Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/01/2010

avis de tempête

"Les balances à crabes orange devant la maison. La rangée de goélands argentés."

Moïra,"Dure comme un galet", "dure, obstinée" tente de tisser un lien avec sa soeur cadette dans le coma suite à une chute inexpliquée.
"Amy,c'est moi qui  te parle,je veux que tu le saches. Ce ne sont pas des mots pris dans  des livres,, ou des magazines. C'est moi qui les dis, moi qui me suis toujours si rarement exprimée par des mots, les mêmes que tout le monde mais par des nombres, par des symboles, des marques sur la peau. [...] Mais ces mots , ils sont aussi  dans ma  tête. c'est la voix de mon esprit, qui ne  se tait jamais, et ce sont mes pensées:  vives, miroitantes comme des écailles de maquereau.  Elles surgissent par éclairs dans mon cerveau  pendant que je marche, ou que je lis. Que je plante des jacinthes,agenouillée dans l'herbe de la  pelouse. Que je ferme les fenêtres de  cette  chambre quand je sens venir la pluie."41vOgXG6DiL._SL500_AA240_.jpg
Moïra remonte le cours du temps, petit à petit les pièces du puzzle s'emboîtent et l'on comprend pourquoi la narratrice ,toute sa vie s'est "tenue à la frontière" de l'amour, de l'amitié, de la vie.
Une voix mesurée, calme et dense qui se fraie un chemin en nous. Un style imagé, dont on pourrait quasiment  extraire des haïkus, charnel et placé sous le signe de l'eau. Une vraie et belle découverte. Un livre magique.

Avis de tempête Susan Fletcher 444 pages.

Sorti en poche !

(Mais comment peut-on faire des couv' aussi moches, bon sang ! )

07/01/2010

Sukkwan island

"Il savait que son père s'infligeait cela tout seul. »

 

Un homme et son fils de 13 ans, seuls sur une île sauvage au Sud de l'Alaska, difficilement accessible. Viennent en tête du lecteur les notions de « pionnier », de "conquête du territoire ", liées à l'histoire des Etats-Unis, mais d'emblée l'auteur instaure une atmosphère lourde de « bourbier ». Il ne s'agit donc pas ici de « robinsonner » en toute sécurité mais , pour le père, à défaut d'arriver à maîtriser sa vie et ses pulsions, de réussir à assurer sa survie et celle de son fils, Roy, ainsi que de restaurer une relation père/fils pour le moins défaillante. Très vite le lecteur se rend compte que le plus mature des deux n'est pas forcément le plus âgé et son coeur bat la chamade en tournant les pages ...jusqu'à la fin de la première partie qui arrive comme un uppercut et le laisse groggy. Magistral.41xmYCt3u3L._SL500_AA240_.jpg
La suite du récit est une plongée hallucinante dans un esprit malade, alternant auto apitoiement et déni de la réalité. On sort de là estomaqué par ce premier roman de David Vann , au style tout en retenue et qui montre une maîtrise totale de la narration . L'année commence fort chez Gallmeister !

 

Sukkwan Island, David Vann, traduit de l'américain par Laura Derakinski, Gallmeister, collection « Nature writing », 192 pages époustouflantes.

Un extrait ici.

L'avis de Brize

De Mango

 

29/12/2009

La découverte du ciel

"Il n'était pas né pour acquérie des certitudes; c'était bon pour les autres."

La découverte du ciel m'a irrésistiblement fait penser au générique du feuilleton "Amicalement votre" : deux hommes de milieux très différents et qui vont devenir amis à la vie. D'un côté Onno Quist, mouton gentiment moir d'une famille de notables calvinistes ; de l'autre Max Delius, orphelin d'une mère juive déportée et d'un père collaborateur. Le premier est un linguiste dillettante de génie, l'autre un astronome bon vivant.
Cette rencontre apparemment fortuite est en fait le résultat d'une très patiente et très alambiquée réflexion menée par ce que l'on devine être un ange, chargé par son Chef d'une misssion de la plus haute importance que nous découvrirons dans la dernière partie de ce roman foisonnant, riche en réflexions philosophiques et politiques.41RNQ96VQSL._SL500_AA240_.jpg
Ce n'est en effet pas un hasard si les deux hommes se rencontrent en 1967, à l'âge de 33 ans et vivent ainsi d'une manière un peu échevelée ces années bouillonnantes d'énergie.
Harry Mulisch est en outre un formidable raconteur d'histoire et l'on ne peut qu'admirer sa façon de jouer avec le destin de ses personnages, les plaçant dans des situations qui ne trouveront leurs conséquences que beaucoup plus tard, des comptes étant réglés tardivement et des dilemnes résolus de manière originale. On ne peut qu'être séduit par ces personnages qui vivent de manière à la fois intense et légère.

La découverte du ciel, Harry Mulisch, traduit du néerlandais par Isabelle Rosselin, avec la participation de Philppe Noble, 1139 pages captivantes.

 

Recommandé par Cuné (qui en parle mieux que moi ! )lors du challenge organisé par Theoma.45965387_p.jpg

28/12/2009

le dramaturge

"Ici, c'était la pinte de brute et la dose de malt, et si vous aviez besoin qu'on vous traduise, vous vous étiez vraiment trompé d'endroit."

Ce qu'il y a de bien avec Jack Taylor, ex -policier irlandais enquêtant plus ou moins officieusement dans la ville de Galway (où tout le monde connaît tout le monde), c'est que nous sommes aussi en territoire familier. Même si son héros est devenu sobre et a presque arrêté la cigarette ,le monde de Ken Bruen n'est pourtant pas passé au rose bonbon : les flics sont toujours aussi brutaux, tout comme les maris d'ailleurs, et deux étudiantes chutant mortellement dans un escalier et sous lesquelles on retrouve un livre marqué de l'indication Le dramaturge ne semblent pas troubler grand monde sauf un dealer pour qui va mollement travailler Jack, affligé ici d'une claudication qui va renforcer sa ressemblance avec un certain docteur House, cher à nos coeurs.411+G2zdm4L._SL500_AA240_.jpg
Comme d'hab', on n'échappera pas aux tabassages en règle, aux visites à l'hôpital, aux amours contrariées mais ce qui fait qu'à chaque fois le charme opère néanmoins c'est le ton inimitable de ces romans, d'une noirceur  paradoxalement réjouissante. On retrouve aussi avec plaisir les nombreuses citations et l'art de l'ellipse d'un auteur qui ne s'embarrasse pas d'explications et laisse au lecteur le soin de compléter les pointillés. Un roman qui se termine par un coup de poing au plexus solaire.

Le dramaturge, Ken Bruen, traduit de l'anglais (Irlande ) par Pierre Bondil, Folio policier 2009,279 pages roboratives.

Voici , trouvée chez Cuné, l'ordre des aventures de Jack Taylor(que je n'ai pas respecté mais bon...)

Pour lire les enquêtes de Jack Taylor dans l'ordre (ce qui est toujours préférable, même si jamais indispensable !!) :
1. Delirium Tremens (Mai 2006 en Folio). Mon avis ici
2. Toxic Blues (Mai 2007 en Folio)
3. Le martyre des Magdalènes (Folio, 2008)
4. Le dramaturge (Oct 2007)

Ps: je viens de commander le précédent, pour pallier mon prochain "coup de pompe littéraire"!

Du même auteur, ceci, cela

L'avis de Kathel.

Celui de Dasola.

 

17/12/2009

Adieu, ma grande

"Notre mot d'ordre c'est Gants, Menottes et Dignité."

Récit à quatre voix ,Adieu , ma grande efface parfois les frontières entre la voix d'Helen, l'infanticide schizophrène, celle de Louise la nouvelle psychiatre ou d' Ike, l'ex-policier devenu gardien de cette prison de femmes de l'Etat de New-York où se concentre l'action du roman. Sans compter la voix de Angie, apprentie star à Hollywood qui est peut être le personnage qui a le plus la tête sur les épaules... On n'a jamais de mal à identifier celui ou celle qui prend la parole mais parfois on se dit que ce pourrait très bien être un autre tant les discours  partagent une violence plus ou mois larvée.41nWz2kN-iL._SL500_AA240_.jpg
Un roman qui, au départ , n'a l'air de rien mais qui fascine et nous emporte d'une traite jusqu'au bout de ses 235 pages. La preuve, je ne l'ai pas lâché alors que j'ai abandonné au bout de quelques pages deux romans de la rentrée 2009.

Adieu, ma grande, Susanna Moore*, traduit de l'anglais par Laetitia Devaux, Editions de l'Olivier, 2009.

Emprunté à la médiathèque.

*Elle est l'auteur de six romans dont In the Cut (adapté au cinéma par Jane Campion avec Meg Ryan dans le rôle principal)

16/12/2009

De grâce et de vérité

"Sacré fardeau que de porter une moitié de personne."

Parce que j'avais bien aimé d'autres romans de Jennifer Johnston, parce que j'avais envie d'une lecture facile, d'une lecture confortable, je me suis offert De grâce et de vérité. ...

Attention: exceptionnellement ce billet comporte de nombreuses révélations.41XqLZGWbCL._SL500_AA240_.jpg


De retour après une tournée théâtrale triomphale , Sally découvre que son mari veut la quitter. Elle analyse la situation et se rend compte que ce qui manque à leur couple c'est de partager un secret. Dès lors, elle n'aura de cesse de découvrir qui est son père, ce que sa mère lui a toujours caché et ne pourra jamais lui révéler puisqu'elle s'est suicidée.  Elle va donc aller poser la question à son évêque de grand-père, qui finira par lui confier une confession écrite.  La réponse est dans la question.Vu l'ampleur des dégâts, on pourrait s'attendre à une réaction à la hauteur des événements, mais non, Sally pleurniche un peu, rappelle l'époux volage  et finalement se rend compte que "Oui. je pense que je peux faire front. Que s'est-il passé pendant mon sommeil ? Une sorte d'apaisement plein de bon sens ? Un massage des cellules grises ? Tu veux encore du thé ? " Quel flegme ! Elle devrait breveter son massage des cellules grises qui mettrait pas mal de psys au chômage ! En tout cas, Sally a un "beau" secret à offrir à son ex-futur époux qui lui remarque au passage  que sa mère sera ravie de ce retournement de situation "..., elle n'a cessé de me harceler, elle détestait Marianna. Elle ne pouvait pas la supporter", Marianna étant la dernière maîtresse en date du cher époux. Notons au passage que belle-maman est aussi surtout pressée de se débarrasser de son rejeton qui s'est incrusté chez elle... Bref à coup de formules toutes faites "la vie continue", Jennifer Johnston nous entraîne au pas de charge vers un happy end de bon aloi, comme si elle voulait à tout prix se débarrasser de ces personnages et du pensum de ces 218 pages.

De grâce et de vérité, Jennifer Johnston, 10/18.

 

Florinette a nettement plus apprécié.

Je partage les restrictions de Kathel quant à la manière dont nous est présentée l'attitude de l'évêque.

Mango a été déçue aussi.

Clarabel est mitigée.

14/12/2009

Le dernier rêve de la colombe diamant

Une fille qui en a . Du tempérament bien sûr.

Emily Tempest, fille d'une aborigène et d'un chercheur d'or porte bien son nom : partout où elle passe la violence se déchaîne !
En tout cas, elle est fermement décidée à découvrir qui a assassiné le leader de la communauté aborigène où elle était revenue poser son sac après avoir bourlingé autour du monde.51H8T0K2gzL._SL500_AA240_.jpg
C'est tout l'envers du rêve australien que nous montre ici Adrian Hyland: la pauvreté des aborigènes, leurs relations tendues avec les autorités de tout poil pour la reconnaissance de leurs droits territoriaux.
J'ai mis un peu de temps à entrer dans ce roman policier truffé de métaphores hautes en couleurs mais finalement la forte personnalité d'Emily  a emporté le morceau. Bien m'en a pris car j'aurais loupé l'amoureux ranger à tomber qu'Emily se déniche !
L'action peine donc un peu à se mettre en route  mais, une fois lancée on ne l'arrête plus. Un final digne de James Bond !

Le dernier rêve de la colombe diamant, Adrian Hyland, traduit de l'anglais par David Fauquemberg, paru directement en 10/18. 410 pages pleines de fureur et de bruit.

10/12/2009

Les visages

"Mais vous ne pourrez jamais tout à fait comprendre à quel point cet hiver m'a changé en profondeur, car encore aujourd'hui je ne le comprends pas moi-même."

Ethan Muller, directeur d'une galerie d'art ignore qu'en révélant au public une seérie de dessins  à proprement parler géniaux, il va mettre en branle toute une mécanique qui bouleversera totalement sa vie, le mettant sur la piste d'un tueur d'enfants.
Plus qu'un énième roman sur un serial killer, Les visages traite à la fois du monde de l'art et des secrets familiaux. le narrateur, il le reconnaît lui-même, n'a rien d'un détective traditionnel et son récit pointe du doigt avec humour les principaux écueils du genre, entraînant une distanciation des plus heureuses.41ZhHLb2AML._SL500_AA240_.jpg
Un roman qui alterne passé et présent, avec des personnages à multiples facettes et qui n'est jamais complaisant. Un style agréable et élégant pour passer un bon moment de lecture.

Les visages, Jesse Kellerman; Editions Sonatine, 472 pages  traduites de l'anglais(Etats-Unis) par Julie Sibony.

Merci à Amanda et

à Cuné !

04/12/2009

Tom Tom Tom

Tom, le père prodigue, parti refaire sa vie en Afrique vient de rentrer en Finlande et a décidé de rétablir des liens avec sa fille Kokko. Mais celle-ci a vingt-cinq ans , un corps qu'elle ne maîtrise pas, pas plus que sa vie d'ailleurs. L'hémiplégie soudaine du père va changer la donne et inverser les rapports père/fille.
Rien de bien original à première vue mais le style de l'auteure donne tout son relief à ce roman à l'atmosphère si particulière, à la fois brute de décoffrage et subtil.418QA0JVCFL._SL500_AA240_.jpg
Juste un extrait : "Kokko changeait la disposition des meubles en moyenne quatre fois par an. elle le faisait chaque fois que rien d'autre ne marchait. quand tout était coincé et la tête embrumée, elle se mettait à changer l'ordre, elle traînait la table vers le mur suivant, et le lit devant la télévision. Elle avait déjà changé tous les coins au moins une fois, foulé de ses pas tous les endroits du sol de la  pièce, gravi toutes les marches jusqu'au troisième étage, chargé un caddie dans un supermarché dans chaque quartier de la ville, payé avec tous les moyens de paiement, traversé toutes les bandes des passages pour piétons , vu toutes les statues d'hommes, grandes et petites, humé les parfums dans les grands magasins, suivi des cours dans des lycées techniques, tracé en une séance toutes les lettres de l'alphabet, payé pour des timbres-poste, pour aller aux toilettes, pour des verres d'eau des sacs de terre des engrais des droits de douane des timbres fiscaux. gaspillé, payé , et évité adroitement des paiements."
Un très joli portrait de femme en devenir.

Tom Tom Tom, , Riikka Ala-Harja, traduit du finnois par Jean-Michel  Kalmbach, Editions Gaïa.

Trouvé en médiathèque.

Le billet de Sybilline sur un autre roman de l'auteure, billet tentateur !

03/12/2009

Exercices de la perte

"Je ne veux pas parler de la mort. Je veux parler de la vie."

"Glioblastome multiforme, la plus féroce des tumeurs au cerveau." C'est donc contre elle que la romancière Agata Tuszynska  va livrer combat. Combat voué à l'échec car la tumeur dont est atteint le mari de la romancière "ne laisse aucune chance, elle tue en quelques mois."41g4DH0KWBL._SL500_AA240_.jpg
C'est aussi le récit d'un amour qui se vit au jour le jour, dans la souffrance, la fatigue, mais aussi l'exaltation, l'énergie fournie par les amis dont va s'entourer le couple.
Face à cet anéantissement inéluctable, la romancière va puiser dans son histoire et celle de son compagnon quelque chose à quoi se raccrocher un peu. Les mots, les livres, quant à eux,  sont tour à tour jugés inutiles puis nécessaires: poèmes récités, chansons, vont accompagner les jours sombres et les fêtes jusqu'au bout de la nuit.
Un récit chaotique, tendu par l'énergie désespérée de l'amour et de la fraternité.

Exercices de la perte, Agata Tuszynska, Grasset, 314 bouillonnantes de vie.

 

L'avis de Pages à pages