Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/10/2006

Observons la nature...humaine

"Quand le flamboyant fleurit, le Blanc dépérit" (proverbe ivoirien avéré car les fleurs orange de cet arbre impressionnant sont à leur sommet au plus chaud de la saison...).images
J'ai eu beau tenter d'observer mes différents chats pour voir si le fait de passer leur patte sur/sous l'oreille allait générer la pluie, rien de probant.
Par contre, de fréquentes observations dans le monde du travail m'ont permis de formuler un  proverbe cathulesque que je livre à votre approbation (ou pas !): "maquillage en berne, absence pérenne".
En effet, quand Josyane de la compta, qui de son propre aveu ne met pas le nez dehors sans son camouflage de chasse, euh, je voulais dire son maquillage de classe, arrive, le cheveu non brushé (elle se lève à 6 heures tous les matins pour arriver avec son casque capillaire), le teint blême et les ongles non faits, alerte rouge !
Je ne sais pas vous, mais moi, c'est plutôt l'inverse: quand je ne suis pas en grande forme, je vais essayer de me donner bonne mine, mais bon, chacun ses codes.

14/10/2006

Lettre à mon banquier

Cher Monsieur G. ,

Comme vous avez pu le constater depuis quelques temps, ma liste de facturettes adressées à ces deux sites de perdition que sont pour moi Fnac et Amazone.com ont fortement diminué. Il en était d'ailleurs de même pour les deux F fatidiques que sont la Fnac et le Furet.
Ceci résultait uniquement d'un effort de ma volonté d'acier (et en tant que banquier, vous savez que le cours de l'acier n' a cessé de monter, même s'il s'est récemment stabilisé, ce qui vous permet d'apprécier à leur juste valeur mes efforts).
En effet, nous autres lectrices complusives (je sais, il doit bien exister des lecteurs compulsif mais ils sont en minorité et la règle "le masculin l'emporte sur le féminin" est un archaïsme qui a toujours eu le don de m'horripiler( et en plus c'est moi qui écris et donc je décide , non mais sans blague !)), nous autres lectrices compulsives donc, ne pouvons compter sur personne pour nous débarasser de notre compulsion. La Sécu qui va aider les fumeurs à se désintoxiquer ne majore même pas le remboursement des lunettes que toutes lectrice compulsive qui se respecte arbore plus ou moins fièrement ! Il est vrai que les lecteurs passifs n'existent pas et que notre prosélytisme est des plus réduits. Il existe toutes sortes de groupes de soutien pour aider les joueurs, les acheteurs compulsifs et pour nous : rien, nib, que dalle !
J'étais donc toute fière d'être dans le peloton de queue de la PAL (pile de livres à lire) mais, là, je suis au regret de vous écrire, cher Monsieur G. que cette fameuse PAL va remonter. Croyez bien que je n'en suis pas fière car cette rechute est totalement indépendante de ma volonté (d'acier, je tiens à le repréciser, et non de fer car le fer ça rouille).images
Imaginez vous que mes collègues et moi-même devons maintenant nous réunir le vendredi après-midi , jour où je fréquente habituellement la médiathèque. Je sais , ce ne sera qu'une fois par mois, n'empêche que pour trouver l'énergie de pressurer les deux neurones encore valides qu'il me reste en fin de semaine, j'ai besoin d'un petit remontant tout ce qu'il y a de plus légal.
J'ai bien pensé au chocolat mais quand j'arrive en ville (je travaille le vendredi matin ) le chocolatier est fermé. Les seules boutiques ouvertes "entre les midis", comme on dit par ici (traduction : entre 12 et 14 H) sont... les librairies ! Rassurez-vous, j'ai été des plus raisonnables et même si je n'ai pas trouvé de livres de poche, j'ai embarqué un pavé de 660 pages qui devrait me faire de l'usage (car même s'il ne me plaît pas, je pourrais toujours l'utiliser comme arme contondante contre celui  qui a eu la bonne idée de ...me faire replonger).

Au plaisir de ne pas recevoir de vos nouvelles, Cordialement

Cathulu

12/10/2006

Au Nord, y a pas qu'les corons

(Un petit clin d'oeil à ch'ti 31  avec le pastiche de Pierre Bachelet en titre...)
Un thriller qui se déroule dans le Nord , voilà qui a de quoi attirer l'attention des Ch'tis, surtout que La chambre des morts a reçu des prix et a été un succès (il vient de sortir en poche).9782266162951
Mouais, on n'échappe pas au cliché des corons, même si l'auteur situe davantage son action sur la côte que dans le bassin minier mais au moins il semble avoir bien compris la culture du travail qui règne par chez nous. J'ai parfois pensé au Voreux du Germinal de Zola, même si je préfère nettement l'image poétique que le film "Quand la mer monte" donne de la région de Dunkerque (rendre poétique une usine, faut le faire, non ? !).
Mais bon, nous sommes dans un triller avec une intrigue plutôt bien ficelée, où tout s'enchaîne sans heurts même si les fins à rebondissement font un peu trop penser à ces films américains concoctés par une armada de scénaristes.
Le thème principal est l'enchaînement de conséquences que peut avoir un acte infime, même si récupérer une valise bourrée de fric après avoir accidentellement provoqué la mort de quelqu'un , ne peut pas véritablement être considéré comme une pichenette du destin...
  A partir de là, le héros,  qui a découvert l'argent et entend bien le garder,  va abandonner tous ses scrupules et en arrivera même à s'autojustifier...L'astuce est que cet argent est en fait la rançon destinée à libérer une enfant aveugle, prisonnière nous le découvrirons très vite, d'une psychopathe, La Bête.
Pour démêler tout ceci, une policière fatiguée par ses jumelles qu'elle élève seule et dont nous découvrirons assez vite la part d'ombre...
Je reste perplexe quant à ce roman dont le style devient ampoulé et lourd quand il verse dans les descriptions du Mal. Les personnages semblent aussi un peu trop fascinés par les monstruosités qu'ils côtoient et  qui sont peut être trop complaisamment décrites ... A vous de voir .

 

08/10/2006

Danger : travaux (2) ou les bienfaits des travaux !

mamanbosseLes travaux n'ont pas que des désagréments, cela peut devenir aussi l'occasion de se défouler surtout si  on applique la technique apprise au yoga (visualiser le geste avant de l'exécuter) et qu'à la place des murs de placo on visualise certaines personnes qui ont le don de nous exaspérer ...
Un bon bain bien chaud  ensuite et c'est la garantie d'un sommeil réparateur !
Comme dit Cathie: il va falloir organiser des stages défouloirs !

07/10/2006

Danger :Travaux (1)

Hé non, pour ceux qui me suivent depuis le début, les travaux ne sont toujours pas terminés ! Et là , j'avoue que je commence à saturer.images
Et je ne suis pas la seule. Je ne sais pas pourquoi, quand j'avais lu la fin de l'article dans Psychologies sur les chats qui n'hésitaient pas à déféquer dans le lit de leur maître pour leur signaler que la maison ne leur plaisait plus, je me disais vaguement que...Effectivement, Bambou qui voudrait profiter du confort de la maison maintenant que l'automne est bien là, ne supporte plus la poussière, le bruit dès 7 h45, les étrangers dans la maison et la musique (actuellement, à fond la caisse je "bénéficie" de Frédéric François et on va enchaîner avec une autre chanson d'amouuur...) me l'a fait salement savoir. La première fois qu'elle a ainsi marqué sa désapprobation, elle a passé la journée dehors mais depuis la seconde (et pas deuxième non mais sans blague) , c'est à dire depuis mercredi, son exil durera ...le temps de ma rancoeur ! rassurez-vous, elle a sa dose de câlins, de croquettes mais elle reste DEHORS.
Quant à Tobie-chien, il a entrepris une étude comparative de la résistance des chaussures des ouvriers... Tobie chaussurologue chez Sécuritou. Vu sa taille,il ne pourra pas aller plus haut que le mollet, on se console comme on peut .
Bon, là c'est de l'accordéon, je fuis...à la médiathèque !

03/10/2006

Lettre aux impôts

Chère Madame R.,

Votre  lettre de relance en date du ...m'a bien fait rire. Si, si , je vous assure, ce n'est pas de l'ironie.J'ignorais qu'on avait un tel sens de l'humour dans l'administration française !
Déjà, je n'ai pas souvenir d'avoir jamais reçu de vos nouvelles mais peut être votre lettre a-t-elle échoué entre deux devis, factures ou catalogues, dans la pile monstrueuse qui se gonfle au fur et à mesure que mon compte en banque se dégonfle...Je vous laisse le bénéfice du doute.
Ensuite, vous affirmez que les travaux de ma maison sont terminés ;au sens fiscal me précisez-vous (Notion différente de celle du Code de l'urbanisme, mais non élucidée).Au sens fiscal cela veut dire que , je vous cite, les locaux sont utilisables, c'est à dire que le gros oeuvre, la maçonnerie, la couverture, les fermetures extérieures et les branchements sur les réseaux extérieurs sont terminés. Soit.
Mais comment le savez-vous d'abord,  hein ? N'auriez-vous pas plutôt derrière la tête l'idée de vous rappeler à notre bon souvenir, dans l'espoir d'être invitée à la pendaison de crémaillère ? 
De toutes façons, s'il devait y avoir une pendaison , ce ne serait pas celle de la crémaillère...
J'avais bien pensé, il y a fort longtemps de cela, à organiser un pot rassemblant les  différents corps de métiers ayant participé à la contruction de l'extension, me disant que ce devait être frustrant de ne pas voir terminé ce que l'on avait commencé. Naïve que j'étais !
Déjà, il faudrait que tout soit terminé , au sens où je l'entends moi, c'est à dire tous les placos, parquets posés, peintures finies, sans oublier ce satané escalier qui n'a toujours pas fait son apparition, mais j'y reviendrai. Je ne parle même pas de la déco, car ça c'est un travail digne de Sisyphe...
Ensuite, j'ai progressivement rayé de cette liste imaginaire:
-ceux qui ne viennent pas aux jours et heures convenus
-ceux qui viennent quand on ne les attend plus et de préférence à 7 h 30 mais ne commencent pas le boulot avant 1/2 h va savoir pourquoi...
- ceux qui fument dans la maison bien qu'on ait gentiment précisé que personne ne fumait chez nous et que la fumée nous incommodait;
-ceux qui fument à l'extérieur  (je le sais, j'ai ramassé les 54 mégots qui n'avaient jamais atterri dans le cendrier vide)
- ceux qui ont pollué  mon espace sonore par leurs chansons ineptes et tonitruantes;
-ceux qui ont pollué mon espace olfactif  (mais ya des limites à tout, je ne préciserai pas davantage);
-ceux qui ont balancé des planches , clous non arrachés, je précise, sur mes plantes;
-ceux qui ont joué les jesaistoutfairemieuxquelesautres et qui ont saboté le travail voire quitté leur poste de travail;
-ceux qui visiblement n'ont pas vu le panneau "Chantier interdit au public" et se faufilaient dès que j'avais le dos tourné pour juger de visu de l'avancée des travaux...
J'en passe et des pires.
Bon, je cesse là mes jérémiades.Vous nous demandez de répondre dans les meilleurs délais, tiens c'est amusant, j'ai entendu plus d'une fois cette expression durant les travaux et je sais précisément maintenant quelle durée elle recouvre : "aux calendes grecques". Dont acte.
Je m'en vais de ce pas chercher un bon exorciste pour chasser toutes les ondes négatives de ma maison.
Salutations BTPesques.

16/09/2006

Une journée parfaite...

Vendredi fut une journée comme il en arrive parfois: fluide, douce, sans aspérités ...
Je suis partie tôt (pour le boulot) dans l'Avesnois, une région de bocages pleine de vaches paissant tranquillement, de chèvres à vendre à en croire les panneaux disséminés dans la campagne (pas de chèvres dans les pâtures, doivent habiter dans les fermettes), le tout sous le soleil.
Le véhicule de service était trouvable, disponible et chose rarissime et ô combien appréciable, son réservoir était plein.
Mon ami Mappy n'étant guère rural  (dès qu'il lit le mot "chemin" il panique), je savais que je devrais demander mon chemin mais grâce aux indication précises de l'employée de mairie j'ai trouvé l'entreprise, perdue au milieu des champs sans problèmes et sans panneau indicateur .L'accueil a été bon, je n'ai pas eu à estimer (très rapidement) la longueur de la chaîne attachée au molosse faisant office de sonnette, l'employeur n'a pas bondi dans un véhicule pour s'enfuir dès qu'il a aperçu la cacahuète aux armes de mon entreprise (je n'invente (hélas !) rien !). Tout allait bien.
Idem pour le retour où la station de radio belge calée sur l'autoradio a diffusé ma chanson-scie du moment:Heart of Gold, nasillée par Neil Young.
J'ai même eu le temps de passer faire le plein de livres de poche  au Furet (je vous en reparlerai car même si je n'ai pas eu le temps d'écrire je continue à lire!). Ensuite Yoga, j'ai récupéré Petit Dernier à la sortie de l'école et direction la médiathèque où le bouquin de Peter Blauner dont a parlé Cuné était revenu (vite dans mon panier), puis goûter dans le petit parc caché près de la médiathèque, toujours sous le soleil. Le paradis, vous dis-je !
Le titre du livre de Blauner  ? Le dernier beau jour... J'espère quand même qu'il y en aura encore plein d'autres !

Je vous souhaite à tous de belles journées comme celle-là.

12/09/2006

Le maître de feng shui s'arrache les cheveux !

En ce moment, j'ai peu le temps de bloguer because reprise du boulot, rentrée de Fils aîné qui nous oblige à nous lever aux aurores tous le jours pendant trois semaines, et le déménagement de la "vieille maison" dans l 'extension. Quelques mètres carrés en plus et la maison est sens dessus dessous, comme si un géant l'avait négligemment secouée, envoyant valdinguer partout nos p'tites affaires , dont nous découvrons au passage qu'elles sont plus nombreuses que prévu. C'est pas grave, nous nous sommes dotés d'un grenier...
Même si la tranchée est (enfin) totalement rebouchée, aucune pièce n'est vraiment finie et nous continuons à enjamber une fenêtre (qui heureusement ne donne plus sur le vide) pour passer, comme des cambrioleurs, d'une chambre désaffectée au palier , ou alors plus sportif par l'échelle qui fait office d'escalier dans la nouvelle cuisine.
Je ne sais pas si vous suivez, moi même je m'y perds et je compte établir prochainement tous les membres de la maison d'une balise pour que nous puissions nous localiser plus rapidement et éviter les appels angoissés "T'es où ? " "Dans la cuisine ! " " Laquelle ? "Eh oui, car j'ai deux cuisines,dont une désaffectée et non encore réaffectée. Idem pour les salles de bains (deux baignoires, mais une sans eau...). J'espère que ce "grand luxe" ne va pas s'éterniser et que les ouvriers qui doivent terminer le chantier retrouveront le chemin de ma fermette, c'est facile : c'est celle où on entend sans arrêt "téou ? "...

11/09/2006

Wanted !

Qui pourrait me fournir l'adresse d'un blog très chouette que je venais de découvrir (mais dont j'ai paumé l'adresse, étourdie que je suis !) et où une lecture en cours était Les Bébés de la consigne automatique ?

Merci d'avance !

9782877303842

08/09/2006

Les mystère de Gogo(l)land

Jamais cette rubrique n'aura autant mérité son intitulé:
"panne sexuelle chez l'homme de 70 ans" (je ne suis pas gérontophile ou du moins pas encore),
"4ème étape des alcooliques anonymes" (je ne carbure qu'à l'eau de St Amand),
"décès Henri Dès" (? ) (Y-aurait-il un rapport avec la première citation ? ),
telles sont les requêtes qui font aboutir à mon blog !
On se croirait sur les autoroutes belges où l'on trouve sur la chaussée , une armoire, des planches,  une brouette (pour transporter les précédentes trouvailles?), une chèvre, le tout en une semaine !
Si vous voulez tenter le retour à la terre, pour vous équiper à bon marché, vous savez maintenant où aller !
BROUETTEPs: je suis sûre qu'en France on trouve aussi tout un bazar hétéroclite sur les autoroutes !