Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/09/2011

A vol d'oiseau

"La moitié se mit à pleurer, l'autre moitié à sangloter."

A vol d'oiseau est un roman qui bouscule les frontières. Frontière géographique d'abord: celle entre le Canada et les États-Unis, dont le tracé capricieux avait plus ou moins été oublié et qui, sur une partie du microcosme où se déroule l'action, est symbolisée par un fossé que l'on saute allègrement. Oui mais des trafiquants de drogue, des passeurs de clandestins , voire des terroristes,vont changer la donne et faire grimper la paranoïa du côté des États-Unis...jim lynch,argh ayé je craaque et j'ai déjà commandé le premier roman de ce
La frontière entre les catégories professionnelles est- elle aussi chahutée: qui aurait pu croire que le héros du roman, Brandon, 210 cm, dyslexique, un peu autiste sur les bords, passionné d'oiseaux (il les identifie et les compte sans arrêt) deviendrait l'un des meilleurs garde-frontières ? On n'aurait pas parié un dollar sur lui, pas plus qu'on aurait cru que ses oeuvres artistiques, inspirées du Land Art, possédaient une quelconque valeur...En tout cas, il est le seul , dans sa fraîcheur d'esprit à planer au dessus de toutes ces contingences et à poursuivre son chemin entre deux communautés , pleines de gens pittoresques, que la peur de l'autre fait partir en vrille.
Un roman plein d'humour et de tendresse (on ne peut que tomber amoureux de Brandon   (et pas seulement parce qu'il sait si bien comprendre les vaches !)), qui ne lésine pas sur les rebondissements et peint ce microcosme avec bonhomie et bienveillance, sans oublier néanmoins une petite touche acide... Un roman dont j'ai tourné de plus en plus lentement les pages pour le faire durer un peu plus longtemps ! "On n'oublie pas les moments passés avec Brandon."

A vol d'oiseau (Border songs) traduit de l'anglais (E-U) par Jean Esch, Éditions des deux terres 2011, 424 pages qu'on a peine à quitter !

17/09/2011

Hiver...en poche

 

"C'est toujours le désir qui tue."

Sacrifice en hommage aux dieux vikings ou meurtre commis par un esprit particulièrement tordu ? Seul le cadavre nu, obèse et gelé se balançant à une branche de chêne pourrait répondre. Mais il se contentera de commenter l'évolution de l'enquête menée par Malin Fors , inspectrice de police.Malin qui a fort à faire avec son boulot prenant, ses amours en pointillés et surtout son adolescente de fille qui se lance dans sa vie amoureuse.
Affrontant le froid d'un hiver particulièrement rigoureux, un clan familial retors, Malin Fors démêlera cette "logique absurde des sentiments." Pour autant les mystères ne seront pas tous levés, juste de quoi attendre avec impatience le prochain volume de cette série "où chaque titre est articulé à une saison."

mons kallentoft

28/08/2011

Sukkwand Island...en poche

"Il savait que son père s'infligeait cela tout seul. »

 Un homme et son fils de 13 ans, seuls sur une île sauvage au Sud de l'Alaska, difficilement accessible. Viennent en tête du lecteur les notions de « pionnier », de "conquête du territoire ", liées à l'histoire des Etats-Unis, mais d'emblée l'auteur instaure une atmosphère lourde de « bourbier ». Il ne s'agit donc pas ici de « robinsonner » en toute sécurité mais , pour le père, à défaut d'arriver à maîtriser sa vie et ses pulsions, de réussir à assurer sa survie et celle de son fils, Roy, ainsi que de restaurer une relation père/fils pour le moins défaillante. Très vite le lecteur se rend compte que le plus mature des deux n'est pas forcément le plus âgé et son coeur bat la chamade en tournant les pages ...jusqu'à la fin de la première partie qui arrive comme un uppercut et le laisse groggy. Magistral.david vann
La suite du récit est une plongée hallucinante dans un esprit malade, alternant auto apitoiement et déni de la réalité. On sort de là estomaqué par ce premier roman de David Vann , au style tout en retenue et qui montre une maîtrise totale de la narration .

23/08/2011

Ru

"Mes parents nous rappellent souvent, à mes frères et à moi, qu'ils n'auront pas d'argent à nous laisser en héritage, mais je crois qu'ils nous ont déjà légué la richesse de leur mémoire, qui nous permet de saisir la beauté d'une grappe de glycine, la fragilité d'un mot, la forme de l'émerveillement. Plus encore ils nous ont offerts des pieds pour marcher jusqu'à nos rêves, jusqu'à l'infini. C'est peut être suffisant comme bagage pour continuer notre voyage par nous-mêmes. Sinon, nous  encombrerions inutilement notre trajet avec des biens à transporter, à assurer, à entretenir. (...)
Alors, j'essaie le plus possible de n'acquérir que des choses qui ne dépassent pas les limites de mon corps."

Une forme éclatée - des textes courts- pour dire l'exil forcé dans le ventre dun bateau ,l'internement dans un camp de réfugiés en Malaisie,  les souvenirs du Viet-Nam mais aussi l'arrivée au Québec et la vie actuelle de la narratrice, autant de fragments ténus mais d'une force incroyable pour dire la volonté de survivre, de cueillir quelques fragments de bonheur dans les situations les plus difficiles.kim thùy,exil,sud-vietnam
Pas de continuité narrative ou temporelle possibles dans un monde qui n'est jamais vécu comme sûr et/ou stable mais une vie marquée par cette volonté de rêve auquel se fier pour avancer. L'adaptation tragi-comique aux coutumes québécoises, l'attachement à l'odeur d'un assouplissant, autant de manières sensibles de se maintenir en équilibre et d'aller de l'avant, vers l'épure.
Un texte qui évite tout pathos -ce que je craignais le plus-et qui en 143 petites pages nous dit tout à la fois "l'écoulement de larmes , de sang, d'argent" et la berceuse que signifie son titre en vietnamien. Un petit ruisseau qui a coulé dans de nombreux blogs et qui vient de sortir en poche.

Ru, Kim Thùy, Liana Levi Piccolo.

10/08/2011

Les neuf dragons

"S'il ne la revoyait plus, il ne pourrait plus y avoir de rédemption."

michael  connelly

 

Meurtre dans le quartier chinois; Harry Bosch soupçonne vite des acitvités de racket des Triades chinois. la routine, quoi. Mais le récit va s'emballer quand Bosch découvre que sa fille, Madeline, vient d'être enlevée à Hong-Kong, où elle réside avec sa mère.
Commence alors une journée de 39 heures qui verra Bosch aux prises avec les Triades dans une course haletante et sans temps morts.
Connelly choisit clairement (voir le texte en postface) de creuser la faille que représente sa fille pour Harry Bosch et il redonne ainsi du souffle à une série qui en manquait cruellement. J'ai néanmoins eu l'impression à plusieurs reprises que ce roman avait été écrit en prévision d'une adaptation cinématographique et ce côté un tantinet formaté a un peu gâché mon plaisir.

 404 pages à lire d'une traite pour éviter tout manque ou risquer la nuit blanche. à attendre tranquillement en poche ...

Les neuf dragons,  Michael Connelly, traduit comme d'ha' par Robert Pépin, Seuil 2011.

Merci àCath et Laurent pour le prêt !

04/08/2011

Le pingouin

"Du moment qu'il était dans cet attelage, il devait tenir jusqu'au bout. Ce qu'il faisait."

N'était le pingouin qu'il a recueilli (le zoo de Kiev n'étantplus en mesure de l'entretenir), la vie de Victor serait bien morne.andreï kourkov
Tout va cependant bientôt s'emballer quand ce journaliste trouve enfin un emploi où il peut donner la mesure de son talent: la rédaction de nécrologie de personnalités encore bien en vie. Du moins pour encore un peu de temps. Car Victor va vite se rendre compte que ces personnes, une fois son texte rédigé, ont une fâcheuse tendance à passer l'arme à gauche...
Rencontres improbables, situations loufoques, le lecteur, à la suite du héros, sera pris dans un engrenage d'où il sortira lessivé mais le sourire aux lèvres.
Une peinture acide et gaie d'une société dont on ne sait si elle se recompose ou se décompose...Un récit enlevé et plein d'humour.

Emprunté à la médiathèque. Ce livre fait aussi partie de l'opération Points Seuil de cet été.

Le pingouin, Andreï Kourkov, traduit du russe par Nathalie Amargier, 272 pages qui donnent envie de connaître la suite, car suite il y a !andreï kourkov

01/08/2011

Origine

"Bref, l'histoire ne se limite pas au crime. Il s'agit de la désintégration d'un mode de vie, de l'effondrement de l'Est industriel, de la perte d'une existence plus simple, et j'en passe."

Morts subites du nourrisson ou assassinats ? La ville de Syracuse est en émoi et pour une fois ce ne sera pas l'ADN qui aura la vedette mais plus simplement ces bonnes vieilles empreintes digitales dont Lena est la spécialiste au centre de police scientifique de la ville. Lena qui ignore tout de ses origines mais qui a gardé de son enfance "un don étrange, une sensibilité quasi animale" (dixit la quatrième de couv') qui la rend particulièrement efficace sur le terrain.diana abu-jager,roman policier,syracuse,nana pas celui d ela chanson,celui de la côte-est des states
Franchement au début, je craignais le pire mais l'habileté de Diana Abu-Jager est de mener les deux enquêtes de front (celel sur les décès suspects et celle sur l'origine de l'héroïne) en évitant tout sensationnalisme et en ndes explications sensées et jamais outrancières.
  La ville et son climat glacial deviennent des personnages à part entière les personnages sont bien campés, on ressent vraiment les sensations de l'héroïne , il y a des hommes virils et tendres à la fois, bref tous les ingrédients d'un cocktail idéal à la fois pour se rafraîchir et se régaler !

14/07/2011

Pieds nus

 

Selon la  tante Liv , il ya  trois sortes de femmes : les soeurs aînées,  les cadettes et celles  qui n'ont pas  de soeur. Un exemplaire  de chaque va cohabiter et panser ses plaies, physiques ou morales  dans un délicieux petit cottage de Nantucket que  Liv a eu la bonne idée de léguer à ses  nièces, on peut trouver pire comme endroit !Elin Hilderbrand
Trois femmes descendent  donc d'un avion et chacune d'elles  va attirer l'attention de  Josh,  aspirant écrivain  qui va bien vite entrer dans leur vie comme baby-sitter des deux jeunes fils de  Vick, la soeur aînée  et saura bientôt se rendre indispensable  aux yeux de chacune.
Qu'elle ait des problèmes de santé(Vick lutte contre un cancer), de boulot (Brenda, la cadette,  vient  de saboter  ce qui s'annonçait comme étant une brillante carrière de  prof de fac),  ou de couple,(Mélanie, l'amie de Vick  a  découvert simultanément qu'elle était enfin enceinte et que son mari la  trompait), chacune de ses femmes va devoir , le temps d'un été se  frotter aux  autres et faire le point sur sa situation.

Pieds nus est le roman idéal pour  l'été : confortable, il nous plonge immédiatement dans une atmosphère estivale des plus agréables, il comporte son lot  de péripéties, une analyse  psychologique fouillée  sans être lourdingue ni caricaturale,  on s'identifie sans problème à au moins une des héroïnes...
Bref tous les ingrédients  pour passer un excellent moment  et nous faire  patienter jusqu'aux vacances sont réunis !

13/07/2011

Ma rencontre avec Violet Park

"Ils étaient l'un à côté de l'autre, celui dont nous croyions tout savoir en dehors de l'endroit où il se trouvait (où ne se trouvait pas), et celle dont nous ne savions rien en dehors du fait qu'elle était morte et se trouvait chez ma grand-mère."

Avant de rencontrer son urne funéraire par hasard sur une étagère d'un local de taxis, Lucas ne connaissait même pas l'existence de Violet Park. Evidemment, ensuite, il va la croiser partout et peut être que cette quête identitaire en rejoindra une autre et lui ouvrira les yeux sur un autre disparu: son père. Est-il mort ou non ce père qu'il a idéalisé ? En tout cas il a laissé sa femme et ses trois enfants dans une situation d'entre-deux qui n'est guère confortable...jenny valentine,père qui s'est fait la malle
Jenny Valentine a le chic pour peindre ses personnages et se glisser dans la peau d'un ado attachiant plein de charme. Que ce soit le grand-père qui perd la boule mais retrouve parfois des éclairs de lucidité fulgurants, la petite amie , la mère de famille débordée ou le bon copain à la dérive , tous sont croqués avec justesse. Quant au récit, je me suis passionnée pour cette (en) quête dans un quartier d elondres entre ville et campagne. Une réussite ! Jenny Valentine, je t'aime !

Du même auteur, j'avais aussi beaucoup aimé La fourmilière, ainsi que la nouvelle écrite pour le recueil La première fois.

Ma rencontre avec Violet Park, jenny Valentine, Traduit de l'anglais par Diane Ménard, Médium, Ecole des Loisirs, 231 pages pleines de charme. A offrir à nos ados et à leur chiper sans vergogne !jenny valentine,père qui s'est fait la malle

24/06/2011

les veuves d'Eastwick...en poche

"Pour revoir la scène de notre fleur de l'âge."

Trente ans après, Les sorcières d'Eastwick sont devenues Les veuves d'Eastwick et reviennent sur les lieux de leurs forfaits, nettement moins séduisantes  et avec des pouvoirs affaiblis. A leur actif autrefois, sexualité débridée et mort provoquée par leurs incantations. pas sûr que leur retour soit apprécié par les autochtones...51ypGU4xkRL._SL500_AA300_.jpg
Ultime roman de John Updike, Les veuves d'Eastwick souffre dun début laborieux. Certes les voyages en Egypte et en Chine permettent d'enviasger la mort sous des formes différentes mais on a parfois l'impression de lire un guide de voyage en à peine moins ennuyeux. Passé ces trente premières pages ,on se laisse enfin charmer par ces sorcières qui ont vieilli mais n'ont rien perdu de leurs fortes personnalités. C'est l'heure des bilans et même si certaines se voilent la face, il n'est guère brillant. Tout à leur envie de liberté, ces femmes ont négligé leurs enfants et une seule sorcière essaiera de combler le fossé qui s'est creusé entre sa fille aînée et elle.
Le propos est sombre, sans concessions, on s'est bien amusé mais les temps ont changé  et les sorcières , à l'image des Etats-Unis, ont perdu de leur superbe. Updike les décrit de manière lucide et presque cruelle ces femmes riches ou moins riches mais jouissant d'une liberté confortable.
Des pages explicatives techniques alourdissent parfois le propos et l'on sort de ce roman inégal un peu désenchanté mais néanmoins ravi d'avoir retrouvé Alexandra, Jane et Sukie.