Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/12/2010

Les sortilèges du Cap Cod

"il ne leur faisait pas assez confiance- au monde à elle, à lui-même et à leur belle vie-, ce qui l'amenait à comprendre les choses de travers."

Deux mariages comme autant de bornes entre lesquelles nous suivrons le parcours à la fois géographique (entre côte Est et côte Ouest des Etats-Unis), introspectif et temporel (retours dans le passé)de ce  sympathique quinquagénaire, Jack, qui fait le bilan de sa vie , de son mariage  qui commence à battre de l'aile) et de ses relations avec ses parents et beaux-parents. 
Il apparaît perpétuellement écartelé entre deux visions de la vie , deux emplois (prof de fac ou scénariste) et deux familles (la sienne qu'il fuit et celle de sa femme qu'il snobe consciencieusement). Mais  possède-t-il une juste vision des faits ? 51FNDqNUYLL._SL500_AA300_.jpg
Il pourrait être exaspérant ce cher Jack mais il est juste humain et ô miracle, il est même capable de reconnaître- du moins in petto -ses torts !
Echappe-t-on jamais aux automatismes familiaux? C'est bien difficile , surtout si comme notre héros on est doté d'une mère à la fort personnalité : "La mère de Griffin était en très grande forme. Si on relevait une de ses vacheries, elle rebondissait sur une autre. Vouloir lui rabattre son caquet revenait à tenter d'enfermer un chat dans un sac : il restait toujours une patte dehors et on n'en sort jamais indemne."
Le roman prend plus son temps dans la seconde partie, la mélancolie pointe le bout de son nez, mais on n'abandonne pas  pour autant l'humour vachard, marque de famille des Griffin quoi qu'il lui en coûte de l'admettre, et on en redemande ! La répétition du dîner de mariage est un spectacle à ne pas manquer, de quoi donner des sueurs froides aux futures mariées !
Un roman tendre sans être mièvre, qu'on a du mal à quitter .
Les sortilèges du Cap Cod , Richard Russo, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Céline Leroy, Quai Voltaire 2010, 315 pages qui m'ont redonné le goût de lire et c'est pas rien !

Merci Cuné ! 

Amanda a aussi beaucoup aimé et cite en prime un passage savoureux !


 

04/12/2010

6 heures plus tard ...en poche

"Comment, mais comment un plan aussi modéré, aussi "raisonnable" avait-il pu déboucher sur une telle ignominie ? "

Le shérif du comté de Nation, Carl Houseman, est envoyé pour des raisons de politique locale, en tant que simple observateur à Londres, dans le cadre de la disparition d'une jeune fille de l'Iowa.
Évidemment notre enquêteur bien-aimé ne va pas rester à se tourner les pouces aux côtés du New Scotland yard et sera bientôt entraîné dans une spirale de violence qui n'aura rien de commun avec ce qu'il a connu précédemment.9782757815908.jpg
Mettre aux prises Carl Houseman avec des terroristes sur le sol britannique est une excellente idée. Le dépaysement et les notes d'humour(Houseman est flanqué d'un "boulet" en la personne du nouvel avocat général du comté, "garçon encore jeune et pas très fûté"), les enquêteurs s'affrontent à coup de clichés (étoile de shériff contre parapluie )permettent de détendre un peu l'atmosphère .
Mais là où excelle Donald Harstad c'est dans son démontage implacable de la manipulation de gens qui n'ont rien de nigauds et se laissent embarquer dans une entreprise qui va très rapidement les dépasser et les broyer. Ils n'ont rien de ces fanatiques hallucinés qu'on voudrait trop souvent nous présenter et par là même n'en deviennent que plus dangereux...Une réussite !

Points seuil 2010

29/11/2010

L'homme inquiet

"Ce personnage inquiet et mal assuré dans la marge: c'est moi."

Wallander est devenu grand-père , à sa grande surprise et à sa grande joie. Le spectre de la retraite commence à rôder autour de lui  tandis que la vieillesse gagne davantage de territoire, détériorant non seulement son corps, qu'il a part trop négligé, mais aussi, et c'est ce qui l'angoisse le plus, sa mémoire.
Malgré tout cela , obstiné,  il mène une enquête, en parallèle des services officiels ,sur la disparition des beaux-parents de sa fille Linda. Remontent alors à la surface des échos de la guerre froide , de sous-marins et d'espionnage.51T5j08M9GL._SL500_AA300_.jpg
L'enquête est particulièrement lente dans cet ultime épisode de la série des Wallander. Ce qui prime avant c'est le personnage en lui même, qui fait le bilan de sa vie à la fois professionnelle et personnelle. Reviennent ainsi à sa mémoire des souvenirs des enquêtes précédentes et des gens du passé. Les femmes de sa vie réapparaissent également pour un dernier tour de piste, une manière d'évaluer si , une fois pour toutes, il pourra se  faire à l'idée de vivre seul à la campagne , en compagnie d'un chien.
Parcouru de nombreux allers-retours, à la fois dans l'espace et dans le temps, L'Homme inquiet évoque aussi une période trouble de l'histoire de la Suède et la nécessité, selon l'auteur, de ne pas négliger la politique. Tout ceci a parfois des accents de testament et ce n'est sans doute pas un hasard si, à la fin du récit, Wallander éprouve le besoin de mettre au clair ses idées sur une enquête non entièrement élucidée, par écrit.
Henning Mankell en finit avec son personnage d'une manière particulièrement efficace et réussie, lui laissant tout à la fois un espace de liberté et l'impossibilité physique de réapparaître dans une autre enquête. Un texte riche en réflexions et un portrait particulièrement poignant.

L'homme inquiet, traduit du suédois par Anna GIbson, Henning Mankell, Seuil 2010, 552 pages sombres .

28/11/2010

Dans quel ordre lire les Wallander?

1) Meurtriers sans visage
2) Les Chiens de Riga
3) La Lionne blanche
4) L'Homme qui souriait
5) Le Guerrier solitaire
6) La Cinquième Femme
7) Les Morts de la Saint-Jean
8) La Muraille invisible
9) Avant le gel
10) L'homme inquiet (Billet à venir demain)

Les 9 premiers tomes sont sortis en poche.

A noter la réédition en volumes réunissant plusieurs aventures de Wallander.

Repéré aussi quelque part sur le net qu'il existe un volume de nouvelles mettant en scène  Wallander, datant de 1999 et pas encore traduit en français. Affaire à suivre.

27/11/2010

C'est dans la poche, Pippa!

"Tu n'es pas facile à coincer , Pippa."

Pippa Lee, cinquante ans, et son mari Herb, trente de plus ,viennent de s'installer, à la surprise de leurs amis, dans un lotissement chic pour retraités. Se sentant d'abord libérée, Pippa, "considérée par ceux qui la connaissaient comme une des dames les plus charmantes, les plus gentilles, les plus adorables, les plus simples et les plus rassurantes qu'il aient jamais vues", va peu à peu laisser remonter à la surface bien des émotions enfouies, liées à un passé tumultueux.9782757820193.jpg
Ainsi se construit, étapes par étapes, l'images à facettes d'une Pippa beaucoup moins lisse qu'il y paraissait de prime abord.  C'est aussi l'histoire d'une lignée de femmes à l'histoire perturbée et d'une mère, Pippa, qui ne veut pas léguer à sa propre fille, un héritage empoisonné.
Fille, amante, épouse, Pippa se définit par rapport aux autres mais a-t-elle jamais existé pour elle-même, dans sa quête de sécurité affective ?
Un roman plein de rebondissements, de remarques vachardes qui nous promène aussi dans le monde de l'édition et des écrivains. Une jolie réussite à laquelle manque juste un peu moins de retenue, une étincelle de folie plus assumée. Une lecture très agréable.

A noter que ce livre de Rebecca Miller a été adapté au cinéma par elle-même.

Points seuil 2010.

24/11/2010

Les ombres silencieuses

"Elle était là, aux yeux de tous, mais personne ne l'avait vue."

Un photographe -devenu un quasi clochard -assassiné ; une adolescente, livrée à elle même dont nous suivons, impuissants la lente marche vers son prédateur, tels sont les principaux protagonistes de ce roman qui nous permet de retrouver le commissaire Knutas et le journaliste Johan Berg (Cf Celui qu'on ne voit pas. )51mmucFUcOL._SL500_AA300_.jpg (ici)
De novembre au lendemain de Noël, nous allons les suivre sur l'ïle de Gotland, dans un paysage saturé de brume et de neige, découvrant  un peu plus leurs vies privées et leurs sentiments.
Comme souvent dans les romans policiers, j'ai davantage apprécié l'atmosphère et les portraits des personnages que l'intrigue en elle même, qui joue plus comme un révélateur des turpitudes de ceux que nous cotoyons et qui pourraient être nous  que comme un exercice de style. Classique mais efficace et plus réussi à mon avis que le précédent car l'auteure semble avoir trouvé ses marques.

Les ombres silencieuses, Mari Jungstedt, traduit d du suédois par Maximilien Stadler et Lucile Clauss, Plon 2008, 295 pages de saison.

 

Merci Cuné !

22/11/2010

Pied-de-mouche

"Mazzie, maman et moi étions tous sous amphétamines. En ce sens-là, nous étions tous de la haute."

Quel drôle de p'tit bonhomme que ce John Cromer, cloué au lit depuis l'âge de trois ans  par une maladie rare des os ! Plein d'imagination, c'est un être délicieusement excentrique qui analyse avec finesse et beaucoup d'humour les subtilités du monde qui l'entoure. Ce monde dans lequel il ne fera d'abord que de brèves incursions mais qu'il parviendra petit à petit à s'approprier.418EOHiZMxL._SL500_AA300_.jpg
Jamais d'auto-apitoiement mais une analyse féroce parfois de son comportement et de celui des adultes, parfois sadiques, qui l'entourent. Il observe tout avec intérêt , y compris les erreurs de la médecine (voir le titre !) et parvient malgré tout à rester un enfant non pas comme les autres mais presque. On le suit de l'enfance à l'adolescence et même si le  roman comporte 595 pages qui font parfois ployer nos poignets, on se retrouve à la toute fin un peu déçu de ne pas en avoir davantage à se mettre sous les yeux !

Pied-de-mouche*, Adam Mars-Jones, traduit de l'anglais (Royaume Uni) par Richard Cunningham, Jean-Claude Lattès 2010.

*voir ici

20/11/2010

L'anniversaire du chat assassin

"Des fantômes dans le placard et des bosses dans le lit, voilà le prix à payer. Que cela vous serve de leçon !"

Sacré Tuffy ! Parce que ses maîtres ont décidé de fêter Halloween plutôt que son anniversaire, (quelle idée d'être né un 31 octobre in England !) notre chat préféré va leur mener la vie dure une semaine durant et organiser sa propre fête. Evidemment les chiens seront interdits. Evidemment une floppée de chats délurés qui s'amusent et bambochent cela ne peut que tourner mal... Mais bien sûr , comme d'hab' ,Tuffy retombera sur ses pattes et continuera de martyriser sans vergogne son maître.41SDRz5p4xL._BO2,204,203,200_PIsitb-sticker-arrow-click,TopRight,35,-76_AA300_SH20_OU08_.jpg
Les chats font la loi !
Une nouvelle aventure sympathique de Tuffy, même si Hallowen a perdu tout son impact en France. Les dessins  pleins de malice de Véronique Deiss contribuent au plaisir de ce roman destiné aux enfants qui aiment déjà lire tout seuls.

 L'anniversaire du chien assassin, Anne Fine, traduit de l'anglais par Véronique Haïtse.71 pages qui se gaussent (gentiment ) des chiens.

19/11/2010

Le journal secret d'Amy Wingate

"...à qui j'ai envie d'abandonner mon self-contrôle, le bon sens qui m'a étranglée depuis tant d'années, ma solitude , aussi, vide , aride."

Elle qualifie parfois son journal de "divagations psychologiques à la noix", dépréciant ainsi le contenu du texte qui l'aide à canaliser le flot de ses pensées et à satisfaire la curiosité du lecteur. Elle  ? Amy Wingate, prototype parfait de la vieille fille coincée . Du moins en apparence. Car la trop sage Amy qui analyse, sans concessions les liens qui l'unissent à sa riche et jeune amie un tantinet condescendante à son égard, qui use d'elle comme d'un faire-valoir, sait aussi se montrer impulsive et passionnée. 41r3tHzmF5L._SL500_AA300_.jpg
Willa Marsh , avec un style parfois délicieusement surranné (qui fait encore des emplettes de Noël ? ) nous brosse ici un portrait à la fois plein de charme et de causticité. Un régal  dont j'ai savouré la lecture en la faisant durer le plus longtemps possible pour ne pas quitter trop vite cette Amy aux multiples facettes. Si délicieusement british !

Merci Cuné !

De la même auteure : ici !

15/11/2010

Longue sécheresse

"Quelque part, songe-t-il nous trouvons la force."

Une vache gravide qui se sauve, un homme qui la cherche par une journée caniculaire. Et, tout en cheminant, il pense aux relations qui l'unissent à sa femme, relations qui sont en train d 'évoluer,  à son père qui a su changer de vie pour la prendre à bras le corps et ainsi faire face au désespoir qui aurait pu s'emparer de lui. En écho à cette voix intérieure, surgissent aussi celles des autres protagonistes, et, en parallèle les micro événements alternant joie et tragédie qui jalonnent la vie de la ferme.51zFGoUvUML._SL500_AA300_.jpg
Presque rien donc mais une pensée qui se donne à voir dans les moindres replis de son âme, une attention précise et poétique à la nature et à toutes les formes de vie, de la plus humble à la plus éclatante.
L'auteur , qui est aussi exploitant agricole et viticole, sait nous faire partager son amour de la terre et des êtres vivants mais aussi toucher au plus près les émotions et se jouer du lecteur, en se jouant de la chronologie. Un enchantement champêtre !

Longue sécheresse, Cynan Jones, traduit de l'anglais (pays de Galles) par Mona de Pracontal, Joëlle Losfeld 2010, 131 pages écrasées de chaleur.

Merci à Keisha pour le prêt !

Clara a aimé aussi !