Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/04/2011

Souris qui n'a qu'un trou...

...est bientôt prise !

Agnès Pierron nous prévient d'emblée (nous ne pourrons pas nous plaindre!): "Vous avancerez , désormais, en terrain miné" car après la lecture de son Petit dictionnaire des expressions courantes d'origine érotique, nous traquerons le sens caché , le sous-entendu coquin , l'allusion leste dans l'expression imagée la plus anodine en apparence...agnès pierron,tout tout vous saurez tout sur...
L'auteure en profite pour nous donner au passage des synonymes tout aussi métaphoriques des différentes parties du corps humain et, de manière plus générale, de tout ce qui a rapport avec les relations sexuelles, sans jamais pour autant tomber dans le graveleux. c'est aussi l'occasion de (re) découvrir des expressions ancienens en perte de vitesse et de leur redonner un nouveau lustre.
Que vous prépariez un coup fourré, enleviez à quelqu'un une épine du pied, fassiez chou blanc ou peigniez la girafe, vous n'y échapperez pas : les allusions sexuelles sont partout !

Souris qui n'a qu'un trou, Agnès Pierron, Balland 2011,  Collection les Dicos d'Agnès, 126 pages à la fois lestes et savantes. Un régal !

11/04/2011

Il baissa sa culotte et dans mon estime/Zeugmes au plat

 "Il lui fit l'amour et des zeugmes au plat."

Hervé Le Tellier (auteur de la préface du second ouvrage)

En 2001, Maryz Courberand lui dédiait un chapitre et le titre de son ouvrage. Ne reculant devant rien, elle se fendait aussi d'un texte en comportant "une petite cinquantaine (ou une bonne quarantaine)" ; quand on aime on ne compte ni son temps ni les zeugmes.maryz courberand,sébastien bailly
Le zeugme, késaco ?, se demande le lecteur matutinal bouffi de sommeil et non d'orgueil mal placé. Est-ce

a/ un mot comptant pour 17 points au scrabble ?

b/ une figure de style dans laquelle se sont illustrés Pierre Desproges, Victor Hugo et beaucoup d'autres ?

c/un procédé, dixit Desproges , qui consiste à rapprocher grammaticalement plusieurs noms à un verbe ou à un adjectif qui,logiquement , ne se rapporte qu'à un des noms ?

Pas besoin d'aspirine !

Les trois , nous informe Pierre Bailly, qui lui consacre un petit traité faisant l'éloge de cette tournure à la fois humoristique et poétique. L'incongruité est la marque de fabrique du zeugme et peu nous chaut de savoir si oui ou non si ce bouleversement de la syntaxe est fautif ou pas. Les plus grands lui ont donné ses lettres de noblesse, de Hugo et son classique "Vêtu de lin blanc et de probité candide." à maryz courberand,sébastien baillyRenaud, plus trivial "Alors elle va manger une pizza / Au jambon et au centre commercial."
Mais le champion du zeugme double salto demeure sans conteste Desproges avec son fameux : "Après avoir sauté sa belle-soeur et le repas de midi le Petit Prince reprit enfin ses esprits et une banane."

Si vous avez envie de vous lancer dans le zeugme et dans mes bras (pour me remercier), ce livre est fait pour vous car l'auteur avec générosité et clarté vous en livre le mode d'emploi ! Yapluka !

Il baissa sa culotte et dans mon estime (Bizarreries de langage) , Maryz Courberand, Mots & Cie 2001.

Les zeugmes au plat, Sébastien Bailly, Mille et une nuits, 2011.

01/04/2011

TENTACULES et manivelles

"Les voyelles, c'est toujours plus sucré."

béatrice fontanel,pêché au salon du livre,il s'imposait en ce premier avril mais ce n'est pas un poisson c

Les mots, Béatrice Fontanel les écoute, elle les goûte, elle se les met en bouche, les faisant rouler, les faisant crisser. Elle les scrute aussi, se laisse envahir par eux de manière obsédante , véritable "pythie à palabres", jouant de la typographie et de l'espace pour mieux les mettre en scène.
Citation rimbaldienne  tournant en boucle comme un mantra, ("le frais cresson bleu") et qui s'épuisera , portraits de mots en quelques vers, distiques , poèmes en prose courts ou longs , Béatrice Fontanel s'approprie de multiples formes pour célébrer les mots .
Ils partent en vrillent ou sont tenus serrés;  de registre courant ou soutenu , tous ont droit de cité pourvu qu'ils suscitent une sensation de soudaine étrangeté. On redécouvre ainsi ces

"Mots, têtards sonores, qui frétillent
dans le cartilage des oreilles
Bulles d'écume, borborgygmes
minuscules."

Assonances et allitérations claquent au vent , Ecoutez..., Ecoutez..., nous conseille l'auteure .On renonce aussi à corner les pages,( autant tout corner, on ira plus vite ), et on savoure à toute allure ces 168 pages avant que d'y repiocher au hasard de nouvelles saveurs, mais aussi de prendre le temps de regarder plus en détails ces illustrations échappées de vieux dictionnaires qui donnent un charme fou à l'ensemble.
Un énorme coup de coeur, zou sur l'étagère des indispensables et dans la foulée, commande d'un autre recueil, plus ancien de l'auteure !*

Tentacules et manivelles, Béatrice Fontanel  La petite vermillon 2011.

* moins convaincue par celui-ci, d'une toute autre tonalité : La ménagère carnivore.

07/03/2011

Dictionnaire amoureux des dictionnaires

"Le dictionnaire court de la science la plus érudite à la fantaisie la plus débridée; en chemin, il rencontre la littérature, les grands textes et s'enroule autour d'eux comme le lierre de la critique: Pierre Bayle *avait lancé le mouvement."

Multiforme, multisupports, le dictionnaire est selon Alain Rey un Objet Culturel mal Identifié et il est plus facile de dire ce qu'il n'est pas que de déterminer ce qu'il est. C'est pourquoi l'auteur de ce dictionnaire amoureux des dictionnaires confie le soin à Josette Rey-Debove (à qui il consacre un article tout en retenue) de le définir en cinq points rigoureux et clairs. On devine en effet que dans le couple, l'aspect technique, celui des concepts, était plus celui de la lexicographe disparue en 2005 . A Alain Rey de s'occuper avec sa truculence coutumière des volutes plus littéraires . Il va ainsi sans jamais ennuyer son lecteur des plus célèbres au plus méconnus des lexicographes, se penchant avec intérêt aussi bien sur le dictionnaire de Vidocq que sur celui de Perret ou de Desproges.alain rey,qui d'autre ? !
Alain Rey souligne au passage le grand intérêt des Français pour les dictionnaires de synonymes , "par suite d'une obsession rhétorique, ne pas se repéter dans l'expression écrite, et manifester qu'on est maître des nuances  et de l'expression juste.". Il en profite pour réaffirmer l'ambiguïté du terme synonyme et critique de la même manière ces dictionnaires des mots de sens voisins, ces recueils formant "une marée de mots où nos contemporains aiment à barboter." Le style est donc très imagé et la pensée robuste, l'ouvrage n'étant pas seulement l'occasion d'un exercice d'admiration mais aussi de quelques rappels vigoureux non seulement linguistiques mais aussi économiques (un dictionnaire est aussi un enjeu financier ). Un dictionnaire dans lequel chacun se fraiera son propre chemin, baguenaudant, piochant de- ci de- là, sans jamais être déçu. Enthousiasmant !

Dictionnaire amoureux des dictionnaires, Alain Rey, Plon 2011, 988 pages de ABC, ABCD à Virginia Woolf, illustrées par Alain Bouldouyre. 998 pages !

* Pierre Bayle: auteur d'un "Dictionnaire historique et critique, une des oeuvres majeures du siècle de Louis XIV parce qu'il annonce la suite, les Lumières."

 

 

26/02/2011

Bouche bée, tout ouïe...en poche

"Il y a des préfixes réservés également aux nains, aux bossus et aux boîteux."

Parce que c'est un grand amoureux des langues, Alex Taylor a rassemblé dans Bouche bée, tout ouïe, une flopée d'informations recueillies au cours de ses pérégrinations et  de ses rencontres amicales ou amoureuses. ça pétille à chaque page car notre chroniqueur européen préféré a autant de culture que d'humour.alex taylor
Sans jamais pontifier, il nous gratifie au passage de remarques intéressantes concernant tant l'enseignement que la traduction et se penche avec une curiosité inlassable sur les particularités linguistiques les plus incongrues et donc hautement réjouissantes.
On croisera au passage aussi bien les Teletubbies que de la confiture contraceptive et l'on se régalera des sous-titres aussi savoureux qu'énigmatiques: "Des grands-mères ne font pas de grimaces même en se rasant !" Et comme par magie, en lisant ce livre, j'entendais la voix si caractéristique du si charmant Alex...

26/11/2010

100 expressions à sauver

"ça vous la coupe, dit Poil de Carotte(...). Ne vous découragez pas, vous en verrez d'autres."*

Bernard Pivot ne se monte pas le bourrichon et ne nous bourre pas le mou : les 100 expressions qu'il nous propose de sauver sont tout à fait délectables et imagées.41sNX8HKcwL._SL500_AA300_.jpg
Son recueil, mitonné aux petits oignons, nous rappelle à la fois leur origine et les met en situation dans des citations glanées au fil de ses lectures (de Célineà L'Equipe en passant par Olivier Adam (qui fait conduire un de ses personnages à toute bringue)), car ces expressions ont déserté les dictionnaires.
Si certaines sont encore un peu usitées, sans être soupe au lait, on reconnaîtra aisément que d'autres nous étaient carrément inconnues. Ainsi faire une conduite de Grenoble, signifiant mettre brutalement une personne à la porte, soit la raccompagner en la molestant et en l'injuriant.
Si certaines expressions fleurent bon la campagne: avoir du foin dans ses bottes (être riche), faire buisson creux (ne pas trouver ce que l'on cherche), d'autres sont plus citadines mais toutes témoignent de l'expressivité de la langue française. Il importe donc non seulement de les connaître mais surtout de les utiliser, voire de les expliquer à ceux qui n'y entravent que pouic. Tant pis pour les faces de Carême qui prétendront que vous yoyotez de la touffe, vous vous en soucierez comme d'une guigne ! C'est parti mon kiki !

100 expression à sauver, Bernard Pivot, livre de poche 2010, 119 pages qui vous la coupent !

Merci Antigone !

*Jules Renard, Poil de Carotte.

 

23/11/2010

Des papous dans la tête

Strip-tease littéraire, Lettres inattendues, pastiches, suites allitératives sont quelques uns des petits délices concoctés par une joviale bande de croqueurs de mots sévissant sur France Culture. Je ne les écoute pas mais comme parmi eux figurent, entre autres , Henri Cueco ou Jacques A. Bertrand je ne pouvais rater cette petite anthologie qui m'a permis de découvrir Hélène Delavault.
J'ai moins été sensible aux contrepets ou aux homophonies approximatives mais je me suis régalée avec la réécriture de poèmes célèbres sous formes de lipogrammes (interdiction d'utiliser certaines lettres) ou les inventaires de Tout ce que vous ne voudriez pas faire dans la vie.Pour le plaisir un extrait de la réponse de Nelly Kaplan :41QTWs7ZFpL._SL500_AA300_.jpg

"-Je n'aurais pas aimé être Salomé car, à force de danser nue, on s'enrhume.

- Je n'aurais pas aimé être la Sulamite car les seins de miel collent aux soutien-gorges.

- Je n'aurais pas aimé être la Vierge Marie car elle a raté le meilleur.

- Je n'aimerais pas être Saturne car les enfants crus sont indigestes.

-Je n'aimerais pas faire l'imbécile car le marché est saturé.

-Je n'aimerais pas être une muse, car les mecs n'ont qu'à trouver l'inspiration tout seuls.

-Je n'aurais pas aimé être ma mère, vu que j'ai très mauvais caractère.

-Je n'aimerais pas faire les 400 coups , car à partir de 300 je fatigue."

 

  Des papous dans la tête, Les décraqués, points seuil 2010,  362 pages à garder à portée de main pour picorer sans modération.

 

 

19/09/2010

La pêche aux mots

"On est pêcheur, pas empailleur."

Pêche et littérature font souvent bon ménage comme nous l'ont prouvé récemment toute une série de romans.41Yzdv6kglL._SL500_AA300_.jpg
Se faufilant parmi eux, un très bel objet littéraire tout de noir, blanc et rouge  élégamment vêtu ,très fin dans tous les sens du terme, vient de trouver sa place : La pêche aux mots.
Respectant le principe de cette collection, l'auteure, qui n'est pas illustratrice d'ordinaire, a été invitée à accompagner elle-même graphiquement son texte afin de le signer davantage encore. Antigone a pensé à La linéa, j'y ai retrouvé le graphisme du  Petit livre des gros câlins !41E8C32JK5L._SL500_AA300_.jpg
En tout cas, cette simplicité du trait s'allie parfaitement au texte qui file la métaphore de la pêche et de l'écriture, évoquant aussi bien le calme nécessaire à la rédaction que "les viscères" des poissons attrapés: "On n'y touche pas, on les laisse dedans, c'est là que ça bat." En quelques phrases tout est dit . A chacun de s'approprier le texte et de le gfaire résonner en soi.

La pêche aux mots, Joëlle Ecormier, Motus 2009. A lire et relire.

Merci qui ? Merci Dame Cuné bien sûr !:)

11/05/2010

Les mots des familles

Autrefois, il existait une Tisane des familles, dorénavant il y aura Les mots des familles.
Recueillis avec gourmandise par Cookie Allez, ces mots qui fonctionnent parfois en vase clos , font référence à toute une histoire familiale. Ces expressions imagées et fortement réjouissantes permettent aussi de caractériser les Autres ou d'évoquer en catimini les fonctions corporelles...
J'ai particulièrement apprécié"Le jour de la Pentecôte il était coiffé d'un entonnoir"pour désigner avec une certaine cruauté quelqu'un dont on estime que l'esprit (saint) n'a pu entrer dans sa cervelle...Plus charmant, ce "Petit rien tout neuf" désignant un cadeau que l'on offre et dont on veut minimiser le prix ou bien encore le fait de Mettre à pied les araignées, comprendre bien faire le ménage, ce que fait souvent une femme tac-tac à savoir une femme très active, rapide et organisée, qui dirige son monde et sa maison d'une main de fer, ce qui bien sûr ne concerne aucune d'entre nous !41Gyv8rgsVL._SL500_AA300_.jpg

Savoureux et très agréablement présenté par la" cueilleuse de mots ". On attend déjà la suite avec impatience !

Les mots des familles, Cookie Allez, Buchet-Chastel 2010 .

16/03/2010

Bouche bée tout ouïe ou comment tomber amoureux des langues

"Il y a des préfixes réservés également aux nains, aux bossus et aux boîteux."

Parce que c'est un grand amoureux des langues, Alex Taylor a rassemblé dans Bouche bée, tout ouïe, une flopée d'informations recueillies au cours de ses pérégrinations et  de ses rencontres amicales ou amoureuses. ça pétille à chaque page car notre chroniqueur européen préféré a autant de culture que d'humour.417HBow9+SL._SL500_AA240_.jpg
Sans jamais pontifier, il nous gratifie au passage de remarques intéressantes concernant tant l'enseignement que la traduction et se penche avec une curiosité inlassable sur les particularités linguistiques les plus incongrues et donc hautement réjouissantes.
On croisera au passage aussi bien les Teletubbies que de la confiture contraceptive et l'on se régalera des sous-titres aussi savoureux qu'énigmatiques: "Des grands-mères ne font pas de grimaces même en se rasant !" Et comme par magie, en lisant ce livre, j'entendais la voix si caractéristique du si charmant Alex...

Bouche bée, tout ouïe, ou comment tomber amoureux des langues, Alex Taylor, Jean-Claude Lattès 2010, 267 pages bourrées d'informations.