire, deux qualificatifs qui ne vont pas de pair dans l’imaginaire de deux japonais qui vont la croiser. Ils l'envisagent plutôt comme une chanteuse de jazz américaine.céline curiol
L'un d'entre eux, tente d’écrire un roman sur un tueur célèbre, pour s'inscrire d'une certaine façon dans la lignée d'un père qu'il na jamais connu, le célèbre sculpteur Isamu Noguchi. L'autre, son voisin du dessous, jardinier, est fasciné par les pierres interdites, les kamo-ishi et cède à la tentation : il en repère dans la nature et les vole.
Entre ces trois personnages vont se tisser des relations basées sur les malentendus et l’incompréhension respective. Quant aux pierres, dès leur arrivée dans la maison du jardinier, elles vont se comporter d'une bien étrange façon...
Il règne une atmosphère subtile et prenante dans ce roman de Céline Curiol. On se laisse fasciner par le désir qui monte progressivement entre les personnages, la tension induite par  le sacrilège commis et l'étrangeté d'un pays où l'auteure a vécu six mois. Un bon moment de lecture comme promis par Aifelle.