Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/05/2012

Mardi maudit

"Mon conseil : méfiez-vous des matins comme les autres. Ce sont les pires."

Parce que, comme le dit sa Grand-mère, Lucien est très fort pour se faire des noeuds dans le cerveau, il se met en tête que les mots prononcés par son amoureuse, Fatou, sonnent le glas de leur histoire d'amour . Il en arrive même à être pris de crises d'alexandrins, c'est dire la gravité des faits  (et l'influence néfaste des cours de français !).jérôme lambert,humour
 Tourneboulé qu'il est , il se fâche  aussi avec son meilleur ami ,Croûton ! Lui qui n'aime déjà pas grand chose va pouvoir ajouter à sa liste des choses détestées le mardi, jour fatal où tout a basculé !
Beaucoup de tendresse et d'humour dans ce roman mettant en scène des collégiens aux prises avec les premiers émois .L'auteur en profite d'ailleurs pour souligner avec finesse la maturité (et la supériorité ) de son personnage féminin , une épatante Fatou , ce dont on ne saurait trop le remercier !
  savourons aussi au passage une peinture pleine de fantaisie d'une famille où la grand-mère décide de se remarier à l'âge de 69 ans , semant ainsi la panique !Un roman des plus sympathiques à conseiller au plus vite !

Mardi maudit, Jérôme Lambert, neuf de l'Ecole des Loisirs, 99 pages qui donnent le sourire !

01/03/2012

Le creux des maths

"-Un pays de matheux, c'est forcément pourri. On ne doit avoir que ça à faire en Finlande, tu parles."

Au lieu de recevoir l'invitation pour aller rejoindre Pouddlard, où on pourrait enfin lui découvrir un don,  Abel découvre qu'il a gagné une semaine en Finlande avec un génie des mathématiques ! Cette invitation aurait réjoui n'importe quel autre membre de sa famille, tous dotés de la bosse des maths (et d'une grande incapacité à gérer le quotidien ! ), mais pas lui, l'exception qui confirme la règle !christine avel,le problème avec les mats,comme écrivait catherine leblanc...
Craignant de se faire démasquer, mais ayant envie de voyager, Abel, onze ans va partir à la découverte d'un pays et d'un drôle de professeur ...
Humour, aventures sont les ingrédients de ce roman qui ravira tous ceux qui sont fâchés avec les maths et réjouira tous ceux qui se désespérent de ne pas avoir de don !

Un petit régal à dévorer avant de l'offrir !

Le creux des maths, Christine Avel, Neuf de l'Ecole des Loisirs 2012, 79 pages pleines d'entrain !

14/12/2011

De Sacha à Macha

De temps en temps, intriguée par le titre d'un roman que Ferdi doit lire dans le cadre scolaire, je m'empresse de le lire...

Roman épistolaire, par courriels en fait, De Sacha à Macha est un roman court, à l'intrigue bien menée, qui saura intéresser même les lecteurs les plus rétifs. Les personnages , la fille plus jeune en âge mais plus mature de caractère et plus directe aussi, le garçon  plus introverti ,empêtré dans une histoire familiale pleine de mystère, sont bien croqués.roman épistolaire (par mails),rachel hausfater,yaël hassan
L'intrigue parvient même à s'affranchir du cadre restreint (et contraint) des échanges virtuels pour se lancer (un peu) dans le roman d'aventure, ce qui séduira, j'en suis sûre les jeunes lecteurs. Le côté séduction n'est pas oublié mais il s'agit avant tout ici d'un roman d'amitié adolescente des plus sympathiques.
Il y a même quelques références littéraires à Prévert et Dostoïevski, qui pourront même peut être lancer les jeunes lecteurs vers de nouvelles lectures. Une bonne pioche ! j'espère que Ferdi sera aussi séduit ! Affaire à suivre !

De Sacha à Macha, Flammarion jeunesse , Rachel Hausfater, Yaël Hassan, 154 pages qui se dévorent d'une traite.

 

Ps: ce billet ne contient pas d'esquisse de résumé, pas question de mâcher le travail d'un collègien de 4 ème égaré ici !:)

24/11/2011

Il était une fois dans l'Est

"Inutile de faire le test, je suis forcément séropositive aux anticorps  du soviétisme."

Pas de chance ! "Jamais on ne me remettrait le foulard, jamais je ne revêtirais l'uniforme.
Jamais je ne fus tant déçue."Le foulard c'est celui des pionniers , organisation complémentaire à l'école en Allemagne de l'Est et si Anna connaît une telle déception c'est qu'entre temps le mur de Berlin est tombé. Plus de RDA, plus de foulard des pionniers.allemagne de l'est,enfance
Cette petite fille qui avait 7 ans en 1989 et vivait en RDA, nous livre ici ses souvenirs d'une vie qu'elle jugeait tout à fait normale, à quelques détails près, faute de références extérieures.Ce quotidien, vu à travers les yeux d'une enfant, nous apparaît plein de fraîcheur mais fait aussi froid dans le dos. L'enfant devenue adulte comprend en effet rétrospectivement que sa mère lui a sauvé la vie en refusant,  arguant d'un eczéma fort opportun, qu'elle devienne une nageuse de compétition. Quelques détails comme le fait que les gens n'osaient pas entrer dans l'isoloir pour voter (l'abstention ou le vote blanc étant fort mal vus), ou que les serrures étaient quasiment identiques , rendent ce texte particulièremement vivant et marquant.
Pas de vision manichéiste pour autant , Anna mettra près d'un an à s'adapter à sa nouvelle vie à L'ouest et cherche à tout prix à préserver une vision équitable de sa jeunesse : "Mon enfance n'était pas moche...Je ne veux pas l'oublier...mais je voudrais me souvenir d'autre chose que ces images communes à tous les petits de l'Est. Je ne peux pas. Le communisme, c'est peut être ça aussi . La mise en commun de tous nos biens..." Une définition accablante. Mais l'humour et la fraîcheur du récit allègent beaucoup l'atmosphère de ce texte. à découvrir sans plus attendre.

"Audren s'est inspirée des souvenirs d'enfance d'Anke, son amie allemande, pour écrire cette histoire." (extrait de la 4 ème de couv'.)

Il était une fois dans l'Est, Audren, Ecole des loisirs 2011, Collection médium, 109 pages marquantes.

17/11/2011

Le Noël du chat assassin

"C'est ça, joyeux Noël à toi aussi !"

Serait-ce parce que "L'esprit de Noël n'est pas arrivé jusqu'à [sa ]gamelle" que Puffy va finir enfermé dans la garage ? Ne serait-ce pas plutôt parce que ,comme d'hab', notre chat rouquin préféré a enchaîné les catastrophes, prétendant avec un aplomb formidable que ce n'était pas de sa faute ?
En tout cas, grâce à ce félin rouquin, Noël sera mémorable et les jeunes lecteurs se régaleront des volte- faces de Puffy qui,tantôt se prête de mauvaise grâce aux inventions de Ellie et de ses cousins, tantôt cabotine dès qu'il est le centre de l'attraction. Il finira par atteindre le sommet...du sapin et en subira les conséquences !anne fine,puffy,esprit de noël
"Ce Noël a été affreux, affreux, affreux ." pour Puffy, gageons qu'il sera nettement plus drôle pour les jeunes lecteurs !

Le Noël du chat assassin, Anne Fine, traduit de l'anglais par Véronique Haïse, aux illustrations , toujours aussi réussies, Véronique Deiss, Mouche de l'Ecole des Loisirs (pour les enfants qui aiment déjà lire tout seuls.
88 pages à lire d'urgence avant de décider d'offrir un chat !

à glisser dans un peu plus d'un mois en dessous du sapin !

10/11/2011

Je ne suis pas Eugénie Grandet

"On ne peut pas toujours être au premier rang de la vie des autres, vois-tu. On a sa propre vie à mener et ce n'est pas facile d'être soi."

Deux oeuvres d'art comme repères dans ce roman :  Eugénie Grandet qu'Alice s'efforce de lire parce que sa soeur aînée, Anne-Louise a décidé de l'emmener visiter l'exposition de Louise Bourgeois, Moi, Eugénie Grandet et la Cerisaie, pièce sur laquelle travaillent Anne-Louise aux costumes et son amoureux Max à la mise en scène. Deux oeuvres d'art sur le thème de la famille qui vont permettre à l'adolescente de se positionner, avec intensité . Quand elle affirme: Je ne suis pas Eugénie Grandet , elle refuse ainsi le destin fané de l'héroïne de Balzac et trouvera aussi sa juste place vis àvis de sa soeur et un peu plus tard d'une grand-mère quasi inconnue et revêche.shaïne cassim,soeurs,eugénie grandet,louise bourgeois
Quant à la Cerisaie, un désatre de dernière minute permettra à Max de revenir sur son passé familial mais aussi de rebondir face à l'adversité.
L'art comme combat mais aussi l'art comme révélateur des luttes intérieures: Alice doit quitter l'exposition de Louise Bourgeois quand elle prend conscience qu'elle pourrait rater sa vie. Un roman troublant et intense , qui souffre peut être d'un défaut de construction mais une écriture qui plonge directement dans l'âme adolescente et la transcrit de manière intense et juste. Un roman qui donne évidemment envie de découvrir le catalogue de l'exposition de Louise Bourgeois.

Je ne suis pas Eugénie Grandet, Shaïne Cassim, Medium de l'Ecole des Loisirs 2011 , 182 pages hérissées de marque -page.

Couverture de Hélène Millot, en parfaite adéquation avec un texte qui évoque aussi beaucoup les tissus.

Je découvre Shaïne Cassim avec ce roman et j'ai bien envie de continuer à la lire...

07/11/2011

Comment (bien) gérer sa love story

"Si vous avez jamais eu un cadeau d'anniversaire plus pourri que ça, écrivez-moi.
ça me fera plaisir."

Les vacances (désastreuses) sont finies, et Maxime a tout pour être heureux : une petite amie (en première année de psycho alors que lui est en terminale... ), un smartphone, une guitare, des amis, dont le fameux Kevin, pour qui j'ai une tendance toute particulière . En effet," Kevin est délinquant routier,( et il en est très fier)." et il a surtout un peu (beaucoup) de mal avec le second degré,  second degré dont est friand Maxime.anne percin
Mais, évidemment, notre héros, fidèle à sa réputation de loser va tout faire foirer et il devra affronter la réalité économique et "...l'omerta gynécologique", ce qui n'est pas rien !
J'étais très contente de retrouver mon ami Maxime mais il m'a quand même fallu 93 pages pour vraiment rentrer dans l'ambiance , savourer les métaphores, (un exemple au hasard : "-On dirait Dark Vador qui s'est pris les couilles dans une porte.
On peut toujours compter sur elle pour apporter une touche de raffinement et de sophistication à une conversation."
apprécier à leur juste valeur les notes en bas de page, les adresses au lecteur, bref tout ce qui fait le charme et l'humour d'Anne Percin.
93 pages, le temps de digérer sans doute le titre et son "gérer" qui sent l'arnaque marketing et oublier le bandeau rouge annonçant triomphalement "saison deux" , comme si notre Maxime avait quelque chose à voir avec les séries télé, pff !
Un bon cru donc où notre héros ,dans le désordre ,verra le loup, provoquera l'ire (et la jalousie) maternelle, fêtera ses dix-huit ans , et vivra les hauts et les bas d'une histoire d'amour. Cerise sur le gâteau, parce qu'il est évidemment beaucoup question de musique dans ce roman, la compile de la teuf généreusement fournie en fin de roman !

Comment (bien) gérer sa love-story, Anne Percin, Le Rouergue 2011, 246 pages hérissées de marque-page, pour lutter contre la morosité et regarder ses ado d'un oeil plus indulgent !

Ps: j'anticipe : oui, on peut le lire sans avoir dévoré le premier mais c'est mieux de suivre l'évolution du personnage !

29/10/2011

Dear George Clooney tu veux pas épouser ma mère ?

"Elle méritait un homme bien . Bien mieux que la Saucisse , ou que l'Infidèle , le Monosourcil ou le Malsain. Nous méritions mieux."

Parce qu'elle estime que sa mère a des goûts catastrophiques en matières d'hommes, Violette, treize ans, décide d'écrire à George Clooney, se faisant forte de convaincre l'homme le plus sexy de la planète de mettre fin à son célibat.
Par ailleurs, flanquée de sa fidèle amie Phoebe, elle n'hésite pas à enquêter sur le dernier amoureux en date de sa mère,  Dudley Wiener, tout en s'occupant de sa petite soeur Rosie.
On l'aura compris Violette est un véritable soutien pour sa mère divorcée, qui élève seule au Canada ses deux filles tandis que le père a refait sa vie avec une bimbo siliconée en Californie. Mais l'adolescente, prise dans un conflit de loyauté, n'a-t-elle pas tendance d'une part à trop s'ingérer dans la vie amoureuse de sa mère et, d'autre part, à trop idéaliser la relation de ses parents avant qu'ils ne divorcent ? 51OD26SUbrL._SL500_AA300_.jpg
Dear George Cloney est un roman tendre et drôle,  Violette a parfois la dent dure  : "Le Faux [Noël] avait lieu le 27  décembre avec papa.Je l'appelais ainsi parce que tout, de la date au sapin  en passant par les nichons de Jennica était bidon." ,jamais manichéiste, qui plaira autant aux filles qu'aux mères .
L'auteure a décrit avec réalisme la situation matérielle et psychologique difficile de la mère, sans jamais sombrer dans le pathos ou la critique (incarnée par le couple de voisins acerbes), et si Violette se situe avec lucidité dans la "chaîne alimentaire des quatrièmes ", elle ne subit pas la situation pour autant. Dans tous les cas de figure, l'entraide et la solidarité des amis, même maladroite, permettent de tenir le coup et d'affronter l'adversité. Une vision optimiste et chaleureuse , qui trouve un juste équilibre entre réalisme et humour.
Et George Clooney dans tout ça ? Hé bien, l'auteure trouve un moyen fort astucieux de se tirer d'affaire...

Dear George Clooney tu veux pas épouser ma mère ?, Susin Nielsen, traduit de l'anglais (Canada) par Valérie Le Plouhinec, Hélium 2011, 195 pages qui donnent la pêche !

22/10/2011

Je m'appelle Pouët

Pouët est un chien "tout petit et très angoissé". Qu'il soit le dernier du chenil à être adopté n'arrange évidemment pas les choses et le chiot va tout faire pour plaire au vieux fermier solitaire qui vient de l'adopter.fabienne mounier,daniel hénon
Mais qu'attend-il vraiment de lui ce maître mélomane ? Pouët va aller de déconvenue en déconvenue en voulant faire du zèle, mais il finira par trouver sa place au sein de la ferme: sur les genoux du fermier !
Un album tout en tendresse où un chiot découvre les animaux de la ferme et finit après de nombreuses aventures par s'ajuster au monde qu'il vient de découvrir. Un thème rassurant et des couleurs dominées par le sépia qui accentue la douceur de cet univers. On ne peut que craquer sur les rondeurs de Pouët qui possède de surcroît une trogne très expressive !

20/10/2011

Tout le monde fait caca !

Ah le problème du pot ! Rascal et Pascal Lemaître le revisitent avec un humour plein de malice : le loup se soulage sous les yeux moqueurs du petit Chaperon rouge et l'odeur du "délit" fait fuir un lapin dégoûté...Du plus petit au plus gros tous les animaux font caca et les parents aussi qui essaient d'échapper à la curiosité de leur rejeton... (on devine le vécu !)
Ne pas louper la quatrième de couv' avec une chauve-souris surprenante !pascal lemaître,rascal
Un album cartonné solide que les tout-petits auront plaisir à feuilleter sur le pot ou ailleurs !