Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/11/2008

"Tous avaient triomphé à leur façon. Simplement en vivant, en parvenant à leur âge."

Les  héroïnes de Mary Gordon craignent souvent de se  faire rattraper par un passé qu'elles considèrent comme peu  glorieux, vaguement humiliant. Par conséquent , elles ne mentionnent même pas la présence , pourtant évidente,de celles qui  incarnent "Celle que nous craignons de devenir quand nous aurons perdu notre prospérité.
Celle  que nous sommes réellement."
Ce sentiment d'imposture les taraude  , tout comme les erreurs d'interprétation qu'elles commettent ou qu'on commet à leur encontre, même si cela leur serait favorable.51iA2K60hnL._SL500_AA240_.jpg
Elles  cherchent à se "créer un monde exempt de perturbations" mais  évidemment  se prennent la réalité en pleine figure. Il ne leur reste donc plus qu'à  se préserver un semblant de dignité pour continuer à avancer...
Les petites filles  des nouvelles de Mary Gordon débusquent  les intentions  cachées  derrière la bonté apparente des  adultes et ne se veulent  redevables de rien. Elles  observent le monde avec acuité , et leur vision parcellaire n'en est pas moins dérangeante pour  leur entourage.
Tout ceci  pourrait être  sinistre,il n'en est rien car la plume de Mary Gordon est alerte , pleine d'humour  et d'empathie pour  ses personnages.
Kathleen, Nettie,  et tous les autres, sans oublier Le mari  de la Traductrice, apprécient la douceur d'une pluie , s'entendent  comme larrons en foire et savent faire souffrir sans remords ou presque.
Fil rouge entre  tous ces récits,  une narratrice écrivaine , situation qui ne la préserve pas  du sentiment d'imposture  ,  qui donne à voir en action le travail de création littéraire.
Vingt et une nouvelles aux tonalités très différentes mais qui réchauffent le coeur.  Une écrivaine à  découvrir sans tarder, foi  de livre corné !

 

Mary Gordon.  Le  mari  de la  traductrice.  Quai Voltaire.408 pages

08/11/2008

Une bonne soupe pour se réchauffer ...

Sorti en poche ...

Comment concilier érudition et gourmandise, goûtez-moi ça !

Au menu, 16 recettes (2 de plus que dans l'édition originale, veinardes que nous sommes!) écrites chacune à la manière d'un(e) grand(e) écrivain(e) de la littérature mondiale.9782080690401
Nous pourrons ainsi déguster la soupe de Kafka qui donne son titre au recueil, enchaîner avec l'agneau à la sauce à l'aneth de Raymond Chandler et terminer par le clafoutis grand-mère à la Virginia Woolf.
Chacun de ses pastiches se tient à la limite de l'exercice d'admiration mais ne tourne jamais au jeu de massacre. L'auteur, Marck Crick, avec un humour tout britannique, a su se glisser dans la peau de chacun de ces écrivains et nous en donne ainsi un aperçu plus apéritif qu'indigeste.
Point n'est besoin de connaître chacun des auteurs présentés, au contraire, comme dans un mezze, libre à nous d'aller ensuite découvrir plus à fond l'auteur "picoré".
Il faut noter que chacun des texte a été traduit en français par des spécialistes français des auteurs imités (Geneviève brisac a ainsi traduit le texte "de" Jane Austen), ce qui garantit la fidélité à l'esprit et au style.
J'ai eu le sourire au lèvres en piochant dans ce recueil par ailleurs illustré par Marck Crick, auteur multitalentueux qui n'hésite pas à citer les auteurs imités donnant sur leur avis en 4 ème de couv' sur La soupe de Kafka : "Qu'il pourrisse en enfer !" Graham Greene.
Nous avons même droit à la photo d'un Marck Crick, qui sans doute pour accentuer la ressemblance avec les tops modèles dont il a le physique, fait la tronche.
Dernière précision, les recettes sont tout à fait réalisables, si l'on se donne la peine de les "dégraisser" de leur littérature...41RaFq8F+gL._SL500_AA240_.jpg

23/10/2008

"L'âme de Grace Paley dans le corps de Jennifer Lopez."

Oui, il est question de cancer,  de mal d'enfant,  de trahison, de transsexualité mais nous ne sommes pas , loin s'en faut dans une quelconque émission de télévision trash ! Amy Bloom dans son recueil de nouvelles  Mauvais  genre (qui  vient enfin de paraître en édition de poche) traite de tous ces  thèmes  avec une délicatesse extrême et chacun de  ses textes est une sorte de petit miracle  en équilibre entre  émotion et humour.
Placés  dans  des situations extrêmes, ses personnages  auraient  toutes les  excuses pour geindre en choeur et s'apitoyer sur leur sort  mais, sans posture  bravache, ils  relèvent la  tête et avancent .41E2LaaMvrL._SL500_AA240_.jpg
Amy Bloom prend  un  véritable  plaisir à bousculer les  tabous  et à aborder des thèmes difficiles mais ce n'est jamais dans un objectif voyeuriste ou sensationnaliste. On sent  qu'elle éprouve une réelle empathie à l'égard de ses personnages (serait-ce là  un effet de  sa  double  profession: psychanalyste et écrivain? ) et le  thème de  la résilience est  abordé avec  humour et sans pathos.
Pas de morbidité mais une réelle  tendresse qui  se donne à lire.
J'ajouterai , pour vaincre  vos dernières réticences, que  ce livre figure depuis  2003 en bonne place sur mon étagère de chevet et que,  contrairement à  beaucoup d'autres, il n'en a jamais bougé.

Pour le plaisir un extrait :  " J'ai des parents morts -l'idéal  à ce stade de la vie- deux soeurs que j'aime de loin , un jardin aussi proche que possible du paradis que je le souhaite et un groupe de lecture auquel j'appartiens depuis quatorze ans , qui  sert aussi de  hot-line en direct pour toute question relative à  la mastectomie et à la ménopause, comme d'association  de  soutien aux parents et amis des gays et lesbiens.(...)j'ai été agréablement surprise par la  maturité , qui m'offre  la possibilité de faire du yoga et du jardinage pour  stimuler  mon âme  et  mon organisme, et de  la  comptabilité pour payer mes  factures."

(180 pages)

18/09/2008

« si se sentir bien signifie chanter de cette façon, je préfère peut être rester comme je suis. »

Si tu manges un citron sans faire de grimaces , le narrateur d’une des nouvelles de Sergi Pàmies l’a entendu à la radio, tous tes désirs seront accomplis. Mais de peur de grimacer et que plus un de ses désirs ne s’accomplisse, il s’abstiendra de tenter l’expérience.

Ouvrir un recueil de Sergi Pàmies c’est entrer dès la première phrase de chaque texte dans un monde que nous connaissons mais où tout est faussé, cintré, dès l’entrée. Je vous en livre un florilège : « Il a fallu que je meure pour savoir si on m’aimait. », « Assis sur un banc des Ramblas, je compte les femmes avec lesquelles j’aimerais coucher. », Ensuite tout se déglingue et l’écriture imagée De Pàmies nous emporte dans un univers qui s’interroge aussi sur la fiction, « J’écris l’histoire d’un personnage de fiction qui , à l’heure prévue, atterrit dans un aéroport. », un univers souvent grinçant où les héros ont disparu, jettent des bouteilles sans espoir à la mer : « J’envoie des enveloppes vides à des gens que je ne connais pas. », s’efforcent de gommer leurs sentiments : « Je me réveille avec une très forte envie de pleurer, mais comme aujourd’hui j’ai beaucoup de travail, je décide que je pleurerai plus tard. ». Mais ces non-héros ne sont-ils pas nos frères ?41QATTwDSRL._SL160_AA115_.jpg

 

Une vingtaine de textes à la longueur maîtrisée ,où des personnages empesés dans leur vie s’agitent en essayant de conserver leur dignité. Un auteur à découvrir sans plus attendre.

Un grand merci à  Cuné pour  cet envoi réjouissant !

 

Ps:  il me tarde de m'identifier totalement à la couverture...

31/05/2008

Perplexité

Maître Cathulu, par la couv'alléchée51VbupyGyhL
Ainsi que par la mention
"Humour tout britannique teinté de cruauté"
Dans son cabas avait glissé
De sacrés petits prodiges.
Hélas ! ces contes ,même pas de fées
n'avaient aucune originalité.
Pierre Gripari et Yak  Rivais
avaient déjà ouvert la voie.
Et même si le texte était de qualité
et faisait preuve de fluidité,
les illustrations
Ma foi fort bien léchées,
Cathulu resta pleine de perplexité:
Linda Quilt par ces fables
que voulait-elle montrer?

Moralité : le marketing a bien oeuvré
Pour quinze euros tu fus flouée.

05/02/2008

Xingu, vous avez dit Xingu ? Comme c'est Xingu !

Xingu , ce nom exotique qui donne son titre à la nouvelle d 'Edith Wharton, claque et rebondit  debouche en bouche parmi les membres du très select "Lunch Club d'Hillbridge".9782842054915
Seule échappatoire à  la morgeue de la célèbre romancière Osric Dane, ce nom, qui la  déroute,  lancé à la  volée par la moins intellectuelle du groupe, leur permet dans un premier temps de sauver la  face, en maintanant un flou artistique sur l'identité de ce fameux Ingu.
La consultation du livre-sauveur, le dictionnaire,  plongera ensuite ces femmes  qui se piquent de  culture, plus dans un esprit de pose et de snobisme qu'autre chose, dans un désarroi decourte durée...
Edith Wharton, avec un art d e la formule et de l'image consommé"Mrs Van Vluyck rajusta ses lunettes comme le bourreau sa  cagoule", épingle avec beaucoup d'humour les  travers de cette coterie impitoyable  et pathétique.
Un concentré dhumour acide réjouissant ( pour un euro cinquante !).
Pas eu le temps de chercher vos billets les filles, donnez-les moi, je les mettrai en lien, merci !

L'avis de Papillon

24/01/2008

Perplexité

51FIlKxSOfLLe recueil de nouvelles  de Miranda July Un bref instant de romantisme est aussi fuyant qu'un poisson.  Vous croyez le saisir,il vous glisse des mains mais vous le reprenez, bien décidée à trouver ce qui fait sa particularité.
Pas d'univers parallèles ici ,mais des gens ordinaires, aux prises avec leurs émotions et y faisant face de manière déroutante. Une jeune fille se dit ainsi capable de rester figée dans la positon qu'elle avait quand son amie part en claquant la porte, et ce jusqu'à ce qu'elle revienne... Un homme confie à sa fille les gestes qu'il faut faire pour rendre une femme heureuse...
Le style est faussement simple, de brusques dérapages nous font basculer de manière inattendue, drôle ou poignante.
Je suis restée longtemps à me  demander si j'arriverais à écrire sur ces textes  car j'étais désorientée et perplexe, n'étant pas sûre de les avoir tous compris. Seule  certitude: il faut les lire dans l'ordre et non piocher au hasard: la familiarisation se fera d'autant mieux.

15/01/2008

Mezze

Cinq auteurs,  cinq euros, cinq nouvelles, c'est le pari tenu par les éditions "Bleu autour", histoire de nous mettre en appétit , de faire connaissance avec l'univers de différentsécrivains  sans qu'un thème les  regroupe.
Soit, Marie Hélène Lafon et sa très réussie "Maison Santoire" , histoire d'un viel homme qui veut rester debout dans sa maison et" partir d'un coup, net propre sec." (j'ai scrupuleusement respecté la ponctuation);
-Annie Saumont, toujours aussi tranchante dans "Vous descendrez à l'arrêt Roussillon", mettant en scène deux femmes et leur employée de maison (il est dommage que la couverture soit trop explicite);9782912019776
-Leïla Sebbar,qui  avec" Louisa", nous conte l'histoire ,toute en retenue,d'une naissance improbable dans un camp d'insurgés algériens , déportés en Corse en 1870,  histoire qui a une portée universelle...
-Un auteur Turc,  encore inconnu en France, Sait Faik Abasiyanik avec "Une histoire pour deux",un peu trop symbolique à mon goût mais un seul texte n'est pas probant;
Et enfin, Saadat Hasan Manto, indo-pakistanais, qui avec "Viande froide" nous montre un délicieux jeu d'agacements, de préliminaires amoureux, parsemé de multiples indices qui prendront tout leur sens dans une chute pour le moins refroidissante !
Bref, juste de quoi nous titiller les papilles et nous donner envie de poursuivre le voyage !

Ps : j'ai trouvé ces nouvelles regroupées en coffrets  mais chacune porte un code-barres, indiquant qu'on devrait pouvoir se les  procurer à l'unité...

07/01/2008

Un monde cruel

En Afghanistan, on sait très bien que la situation des femmes n'est pas facile (comme dans plein d'autres pays ,hélas). Mais  on en a une connaissance abstraite, désincarnée. Avec Spôjmaï Zariâb,cette réalité on la prend en plein plexus solaire.51BYF854M8L
J'ai lu la première des sept nouvelles composantle recueil Dessine-moi un coq, et j'ai dû marquer un temps d'arrêt dans ma lecture tant j'ai été choquée par la puissance d'évocation de l'auteure. L'irruption dans cette famille unie et aimante d'un oncle que la religion et les traditions appliquées à la lettre rendent proprement terrifiant, en particulier pour la petite fille sur laquelle il s'acharne avec une cruauté sans pareille m'a laissée  groggy. Cette chape de plomb qui s'abat sur la maisonnée et la violence des propos de la narratrice adulte qui se souvient de cet événement valent meiux qu'un long discours sur les droits des femmes : "J'en venais parfois à souhaiter, avec une sorte d'innocente cruauté, que tous les hommes du monde perdent la vue pour que ma mère puisse s'asseoir tranquillement avec eux et entamer la conversation avec eux sans avoir à cacher sa bouche avec son voile, pour que ses lèvres roses puissent se mouvoir avec langueur, s'étirer et laisser apparaître une à une,  dans un sourire, la blancheur de  ses dents et qu'ainsi elle nous fasse rayonner nous aussi, la maison et moi."
Les petites filles tremblent devant les  hommes, les professeures, les mères craignent pour la vie de leurs fils  qui partent à la guerre  les enfants se montrent cruels  envers les inférieurs ou les animaux,  parfois même ce sont les hommes eux mêmes qui se font volontairement souffrir...On se sent parfois étouffer dans cet univers si dense  et si dur , éclairé par de rares instants de bonheur.
Spômaî Zariâb maîtrise totalement l'art de raconter et son style puissant, vigoureux mais aussi sensuel , jamais pontifiant, se révèle d'une efficacité totale pour évoquer non seulement son pays mais aussi l'universalité du mal.Magistral.

Un grand merci à Bladelor qui me l'a prêté !

01/08/2007

Shoking: Même les vieux ont une vie sexuelle !

La couverture et le titre du recueil de nouvelles, Libertinages, peuvent prêter à confusion, mais Sally Bingham, contrairement aux apparence n'a pas  écrit un livre à lire d'une seule main.
Sally Bingahm a 70 ans mais ses héroïnes sont  pleines d'allant d'humour et d'amour de la vie sous toutes ses facettes.41wliabqJzL
C'est sans arrières- pensées que la professeure âgée demande à l'un de ses étudiants de venir l'aider à confectionner de la  confiture d'abricots*mais la sensualité des fruits et l'atmosphère parfumée et chaude feront le reste...
Beaucoup de délicatesse également dans le récit de ce couple d'homosexuels où un jeune homme va s'immiscer sans le vouloir vraiment.
Pour sauver son couple une vieille dame va demander l'aide d'une de ses amies, accédant ainsi à un fantasme  qu'elle avait autrefois refusé à son mari mais le résultat sera peut être différent de ce qu'elle attendait... L'aspect scabreux de la situation est totalement escamoté par la maestria de l'auteure qui ne juge jamais ses personnages même s'ils sont aussi pervers et égoîstes que cet homme qui harcèle  une jeune femme.
Sally Bingham nous montre des couples âgés qui n'ont pas fait de croix sur leur sensualité, qui commettent autant d'erreurs que les jeunes, ce qui est à la fois triste et réconfortant, des couples hors-normes, qui ne rentrent pas dans les cadres que la  société veut leur imposer,le  tout dans un style fluide et sensuel. A découvrir de toute urgence !

* Pour une  recette de confiture c'est par ici!