Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/03/2010

Les raisons du doute

"Les histoires, à bien y réfléchir, sont tout ce que nous posssédons."

Les hasards de la vie,-mais y a-t-il un hasard ?-font que l'avocat Guido Guerrieri est amené à à devoir défendre en appel celui qu'il identifie comme un ancien agitateur fasciste qui lui avait cherché des noises durant l'adolescence. Autre problème ,ce Fabio Ray-Ban pour l'instant inculpé de trafic de drogue mais se proclamant innocent, est doté d'une très jolie femme et d'une non moins charmante petite fille.  Pour un avocat qui vient d'être largué et qui rêve de devenir père, ces faits risquent d'interférer dans sa manière de travailler. Pour couronner le tout Guerrieri va devoir affronter un confrère peu regardant sur la légalité...41Papr0FqbL._SL500_AA300_.jpg
N'aimant qu'à faible dose et les romans italiens et les romans judiciaires, Les raisons du doute n'avait que peu de chance de me plaire. Et pourtant j'ai pris beaucoup de plaisir à la lecture de ce texte car le personnage de l'avocat malheureux en amour, qui ne joue pas ni les matamores ni les gros bras, mais fréquente une librairie tenue par un libraire insomniaque et utilise les références à l'art de l'écriture dans sa plaidoirie, a véritablement su me charmer. Quelques pointes d'humour et une ville haute en couleurs relèvent encore le tableau et font de ce roman un livre très agréable , sans l'aspect "pinailleur" que l'on trouve parfois dans les romans judiciaires américains .

Les raisons du doute, Gianrico Carofiglio,  traduit de l'italien par Nathalie Bauer,Seuil Policiers, 2010, 262 pages qui se tournent (presque) toutes seules.

Critiqué (un peu par hasard car je croyais qu'il s'agissait d'un poche qui ne ferait pas monter ma PAL !:)) dans le cadre de l'opération Masse Critique de Babelio.

 

Merci à Guillaume et aux Editions du Seuil.ico_critique.jpg

 

 

 

15/03/2010

Tremblement de terre, Istambul, 17 août 1999

"Istambul. Un autre monde.Un monde noir, sale, auquel il n'appartenait pas."

Le commissaire Orkan Ekinci , mis au placard par sa direction, n'a décidément pas compris: il faut toujours qu'il se mêle de ce que beaucoup de gens voudraient voir étouffé. Ainsi ce cadavre , à la gorge tranchée, que l'on a visiblement voulu faire passer pour l'une des trop nombreuses victimes de ce tremblement de terre , le 17 août 1999 à Istambul.41y+Qh1gNmL._SL500_AA240_.jpg
Cette catastrophe naturelle sera l'occasion pour la cousine franco-turque du commissaire, Sibel, infirmière pour la croix-rouge de renouer avec sa jeunesse. Quant à Mehmet, dealer allemand venu se mettre à l'abri en Turquie, il se retrouve bien vite pris dans un engrenage mafieux.
Les destins de ces trois personnages vont se nouer dans cette ville , en proie à la corruption de tous bords. Qui tire les ficelles ? La maffya locale, les intégristes religieux ? Tout semble pourri et la poésie et les chants semblent de  bien frêles remparts contre la misère et la violence quotidiennes. Un portrait sans concessions d'une ville protéiforme. Quelques dialogues un peu amidonnés ne parviennent pas à troubler cette atmosphère étouffante parfaitement mise en place par l'auteur.

Tremblement de terre, Larif Marsik,  traduit du turc par Julide Kizilkale, Editions du masque, 2009, Prix du roman d'aventures.

 

09/03/2010

L'expert

"Les aigles ne sont pas des ornithologues."

 

Suite des aventures de Jonathan Hemlock, L'expert reprend un peu le schéma de La sanction: Même départ avec le personnage trop sûr de lui, même intervention féminine (justifiée par une ressort dramatique que je ne révèlerai pas), mais la tobalité est encore plus sombre et la faille s'agrandit dans l'âme d'Hemlock. Côté humour, nous avons aussi droit à un hilarant dialogue-promenade mettant aux prises le héros avec la campagne anglaise.414lMFaqcdL._SL500_AA240_.jpg
Mais cette fois nous gravitons à la fois dans le monde de l'art , celui de l'espionnage et des milieux interlopes et les épreuves rencontrée par notre héros seront encore plus physiques et originales que dans La sanction. Une petite baisse de régime (plus d'effet de surprise) mais un excellent moment cependant.

 

L'avis d'Amanda que je remercie pour le prêt !

04/03/2010

Dark tiger

"Les êtres humais se contentaient de s'entretuer."

book_v_492.jpg

Les nuages noirs s'amoncellent autour de Stoney Calhoun, toujours amnésique mais toujours doté de capacités qu'il a redécouvertes au fil des aventures précédentes.
Pour retrouver sa vie tranquille entre sa cabane au fond des bois et son travail à la boutique de pêche de son amoureuse Kate, le voilà contraint de remplacer un guide de pêche dans un  luxueux hôtel perdu en pleine nature, afin d'enquêter en toutes discrétion sur la mort d'un agent gouvernemental.
La donne a donc changé car dans les précédents volumes, c'était bien malgré lui que Stoney se retrouvait à mener des enquêtes, ce qui donne une tonalité plus sombre au roman, le héros étant soumis à davantage de tension.
J'ai retrouvé avec une certaine mélancolie les personnages de William G Tapply, sachant que l'auteur était décédé en 2009, juste avant la sortie aux Etats-unis de ce volume. Peut être est-ce que ceci a influé sur ma lecture car , même si les magnifiques paysages sont là, l'aspect tout à la fois bourru et plein de charme de Stoney aussi,même je ne me suis pas ennuyé une minute en lisant ce roman  le charme n'a plus opéré avec autant de vigueur.  J'y ai trouvé des redites (concernant les relations entre les chiens et je cite "la bouffe") et Stoney , toujours stoïque face aux emportements de Kate a fini par me laisser de marbre. Peut être ai-je aussi été aussi contaminée par le certain désenchantement qui imprègne ce livre...
Un adieu en demi-teintes.

Dark tiger, William G. Tapply, Gallmeister 2010, 250 pages

02/03/2010

Les lieux sombres

"J'ai le bourdon depuis 24 ans."

Unique survivante de la partie féminine de sa famille, Libby, qui se dépeint comme "l'adorable gamine  qui avait traîné son adorateur de Satan de frère devant la justice." 24 ans donc qu'elle a le bourdon et un bourdon de plus en plus agressif car, après avoir tiré partie pendant des années de l'intérêt du public pour son cas, elle se retrouve sans argent et sans situation, petite Shirley Temple qui n'aurait pas dû grandir, concurrencée par d'autres victimes plus jeunes et plus charmantes qu'elle.517GqhHsmWL._SL500_AA240_.jpg
C'est donc plus par intéret financier  que par réelle motivation qu'elle va accepter l'offre d'un groupe de gens persuadés que son frère, Ben, est innocent, de recontrer des témoins du passé.
Kleptomane, oscillant entre "la surprotection" et "l'imprudence extrême", Libby n' a au départ rien de sympathique et c'est tant mieux. Ceci nous évite nombre de clichés et donne de l'énergie au récit.
Alternant passé et présent, celui-ci nous entraîne tout à la fois sur la trace de présumés adorateurs de Satan, mais aussi dans la vie d'une famille de fermiers pauvres qui essaient tant bien que mal de maintenir la tête hors de l'eau.
Dès le début j'ai été scotchée par ce roman qui allie une intrigue solide-même si, c'est vrai, Libby retrouve un peu trop facilement les bonnes personnes, et des personnages complexes, bien campés et fouillés.
Il y avait longtemps que je n'avais lu un roman aussi palpitant !

Les lieux sombres, Gillin Flynn, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Heloïse Esquié, Sonatine 2010 , 479 pages bluffantes.

Du même auteur, j'avais lu La haine dans la peau,disponible en poche,  billet ici.

Tout le monde a lu ce livre dans la blogo ! et rares sont les avis négatifs...

01/03/2010

La sanction

41Qfz8ZHbYL._SL500_AA240_.jpg

"-Comme la vie doit être simple pour vous.
- Non, la vie n'est pas simple. La plupart des gens que je rencontre le sont."

La sanction commence comme un roman d'espionnage classique avec un héros très sûr de lui , accumulant les compétences (à la fois professeur d'art et alpiniste renommé). Le fait de vivre dans une église et de collectionner les tableaux de maître lui confère un côté baroque original mais se révèle aussi fort onéreux. Il faut donc que notre héros remplisse des missions de contre-assassinats, appelées sanctions pour le compte d'une organisation secrète américaine. La dernière en date lui vaudra d'affronter l'ine des plus dangereuses montagnes des Alpes, l'Eiger en compagnie de trois hommes parmi lesquels il devra trouver celui à abattre.
Tour à tour cinglant et péremptoire, "Mon admiration pour vous a trouvé de nouvelles limites", Jonathan Hemlock ,qui tient les autres à distance, repousse à toutes forces les sentiments et pratique la sexualité comme une hygiène, risquait de ne pas conserver longtemps mon attention.
Heureusement la révélation de ses failles au bout d'une centaine de pages m'a permis de le suivre avec plaisir au fil de ses aventures.
Que ceux qui n'apprécient pas spécialement l'alpinisme se rassurent, cet aspect ne représente qu'une toute petite partie du livre.
Notons au passage un dialogue, très cinématographique au demeurant , mêlant scène de séduction et de boulot où le lecteur est amené à deviner les comportements des protagonistes entre deux échanges d'informations. Savoureux !

La sanction, Trevanian, Editions Gallmeister 2007, traduit de l'américain  par Jean Rosenthal.335 pages

L'avis d'Amanda que je remercie pour le prêt !

28/02/2010

Ce que j'ai vu et pourquoi j'ai menti

Même si Judy Blundell excelle à nous plonger dans l'atmosphère des films en noir et blanc, à force de vouloir terminer chaque chapitre sur un suspense ,le récit perd toute crédibilité. On a parfois l'impression que l'auteure veut nous glisser à l'oreille: "Admirez mon savoir-faire." et du coup, je suis allée droit à l'abandon. Tant pis.51JMLs-0esL._SL500_AA240_.jpg

L'avis plus enthousiaste de Clarabel.

Ce que j'ai vu et pourquoi j'ai menti, Judy Blundell, Gallimard jeunesse, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Cécile Dutheil de la Rochère, 277 pages.

23/02/2010

Les chaussures italiennes

"Il n'était jamais trop tard pour prendre la photo manquante"

En un peu plus d'un an, la vie de de Fredrik Welin , soixante-six ans, va être totalement bouleversée.Lui qui vivait reclus en compagnie d'une chatte et d'une chienne âgées sur une île suédoise voit un jour arriver une femme qu'il a autrefois aimée et abandonnée.mais Harriet "...était porteuse de nouvelles de la vie-pas seulement de la mort qui viendrait bientôt la cueillir."Et Fredrik va devoir revenir sur les erreurs commises, se plonger dans ce qu'il avait fui avec obstination en se limitant à une vie quasi mécanique: lui-même. En effet, comme le lui confiera le vieux cordonnier de génie qui lui confectionnera ses Chaussures iltaliennes : "Il est aussi facile de se perdre à l'intérieur de soi que sur les chemins des bois ou dans les rues des villes."51th4FgNLqL._SL500_AA240_.jpg
Roman sur la vieillesse, la solitude, le temps et l'amour, cet opus de Mankell est aussi l'occasion de se pencher sur le désarroi de certains jeunes, qu'il soient suédois ou étrangers ayant du mal à s'insérer dans la société(l'auteur adresse même un clin d'oeil à un de ses personnages , héroïne d'un autre roman, Tea-bag), nous montrant bien qu'il est possible d'établir des liens entre ces deux pôles de la vie.
Une psychologie fouillée mais sans pathos qui réussit tout en délicatesse à nous amener parfois au bord des larmes sans pour autant être déprimante, un roman chaleureux qui nous prend par la main et qu'on ne lâche plus.

 

Les chaussures italiennes, Henning Mankell, traduit du suédois par Anna Gibson, 341 pages réconfortantes.

L'avis de Dominique.

18/02/2010

Un endroit où se cacher

517bQTJeztL._SL500_AA240_.jpg

"Désormais mes blessures seraient secrètes."

Rescapée d'un accident automobile où sa mère a perdu la vie, Jenna préfèrerait rester "dans le bleu", ces sensations étouffées que lui procurent les produits opiacés qui luttent contre ses douleurs physiques . Mais il lui faudra bientôt affronter "le vif", c'est à dire une vie à reconstruire sans sa mère.Cela n'ira pas sans une mise en danger de la jeune fille ...
Joyce Carol Oates se glisse avec aisance dans la peau de cette ado à fleur de peau, qui refuse de montrer ses souffrances  et ne parvient pas toujours à s'expliquer son comportement. Elle souligne également l'importance des amis- ou prétendus tels- de Jenna mais évite toute tentation moralisatrice. Nous ne sommes pas ici dans l'optimisme forcené même si le roman se termine sur une note d'espoir. Un très beau texte.

 

Un endroit où se cacher ( titre original : After the wreck, I picked up myself up, spread my wings and flew away ), traduit de l'américain par Dorothée Zumstein., Albin Michel (Wizz) 2010. 300 pages sensibles.

L'avis de Marie,

celui de Clarabel

15/02/2010

février

"Helen était ce que leurs grands-mères auraient appelé une dame."

"Il lui paraissait important de savoir ce qui était vrai en elle. Comment exprimer à quel point sa vie n' avait été qu'un tumulte de plaisir; comment dire qu'elle avait perdu quelque chose d'énorme, qu'il lui était resté un trou béant au beau milieu de la poitrine, et que le vent soufflait à travers."41WDEhEpzmL._SL500_AA240_.jpg
Ce trou béant c'est la disparition de son jeune mari lors du naufrage d'une plate-forme pétrolière au large de Terreneuve qui l'a creusé.
Helen, alors enceinte de son quatrième enfant  a dû faire face, même si , vingt-six ans plus tard, elle est toujours taraudée par des images forcément imaginaires du drame.
Un coup de fil dans la nuit de son fils John ,qui vient de se découvrir futur père sans l'avoir voulu, va lui permettre de se replonger dans le passé mais aussi de se donner une chance de ne pas vieillir seule.
Les éléments et en particulier l'eau bien sûr jouent un rôle essentiel dans ce roman jamais larmoyant qui alterne passé et présent.
Hélène est une femme pleine de vie qui refuse de perdre sa sensualité, même si elle l'a longtemps mise sous le boisseau, et qui est prête à offrir tendresse et plaisir. Un magnifique portrait de femme porté par une écriture charnelle.

Février, Lisa Moore, traduit de l'anglais (canada) par Carole Hanna, Plon, 273 pages pleines d'humanité.