Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/01/2009

"Une récompense car il est sage depuis longtemps."

D'abord  un groupe  de filles , indifférencié, comme "une volée d'oiseaux", dont la  fraîcheur et l'innocence  attirent l'attention d'un homme.
Au fil du  récit, chacune  de ces cinq soeurs  va prendre la parole, acquérant ainsi pour le lecteur une personnalité et une identité propres. Se trace aussi en pointillés le portrait d'une famille  où les parents ont quelque peu perdu pied.En parallèle  le prédateur  va affiner sa connaissance de chacune d'entre elles  et progressivement faire son choix...51BGu245YwL._SL500_AA240_.jpg
Le montage en parallèle  des prises de parole de Beauty, Mim, Faithful, Fancy et Autum avec les révélations de plus en plus inquiétantes sur le voyeur fait monter savamment l'intensité dramatique du récit.
Norma  Fox Mazer semble parfois brider sa  narration pour ne pas la rndre trop inquiétante pour son lectorat adolescentmais, néanmoins, on frôle souvent l'insoutenable, rappelant ainsi la  tension des premiers romans de  Patricia Cornwell.
L'auteure se  glisse  avec autant d'aisance   dans la peau de chacune des soeurs que dans celle du pervers et la  construction hors-pair  de  son récit ne fait qu'ajouter à l'angoisse qui  étreint  le lecteur. A la fois  chaleureux par la peinture du groupe sororal et glacial par la menace qui se précise peu à peu, ce roman est une sorte d'"omelette norvégienne "comme on les aime ! attention à ne pas commencer trop tard la lecture de ce roman qu'on ne peut lâcher !

L'avis de Clarabel

Le courage du papillon.Norma Fox mazer Albin Michel.286 pages.

16/01/2009

"On ne sait jamais"

Angeline a huit ans, elle est élève au CM2 et trouver sa place quand intellectuellement on est précoce mais qu'affectivement  on est encore "un bébé" n'est pas une chose  facile. C'est pourquoi, à défaut d'avoir des amis,se réfugie-t-elle souvent  dans un monde imaginaire où les poissons ont la part belle.51DUwkfENqL._SL500_AA240_.jpg
Mais l'amitié va un jour se présenter sous les traits d'un garçon terriblement drôle, du moins aux  yeux d'Angeline...

Dans Des poissons  dans la tête, Louis Sachar a su montrer les  réactions de rejet que suscite parfois la précocité intellectuelle (on ne souhaite à personne d'avoir une institutrice  aussi  inculte et bornée que Mrs Hardlick!), ainsi que les tiraillementsentre le comportement parfois enfantin de  la  fillette et sa vivacité d'esprit. Néanmoins j'ai  trouvé que les  réactions  de l'héroïne étaient parfois traitées avec excès, comme si l'auteur n'avait pas su trouver le ton juste, au sens musical du terme.  On frôle parfois l'hystérie et c'est dommage.

L'avis enthousiaste de Marie

12/01/2009

"La maison semblait les essayer, puis les recracher comme s'ils avaient un goût amer."

1990. la découverte d'ossements humains devant l'Eglise des pas perdus va faire remonter le temps à Catherine King, propriétaire du domaine, ainsi qu'à son amie depuis près de 70 ans, Maria Diamini.
Cette amitié,jugée choquante dans l'Afrique du Sud au temps  de l'apartheid, a  survécu à tous  les obstacles car un lien mystérieux semble unir les deux femmes.51P4ny-hKiL._SL500_AA240_.jpg
Riche en rebondissements, le roman bénéficie  d'une structure très maîtrisée et d'une écriture sensuelle  qui célèbre la  terre.
Jamais didactique, effleurant parfois le fantastique, Rosamund  Haden nous peint un portrait très chaleureux et optimiste de cette partie du  continent  africain et de  ses habitants, ce qui m'a agréablement  changée  de la vision qu'en avait Doris Lessing. Mais il est vrai que la situation politique  a  évolué dans le bon sens et c'est tant mieux !

L'avis de  Brize

L'avis de Laure

celui de Clarabel

Celui de  Solenn qui vous  mènera  vers plein d'autres liens !

10/01/2009

"...la lecture fonctionnait au fond comme un muscle qu'elle avait fini par exercer."

Il aura suffi d'un bibliobus remarqué bruyamment par les chiens de Sa Majesté la Reine pour que celle-ci  se prenne de passion pour la lecture . A quoi tiennent les passions et les changements de vie ! Car c'est bien de cela qu'il s'agit dans ce très court roman de l'humoriste anglais,  Alan Bennett : cette frénésie  de lectures va avoir des  répercussions aussi bien dans la vie  personnelle, familiale mais aussi publique d'Elisabeth.51Z6hVQvXXL._SL500_AA240_.jpg
La  Reine des lectrices est non seulement un roman fort drôle qui dépoussière vigoureusement le protocole de Buckingam Palace, mais aussi une réflexion sur la lecture  , "Chaque livre à tout prendre porte en lui un autre livre." ,et l'évolution de la lectrice , tant dans ses  goûts que dans sa pratique, est passionnante.  Il contient  en outre une flopée de pistes de lectures, (gare à nos Lal !) , disséminées  tout le long d'un récit fort bien cadré, contenant son lot de félons et de gentils, de péripéties et de pirouettes. La Reine est bien entendu le personnage principal, sa famille apparaît très peu, mais les personnages secondaires sont croqués avec une jubilation perceptible.
Alan Bennett traite la  Reine un peu comme le fait son personnage de Norman , il se comporte avec naturel et nous la dépeint avec ses qualités et ses défauts, nous la montrant même encore plus humaine (et plus rusée) que ne le faisait le film de Stephen Frears "The Queen".

Un délicieux divertissement.

Alan Bennett, La  Reine des lectrices, Denoël,  173 pages.

L'avis d'Yspaddaden

04/01/2009

Ricochets

Hier je vous parlais de méthode de jardinage apparemment désinvolte, laissez-moi  vous présenter celle de Thomasina Fox, héroïne du roman de  Jane Gardam,  Un amour d'enfant.

"Le  visage sombre de Thomasina vu à travers les cordes de sa raquette  avant un squash particulièrement diabolique montrait une qualité d'agressivité qu'on n'aurait jamais soupçonnée quand elle recevait dans  son salon  de shintz ou son jardin débordant de roses démodées, de buissons échevelés, d'herbes aromatiques, de dahlias  ou de jacinthes des  bois selon la  saison, de lis et de trilliums  difficiles à venir  et de "tout ce qu'il me  prend la lubie de planter". Main verte ? Absolument pas "J'achète et je prie,  c'est tout."9782213602240.gif
Mais ce n'était pas tout à fait vrai, car dans son jardin-en salopette, puis  en fuseau, puis en jean, puis  en pantalon lâche au fur et à mesure  que passaient les années-, Thomasina peinait, creusait,  taillait à longueur de journée, de semaine, de saison, désherbant,  nettoyant, régéné rant le  sol, le nourrissant de riche compostnoir, y ajoutant des toniques plus violents ("du caca de poule  de préférence"), tournant, touillant,  malaxant le tout. Deux fois l'an, elle ouvrait au bénéfice des infirmières dans le  cadre des jarisn  Nationaux. C'était une discipline tuante mais  qui  apaisait, recentrait,  apportait un grand  réconfort.Le  jardin  de Thomasina  la  récompensait amplement: les feuilles étaient comme il convient, ou luisantes ou soyeuses,les roses sans taches et sans pucerons,  prêtes à être admirées, prêtes à être photographiées.
Mais à l'intérieur de  Thomasina Fox,  que se passait-il vraiment ?  "

Oui, que se passe-t-il à l'intérieur de  Thomasina  qui vient  de perdre  sa fille  et d'hériter d'un encombrant nouveau-né que chacun se passe comme une patate chaude nous donnant ainsi l'occasion de découvrir toute une galerie de portraits à la fois caustiques et tendres ?
Jane Gardam bouscule les conventions comme seules les romancières anglaises savent  le faire, avec une férocité réjouissante !

Jane Gardam. Un amour d'enfant. Fayard  1998 .376 pages dans lesquelles je pioche régulièrement.

 

29/12/2008

"vous êtes petite mais venimeuse."

Lemmer a fait 4 ans de prison pour meurtre et exerce maintenant le métier d'"invisible", c'est à dire de garde du corps ,plus efficace que les"gorilles" dissuasifs ,car plus discret.  Sa nouvelle mission est de protéger Emma Le Roux, persuadée d'avoir retrouver la trace de son frère censé être mort depuis longtemps. D'abord méfiant et bardé de principes protecteurs,Lemmer va peu à peu accepter de croire les élucubrations  de cette femme quand on va tenter de l'assassiner...414aHGs5iAL._SL500_AA240_.jpg
Se déroulant sous le soleil d'Afrique du Sud, Lemmer  l'invisible joue sur plusieurs tableaux avec habileté. L'histoire apparemment classique  s'enrichit du contexte politique de cet Etat en construction où des communautés doivent  réapprendre à vivre ensemble maintenant que la donne  a changé avec la fin de l'apartheid.Il faut aussi veiller au partage des terres entre  réserves destinées à protéger les animaux (et en particulier les vautours, animaux que l'auteur nous présente de manière passionnante)et territoires  revenant aux autochtones spoliés.
Les relations entre les personnages principaux sont analysées avec justesse et finesse, Deon Meyer veillant à ne pas se montrer caricatural.  le style est sobre et efficace,les personnages attachants,  la narration pleine de rebondissements, que demander de mieux ?

Un grand Merci à Babelio et aux Editions du Seuil qui m'ont permis de faire la connaissance de cet auteur.23703002_p.jpg

 

Deon Meyer.  Lemmer l'invisible.Le Seuil. 430 pages

 

 

 

23/12/2008

"Un mur peut se sauter, mais comment s'évader de soi ? "

Un peu avant ses dix-huit ans, la narratrice apprend qu'elle ne s'appelle pas Iréna Golebiowska mais qu'elle est née Estera Sternchuss dans le ghetto de Varsovie.Première scission. En outre, elle découvre que  Zofia Lass s'est approprié le manuscrit de sa mère, Un mur entre nous,devenu un best-seller mondial.41Eai0+lUyL._SL500_AA240_.jpg
Dès lors, Iréna n'aura de cesse de mettre au point sa vengeance...
Plus que le récit d'une quête obsessionnelle, le roman de Tecia Werbowski est celui d'une quête de soi. Refoulant son identité juive , "J'étais convaincue qu'être juif vous donne  le choix  entre  deux éventualités. S'affirmer comme Rubinstein et Romain Gary. Ou alors, rester tranquille dans son coin et ne pas se montrer différent des autres." Pour mener cette "double vie", Irena fuira  jusqu'au Canada, jusqu'à ce quelle se rende compte que"depuis mon émigration, j'avais muré  mes  souvenirs et que je m'étais condamnée au ghetto  du silence. C'est le moment  du  dégel pour les sentiments enfouis dans mon congélateur canadien." Le mur s'est donc d'une certaine façon matérialisé en elle.
Avec une langue sobre et âpre,en quelques courts chapitres (58 pages en tout !) allant droit au but, comme écrit dans l'urgence, Tecia Werbowski nous fait partager de manière efficace cette double recherche qui mènera enfin la narratrice vers l'apaisement.  A tenter absolument.

L'avis de Lily

Celui de  Sylvie.

Et de Michel.

 

Tecia Werbowski .Le mur entre nous. 58 pages.  les Allusifs.

 

21/12/2008

"Elle a encore mis son grain de sel dans mon autobiographie."

"J'aimerais qu'on m'explique. Comment se fait-il que, lorqu'un couple  se défait, tout ce que l'on aimait dans la  relation disparaisse  instantanément comme  par magie, alors que toutes les  petites choses que l'on détestait secrètement  continuent  de  vous hanter après ?  "Hé oui, il ne comprend pas Oliver et pour s'y retrouver il noircit du papier et cache ses mémoires dans une taie d'oreiller de marque Victoria Plum (d'où le titre français, Les confessions  de Victoria Plum qui  n'a rien à voir avec l'original : Taking the Devil's advice.) Evidemment, son ex-femme,  Constance  va trouver les dits feuillets( parce que ce qu'il a  oublié de  nous dire ce cher  Oliver ,entre deux lamentations sur son sort, c'est qu'il habite encore chez son ex) et elle va se glisser dans l'autobiographie d'Oliver nous proposer sa version des faits...
Comme souvent chez Anne Fine, le jardin joue un rôle  important et pas  seulement parce que l'héroïne, Constance  a pour amant un jardinier (Hello  ,Lady Chatterley!), il est souvent un exutoire pour échapper à la tension ambiante (dans un autre roman d'Anne Fine,  l'héroïne,  à  chaque contrariété passe ses  nerfs en  arrachant des plantes !)512R2DA3NBL._SL500_AA240_.jpg

Mensonges ? Vérités ?  Au lecteur de se faire sa propre opinion entre  deux sourires car ce roman si délicieusement british est férocement drôle. Ma  première rencontre avec cette auteure et aussitôt le sentiment de  faire  une rencontre importante ! (1993 déjà !)

Ps:quelqu'un qui trouve important d'établir une distinction entre  "pierre" et "caillou" ne peut qu'être mon amie.

Pour toutes ces raisons, allez vite fouiller dans les médiathèques  et les  bouquineries  pour dénicher ce petit chef doeuvre !

Anne Fine. Les  confessions de Victoria Plum. 273 pages en édition originale  (éditions de  l'Olivier).  A trouver aussi chez Points -Seuil.

20/12/2008

"comment une chose pareille peut-elle arriver à quelqu'un avant même qu'il ait eu le temps de devenir un homme ? "

D'abord une couverture assez atroce : j'ai, dans un premier temps, cru voir une déjection canine,  (change tes lunettes, Cathulu !) avant de me rendre compte  qu'il s'agissait d'un char qui avait fondu ! Ensuite, le titre:  La route des ossements.Va savoir pourquoi je me dis  qu'il doit s'agir de la guerre en Irak. Tout cela n'est pas folichon mais bon, le nom de l'auteure,  Anne Fine, emporte mes dernières hésitations et je lis la 4 ème de couv' : visiblement il s'agit de  tout autre chose puisque même si le contexte n'est  pas donné comme clairement historique, les mots "Glorieuse Révolution"  et "Tsar" ainsi que le prénom du jeune héros  , Youri, éclairent enfin les choses. Je ne suis pas trop portée sur les ouvrages historiques , mais tant pis je me lance...417Gp1R688L._SL500_AA240_.jpg
Mal m'en a pris : lourd,  pesant, ce récit qui ne  se décide  pas  à  choisir entre  traiter de la  révolution bolchévique et du système communiste mis en place en URSS de manière claire et précise et vouloir  traiter de la tyrannie en général  m'a  très rapidement ennuyée.  Anne Fine ne gagne rien à vouloir se montrer didactique.

Vite oublions cet échec et(re) plongeons-nous avec délices dans ceci ou bien faisons connaissance  avec une oeuvre plus ancienne  et cette fois destinée davantage aux adultes (et ceci dès demain,  si tout va bien ! )

18/12/2008

"Le dernier lauréat du Booker écriture rapide a été disqualifié après avoir été contrôlé positif à la cartlandromine."

"Eh bien, ce matin, j'étais sur les traces d'un animal mythologique en suivant la  piste des  tartes à la  crème à  travers l'Ouest, et cet après-midi, un croiseur cuirassé du XXVIème siècle atterrit dans le Nebraska. Vous en trouvez pas ça insensé, vous ? "Non, puisque  celle qui s'exprime ainsi c'est la fameuse Ospec Thursday Next qui va  (un peu)  raccrocher les crampons  et quitter le monde agité de la fiction pour rentrer chez sa mère, le petit Friday sous le bras. Elle  trouvera également  sa  grand-mère qui ne pourra mourir qu'après avoir lu les 10 classiques les plus  ennuyeux...51AacmkDfoL._SL500_AA240_.jpg
Evidemment, entre deux tranches de battenberg cake, un duel entre cow-boys, une apparition de Saint (pas si saint que ça d'ailleurs...), un dictateur qui veut détruire tous les livres danois et une partie  (cruciale pour le  sort de l'humanité) de croquet , jeu beaucoup plus percutant qu'on pourrait le croire, Thurday devra aussi essayer de récupérer son mari, tout en essayant de supporter les tergiversations du véritable  Hamlet...Mine  de rien l'auteur  nous alerte sur certains dangers, hélas toujours d'actualité, et ce n'est pas pour gâcher notre plaisir, loin s'en faut.
J'ai retrouvé,  après la petite baisse  de régime du volume précédent, le monde foufoufou de Jasper Fforde avec un plaisir sans égal. Inventivité, rythme trépidant, on ne s'ennuie pas une minute ! Mention spéciale pour les fac-similés d'articles ouvrant chaque chapitre.

Sauvez Hamlet ! Jasper Fforde.10/18 .471 pages trépidantes !

L'avis de Chiffonnette. (descendre jusqu'au 2 décembre )

Celui de  Karine

N'hésitez pas à signaler vos billets, que je les mette en liens !