Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/10/2006

Danger :Travaux (1)

Hé non, pour ceux qui me suivent depuis le début, les travaux ne sont toujours pas terminés ! Et là , j'avoue que je commence à saturer.images
Et je ne suis pas la seule. Je ne sais pas pourquoi, quand j'avais lu la fin de l'article dans Psychologies sur les chats qui n'hésitaient pas à déféquer dans le lit de leur maître pour leur signaler que la maison ne leur plaisait plus, je me disais vaguement que...Effectivement, Bambou qui voudrait profiter du confort de la maison maintenant que l'automne est bien là, ne supporte plus la poussière, le bruit dès 7 h45, les étrangers dans la maison et la musique (actuellement, à fond la caisse je "bénéficie" de Frédéric François et on va enchaîner avec une autre chanson d'amouuur...) me l'a fait salement savoir. La première fois qu'elle a ainsi marqué sa désapprobation, elle a passé la journée dehors mais depuis la seconde (et pas deuxième non mais sans blague) , c'est à dire depuis mercredi, son exil durera ...le temps de ma rancoeur ! rassurez-vous, elle a sa dose de câlins, de croquettes mais elle reste DEHORS.
Quant à Tobie-chien, il a entrepris une étude comparative de la résistance des chaussures des ouvriers... Tobie chaussurologue chez Sécuritou. Vu sa taille,il ne pourra pas aller plus haut que le mollet, on se console comme on peut .
Bon, là c'est de l'accordéon, je fuis...à la médiathèque !

03/10/2006

Lettre aux impôts

Chère Madame R.,

Votre  lettre de relance en date du ...m'a bien fait rire. Si, si , je vous assure, ce n'est pas de l'ironie.J'ignorais qu'on avait un tel sens de l'humour dans l'administration française !
Déjà, je n'ai pas souvenir d'avoir jamais reçu de vos nouvelles mais peut être votre lettre a-t-elle échoué entre deux devis, factures ou catalogues, dans la pile monstrueuse qui se gonfle au fur et à mesure que mon compte en banque se dégonfle...Je vous laisse le bénéfice du doute.
Ensuite, vous affirmez que les travaux de ma maison sont terminés ;au sens fiscal me précisez-vous (Notion différente de celle du Code de l'urbanisme, mais non élucidée).Au sens fiscal cela veut dire que , je vous cite, les locaux sont utilisables, c'est à dire que le gros oeuvre, la maçonnerie, la couverture, les fermetures extérieures et les branchements sur les réseaux extérieurs sont terminés. Soit.
Mais comment le savez-vous d'abord,  hein ? N'auriez-vous pas plutôt derrière la tête l'idée de vous rappeler à notre bon souvenir, dans l'espoir d'être invitée à la pendaison de crémaillère ? 
De toutes façons, s'il devait y avoir une pendaison , ce ne serait pas celle de la crémaillère...
J'avais bien pensé, il y a fort longtemps de cela, à organiser un pot rassemblant les  différents corps de métiers ayant participé à la contruction de l'extension, me disant que ce devait être frustrant de ne pas voir terminé ce que l'on avait commencé. Naïve que j'étais !
Déjà, il faudrait que tout soit terminé , au sens où je l'entends moi, c'est à dire tous les placos, parquets posés, peintures finies, sans oublier ce satané escalier qui n'a toujours pas fait son apparition, mais j'y reviendrai. Je ne parle même pas de la déco, car ça c'est un travail digne de Sisyphe...
Ensuite, j'ai progressivement rayé de cette liste imaginaire:
-ceux qui ne viennent pas aux jours et heures convenus
-ceux qui viennent quand on ne les attend plus et de préférence à 7 h 30 mais ne commencent pas le boulot avant 1/2 h va savoir pourquoi...
- ceux qui fument dans la maison bien qu'on ait gentiment précisé que personne ne fumait chez nous et que la fumée nous incommodait;
-ceux qui fument à l'extérieur  (je le sais, j'ai ramassé les 54 mégots qui n'avaient jamais atterri dans le cendrier vide)
- ceux qui ont pollué  mon espace sonore par leurs chansons ineptes et tonitruantes;
-ceux qui ont pollué mon espace olfactif  (mais ya des limites à tout, je ne préciserai pas davantage);
-ceux qui ont balancé des planches , clous non arrachés, je précise, sur mes plantes;
-ceux qui ont joué les jesaistoutfairemieuxquelesautres et qui ont saboté le travail voire quitté leur poste de travail;
-ceux qui visiblement n'ont pas vu le panneau "Chantier interdit au public" et se faufilaient dès que j'avais le dos tourné pour juger de visu de l'avancée des travaux...
J'en passe et des pires.
Bon, je cesse là mes jérémiades.Vous nous demandez de répondre dans les meilleurs délais, tiens c'est amusant, j'ai entendu plus d'une fois cette expression durant les travaux et je sais précisément maintenant quelle durée elle recouvre : "aux calendes grecques". Dont acte.
Je m'en vais de ce pas chercher un bon exorciste pour chasser toutes les ondes négatives de ma maison.
Salutations BTPesques.

16/09/2006

Une journée parfaite...

Vendredi fut une journée comme il en arrive parfois: fluide, douce, sans aspérités ...
Je suis partie tôt (pour le boulot) dans l'Avesnois, une région de bocages pleine de vaches paissant tranquillement, de chèvres à vendre à en croire les panneaux disséminés dans la campagne (pas de chèvres dans les pâtures, doivent habiter dans les fermettes), le tout sous le soleil.
Le véhicule de service était trouvable, disponible et chose rarissime et ô combien appréciable, son réservoir était plein.
Mon ami Mappy n'étant guère rural  (dès qu'il lit le mot "chemin" il panique), je savais que je devrais demander mon chemin mais grâce aux indication précises de l'employée de mairie j'ai trouvé l'entreprise, perdue au milieu des champs sans problèmes et sans panneau indicateur .L'accueil a été bon, je n'ai pas eu à estimer (très rapidement) la longueur de la chaîne attachée au molosse faisant office de sonnette, l'employeur n'a pas bondi dans un véhicule pour s'enfuir dès qu'il a aperçu la cacahuète aux armes de mon entreprise (je n'invente (hélas !) rien !). Tout allait bien.
Idem pour le retour où la station de radio belge calée sur l'autoradio a diffusé ma chanson-scie du moment:Heart of Gold, nasillée par Neil Young.
J'ai même eu le temps de passer faire le plein de livres de poche  au Furet (je vous en reparlerai car même si je n'ai pas eu le temps d'écrire je continue à lire!). Ensuite Yoga, j'ai récupéré Petit Dernier à la sortie de l'école et direction la médiathèque où le bouquin de Peter Blauner dont a parlé Cuné était revenu (vite dans mon panier), puis goûter dans le petit parc caché près de la médiathèque, toujours sous le soleil. Le paradis, vous dis-je !
Le titre du livre de Blauner  ? Le dernier beau jour... J'espère quand même qu'il y en aura encore plein d'autres !

Je vous souhaite à tous de belles journées comme celle-là.

12/09/2006

Le maître de feng shui s'arrache les cheveux !

En ce moment, j'ai peu le temps de bloguer because reprise du boulot, rentrée de Fils aîné qui nous oblige à nous lever aux aurores tous le jours pendant trois semaines, et le déménagement de la "vieille maison" dans l 'extension. Quelques mètres carrés en plus et la maison est sens dessus dessous, comme si un géant l'avait négligemment secouée, envoyant valdinguer partout nos p'tites affaires , dont nous découvrons au passage qu'elles sont plus nombreuses que prévu. C'est pas grave, nous nous sommes dotés d'un grenier...
Même si la tranchée est (enfin) totalement rebouchée, aucune pièce n'est vraiment finie et nous continuons à enjamber une fenêtre (qui heureusement ne donne plus sur le vide) pour passer, comme des cambrioleurs, d'une chambre désaffectée au palier , ou alors plus sportif par l'échelle qui fait office d'escalier dans la nouvelle cuisine.
Je ne sais pas si vous suivez, moi même je m'y perds et je compte établir prochainement tous les membres de la maison d'une balise pour que nous puissions nous localiser plus rapidement et éviter les appels angoissés "T'es où ? " "Dans la cuisine ! " " Laquelle ? "Eh oui, car j'ai deux cuisines,dont une désaffectée et non encore réaffectée. Idem pour les salles de bains (deux baignoires, mais une sans eau...). J'espère que ce "grand luxe" ne va pas s'éterniser et que les ouvriers qui doivent terminer le chantier retrouveront le chemin de ma fermette, c'est facile : c'est celle où on entend sans arrêt "téou ? "...

11/09/2006

Wanted !

Qui pourrait me fournir l'adresse d'un blog très chouette que je venais de découvrir (mais dont j'ai paumé l'adresse, étourdie que je suis !) et où une lecture en cours était Les Bébés de la consigne automatique ?

Merci d'avance !

9782877303842

08/09/2006

Les mystère de Gogo(l)land

Jamais cette rubrique n'aura autant mérité son intitulé:
"panne sexuelle chez l'homme de 70 ans" (je ne suis pas gérontophile ou du moins pas encore),
"4ème étape des alcooliques anonymes" (je ne carbure qu'à l'eau de St Amand),
"décès Henri Dès" (? ) (Y-aurait-il un rapport avec la première citation ? ),
telles sont les requêtes qui font aboutir à mon blog !
On se croirait sur les autoroutes belges où l'on trouve sur la chaussée , une armoire, des planches,  une brouette (pour transporter les précédentes trouvailles?), une chèvre, le tout en une semaine !
Si vous voulez tenter le retour à la terre, pour vous équiper à bon marché, vous savez maintenant où aller !
BROUETTEPs: je suis sûre qu'en France on trouve aussi tout un bazar hétéroclite sur les autoroutes !

05/09/2006

Barbie Land ou la Vie en Rose ?

Pour répondre au défi de Delphine, voici l'oeuvre de Noémie :

final

29/08/2006

Rentrée

Grâce au coup de fil que j'ai reçu ( ;D), aux SMS et grâce à vous aussi  , ma rentrée a été plus douce. Je n'ai pas encore vu mes stagiaires ( cette semaine, je ne verrai que des "têtes connues"), mais mes collègues ont souligné que j'avais le sourire !
Hé oui, en plus, j'ai reçu un cadeau surprise de la part de quelqu'un qui m'avait entendu rechigné à la dernière réunion contre la date de la rentrée...Tout arrive !

27/08/2006

Bonne fête Monike !

Bon, aujourd'hui, c'est mon anniversaire et c'est la fête des Monique. Problème: j'ai une amie très chère qui s'appelle Monike mais si je lui envoie une carte ça fait genre: "Hé,t'as pas oublié mon anniv, par hasard? ". Alors je compte sur internet et le hasard car elle ne sait pas que mon blog existe (oui, je sais c'est compliqué...).
Pour vous remercier de votre fidélité à mes p'tites bafouilles, allez, je suis folle  et je vous envoie une photo de moi.Promis, juré, j'ai à peine changé: les cheveux sont toujours bouclés et aussi peu disciplinés, quant aux lunettes, elles sont fichées sur mon nez depuis belle lurette (la rançon de la lecture à tout crin).

IMG_0002PS: demain, je reprends le boulot, c'est trop injuste, comme dirait Calimero, quand on a atteint un âge canonique comme le mien, on devrait avoir droit à un jour de congé supplémentaire pour se remettre ! Oui, je sais: j'exagère, mais quand on demande beaucoup , on obtient un peu, non ? ;)

15/08/2006

15 ANS LE 15 AOÜT

"Avance, sal...pe!".
Quoi*? Qu'est-ce ? Interloquée, en ce matin du 15 août 1991, j'ouvre un oeil (le gauche, c'est toujours celui que j'ouvre en premier , même s'il est le plus myope), hausse les sourcils et tend l'oreille.Et là, je prends conscience que je suis bien à la campagne, que le piétinement sourd que j'entends est celui du troupeau de vaches qui traverse la route pour aller de la ferme d'en face jusqu'à la pâture derrière chez moi, le tout accompagné par les encouragements virils du vacher.
J'ai des excuses de ne pas avoir saisi plus tôt de quoi il retournait. Je ne suis guère en forme, même si j'ai des formes , ayant troqué provisoirement le corps de Jane Birkin contre celui de Pamela Anderson (sans le maillot de bain rouge, rassurez-vous) (ça, c'est la version optimiste, l'autre version est que je me sens aussi sexy qu'une vénus hottentote).
En effet, le 5 du même mois, naissait, un peu plus tôt que prévu, Fille Cadette. J'avais méanmoins pris le temps de poster les derniers papiers pour l'acquisition de la nouvelle maison,de confier Fils Aîné à l'une de ses tantes et de passer au bureau de l'Homme où j'eus la chance de l'entendre dire au client qu'il avait au bout du fil qu'il allait devoir partir parce qu'il avait un problème...J'ai une grande capacité d'oubli, mais ce genre de phrase, je ne sais pas pourquoi, je les mémorise très bien.
Dans la foulée, nous avions profité du pont du 15 août pour déménager/emménager. Je ne recommanderai pas forcément ce genre d'enchaînement à toutes celles qui voudraient perdre leurs kilos superflus.
Comme il faisait beau, il y a 15 ans (pas aujourd'hui, hélas), nous avions dormi la fenêtre ouverte, ce qui m'avait permis de profiter des joies de la campagne...images

Là, je m'en vais retrouver l'Homme pour lui rappeler cet anniversaire et les brassées de ...lames de parquet qui n'attendent que son bon vouloir...

*Oui, je sais, c'est incorrect, mais à 7 h du mat', après une nuit en pointillés, j'ai des excuses et en plus j'aime bien bien cette allitération en [k].