Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/07/2006

Devinette

Où étais-je hier ?

Premier indice: Gébé a consacré un livre à cette ville (oui, je sais , même pour moi qui ai atteint un âge canonique, cet auteur ne dit pas grand chose...mais c'est une devinette, non ? )

Deuxième indice: on trouve dans cette ville une Rue de Marianne toute seule qui va s'ajouter à ma collec (je suis passée plein de fois devant sans la voir...).

Troisième indice: le paysage que l'on peut y voir ressemble beaucoup à celui du bandeau de ce blog.

Bon dimanche!

22/07/2006

Dernières nouvelles

collecJe n'ai toujours pas trouvé Senso mais c'est pas grave car Laure
vient de m'envoyer un courriel (juste avant d'aller au boulot, c'est très gentil à elle, surtout quand on bosse le samedi...) m'indiquant que la nouvelle de Gavalda est trop courte et le reste du magazine peu intéressant.
En outre, en me traînant dans  la Ville, cherchant à éviter le soleil ,j'ai découvert une rue dont le nom m'a paru à la fois étonnant et poétique: Rue du profond sens.
Le soir , en feuilletant le bulletin de la Petite Ville, je découvris, au détour d'un article, la Voie dolente.
A partir de deux, c'est une collection. Dorénavant, je collectionne les noms de rue bizarres et poétiques.
Bien sûr, vous pouvez m'aider, n'hésitez pas .

21/07/2006

Oubli

marquepage7/Tous les marque-pages que j’ai acheté ayant mystérieusement disparu, j’improvise donc avec ce que j’ai sous la main : encart publicitaire, échantillons trouvés dans les magazines, notice de médicaments, livre plus fin dans le pire des cas.

Merci à Hélène d'avoir signalé mon oubli, je ne suis pas la reine du copier/coller...

Coïncidence

whoBon, ce fichu serveur ne daignant pas fonctionner, je vais procéder autrement : enregistrer tout ça sous Word et ensuite copier/coller.

Vous n’allez pas le croire mais , hier matin j’ai relu Les choses de la vie d’une femme,(cf La postière bionique) et en fin d’après-midi, j’avais sur mon blog un commentaire très gentil de son auteure, Françoize Boucher ! J’avais le sourire jusqu’aux oreilles et ça m’a donné la pêche toute la soirée (et encore ce matin) malgré la canicule.

En plus, elle me posait une vaste question : Who are you ?

Je n’allais pas faire une bio factuelle, style petite annonce « rencontre » parce que de toutes façons je ne suis pas blonde à forte poitrine… J’ai cogité une bonne partie de la nuit.

Comme plein de questionnaires se promènent de blog en blog et que je serais bien incapable d’y répondre, j ai décidé de créer le mien. Bien sûr, il sera axé autour des livres.

 

1/Quel est le titre du premier livre que vous avez lu ?

2/Quel est le grand classique que vous n’êtes jamais arrivé à lire jusqu’au bout ?

3/ Quelles sont vos héroïnes de roman favorites ?

4/Quels sont les livres ou les auteurs qui vous ont aidé à vous structurer ?

5/Quel livre avez-vous eu envie de jeter par la fenêtre ?

6/Quel livre regrettez-vous de ne pas avoir écrit ?

7/Qu’utilisez-vous comme marque-page ?

 

1/ Le secret de Calinou.  C’était mon premier « bibliothèque rose ». Je l’ai relu très souvent.

Je me souviens encore de l’histoire et de la personne qui me l’avait offert mais plus de l’auteur.

 

2/Je n’ai pas honte de dire qu’il y en a plusieurs. J’ai pourtant utilisé différentes stratégies pour en venir à bout mais en vain.

Sachant que je risquais d’avoir des difficultés à trouver des livres en Côte d’Ivoire, histoire de me forcer la main, j’avais emporté L’homme sans qualités de Musil. Pas pu dépasser la moitié du premier tome. Je suis allée jusqu’au troisième tome de La Recherche de Proust que d’aucuns affirment relire chaque été. C’est bizarre tout le monde relit Proust, y a pourtant bien un moment où ils ont dû le lire (en maternelle sans doute). L’éducation sentimentale m’est aussi tombé des mains…

 

3/Fifi Brindacier et Fantômette ont montré à l’enfant que j’étais qu’être une fille ce n’éatit pas seulement ressembler aux Petites filles modèles.

Dans un autre genre, j’admire Betty de 37°2 le matin de Djian. Elle va jusqu’au bout…

J’aime aussi les héroïnes si délicieusement incorrectes de Mary Wesley.

 

4/ Doris Lessing, Virginia Woolf (autant leur vie que leur œuvre), Marguerite Duras (sur qui j’ai travaillé), Peter Handke (La femme gauchère)  et plein d’autres qui ne me viennent pas à l’esprit ou qui l’ont fait qans que je m’en rende compte.

 

5/ Bleu comme l’enfer de Djian (trop de violence gratuite) et Lettre à mon chien  de François Nourissier pour tromperie sur la marchandise. Je m’attendais à un texte un peu dans l’esprit de Colette (l’ écrivaine, pas le magasin) et je n’ai trouvé que nombrilisme exacerbé.

 

6/Sans hésiter un recueil de poèmes : Baltiques de Tomas Tranströmer car régulièrement en le lisant , je me dis «  C’est ça, c’est exactement ça », on est partagé entre l’agacement de ne pas y être arrivé soi même et l’admiration pour la justesse des mots.

 

20/07/2006

choc !

Chère Delph234,

Pour satisfaire( partiellement) ta curiosité et la mienne par la même occasion, au péril de ma vie, j'ai grimpé à l'échelle (escalier pas encore commandé), pour aller voir ma fameuse baignoire.
Hein !!, me suis-je exclamée au risque d'être dénoncée par Toby-chien (qui m'attendait en bas) à  la maîtresse.
Je savais que l'extérieur de la baignoire devrait être peint (vu le prix, ils pourraient nous demander notre couleur favorite) mais de là à avoir une baignoire noire (intérieur et pieds de lion blancs quand même )...
Il va falloir d'urgence que demain, bravant la canicule, j'aille chez Le roi et son Magicien pour faire disparaître cette couleur qui n'en n'est pas une  d'ailleurs. Sans quoi, j'aurai l'impression d'être Sarah Bernhart dans son cercueil !
J'avais noté quelque part dans un carnet un proverbe russe, je crois, qui disait en gros qu'il fallait se méfier des souhaits qui se réalisent. Dont acte.

Elle est arrivée, ellest arrivée...

18 ans que je l'attends (je suis tenace, non, ? !), et elle est là, encore emballée, bien protégée. En plus, y avait six costauds jeunes et musclés ( ce qui ne gâte rien) pour la monter à l'étage. 167 kilos pour la monstresse qui va bientôt m'engloutir. Je n'ai plus qu'à attendre qu'elle soit dignement installée sur ses pieds griffus pour aller la caresser.Promis, juré, quand les gamins (et l'appareil photo qu'ils ont embarqué) seront de retour, vous la verrez ma baignoire.
Je sais, c'est pas écolo en ces temps de sécheresse mais y aura aussi une douche et en cas de coupure d'eau (j'ai connu ça en Côte d'Ivoire), elle pourra servir à stocker de l'eau. Croyez-moi, quand vous vous lavez les cheveux sous la douche, que votre tête est pleine de mousse et que vous voyez le fil d'eau diminuer  puis disparaître...on est bien contente de pouvoir se rincer avec un seau de l'eau stockée dans la baignoire !
Bon, je rigole, je vais prendre des bains de princesse dans ma baignoire, qu'est ce que vous croyez!

19/07/2006

La photo, la photo, la photo...

Un même événement raconté par ses différents protagonistes, la lecture du texte de Clarabel sur La trilogie du jardin d'hiver m'a fait penser au texte de Marie Desplechin: La photo.
Ici, c'est la même photographie qui est commentée par tous les personnages qui gravitent autour de cette photo . Chacun nous livre son analyse du cliché, nous renseigne sur les rapports qu'il entretient (ou pas ) avec les autres protagonistes et nous livre, en creux, un autoportrait.
De texte en texte, s'éclairent les liens secrets ou ténus qui existent entre chacun d'eux et les objets que l'on retrouve aussi (sans oublier l'arbre) contribuent à assurer l'unité du roman choral.
Comme dans Sans moi , l'auteur confronte des gens de milieux très différents (artistes, avocat, gens de milieux plus modestes), mais les plus riches humainement parlant ne sont pas forcément ceux qui se tiennent au premier plan de la photo...
La sructure du texte est donc intéressante (j'aime qu'un livre soit "charpenté") mais le style attachant et sensible de Marie Desplechin contribue aussi à ce que nous terminions ce texte court à regrets.

15/07/2006

petit clin d'oeil

sacbraceletPetit clin d'oeil à l'internaute belge qui est venu(e) sur mon site , le contenu d'une affichette collée sur la porte d'un magasin de Bonsecourbracelets: Interdit aux glaces, aux chiens et aux araignées.
Je vous quitte pour aller voir si mon marchand de journaux préféré a reçu le nouveau numéro de Senso qui contient une nouvelle inédite d'Anna Gavalda ! (merci, journaux.fr ! )
Pour me rendre "en ville", (j'habite à la campagne), je vais étrenner mon nouveau sac rose , mon nouveau bracelet rose, cadeaux d'anniv' offerts hier  (en avance) par ma cousinette Agnès. Merci, Agnès !  

 

12/07/2006

Tiens, y a une tranchée devant chez moi...

sabotJe devrais être habituée, depuis le début de l'extension, régulièrement, en rentrant chez moi, j'avais des surprises: tiens, j'ai plus de grange, tiens, j'ai plus de muret ni de portail d'ailleurs... En plus, comme les travaux ont commencé l'hiver dernier, quand je rentrais , je ne voyais pas grand chose, il me fallait attendre jeudi matin pour voir l'évolution.
Aujourd'hui, je rentrais de Lille où je suis allée inscrire mon bachelier , je suis passée par la Belgique où j'ai trouvé mes sabots roses kitchissimes (repérés au printemps dernier) soldés (bonne journée donc) et at home -surprise, cette tranchée, destinée à amener l'électricité jusqu'à la nouvelle cuisine, qui filait au ras de mes rosiers anciens...
Promis juré, il y aura une photo de mes trop beaux sabots mais la tranchée sera -j'espère- rebouchée quand ma photographe attitrée et habilleuse de blog préférée sera rentrée de vacances.

Edition: La photo tant attendue !

07/07/2006

Bon, ça y est , j'me lance...

A force de jouer à saute -mouton de blog en blog, je me suis décidée  (merci, Mimi, de m'avoir aidée !). Ici, je donnerai mes coups de coeur ou mes coups de griffe lecture, j'essaierai de vous faire partager mon amour des mots, des bestioles et mes humeurs. J'avancerai doucement dans l'utilisation des liens , photos etc, mais pas de problème, je vous donnerai la liste-très longue- de mes blogs favoris (je les consulte matin et/ou soir).
Petit apéritif:

Liste des mots que j'aime me mettre en bouche :

Ange

Bataclan

Ocean (prononcé à l'anglaise)

Aki Kurismaki

A demain pour une préparation de sac de livres pour cet été...

17:40 Publié dans Bric à Brac | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : preum's