Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/07/2020

Des orties et des hommes...en poche

"Chacun dans sa cour de ferme, on n'a pas grandi avec du Nutella entre les doigts mais avec la glaise, la sueur, les caresses animales et la sale matière du travail pur. L'âge qui s'avance nous pèse comme la bosse de Joël. On devient adolescents et lointains."

Pia, double de l'auteure, nous relate dans ce roman poétique et sensuel, le monde rural de la Charente où s'est installée une famille d’origine italienne.
Le travail dur, la sécheresse intolérable d'un été des années 70 qui fait pleurer une mère de faille agricultrice, mais aussi les orties cueillies sans se faire piquer et progressivement le passage à une agriculture industrielle, sont au cœur de ce récit.paola pigani
En parallèle, c'est aussi le passage à  l'adolescence et si, parfois , le rythme semble lent et sans véritable intensité narrative, à la fin, on se retrouve un peu démuni et on aimerait savoir ce que sont devenus les différents protagonistes.

23/06/2020

Les poteaux étaient carrés

"Pendant quatre-vingt-dix minutes, nous avons été spectateurs du même événement, mais nous n'avons rien partagé."

C'est à un drame que nous convie Laurent Seyer dans ce court roman, véritable concentré d'émotions. Unité de temps: les quatre-vingt-dix minutes du match opposant  les Verts de Saint-Étienne au Bayern Munich à Glasgow en finale de la coupe d’Europe. Unité de lieu: le canapé de l'appartement où se côtoient les membres de la famille recomposée de Nicolas, fan de LASSE comme il l'appelle. Unité d'action: le match qui déterminera un avant et un après dans la vie de l'adolescent.laurent seyer
Quiconque a connu cette année 1976 se souvient de la ferveur qui soudainement s'était emparée des Français pour cette équipe des Verts, dont les membres étaient devenus des héros. Chacun, comme le rappelle l'auteur, avait son chouchou , chacun se souvient de ce match maudit où rien ne s'est passé comme prévu.
Lire Les poteaux étaient carrés c'est replonger dans cette période, mais c'est aussi découvrir un roman d'une extrême sensibilité, fluide et émouvant où un adolescent  porte un regard aigu sur un père qui n'en est pas vraiment un. Tout est suggéré de manière discrète mais efficace et les dernières pages du roman nous laissent un peu sonnés. Un grand coup de cœur.

 

Éditions Finitude 2018
 

22/06/2020

Ne plus jamais marcher seuls

"Chacun d'entre eux avait trouvé une faille dans ses propres carcans pour communier avec l'autre, sans avoir besoin de renoncer à ce qu'il ou elle était, ni prétendre qu'ils allaient un jour se ressembler."

Naomi Strauss, prénom et corps de top model, "parisienne progressiste", est chargée d'interroger à Liverpool un chauffeur de taxi quadragénaire fan de l’équipe de foot et favorable au Brexit, Nick Doyles.
Entre la parfaite Bobo et le hooligan assagi le fossé semble abyssal mais les circonstances , parfois drolatiques, parfois dramatiques (nous sommes en 2015)  vont rapprocher ceux que tout semblait séparer.
Si Laurent Seyer a parfois la dent dure pour les hommes, en particulier pour le rédacteur en chef de Naomi, il éprouve beaucoup d'empathie pour ses personnages issus des milieux populaires, les peignant avec leurs contradictions et leurs limites.laurent seyer
Sur un thème déjà évoqué dans un roman tel que Pas son genre, Laurent Seyer se montre plus nuancé et beaucoup moins cynique, sans pour autant verser dans l’angélisme.
Grâce à lui, nous révisons notre avis sur les fans de foot anglais et comprenons mieux leur ferveur et leurs rites. Si on m'avait dit que je prendrais beaucoup de plaisir à la lecture d'un roman faisant la part belle au foot, j'aurais haussé les épaules, mais tel est bien le cas. la preuve, j'ai enchaîné avec la lecture du premier roman de l'auteur.

 

Éditions Finitude 2020

19/06/2020

La théorie des poignées de main

"La science des réseaux étudie avant tout les phénomènes de propagation. Et lorsque vous y réfléchissez, tellement de choses se répandent par contamination autour de nous: les crises financières, les épidémies, les embouteillages, le courant électrique, les rumeurs, les modes vestimentaires et même votre café expresso se propage par percolation."

Mis au défi par un professeur mal embouché, Antoine Cavallero, jeune doctorant, doit démontrer la théorie des poignées de mains ou des degrés de séparation, théorie selon laquelle il ne nous suffit que de quelques connaissances pour  nous  à relier n'importe qui dans le monde.
Antoine se lance donc sur les traces d'un homme dont il connaît juste l'identité, la date et le lieu de naissance. Cette traque autour du monde , en temps limité, va se révéler riche en aventures humaines et donnera chair à une théorie scientifique.fabienne betting
On suit avec beaucoup de plaisir cette série d'aventures, portées par l'écriture fluide de Fabienne Betting qui nous avait  auparavant transportés en Mesménie dans son précédent roman. Les voyages réussissent bien à cette autrice !

 

Les Escales 2020.

Bons Baisers de Mesménie: clic.

16/06/2020

Les petites victoires

"" J'aurais voulu être une mère modèle. Ou alors une garce. J'ai raté les deux." Il ne répond pas, voudrait lui dire qu'il n'est pas trop tard pour la garce, que les "mères modèles" sont les pires de toutes, qu'elle a bien fait de se tenir entre les deux, ni l'une ni l'autre, une sorcière de son temps."

Clémence, bientôt quatre-vingts ans, assise à la terrasse d'un café s'autorise enfin à profiter de la vie et invite à sa table un homme qu'elle a identifié. Ce dernier ne se doute de rien et la boucle ne sera bouclée qu'à la toute fin du roman.
Défilent alors les souvenirs, toute une époque, des vies de femmes: Clémence, ses filles, Lydie et Margaux, sa petite fille , Prune.pierre notte
Des femmes qui ont été chahutées par la vie, par les hommes souvent, qui ont souffert dans leurs corps aussi, se sont éloignées, rapprochées parfois et ont connu de Petites Victoires sur l'adversité. Rien de spectaculaire, rien de pathétique, mais des vies qui nous touchent, même si parfois l'accumulation de souffrances subies pendant longtemps avant de réagir donne envie de secouer un peu ces femmes. Lecture en demi-teintes donc.

 

Cuné est plus enthousiaste : clic.

 

Du même auteur, j'avais aimé la pièce La nostalgie des blattes.

 

15/06/2020

ça fait longtemps qu'on s'est jamais connu

"Souvent, je me paie le soupir-massue, celui qui me caresse le plexus, qui m'aide à me sentir en vie. Quand y a plus de beurre, quand le recyclage déborde. Raaaaa. Je jette mon grand vent froid dans la cuisine et ses habitants. Ma femme, ça la révolte. Elle me demande si je viens d'apprendre que j'ai le cancer. Elle veut me faire mal, la bitch. Elle trouve ça laid. Elle a pas tort. faut tenir debout, question de culture. Avec leur "Bon matin", c'est radical, t'as l'impression de mettre le pied dans une comédie musicale. Tout devient rose et vert pastel et les décors se mettent à bouger."

Par amour, Pierre Terzian, écrivain français, vit au Quebec et intègre une brigade de remplacement dans des garderies  montréalaises . Un boulot alimentaire qui va lui permettre de découvrir un univers structuré par des horaires, des pédagogies plaçant l'enfant,ses particularités ,ses besoins spécifiques,au centre, quitte à dérouter l'apprenti éducateur qui improvise souvent, mais se tire plutôt d'affaire.pierre terzian
Éternel nouveau, il conserve la fraîcheur de son regard et brosse une galerie de portraits d'enfants souvent survoltés et d'éducateurs guettés par le burn-out et les mesures d'austérité du Ministre Couillard.
Mais tout ce petit monde fait face , bricole des solutions pour ces enfants fragiles, portant des prénoms improbables (De Niro !), meltingpot pot joyeux et foutraque, dont on sent qu'il plaît beaucoup à l'auteur.
C'est drôle, dépaysant, chaleureux et magnifiquement écrit. Un grand coup de cœur qui redonne foi en l'humanité.


Éditions Quidam 2020, 232 pages hautes en couleurs.

 

26/05/2020

On n'a rien vu venir...en poche

"De toute façon, même si les Vigilants viennent m'arrêter, j'ai rien à perdre. J'ai déjà l'impression d’être en grève de la vie."

Il y a  ceux qui se sont laissés berner par les promesses de changements du Parti de la Liberté , ceux qui adhèrent avec enthousiasme à leurs idées nauséabondes , ceux qui savent déjà qu'il vaut mieux s'enfuir et la majorité qui ne se rend compte de rien ou presque.anne-gaëlle balpe,clémentine beauvais,sandrine beau,agnès laroche,séverine vidal,fanny robin,annelise heurtier
On n'a rien vu venir relate par sept voix d'enfants (et sept auteurs jeunesse) la mise en place progressive d'un État totalitaire, liberticide, qui s'en prend progressivement à tous les "clous qui dépassent": étrangers, homosexuels, handicapés, marginaux, artistes... Tout est réglementé : de l'heure du lever à la couleur des vêtements et les règlements absurdes se multiplient créant une ambiance anxiogène. Autant d'échos à des situations passées ou présentes.
Si la visée est didactique, la structure est très efficace car les personnages évoluent d'un chapitre à l'autre et les écritures sont aussi très plaisantes.Les enfants ici ne sont pas placés en situation d’impuissance car ils observent , critiquent , agissent eux aussi à leur échelle et entrent en résistance, ne serait-ce que par le rire . Un texte nécessaire. à partir de 10 ans. 110 pages efficaces.

Anne-Gaëlle Balpe, Sandrine Beau,
Clémentine Beauvais, Annelise Heurtier,
Agnès Laroche, Fanny Robin et Séverine Vidal

Éditions Alice Poche 2019. préface de Stéphane Hessel.

25/05/2020

Le bruit du monde

"Elle a dit que, les yeux des enfants pauvres, elle les reconnaissait. Que ceux des pères humiliés aussi. Qu'il y avait cela en elle, inscrite, la force de ces regards.Leur appels. Et qu'à ces appels elle ne pouvait  pas résister. Qu'il n'avait pas été possible de résister."

 Marie-Hélène Coulanges naît en 1964 dans une famille pauvre , à la campagne. Cette pauvreté infuse en elle, la marque jusque dans son identité car son prénom est raccourci en Marlène.Elle va influer dans son rapport au temps,  à l'espace, dans ses relations avec les autres. Elle en prendra véritablement conscience à l'âge de cinq ans et ceci entraînera "Un sentiment confus et obstruant de honte implacable."stéphanie chaillou
Comme d'autres avant elle  (on pense bien évidemment à Annie Ernaux) , Stéphanie Chaillou relate cette prise de conscience du poids social et l'accès à la culture comme tentative de libération. Elle dit aussi les échecs, les failles secrètes, les douleurs et l'écriture comme seul moyen de donner chair , consistance, à ce qui a existé . Ce qu'on peut raconter et qui sans quoi demeurerait "des événements flous. Errants."
De la naissance de Marilène à la naissance du livre , c'est aussi le récit, presque clinique par cette distanciation du "Elle", d'une accession à la position de sujet qui peut participer et non plus seulement observer, dire ses émotions et les faire partager, ô combien. Un texte bouleversant.

Le bruit du monde, Nathalie Chaillou, Notabilia ,166  pages bruissantes de marque-pages.

De la même autrice: clic.

08/04/2020

Comment ne pas devenir une fille à chats ...en poche

"D'autres amis-couples m'ont aussi vanté les charmes de la vie en louant la belle complicité de couples célèbres: Marion Cotillard et Guillaume Canet, Barack et Michelle Obama, Jay-z et Beyoncé. Sur l'air de "à deux, on est toujours plus forts". J'ai même pas répondu que , pour les 123 femmes mortes de violence conjugale en 2016, visiblement, y en a un des deux qui était un peu plus fort que l'autre, quand même."

Flirtant dangereusement avec la quarantaine, célibataire, un chat (Pompon) et une petite fille, Nadia Daam entreprend de battre en brèche tous les clichés (généralement sexistes en plus) qui s'attachent au célibat. Rien de neuf sous le soleil, sauf sans doute ce féminisme assumé, ce côté trash aussi, façon Blanche Gardin, qui renouvellent le genre avec panache.nadia daam
Une lecture qui donne le sourire , qu'on soit célibataire ou pas.

06/04/2020

Alto Braco...en poche

"On ne voulait pas vivre à Lacalm mais on voulait y mourir."

Deux sœurs dures au travail , Douce et Granita, ont élevé leur petite fille, maintenant trentenaire, Brune, tout en tenant de main de maître, leur café parisien.
Originaires de l'Aubrac, ces trois femmes sont très fortement marquées par ce territoire si particulier, même si la plus jeune s'en défend. La mort de Douce et son enterrement dans le pays de sa jeunesse vont faire ressurgir tous les secrets du passé.vanessa bamberger
Sur un schéma classique de retour au pays, Vanessa Bamberger multiplie les révélations en cascade (pas moins de trois révélations), tout en décrivant à merveille les paysages de cette région âpre et sauvage où les paysans et leurs bêtes ont bien du mal à survivre.
Si l'auteure s'est visiblement bien documentée (en particulier sur les vaches) et réussit à introduire de manière fluide ces informations dans le récit, ce dernier manque en revanche de densité et connaît quelques baisses de régime.
Un roman que j'ai néanmoins pris plaisir à lire.