Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/07/2009

Chanson sans paroles

Liz, mariée, deux enfants, a su préserver , par-dessus les années son amitié avec Sarabeth,  bine partie  pour  rester célibataire.
Quand Lauren la fille de Liz tente de se suicider  toute cette belle harmonie va lentement mais sûrement se fissurer, cet acte renvoyant trop Sarabeth a son passé douloureux.
"Et qu'était une amie alors? ", c'est à  cette question que tentent de répondre  chacune de leur côté ces deux personnages féminins qu'Ann Packer peint avec beaucoup  d'empathie. On pourrait également y ajouter cette question sous-jacente: "Et qu'était une mère alors ? ", Sarabeth ayant  eu une mère qui n'a  pu ou su assumer ce rôle tandis que Liz se torture à l'idée de ne pas être une mère suffisamment bonne.41n0ysRHXfL._SL500_AA240_.jpg
En parallèlle,  un très joli portrait d'adolescente qui  s'autodéprécie et n'arrive pas à nouer des liens d'amitié et/ou d'amour.
Que l'on s'identifie à l'une ou l'autre de ces femmes, on trouvera un texte jamais mièvre , parfois acide mais avec une lucidité sans pareille ainsi Liz:"Elle  refit la  queue pour acheter son paquet de  café, alors que la vendeuse  essayait, tant bien que mal, de se faire  à l'idée qu'elle était payée pour travailler. Elle devait avoir  dix-huit ou dix-neuf ans et était si lente que ce  ne pouvait qu'être voulu.  Liz  comprit  qu'elle  n'aurait pas été aussi énervée si elle  n'avait craint que Lauren ne finisse comme elle."
Un très bon moment de lecture.

 

Merci à  Cuné qui  l'a  trouvé mélo et triste mais précieux. Perso, je l'ai trouvé d'une tristesse tout à fait supportable( mais il est de notoriété publique maintenant que j'ai un coeur de  pierre !:))

01/07/2009

La terre des mensonges

Quand  sa mère  tombe malade, Tor  réussit tant bien que mal à  sauvegarder un semblant de  routine  à la ferme  familiale,  rudoyant son père trop effacé et chouchoutant ses truies.Mais quand il faut hospitaliser la  vieille femme,  tout s'accélère  et, à quelques  jours de Noël,  il faut prévenir  le reste de la famille avec qui  il n'a  maintenu que  d'épisodiques contacts:  son frère Margido, qui dirige une entreprise de pompes funèbres, et le cadet, Erlend, décorateur de  vitrines  à Copenhague. trois personnalités très dissemblables , ne communiquant guère et qui vont devoir affronter un secret familial.
Rien que du classique donc, mais l'action se déroulant en Norvège avait tout pour me séduire-bien plus que le chiffre devente faramineux s'étalant sur le bandeau rouge-.51feG+0cfiL._SL500_AA240_.jpg
L'atmosphère de la ferme est particulièrement bien rendue, cette économie quotidienne qui fait qu'on prend le  pâté par petits éclats pour le mettre sur une tartine, qu'un personnage se dit qu'"Il pourrait bien s'offrir  un bain un jour. Même si cela prenait beaucoup  d'eau chaude.  Et avec le prix de l'électricité." Toute une vie de privations et tandis que le "beau "linge  dort tranquillement dans les  armoires, on utilise des  torchons hors d'âge...Anne B. Ragde peint également avec subtilié  les liens qui  unissent l'éleveur et ses animaux et nous décrit avec autant de  détails qui sonnent juste les métiers des autres personnages.
Même si  j'avais d'emblée deviné une partie du secret, les personnages sont bien campés et leurs liens décrits avec subtilité.
D'où vient alors cette légère gêne, comme un caillou dans ma chaussure ,qui ne m'a  pas quittée ? De la traduction qui se  moque parfois de l'orthographe- la voiture est ainsi munie  d'un haillon-, oublie( ou rajoute ) une préposition au passage voire rend complètement calamiteux certains passages...500  000 exemplaireS  vendus certes mais en VO . A tenter néanmoins (pour se rafraîchir, :))

30/06/2009

Lila et les neuf plantes du désir

Comment une célibattante d'une trentaine d'années, crapahutant dans le crapoteux milieu de la pub  new-yorkaise  va-telle se retrouver à écrabouiller avec férocité des scorpions et autres bestioles  du même acabit dans la forêt mexicaine? Tout ça pour dénicher neuf plantes magiques qui permettent  d'assouvir les aspirations profondes de  chaque être humain : amour, immortalité, richesse,  fertilité, liberté,  plaisir, magie , pouvoir et aventure (et à l'occasion ,aussi, tomber dans les bras de beaux jeunes gens moins farouches que les cerfs mexicains )?51HqcA--OuL._SL500_AA240_.jpg
Oui,  Lila et les neuf  plantes du désir est un délicieux roman de divertissement,  frais et coloré ,aux allures de conte parfois un peu naïf, mais ne boudons pas notre plaisir, car comment résister à un livre qui nous dépayse,  nous entraîne dans un torrent d'aventures et dresse ainsi l'éloge du meilleur ami des femmes: " Le  Theobroma cacao, qui , en grec, signifie "la nourriture des dieux" est une plante qui ne vous abandonnera jamais."?
Un excellent moment de détente pour les amoureux  des plantes, mais pas  seulement ! D'ailleurs Julia Roberts  ne s'y est pas trompée:  elle vient  d'acheter les droits de ce roman !

Lila et les neuf plantes du désir, Margot Berwin, Editions Michel  Lafon,  305 pages pour se décrasser les  neurones, le sourire aux lèvres!

Clarabel et Lily ont aussi beaucoup aimé  !

Chez Estelle des  photos en prime !

 

25/06/2009

Pieds nus

Selon la  tante Liv , il ya  trois sortes de femmes : les soeurs aînées,  les cadettes et celles  qui n'ont pas  de soeur. Un exemplaire  de chaque va cohabiter et panser ses plaies, physiques ou morales  dans un délicieux petit cottage de Nantucket que  Liv a eu la bonne idée de léguer à ses  nièces, on peut trouver pire comme endroit !51Q5t4jBThL._SL500_AA240_.jpg
Trois femmes descendent  donc d'un avion et chacune d'elles  va attirer l'attention de  Josh,  aspirant écrivain  qui va bien vite entrer dans leur vie comme baby-sitter des deux jeunes fils de  Vick, la soeur aînée  et saura bientôt se rendre indispensable  aux yeux de chacune.
Qu'elle ait des problèmes de santé(Vick lutte contre un cancer), de boulot (Brenda, la cadette,  vient  de saboter  ce qui s'annonçait comme étant une brillante carrière de  prof de fac),  ou de couple,(Mélanie, l'amie de Vick  a  découvert simultanément qu'elle était enfin enceinte et que son mari la  trompait), chacune de ses femmes va devoir , le temps d'un été se  frotter aux  autres et faire le point sur sa situation.

Pieds nus est le roman idéal pour  l'été : confortable, il nous plonge immédiatement dans une atmosphère estivale des plus agréables, il comporte son lot  de péripéties, une analyse  psychologique fouillée  sans être lourdingue ni caricaturale,  on s'identifie sans problème à au moins une des héroïnes...
Bref tous les ingrédients  pour passer un excellent moment  et nous faire  patienter jusqu'aux vacances sont réunis !

Pieds nus, Elin, Hilderbrand, Editions Jean-Claude  Lattès, 432 pages ensoleillées.

24/06/2009

Moi et Finn

Dans ce roman, il est régulièrement question de loutres ,qui pointent le bout du museau au moment où on s'y attend le moins...
Dans ce roman  il est surtout question d'un jeune garçon qui n'arrive pas extérioriser la peine qui le submerge et qui va partir sur une île, loin de sa famille...41cz2umAJKL._SL500_AA240_.jpg
Moi et Finn est un superbe texte rempli d'émotions contenues, un voyage initiatique qui va permettre au héros de reconquérir son identité au fil des rencontres,  cocasses ou plus graves qui jalonneront son parcours.Cela pourrait être  sinistre ou  convenu, c'est rempli d'humour (en particulier grâce  aux  notes de  bas de page du narrateur) et de  tendresse. Tout cet humour  dédramatise une situation que l'on  devine par petites touches et qui ne sera explicitée clairement que dans la dernière partie du livre, quand le jeune  garçon pourra l'affronter et la mettre en mots.
D'emblée, Danny nous prend la main et nous ne la lâchons pas.Un héros qui  fait ses  premiers pas  dans la littérature mais qui se place déjà aux côtés de ceux qui  resteront dans nos mémoires. Un livre  comme un galet, épuré et lisse, qui  se niche instantanément au creux de  nos mains et de nos  coeurs.

Moi et Finn, Tom Kelly,  Ediitions Alice jeunesse, traduit de l'anglais par Fenn Troller et Emmanuèle Sandron. 362 pages qui  touchent en plein coeur.

Prix de littérature jeunesse en Irlande.

A partir de 10 ans.

23/06/2009

Le cerveau de Kennedy

"Mais sortie des champs des  champs de fouille et des musées, j'en sais infiniment moins qu'Henrik sur le  monde qui m'entoure. Je suis profondément ignare, et je le découvre à cinquante ans passés."
Pas de Wallander au sein de ce roman du romancier suédois Henning Mankell, mais une mère obstinée et pugnace, Louise Cantor , qui va utiliser sa méthode d'archéologue confirmée pour élucider la mort de son fils, Henrik.
Suicide dit la police mais Louise  ne peut se résoudre à l'admettre et va, au prix de multiples périples entre Barcelone, la Suède, la  Grèce et le Mozambique tenter d'éclairer les mutiples zones d'ombre d'un fils que finalement , elle ne connaissait pas si bien que cela et essayer de rassembler  les  différents morceaux de cette  vie disloquée qu'est devenue la  sienne...
Si l'enquête menée  par Louise paraît un peu manquer de densité, le lecteur est neanmoins tenu en haleine à la fois par les  péripéties et par l'intensité de cette recherche de vérité.9782020865647.gif
On ressent aussi profondément l'amour de l'auteur pour les Africains et la  colère qui l'anime en évoquant des thèmes déjà abordés par  John Le  Carré dans La  constance  du jardinier.  Pourtant il n'idéalise pas ce continent gangrené par la corruption au plus haut niveau et , comme le souligne un personnage:  "Pendant toutes les  années du colonialisme,  nous avons appris à  ne faire que  ce  qu'on nous demandait.  Maintenant , nous apprenons lentement à penser par nous-mêmes. mais il  y a tant de choses que nous ne nous décidons pas à faire."
Un très beau portrait de femme et un livre efficace qu'on lit d'une traite.  Quant au cerveau de Kennedy, il fonctionne ici comme un symbole dont je vous laisse le soin de découvrir la signification...

Le cerveau de Kennedy, Henning Mankell, éditions du Seuil, Janvier 2009, 390 pages qu'on ne lâche pas.

 

22/06/2009

Les mots des autres

Les personnages de Clare Morrall sont souvent un brin décalés par rapport à la  réalité  (voir ici et ici). C'est aussi le cas de Jessica  dans Les mots des autres. Jessica qui mettra longtemps  avant de  mettre des mots sur son attitude par rapport aux autres .Jessica que la musique,  sa rigueur,  son aspect mathématique va d'une certaine manière sauver mais aussi perdre car c'est principalement à cause  d'elle que la jeune femme épousera Andrew  et  ira ainsi droit à la catastrophe que chacun pressentait...41l00lYC4BL._SL500_AA240_.jpg
Alternant passé et présent, Clare Morrall nous peint ici le portrait tout en finesse d'une femme qui  ressent un besoin vital  d'espace physique et émotionnel  mais parvient néanmoins , tant bien que mal, à s'insérer  dans la société: "Il y a  des années , le doute n'aurait pas été possible, je tenais toujours ma  parole,  quelles  que fussent les difficultés,  car il ne me venait même  pas  à l'idée de faire autrement. mais j'ai peu à peu compris  que le monde  ne fonctionne pas  comme je l'avais cru. les  gens font les choses  à moitié,  dérivent,  refusent  d'entrer dans le moule des  autres. cela m'intéresse.  Je me  suis efforcée  de  cultiver l'art d'être imprévisible."
Qu'elle  soit en butte aux agissements d'un mari  dépressif et harceleur ou  à l'attitude bizarre de son fils, Jessica s'est longtemps efforcée d'absorber leurs émotions , "je pouvais les leur  restituer, raffinée et agrandies, cirées et astiquées. S'ils étaient heureux, je l'étais aussi." mais  vingt-cinq  ans après son divorce quand Andrew réapparaît dans  sa  vie, Jessica  n'entend plus agir ainsi..."Faire semblant: cela  permet de  contourner les  obstacles  sans les  toucher et donne le  recul  nécessaire pour voir que  les gens ont d'autres facettes, pas  seulement l'attitude abrasive et provocatrice qu'on a du mal à supporter.  Il faut voir les  gens sous un nouveau jour, remarquer où tombe la lumière,  découvrir  quels angles ont été usés,  et adoucis par le temps. Sinon,  on se laisse  à  ce point obnubiler par les aspects négatifs qu'on ne voit plus rien d'autre."
Clare Morrall ne juge jamais ses personnages mais éprouve au contraire beaucoup d'empathie pour eux, son style  lumineux et si personnel éclaire  d'une manière originale  leur  évolution (j'ai beaucoup aimé par exemple le point de vue de  la famille de  Jessica  sur l'enfance  de celle-ci, point de vue dont  elle ne prendra  connaissance  que bien plus tard), évolution qui suivra une courbe inverse à celle de la maison de  famille, véritable personnage à elle toute seule.
Si vous aimez les  vieilles  demeures anglaises pleine de charme, l'excentricité si typiquement british,  l'humour teinté de  désenchantement, ce livre est pour vous !

Les mots des autres, Clare Morrall,  traduit de l'anglais par Françoise du Sorbier,  Fayard, 405 pages envoûtantes.

L'avis de Clarabel.

19/06/2009

Petits meurtres entre voisins

Bizarrement nulle  mention  de nos  chères Desperate Housewifes,  pourtant mises d'habitude à toutes les sauces, à l'instar de notre très chère Jane Austen d'ailleurs.9782207258002.gif
Pourtant tout y est : une communauté chicos dans un village hollandais   où il fait bon vivre  entre gens du même monde, des femmes au foyer ou exerçant vaguement  des métiers pas trop prenant et prestigieux, des maris débordés  de travail,  des enfants qui ont la  bonne idée d'aller à l'école  pour ne pas  trop embêter leurs parents, trop occupés à boire et à flirter.Un peu de sexe  pour pimenter le tout et quelques cadavres qui viennent jeter le trouble et ternir rapidement  ces images trop  bien lêchées.
Saskia Noort reine du polar hollandais ? Que nenni, les personnages sont aussi inconsistants que les magazines dont ils semblent sortis et seuls quelques  vélos  viennent donner un peu de couleur locale. On en vient presque à regretter qu'il y ait aussi peu de  cadavres tant l'action est mollassonne.
Tous les ingrédients avaient été réunis mais la sauce-hollandaise- ne prend pas.

Saskia Noort,  Petits meurtres entre voisins,  déjà paru en 2007 et ressorti  cette année.

18/06/2009

Comme deux gouttes d'eau

Dans Comme deux gouttes d'eau, on retrouve avec plaisir le personnage de Cassie  rencontré dans Ecorces de sang. Elle est ici  la narratrice et va se  trouver mêlée à une infiltration sans pareille .En effet,  non seulement la victime d'un meurtre lui  ressemble  quasi parfaitement mais en plus elle avait endossé  une identité inventée pour une précédente mission de Cassie !
La  jeune femme va alors intégrer le  groupe d'amis que fréquentait Alex  et vivre avec eux dans un manoir décrépit mais plein de charme...51NX6VJEMgL._SL160_AA115_.jpg
Avec ce nouveau roman de Tana French, nous entrons de plain pied  dans une atmosphère vénéneuse à souhait qui n'est pas sans rappeler Rebecca de  Daphné du Maurier "J'ai rêvé que je retournais à Manderley", mais aussi Dona Tartt  et Le maître des illusions avec ce groupe d'amis qui se mettent en marge des autres étudiants de l'université. Ces échos  ne troublent en rien le lecteur car Tana French sait y instiller sa propre dose de noirceur et montrer toute l'ambiguïté de l'attitude de Cassie  plongée dans ce  huis-clos qui pourrait être mortel...
Une fois accepté le postulat initial , on se laisse captiver par ce roman qui fait la part belle à la psychologie mais sait aussi créer une atmosphère angoissante  et où la maison devient un personnage à part entière qui fascine et captive. Une réussite !

 

Comme deux gouttes d'eau. Tana French, Editions Michel Lafon.

L'avis de  Lily .

17/06/2009

Ecorces de sang

Quand on découvre le cadavre de la petite Katy sur un chantier de fouilles archéologiques, c'est tout un passé qui va rattraper l'inspecteur de police Rob.  En effet,  vingt ans auparavant, il a  été le seul rescapé d'un groupe  de trois enfants qui étaient allés jouer dans les  bois.  les deux autres  ne sont jamais réapparus. Les deux affaires sont elles liées  ? Rob est-il  vraiment le plus à même  de  résoudre la ou les énigmes ?  En tout cas, il est fidèlement secondé par son alter ego au féminin, Cassie, férue de psychologie  et plus teigneuse qu'un bouledogue.51LQmpNyh1L._SL500_AA240_.jpg
Ce pourrait être un énième roman policier tissant les  liens passé  -présent, jouant de la  complicité entre les membres de  son équipe mais Ecorces de sang est bien plus que cela.
L'intrigue est particulièrement retorse et même si j'avais deviné une partie de l'énigme, les retournements de situation ne cessent de relancer le récit même à la toute fin. Les personnages et leur psychologie  subtile sont particulièrement réussis et on a hâte de les retrouver dans le volume suivant, d'autant que toutes les  zones d'ombre n'ont pas été éclaircies. 
L'écriture enfin de Tana French, qui fait de la forêt un être quasi vivant,  une entité vaguement menaçante et s'attache à  décrire  la nature avec poésie a fini de me séduire totalement. Un roman qu'on ne lâche pas !

 

Ecorces de sang, Tana French,  sortie en poche le 18 juin chez Points Seuil.

Paru en 2008  chez Robert Laffont sous le titre La mort dans les  bois.

Ce livre  a remporté,  entre  autres, le Prix Edgar Allan Poe .