Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/04/2010

Le temps suspendu

"C'est moi qui n'étais pas au bon endroit au bon moment."

A quarante- deux ans, Maria rentre de la maternité les mains vides. "Si j'avais fait une fausse couche, j'aurais attendu le curetage, si j'avais eu un bébé, je l'aurais tenu dans mes bras. Je n'avais pas d'autres catégories à ma disposition."Née avec trois mois d'avance, la petite Irene est restée au service de néonatologie .
En même temps que les longues visites à l'hôpital ,commencent alors des allers-retours entre passé et présent, comme pour lutter contre ce Temps suspendu , entre mort et naissance. En toile de fond, la ville de Naples, tentaculaire, repoussante et fascinante à la fois, ses habitants qui se débrouillent vaille que vaille entre un barrage de dealers et des cours du soir, histoire de relever la tête  et/ou de trouver une place dans la société.41QJ9M7wKZL._SL500_AA300_.jpg
Valeria Parella nous embarque avec Maria dans ce voyage qui tangue entre rage et espoir. Pas de pittoresque à tout crin mais une Italie dont l'histoire se faufile dans la vie quotidienne, l'enlèvement d'Aldo Moro associé à une varicelle, les luttes et les déceptions du père, la volonté farouche de la narratrice de s'en sortir, de quitter la petite ville pour aller dans un établissement scolaire qui lui permettra de ne pas travailler dans la conserverie qui ronge les corps.
Cette géographie qui laisse son empreinte même dans la manière de s'exprimer, " Ce n'était pas dû au dialecte, mais au manque de temps."(...) c'était le temps qui avait manqué à mes élèves napolitains, ils s'étaient arrêtés au nécessaire et étaient allés travailler ou vendre de la cocaïne en renonçant aux nuances." Pas de misérabilisme mais une humanité chaleureuse et riche. Un très joli portrait de femme et une belle évocation de ville.

 

Le temps suspendu, Valeria Parrella, traduit de l'italien par Dominuqe Vittoz, Le seuil 2010, 154 pages à la fois denses et légères.

 

Merci à Suzanne de Chez les filles et aux Editions du Seuil.logo.jpg

31/03/2010

Quand souffle le vent du Nord

"Vous avez fait de mon monologue intérieur un dialogue."

41TQbC8jzBL._SL500_AA300_.jpg

 

A cause d'une  adresse mail erronée, Emmi Rothner et Leo Leike vont entamer un échange qui de poli va vite devenir amical . L'étape suivante, même s'ils s'en défendent d'abord ,est bien évidemment le badinage amoureux...Néanmoins chacun d'entre eux va trouver le moyen de différer le moment fatidique du passage du virtuel au réel.
J'ai d'abord été séduite par le rythme , le ton juste et la manière fûtée de relancer l'action et l'intérêt. Les personnages ne se dévoilent que par bribes et le lecteur va à leur découverte au même rythme que chaque destinataire des mails. On sent Leo plus réfléchi, il vient en outre de se remettre d'une déception amoureuse, Emmi plus enthousiaste et on s'attache très vite à eux. Néanmoins leur attitude pusillanime, un pas en avant, deux pas en arrière, leurs arguties, ont fini par me lasser . Que voulez-vous, je ne suis pas du genre à laisser traîner les choses -même en amour- et ces deux-là j'avais juste envie de les houspiller ! Il n'en reste pas moins que ,nonobstant cette incompatibilité de caractères, j'ai beaucoup apprécié la prouesse technique de ce roman par mails qui tient vraiment la route.

Cuné, elle,  a totalement été conquise par Leo (et chez qui vous trouverez plein d'autres liens, le vent du Nord souffle ici et me rend apathique...) ! Nous ne nous battrons donc pas pour son pyjama !

Quand souffle le vent du Nord, Daniel Glattauer, , traduit de l'allemand par Anne-Sophie Anglaret,Grasset 2010, 348 pages.

 

30/03/2010

Le livre des morts

"La chance aussi comptait, mais selon son expérience, on réussissait en allant jusqu'au bout , en créant l'environnement propre aux caprices du hasard."

Quel est le point commun entre le Tueur de l'Apocalypse qui prévient ses victimes en leur envoyant une carte postale portant leur date de décès, une mystérieuse zone  contenant les secrets les mieux gardés du gouvernement américain et  un monastère sur l'île de Wight ? Il faudra toute l'expérience et l'obstination du profileur Will Piper pour venir à bout de tous les obstacles qui se dresseront sur sa route vers la vérité.
Rien de bien neuf dans ce polar, on y retrouve le couple improbable de policiers partenaires qui vont apprendre à s'apprécier, voire à s 'aimer, on le sait d'avance, la dose de fantastique apportée par ce Livre des morts qui contient déjà les noms des victimes, des décors déjà connus (Las Vegas, Los Angeles )et leur dose de glamour kitsch. Mais les personnages sont bien campés, on ne s'embarrasse pas de réflexion philosophique (on est bien loin d'Umberto Ecco et de son Nom de la rose) et c'est très bien comme ça. Du pur divertissement et il en faut aussi.51UkDGOf73L._SL500_AA300_.jpg

Le livre des morts, Glenn Cooper, traduit de l'anglais (Etats-unis) par Carine Chichereau, Le cherche midi, 2010 , 420 pages avec lesquelles j'ai passé un bonne fin de semaine.

Amanda n'a pas été totalement convaincue.

 

29/03/2010

Julius Winsome

"...j'ai rencontré un géant efflanqué qui vivait dans un minuscule chalet."

Version sage

"En été j'avais un cercle de fleurs pour arrêter la forêt, en hiver un cercle de livres pour arrêter le frois et me permettre, durant les mois de silence, de me retirer à l'intérieur de la maison. Et autour de moi un autre cercle vivant: les animaux qui s'assemblaient pour recevoir la nourriture que je jetais sur le sol, les oiseaux qui attendaient des graines en hiver  et me remerciaient en chantant à tue-tête au printemps. ils vivaient dans un rayon d'une centaine de mètres, et, le moment venu, renonçaient paisiblement à leur corps."

Julius Winsome vit donc seul au fond des bois et s'apprête à se retirer dans son cercle de livres car l'hiver approche. l'hiver rude et glacial du Maine. L'assassinat de son chien, Hobbes, va transformer ce quinquagénaire doux et pondéré en tueur en série méticuleux et tout aussi calme.
L'alternance du passé et du présent nous aide à mieux cerner la  riche personnalité de Julius qui n'est en rien un être fruste ou asocial.
C'est l'irruption de la violence, de la trahison, sans doute qui vont rompre le lien subtil qui l'attachait au monde. Julius, friand de poésie, exprimant peu ses sentiments, fait évidemment tâche dans le monde rude des chasseurs qui l'entourent et c'est cette singularité qui va tout déclencher.51HkqjDpLuL._SL500_AA300_.jpg
Révolte, fascination tels sont les principaux sentiments du lecteur qui, sporadiquement, ne peut s'empêcher de se dire que tout de même il est en train de s'attacher à un tueur en série mais continue à se laisser séduire par ce géant doux et efflanqué. Un récit parfaitement structuré et un style tout en délicatesse et poésie font définitivement de ce texte un indispensable qui va m'accompagner longtemps.

Version folle

Ayé, je suis encore tombée amoureuse d'un homme des bois, doublé cette fois d'un tueur en série , ça ne s'arrange pas ma pov' fille !

*

Julius Winsome, Gerard Donovan, points seuil 2010, 274 pages dont j'ai retardé le plus possible la fin. Qu'allais-je lire ensuite ? Aucun livre ne trouverait grâce à mes yeux après cet immense coup de coeur, j'ai donc relu aussi sec et corné de plus belle  Julius Winsome !

Vivement que d'autres textes de cet auteur soient traduits!

L'avis de Laure

de Brize

de Sassenach

de Dominique

de Véronique

de l'Or des chambres

 

 

 

23/03/2010

Comme dans un rêve

"Les moulins de la justice tournent lentement."

Le meurtre en pleine rue du premier ministre suédois Olof Palme ,en 1986 ,avait été un véritable choc. Jamais élucidée cette affaire reste l'échec le plus cuisant des forces de l'ordre locales. Vingt ans plus tard Lars Martin Johansson ,haut responsable de la police, celui qui "voit derrière les coins" décide de rouvrir discrètement l'enquête. Ses collaborateurs devront donc en premier lieu affronter les montagnes de documents ,pas vraiment organisés ,qui les attendent.41YdKD3uA8L._SL500_AA300_.jpg
On baîlle d'avance à l'idée de se coltiner la poussière et l'ennui qui devraient se dégager de ses 558 pages (j'ai mis une semaine avant de me décider à entamer ce pavé) mais l'humour et les personnages parfaitement croqués nous font avancer sans une once de lassitude. Les dialogues, immédiatement suivis des pensées des personnages, souvent très décalées par rapport au message explicite, la manière d'esquiver les ennuis par les politiques,surprennent à chaque fois et même si on peut juste regretter que nous ignorions au final tout des motivations de l'assassin, on se retrouve à la fin du roman sans vraiment s'en être rendu compte.
L'auteur, criminologiste et profiler renommé, donne toute crédibilité à cette enquête qui sonde les coulisses d'une police pas vraiment irréprochable, qui inflige des stages de rééducation aux policiers machos, mais se montre parfois nettement moins regardante sur les procédures utilisées. Alors fiction ou réalité ? En tout cas, le roman s'avère passionnant.

Comme dans un rêve, Leif G W Persson, traduit du suédois par Esther Sermag, payot-rivages2009.

Emprunté à la médiathèque.

18/03/2010

Les raisons du doute

"Les histoires, à bien y réfléchir, sont tout ce que nous posssédons."

Les hasards de la vie,-mais y a-t-il un hasard ?-font que l'avocat Guido Guerrieri est amené à à devoir défendre en appel celui qu'il identifie comme un ancien agitateur fasciste qui lui avait cherché des noises durant l'adolescence. Autre problème ,ce Fabio Ray-Ban pour l'instant inculpé de trafic de drogue mais se proclamant innocent, est doté d'une très jolie femme et d'une non moins charmante petite fille.  Pour un avocat qui vient d'être largué et qui rêve de devenir père, ces faits risquent d'interférer dans sa manière de travailler. Pour couronner le tout Guerrieri va devoir affronter un confrère peu regardant sur la légalité...41Papr0FqbL._SL500_AA300_.jpg
N'aimant qu'à faible dose et les romans italiens et les romans judiciaires, Les raisons du doute n'avait que peu de chance de me plaire. Et pourtant j'ai pris beaucoup de plaisir à la lecture de ce texte car le personnage de l'avocat malheureux en amour, qui ne joue pas ni les matamores ni les gros bras, mais fréquente une librairie tenue par un libraire insomniaque et utilise les références à l'art de l'écriture dans sa plaidoirie, a véritablement su me charmer. Quelques pointes d'humour et une ville haute en couleurs relèvent encore le tableau et font de ce roman un livre très agréable , sans l'aspect "pinailleur" que l'on trouve parfois dans les romans judiciaires américains .

Les raisons du doute, Gianrico Carofiglio,  traduit de l'italien par Nathalie Bauer,Seuil Policiers, 2010, 262 pages qui se tournent (presque) toutes seules.

Critiqué (un peu par hasard car je croyais qu'il s'agissait d'un poche qui ne ferait pas monter ma PAL !:)) dans le cadre de l'opération Masse Critique de Babelio.

 

Merci à Guillaume et aux Editions du Seuil.ico_critique.jpg

 

 

 

15/03/2010

Tremblement de terre, Istambul, 17 août 1999

"Istambul. Un autre monde.Un monde noir, sale, auquel il n'appartenait pas."

Le commissaire Orkan Ekinci , mis au placard par sa direction, n'a décidément pas compris: il faut toujours qu'il se mêle de ce que beaucoup de gens voudraient voir étouffé. Ainsi ce cadavre , à la gorge tranchée, que l'on a visiblement voulu faire passer pour l'une des trop nombreuses victimes de ce tremblement de terre , le 17 août 1999 à Istambul.41y+Qh1gNmL._SL500_AA240_.jpg
Cette catastrophe naturelle sera l'occasion pour la cousine franco-turque du commissaire, Sibel, infirmière pour la croix-rouge de renouer avec sa jeunesse. Quant à Mehmet, dealer allemand venu se mettre à l'abri en Turquie, il se retrouve bien vite pris dans un engrenage mafieux.
Les destins de ces trois personnages vont se nouer dans cette ville , en proie à la corruption de tous bords. Qui tire les ficelles ? La maffya locale, les intégristes religieux ? Tout semble pourri et la poésie et les chants semblent de  bien frêles remparts contre la misère et la violence quotidiennes. Un portrait sans concessions d'une ville protéiforme. Quelques dialogues un peu amidonnés ne parviennent pas à troubler cette atmosphère étouffante parfaitement mise en place par l'auteur.

Tremblement de terre, Larif Marsik,  traduit du turc par Julide Kizilkale, Editions du masque, 2009, Prix du roman d'aventures.

 

09/03/2010

L'expert

"Les aigles ne sont pas des ornithologues."

 

Suite des aventures de Jonathan Hemlock, L'expert reprend un peu le schéma de La sanction: Même départ avec le personnage trop sûr de lui, même intervention féminine (justifiée par une ressort dramatique que je ne révèlerai pas), mais la tobalité est encore plus sombre et la faille s'agrandit dans l'âme d'Hemlock. Côté humour, nous avons aussi droit à un hilarant dialogue-promenade mettant aux prises le héros avec la campagne anglaise.414lMFaqcdL._SL500_AA240_.jpg
Mais cette fois nous gravitons à la fois dans le monde de l'art , celui de l'espionnage et des milieux interlopes et les épreuves rencontrée par notre héros seront encore plus physiques et originales que dans La sanction. Une petite baisse de régime (plus d'effet de surprise) mais un excellent moment cependant.

 

L'avis d'Amanda que je remercie pour le prêt !

04/03/2010

Dark tiger

"Les êtres humais se contentaient de s'entretuer."

book_v_492.jpg

Les nuages noirs s'amoncellent autour de Stoney Calhoun, toujours amnésique mais toujours doté de capacités qu'il a redécouvertes au fil des aventures précédentes.
Pour retrouver sa vie tranquille entre sa cabane au fond des bois et son travail à la boutique de pêche de son amoureuse Kate, le voilà contraint de remplacer un guide de pêche dans un  luxueux hôtel perdu en pleine nature, afin d'enquêter en toutes discrétion sur la mort d'un agent gouvernemental.
La donne a donc changé car dans les précédents volumes, c'était bien malgré lui que Stoney se retrouvait à mener des enquêtes, ce qui donne une tonalité plus sombre au roman, le héros étant soumis à davantage de tension.
J'ai retrouvé avec une certaine mélancolie les personnages de William G Tapply, sachant que l'auteur était décédé en 2009, juste avant la sortie aux Etats-unis de ce volume. Peut être est-ce que ceci a influé sur ma lecture car , même si les magnifiques paysages sont là, l'aspect tout à la fois bourru et plein de charme de Stoney aussi,même je ne me suis pas ennuyé une minute en lisant ce roman  le charme n'a plus opéré avec autant de vigueur.  J'y ai trouvé des redites (concernant les relations entre les chiens et je cite "la bouffe") et Stoney , toujours stoïque face aux emportements de Kate a fini par me laisser de marbre. Peut être ai-je aussi été aussi contaminée par le certain désenchantement qui imprègne ce livre...
Un adieu en demi-teintes.

Dark tiger, William G. Tapply, Gallmeister 2010, 250 pages

02/03/2010

Les lieux sombres

"J'ai le bourdon depuis 24 ans."

Unique survivante de la partie féminine de sa famille, Libby, qui se dépeint comme "l'adorable gamine  qui avait traîné son adorateur de Satan de frère devant la justice." 24 ans donc qu'elle a le bourdon et un bourdon de plus en plus agressif car, après avoir tiré partie pendant des années de l'intérêt du public pour son cas, elle se retrouve sans argent et sans situation, petite Shirley Temple qui n'aurait pas dû grandir, concurrencée par d'autres victimes plus jeunes et plus charmantes qu'elle.517GqhHsmWL._SL500_AA240_.jpg
C'est donc plus par intéret financier  que par réelle motivation qu'elle va accepter l'offre d'un groupe de gens persuadés que son frère, Ben, est innocent, de recontrer des témoins du passé.
Kleptomane, oscillant entre "la surprotection" et "l'imprudence extrême", Libby n' a au départ rien de sympathique et c'est tant mieux. Ceci nous évite nombre de clichés et donne de l'énergie au récit.
Alternant passé et présent, celui-ci nous entraîne tout à la fois sur la trace de présumés adorateurs de Satan, mais aussi dans la vie d'une famille de fermiers pauvres qui essaient tant bien que mal de maintenir la tête hors de l'eau.
Dès le début j'ai été scotchée par ce roman qui allie une intrigue solide-même si, c'est vrai, Libby retrouve un peu trop facilement les bonnes personnes, et des personnages complexes, bien campés et fouillés.
Il y avait longtemps que je n'avais lu un roman aussi palpitant !

Les lieux sombres, Gillin Flynn, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Heloïse Esquié, Sonatine 2010 , 479 pages bluffantes.

Du même auteur, j'avais lu La haine dans la peau,disponible en poche,  billet ici.

Tout le monde a lu ce livre dans la blogo ! et rares sont les avis négatifs...