Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/08/2013

Les chroniques de Lady Yoga

"Parfois, ça simplifie la vie de ne pas créer de grandes attentes."

 Il aura fallu que j'apprenne que derrière Rain Mitchell se dissimulait en fait Stephen Mc Cauley (dont j'avais adoré L'objet de mon affection) pour que je me lance dans la lecture de ces Chroniques de Lady Yoga, (dont le titre fait évidemment écho aux chroniques de San Francisco d'Armistead Maupin).
Pas besoin de pratiquer cette discipline pour se régaler de l'histoire de ces femmes qui fréquentent et/ou animent un cours de yoga dans un quartier "excentré et peuplé de prétendus artistes, fréquenté par une poignée d'excentriques qui ne regardent jamais la télé."de Los Angeles.rain mitchell,stephen mc cauley
Satire du monde du yoga,  discipline détournée par certains en une véritable industrie, ce roman girly, mais jamais  trop futile,  est rempli de bienveillance et d'humour. Un petit plaisir à s'offrir sans plus attendre  et à dévorer d'une traite !

Dans la foulée, j'ai commandé le second !

13/08/2013

Single & Single

"Il n'y a pas de blanc destrier, marmonna Oliver. Ce serait plutôt un genre de manège."

Tiger Single a bâti un empire financier  auquel il a associé son avocat de fils, Oliver. Mais ce dernier, se rendant compte que son père a partie liée à des mafieux de l’Est de l’Europe, va le dénoncer aux autorités anglaises.john le carré,pèrefils
Commençant par une scène très cinématographique, Single & Single multiplie les rebondissements, joue avec les nerfs du lecteur, mais ne le perd jamais en route. Les personnages sont bien campés, et même si on n’échappe pas à quelques clichés, ils sont vite balayés par l’intensité dramatique du récit.
Je m’attendais à être paumée dans le labyrinthe des sociétés off-shore et autres combines  ayant pour but d’échapper à toute légalité, mais non.
Ces manipulations financières sont en fait l’exacerbation d’une situation autobiographique que nous présente l’auteur dans son avant-propos. En effet, Single & Single décrit surtout les relations compliquées entre un père « imprévisible, irréformable et totalement incompréhensible », qui, à une échelle bien plus modeste , pratiquait lui aussi l’art des montages financiers plus que douteux, et un fils, obsédé par la figure paternelle. Un roman prenant même si, comme moi, on n’est pas un afficionado des romans d’espionnage. De la belle ouvrage.

Offert par ma libraire, yesss !

08/08/2013

Lithium pour Médée

"J'étais celle qui tissait les toiles et rendait la nuit contagieuse."

Elle a vingt-sept ans et constate: "les pins qui ont le même âge en savent plus sur la vie que moi. Alors je me suis dit que cette énorme fleur  qui s'ouvrait devait peut être porter le nom de Rose." Ni son père, en train de faire face à une récidive de son cancer, ni sa mère qui, ayant vécu le rêve américain, est devenue productrice , ne l'appelant par son prénom, nous devons nous contenter  de cette décision.kate braverman,rick moody
Identité mal cernée, comportement erratique, la narratrice analyse avec une lucidité parfois glaçante, son comportement et celui de ses parents aujourd'hui séparés.
Elle revient sur son passé et, à mesure du roman, accède, non pas à la sérénité , mais à une forme de libération.

Rick Moody, dans sa préface, voit dans Lithium pour Médée "une tragédie banale : la famille éclatée". J'y verrais plutôt le poids d'une hérédité et d'un passé transgénérationnel dont on a voulu faire l'économie. L'héroïne est tout sauf sympathique mais la langue, parfois incantatoire, poétique avec quelques points d'humour, rend ce roman totalement hypnotique. à noter que ce texte fait la part belle à la ville de Los Angeles qui devient presque un personnage à part entière.

 Lithium pour Médée, Kate Braverman, traduit de l'anglais (E-U) par Françoise Marel, Rivages poche 2012,318 pages intenses.

06/08/2013

La peau de l'autre

"-ça part d'un truc familier et ça lui donne un aspect étrange.
- Il n'y a pas meilleur que vous pour ça."

Denny, totalement inadapté socialement , est le suspect numéro un dans la mort de Marge. L'occasion lui est offerte d'endosser l'identité d'Homer, gloire locale, disparu il y a trois ans. Pas de bol, son sosie a une vie pire que la sienne !david carkeet
Bouffon, loser ridicule, Denny tente de surnager dans le maelström d'aventures dans lequel il est entraîné. Ce roman flirte avec le polar mais c'est surtout une comédie loufoque reposant sur des schémas classiques (l'usurpation d'identité, la plongée du héros dans un univers inconnu, en l'occurence ici le Vermont et ses bouseux taiseux). Un cohorte de personnages déjantés vient nous prouver que la vie n'est pas si calme et ennuyeuse qu'il y paraît dans le Vermont !
Cependant, au fur et à mesure des rebondissements (nombreux et surprenants), le personnage de Denny gagne en densité et en humanité.
Un roman qui donne le sourire, ce qui n'est pas si fréquent !

La peau de l'autre, David Carkeet, traduit de l'anglais (E.U) par Jean Esch, Points Seuil 2013.

Merci à Clara qui en chroniquant un autre roman du même auteur m'a donné envie de (re) lire celui-ci que j'avais dans un premier temps abandonné !

05/08/2013

J'aimerais tellement que tu sois là

"Devenir le propriétaire de l'exact opposé de cette ferme profondément enracinée."

Jake a troqué la ferme familiale du Devon contre un parc de caravanes sur l'île de Wight, qu'il administre de manière plutôt débonnaire. L'instigatrice de ce changement radical ? Ellie, à qui il était promis depuis l'enfance.graham swift
Pourtant, cette vie en apparence plus douce semble avoir viré à l'aigre : Jake se retrouveseul avec un fusil à attendre l'hypothétique retour de sa femme.
Le roman de Graham Swift possède le rythme placide des vaches et son personnage principal en a l'apparence rustique. Mais s'il mâche et remâche-comme les bovidés- les événements passés, c'est pour les analyser avec une finesse quasi chirurgicale. Les relations familiales, les non-dits, les jalousies tues mais vivaces, tout ceci constitue la matière de cette rumination qu'il faut prendre le temps de savourer.
Un roman qui analyse aussi l'évolution des campagnes anglaises et la disparition de tout un pan de sa population. très subtil et prenant.

L'avis de Clara, la tentatrice (mais j'ai pris le temps de ruminer, moi aussi !:) )

02/08/2013

Hikikomori

"Je n'ai jamais entendu parler de hikikomori américain. Les Américains ne se réfugient pas dans le silence, ils font encore plus de bruit.Ils deviennent fous et se mettent à tirer sur tout le monde."

Depuis trois ans, Thomas Tessler vit "en retrait, barricadé" dans sa chambre à Manhattan. Il a "enfermé le reste du monde dehors" et refuse toute communication avec sa femme, Silke. C'est un hikikomori.jeff backhaus
Résolue à le sortir de son mutisme, son épouse fait appel à une jeune japonaise , Megumi, qui a déjà l'expérience de cette situation typiquement japonaise.
D'emblée le lecteur, et on le suppose bien évidemment Silke, perçoit toutes les conséquences possibles de cette situation hors-normes. Mais Jeff Backhaus dont c'est ici le premier roman, sait contourner tous les écueils et mène sa barque vers une destination bien plus complexe.
Histoires de solitudes qui se croisent, parfois à distance, les relations entre  civilisations différenets sont analysées avec finesse. La poésie n'est pas absente (ah cette description de bain chaud en pleinair sous la neige la nuit !) et je n'émettrai qu'un seul regret: que le personnage de Silke n'ait pas été suffisamment exploré. Une très jolie découverte.

Hikikomori, jeff Backhaus, traduit de de l'anglais (E-U) par Marie de Prémonville, Anna Carrière 2013.

12/07/2013

Misericorde

"Le type n'était pas stupide. Il savait reconnaître un pitbull quand il en croisait un."

Carl Morck,  policier atypique,encore traumatisé à cause d'une intervention qui s'est très mal terminée,mis sur la touche, se voit confier les affaires classées. Avec le surprenant Assad, homme de ménage qu'il promeut au titre d'assistant officieux, Morck va s'occuper du cas de Merete Lyyngaard, prometteuse femme politique disparue depuis cinq ans.jussi adler olsen,roman danois,polar
Cette dernière, le lecteur l'apprend bientôt est enfermée dans une cage , avec un raffinement de tortures physiques et psychologiques qui la mènent au bord de la folie.
Recommandé par ma fille, tellement enthousiaste qu'elle est déjà au milieu du tome suivant, ce roman, je l'ai commencé un peu mollement mais j'ai bientôt été ferrée !
La structure haletante, parfaitement maîtrisée, les personnages qui révèlent leur part d'ombre progressivement, tout cela fait de Misericorde un page turner efficace et hautement addictif ! J'attends maintenant le verdict  de ma fille pour lui offrir- ou non- le troisième et lui chiper,le cas échéant, le deuxième !

Misericorde Jussi Adler-Olsen, traduit du danois par Monique Christiansen, 526 ages qui se dévorent !

Grand prix des lectrices de Elle policier, Prix du meilleur roman scandinave.

Sylire n'a pas été emballée, au contraire d'Aifelle et de Dasola !

11/07/2013

le syndrome de la vis

"Et pendant tout le temps que mes mains travaillaient, la vis oeuvrait en paix, égrenait les pensées ordinaires devenues noires au contact de la nuit sans trop me déranger. Au contraire, même, le flot continu des images qui surgissaient de ma tête animait mes mains , comme l'adrénaline."

Josée , enseignante dans un cégep (collège  d'enseignement général et professionnel), pète les plombs car elle est cre-vée. La cause ? Une insomnie chronique qu'elle combat en lisant un texte d'Umberto Ecco. Peu efficace. Les idées continuent à tourner sans fin dans sa tête.41MGAFHwYiL._.jpg
C'est davantage auprès de son entourage pittoresque que Josée trouvera ,non pas le repos, mais de quoi adoucir les angles de sa vie.
Entrer dans l'univers de Marie-Renée Lavoie est un pur délice ! Son sens de l'observation et de l'humour font que , même si l'intrigue est un peu (beaucoup) faiblarde, on le lui pardonne volontiers tant on tombe amoureux de ses personnages, de leur manière d'affronter la réalité (en fracassant des bibelots achetés exprès , par exemple !), de la tendresse qui se lit dans leur description et de la finesse des observations : "Si on ne canonise pas les parents, c'est qu'ils accomplissent beaucoup trop de miracles pour qu'il soit possible de les consigner. Avec les religieux, on s'en tient à des dossiers raisonnables, quantifiables." Sans oublier, bien sûr, la langue et l'univers québécois que j'adore tout simplement ! Un moment de pur bonheur et plein de pages cornées !

 

 Du même auteur: clic

Un grand grand merci à Cuné, moins enthousiaste !

 

04/07/2013

Désir d'être punk

"Elle dit que la vie va beaucoup plus vite que je ne peux l'imaginer. Mais elle avait beau rouler vite, ils auraient quand même pu sauter ! Ce n'est pas si difficile."

Le décès du père de sa meilleure amie a changé le regard de Martina, adolescente de seize ans. Dans un carnet destiné au garçon qu'elle aime en secret, la jeune fille relate sa vie, scandée par la musique, une vie qui est en train de se réagencer à cause de la crise économique mais aussi d'autres crises plus intimes .belén gopegui,adolescence
Il y a dans ce roman espagnol une vraie voix, intime et poétique, qui sait toucher le lecteur adulte  . Ne surtout pas lire la quatrième de couverture , sauf à vouloir connaître la totalité du roman ! Faire abstraction également du rappel, quasi obligatoire,  dès qu'il est question de cette période de la vie, à l'attrape-coeur et se laisser toucher par la petite musique douce-amère de ce Désir d'être punk.

02/07/2013

Leçons singulières

"Henry n'a jamais été très doué pour pdavid abbott,renoncements nécessairesrendre du bon temps.Il était toujours en train d'abandonner quelque chose. Quand ce n'était pas le vin, c'était le sucre ou la caféine et aujourd'hui c'est moi qu'il a laissé tomber."

Never explain,never complain. Henry pourrait reprendre à son compte la devise royale. Froid et détaché pour les uns,attaché à son image pour les autres, cet homme d'affaires intègre, soucieux de l'éthique et des investissements à long terme, se retrouve brutalement évincé de la société qu'il a contribué à créer.
Quand son ex-épouse, malade, lui demande de le rejoindre en Floride, Henry prendra-t-il conscience de la chance qui lui est offerte de réparer ses erreurs ?
Roman sur la perte et le deuil, Leçons singulières possède une structure parfaitement maîtrisée, qui, en bousculant la chronologie, évite tout pathos. D'emblée, l'auteur nous balance un uppercut et , le coeur serré, le lecteur ne peut que continuer à suivre cet itinéraire d'un homme qui affronte l'adversité avec une dignité sans pareille. Il est pourtant loin d'être un modèle ,mais Henry, par le portrait éclaté qui nous en est proposé, gagne en richesse,en profondeur et en humanité. Une psychologie subtile et un style tout en retenue font qu'on ne peut lâcher ce roman où la violence ordinaire est dépeinte avec une grande fidélité. à découvrir absolument.

Leçons singulières, David Abbott, traduit de l'anglais par Katel Le Fur, Rivages 2012, 295 pages poignantes teintées d'une touche d'humour so british.

Un grand grand merci à Cuné !