Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/09/2013

Place à prendre

"Ils se croient capables de mettre un terme à soixante années de colères et de rancœur avec quelques statistiques."

Le conseiller paroissial Barry Fairbrother vient tout juste de décéder et les notables de la petite bourgade de Pagford s'emploient à ourdir des plans pour prendre sa place. L'enjeu est de taille car depuis soixante ans un litige oppose la ville à sa voisine concernant un centre de désintoxication et un ensemble de logements sociaux dont les bien pensants de Pagford ne veulent plus assumer la charge financière.j.k rowling
 En sous-main, les manigances des adolescents, leurs propres inimitiés, leurs ressentiments envers les adultes souvent présentés comme faibles , lâches , arrogants, pervers, voire violents, vont encore compliquer l'élection en révélant des secrets pour le moins embarrassants.
Ah, elle ne fait pas  dans la dentelle J. K. Rowling dénonçant les hypocrisies, la violence  domestique,l'indifférence et l'égoïsme qui règnent dans cette petite ville ! J'avais peur de me perdre un peu vu la multiplicité des personnages, mais pas du tout. Certes l'ensemble manque de nuances mais on passe un bon moment avec ce bon gros roman de 680 pages.

 

Merci Cuné !

Sortie en poche fin septembre.

03/09/2013

Il pleuvait des oiseaux

"Ils s'amusaient d'être devenus si vieux, oubliés de tous, libres d'eux-mêmes. Ils avaient le sentiment d'avoir brouillé les pistes derrière eux."

Enquêtant sur un survivant mythique des grands feux ayant ravagé la région québécoise du Téminscamingue, une photographe découvre, au milieu des bois, une  petite communauté de vieux briscards. Ils ont laissé leur vie derrière eux et s'en sont offert une deuxième, au cœur de la nature.
Mais la vie de ces ermites , bravaches et frondeurs, va être bouleversée le jour où une très fragile vieille dame va venir se réfugier dans les bois...jocelyne saucier
Quelle délicatesse dans l'écriture et dans la manière dont cette histoire est racontée ! Quelle sensibilité aussi ! Il y a quelque chose de régénérant dans ce roman qui nous présente des personnages qui, vaille que vaille ont su, malgré les extrêmes difficultés qu'ils ont connues, s'arranger de la vie et tout voir avec une extrême acuité. Ni pathos, ni angélisme dans ce roman où la mort fait bien évidemment partie du parcours. L'écriture, extrêmement visuelle , nous rend présents le paysage et la fureur de ces incendies apocalyptiques dont je n’avais jamais entendu parler . Une découverte difficilement oubliable et un vrai coup de cœur ! ....,

Il pleuvait des oiseaux, Jocelyne Saucier,  Denoël 2013, 203 pages qui résonnent longtemps en nous.

....

Le billet de Lewerentz, elle aussi conquise.

02/09/2013

Inside

"Qu'y-a-t-il de pire que de devoir assumer tout ce que l'on fait, tout ce que l'on ressent, tout ce que l'on dit ?  Assumer la manière dont nos actes irradient jusqu'à changer complètement notre vie mais celle des gens autour de nous ? Elle voyait clairement, à présent, comme il était difficile de suivre son propre conseil."

Doit-on se sentir responsable de la personne dont on a sauvé la vie ? Parce qu'elle a emprunté ce chemin plutôt qu'un autre lors d'une promenade à skis sur le mont Royal, Grace a interféré dans l'existence de Tug, l'empêchant de mener son suicide à bien. Commence alors une relation faussée par la mauvaise volonté de l'un et le sentiment de responsabilité de l'autre.alix ohlin
Circulant à la fois dans l'espace et le temps, de Montréal à New-York en passant par Vancouver, de 1996 à  2006 , (un chapitre se consacre à un lieu et à une année donnée), la structure du roman peut s'avérer dans un premier temps déroutante mais ménage bien des surprises et des clins d'oeil au lecteur.
L'évolution des personnages, la manière dont ils se croisent, dont les retours en arrière éclairent leur comportement, la finesse de l'observation psychologique font de ce roman un peu régal dont il serait dommage de trop révéler la teneur. Il faut se laisser embarquer, chahuter par la chronologie pour mieux goûter l'humour pince -sans rire, l'émotion distillée par ces pages parfois cruelles mais emplies d'empathie et d'humanité. Et zou, sur l'étagère des indispensables !....,

Inside, Alix Ohlin, traduit de l'anglais (canada) par Clément Baude, Gallimard 2013, 363 pages addictives et bruissantes de marque-pages (une vraie forêt canadienne !)alix ohlin
 Lu dans le cadre de l'opération On vous lit tout, organisé par Libfly ! Merci !


28/08/2013

Los Angeles nostalgie

"Ry Cooder nous offre une plongée noire et musicale dans les bas-fonds de sa ville natale." Dixit la quatrième de couv'.ry cooder,schtroumpf grognon le retour
Totalement restée insensible à ces histoires, totalement extérieure, par manque de références sans doute.

Lu dans le cadre de l'opération On vous lit tout chez Libfly. Merci à Libfly, au Furet du Nord et à l'éditeur !ray cooder,schtroumpf grognon le retour

25/08/2013

Héritage...en poche

"Le bonheur que l'on n'a pas gagné n'est pas le bonheur."

Apprenti éditeur, Andy Larkman, parce qu'il s'est trompé de salon funéraire, hérite de 17 millions de livres sterling de la part du défunt, Christopher Madigan, dont il ignore tout.
L'argent va évidemment modifier son rapport aux autres  mais simultanément le rendre débiteur , comme il mettra du temps à s'en rendre compte.nicolas shakespeare
Il lui faut en effet comprendre qui était cet homme, comment ce réfugié arménien est devenu un nabab du minerai de fer en Australie avant de devenir un parfait Anglais et de déshériter sa fille.
Andy deviendra ainsi le dépositaire de récits qu'il lui faudra agencer pour profiter pleinement de son Héritage.
Mêlant récit d'apprentissage, d'aventures et ne négligeant pas le poids de l'Histoire, le roman de Nicholas Shakespeare est un pur plaisir. On ne le lâche pas une seconde, savourant les pointes d'humour : "Il la soupçonnait d'être la réincarnation d'un guerrier barbare. Une grimace pareille , ça ne s'apprenait pas en une seule vie." , retrouvant avec plaisir les figures imposées du récit à rebondissements. Un roman confortable, comme on les aime et qu'il m'a absolument fallu finir hier soir, d'où mes yeux de panda !

22/08/2013

La lettre à Helga

"Si la vie est quelque part, ce doit être dans les fentes."

Bjarni va passer l'été dans une chambre avec vue plongeante sur la ferme où vécut Helga, celle pour qui il brûla toute sa vie d'un amour impossible.  Le vieil homme rédige alors une longue lettre à celle qui emplit chacun des moments de son existence  et la rend ardente: "Tu as mis en moi  une attirance  qui ne fit que s'exacerber et qui  pouvait se transformer en brasier à tout moment., sous le moindre prétexte. Si je voyais une bosse de terrain rebondie ou une meule bien ronde , leurs courbes se confondaient avec les  tiennes, de sorte que  ce n'était plus le monde extérieur que je percevais , mais toi seule dans toutes les manifestations de ce monde."bergsveinn birgisson,islande,personnes âgées
Comment ce fermier islandais, en complète osmose avec la nature, s'est-il astreint à se priver d'un bonheur à portée de la main et à gâcher délibérément, semble-t-il, sa vie ?
Dans une langue charnelle, Bergsveinn Birgisson peint le portrait de cet amour par delà les années, un amour qui s'inscrit dans un paysage âpre auquel son héros prête une attention particulière car "Habitués à l'isolement, les gens des péninsules ont les sens plus développés que les autres." Un roman captivant , qui nous emporte très loin...

La lettre à Helga, Bergsveinn Birgisson, traduit de l’islandais par Catherine Eyjolfsson, Zulma 20113, 131 pages profondément émouvantes.

21/08/2013

Dans le silence du vent

"Tu ne peux donc pas manger ? Tu te sentirais mieux. Tu n peux donc pas te lever ? Tu ne peux donc pas ...revenir à la vie ? "

L'été des treize ans de Joe est marqué par le viol de sa mère. Cet adolescent va brutalement faire l'expérience de la notion de justice car l'imbroglio des lois s'exerçant sur le territoire indien et le silence obstiné de sa mère ne facilitent guère l'identification du violeur et son jugement. Joe va donc devoir mener l'enquête de son côté et basculer irrémédiablement dans le monde des adultes.51d5EiTordL._.jpg
Louise Erdrich dans ce nouveau roman décrit avec une acuité sans pareille la prostration de la victime et la difficulté à faire émerger la vérité. Une situation hélas représentative car,selon un rapport publié par Amnesty international en 2009, une femme amérindienne sur trois sera violée au cours de sa vie  et que, vu le "Labyrinthe de l'injustice", peu des violeurs seront poursuivis. Mais la romancière n'en fait pas pour autant un livre lourdement pédagogique. L'intensité dramatique est prenante et le style parfaitement maitrisé.
Les descriptions de la vie quotidienne de l'adolescent sont autant d'échappées belles loin de l'atmosphère étouffante de la maison familiale et l’occasion également de montrer la solidarité sans faille qui s 'exerce au sein de sa famille élargie.
Un roman que j'ai pris le temps de lire car, malgré quelques notes humoristiques et certains personnages hauts en couleurs, il y règne un climat lourd et poignant. Beaucoup de sobriété et d'émotion. à lire absolument.

Un roman récompensé par le National Book Award et élu meilleur livre de l'année par les libraires américains.

Dans le silence du vent, Louise Erdrich, traduit de l’américain par Isabelle Reinharez, Belfond 2013



20/08/2013

Le linguiste était presque parfait

"Hoosier: subst, étymologie obscure et ennuyeuse. Crétin de Blanc assorti d'une grasse épouse blanche qui mange des légumes verts, accroche un silencieux à son pot d'échappement à l'aide d'un cintre, et laisse traîner des réfrigérateurs dans son jardin pour que des enfants s'étouffent à l'intérieur."

Quoi de plus calme en apparence qu'un institut de linguistique étudiant le langage des nourrissons ? Et pourtant, outre leurs inimitiés, l'intérêt maniaque porté aux mots prononcés , ces charmants linguistes doivent aussi penser à l'avancement  de leurs carrières professionnelles , de leurs projets amoureux, veiller au maintien des subventions qui leur sont accordées , voire même sauver leur peau. En effet, l'un d'entre eux vient d'être assassiné.david carkeet,linguistiqueJeremy Cook va mener sa propre enquête sur le meurtre de son collègue de manière bien peu orthodoxe, utilisant ce qu'il connaît le mieux : la linguistique !
Le microcosme évoqué  dans  ce nouveau roman de David Carkeet n'est pas sans rappeler celui de David Lodge mais avec des personnages encore plus farfelus et  déjantés qui parviennent à rendre la linguistique follement attrayante (ce qui n'est pas une mince affaire, vous l'avouerez !). L'auteur joue à merveille des oppositions entre ses personnages et nous entraine avec un sérieux imperturbable dans un monde où les énigmes dignes de Gaston Leroux sont résolues grâce à des signaux linguistiques ! Un monde fou fou fou qui nous distrait avec intelligence et bonne humeur !

Le billet tentateur de Clara.

Le linguiste était presque parfait, David Carkeet, traduit de l'anglais (E-U) par Nicolas Richard, Monsieur Toussaint  Louverture 2013, 287 pages .


19/08/2013

Profanation

"Il appela son ancien collègue et concurrent du commissariat de Station City, Brandur Isaksen, un type moitié groenlandais, moitié féringien et résolument arctique, tant dans sa personnalité que dans son comportement. On l'avait surnommé le Glaçon de Halmtorvet."

Deuxième volume  de la série mettant en scène le tandem Morck et son assistant Assad, Profanation entremêle deux narrations. La première concerne un vieux dossier, celui d'un double meurtre mettant en cause des fils de grands bourgeois .Innocentés à point nommé par les aveux de l’assassin, ces derniers sont maintenant devenus des membres éminents de la bonne société. Qui tient absolument à ce que la police revienne sur cette affaire ?jussi adler olsen
Le second point de vue est celui d'une sans domicile fixe qui veut ,elle aussi , se venger et remuer le passé. Bien évidemment, les deux récits convergent vers le même but.
Le deuxième opus d'une série est à mon avis un tournant particulièrement difficile à négocier. En effet, les personnages sont en place et ils faut soit leur donner davantage de densité, les éclairer sous un nouveau jour, soit privilégier le récit. Jussi Adler Olsen a choisi cette seconde option en montant en intensité dans l'horreur. On croise en effet des personnages particulièrement malsains, des psychopathes, capables de donner le change en public mais qui sont de véritables monstres dans l'intimité. Il en résulte un certain malaise à la lecture, même si bien sûr on doit s'attendre à ce type de personnages dans ce genre de romans. Mais un chouïa de complaisance rend l'ensemble un peu trop racoleur.

Profanation, Jussi Adler Olsen, Albin Michel 2012. Traduit du danois par Caroline Berg.

17/08/2013

Quand j'étais Jane Eyre...en poche

"Quelle est cette manie familiale d'aspirer à la célébrité et à la gloire ? Quelle folie !"

Intriguée par tout un pan de la vie de Charlotte Brontë resté dans l'ombre, celui pendant lequel elle a rédigé le roman qui la rendra célèbre et changera sa vie, Jane Eyre, Sheila Kohler a imaginé ce qu'avait bien pu vivre l'écrivaine durant cette période.sheila kohler
Avec sensibilité, elle brosse le portrait de cette famille marquée par la mort, la maladie, la pauvreté, l'égocentrisme d'un père mais aussi par ce lien formidable à l'écriture qui unit les quatre enfants survivants de la fratrie Brontë. Branwell, le frère chéri, gaspillera ses dons dans les opiacées et l'alcool, mais Charlotte, Emily et Anne qui ne feront que de brèves et malheureuses incursions dans le monde extérieur à celui de leur presbytère, sauront , à des degrés différents, braver les interdits de l'époque et rédiger des romans qui seront parfois jugés "choquants, brutaux, anti-chrétiens et anti-bourgeois" car révélant la violence de leurs frustrations.
Sheila Kohler a choisi de centrer son roman sur Charlotte (à qui je préfère largement sa cadette Emily, je le confesse), la seule qui aura pu accéder à un peu de bonheur, mais elle ne sombre jamais dans le pathos, évoquant avec sobriété la vie difficile de la famille Brontë. Des retour en arrière permettent d'évoquer les principaux épisodes de leur trop brève existence.J'ai beaucoup aimé la manière dont Sheila Kohler a tissé les liens entre leurs romans et la vie des soeurs, montrant bien leur esprit de revanche, mais n'omettant pas non plus la sourde rivalité (réelle ou imaginaire mais très plausible en tout cas) qui les a animées juste avant l'édition.Un éclairage intelligent,  une écriture élégante, une lecture qui ravira les fans (dont je suis !) .