Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/05/2011

Mister Hugh Lurie et Dr House

"Ce salopard est le meilleur médcin que nous ayons."

C'est dimanche, c'est permis...Bon c'était plutôt samedi à la médiathèque, où après avoir raflé une nouveauté de justesse (promis, je t'envoie un courriel, M., dès que j'ai terminé ce roman que tu étais si déçu de ne pas avoir vu avant moi , le privilège de porter des lunettes sans doute !) , je me suis emparé d'un document que je n'aurais sans doute jamais acheté ni en librairie, ni d'occasion d'ailleurs mais là mon côté midinette pouvait se donner libre cours alors...mark lucas,dr house,hugh laurie
Grâce à Cuné, j'ai découvert il y a quelques saisons Dr House et comme lui gobe ses comprimés de vicodine , je gobe ses "houseries" avec bonheur ! J'en ai retrouvé quelques unes glanées au fil de ma lecture (mais difficiles à replacer sauf peut être celle-ci : "Vous sentez? Je crois renifler le parfum de l'hypocrisie."). Sinon rien  de bien neuf sous le soleil, un doc classique, biographie, filmographie, et enfin réflexions de Laurie sur son personnage .Mais un excellent moyen pour ceux qui comme moi ont pris la série en route de faire le point et d'envisager les saisons dans la continuité. Plus qu'une (soupirs !).
Petit bémol : Mark Lucas aurait pu se dispenser de ses réflexions "humoristiques" qui neuf fois sur dix tombent à plat.
Précisions: quelques photos dont certaines pas du tout indispensables...(celle avec le top modèle estonien nue sous une combinaison de cuir ultra moulante, bon c'était pour la Croix Rouge mais quand même ...)*

*Nan je suis pas jalouse, y en marre des clichés sexistes !

Emprunté donc à la médiathèque.

19/05/2011

Pourquoi les oiseaux chantent

Ouvrir Pourquoi les oiseaux chantent c'est voir s'jacques delamain,oiseauxenvoler Fringilles ou Gros-Becs,  surprendre des bandes de linottes et de verdiers qui s'émiettent ,entendre le "petit cri un peu métallique" de la mésange bleue  et oberver le "trop plein vital " qui jaillit au printemps . Bref, c'est prêter attention aux hôtes des haies et des arbres, aux migrations aviaires, aux chants et à leurs différentes significations, balayer les idées toutes faites concernant les femelles (non, elles ne sont pas de vulgaires trophées remportées par le mâle le plus fringant ! ), bref s'intéresser à un monde que nous côtoyons trop souvent avec indifférence.
 Jacques Delamain, éminent ornithologue, (la première édition de cet ouvrage date de 1930 et il a été réédité à plusieurs reprises) sait conjuguer à la fois érudition et style élégant
On pense parfois à Colette devant de superbes descriptions mais on se sent aussi quelques fois étouffé sous le poids d'énumérations de volatiles que l'on n'arrive pas forcément à visualiser, faute de les connaître tous! Mieux vaut avoir à portée de main un guide des oiseaux, même succinct !
Le recueil se clôt par un très surprenant ""Journal de guerre d'un ornithologue" où Jacques Delamain ne se départit jamais de son sens de l'observation, notant scrupuleusement tous les oiseaux qu'il repère, leurs réactions face à l'artillerie et notant très sobrement dans le chapitre intitulé"1918. Oiseaux de Verdun." : "Et là deux Moineaux piaillent sans entrain au coucher du soleil, le seul petit brin de vie et de gieté dans cette mort." On a l'impression que l'auteur s'est volontairement concentré sur sa passion pour se retrancher du monde belliqueux.
   Un ouvrage à savourer à petites doses ! En tout cas, après la lecture de ce livre je me suis surprise à essayer de démêler les chants d'oiseaux de la cacophonie matinale ...

Pourquoi les oiseaux chantent, Jacques Delamain, Editions Parallèles 2011, 2020 pages bruissantes.

07/04/2011

Danbé

"On souffre tout seul et sans bruit et il n'y a personne alentour pour le voir ni pour l'entendre."

Née en France de parents maliens, Aya connaît une enfance plutôt heureuse, même si ses parents ne disposent pas de tous les codes leur permettant d'intégrer la vie en France.aya cissoko,marie desplechin,boxe,portrait d'une résilente.
La mort,dans un incendie criminel, de son père et de sa petite soeur va métamorphoser la petite fille : plutôt rebelle à l'école, ellle reste néanmoins fidèle au danbé, la dignité en malinké. La boxe lui offrira aussi une échappatoire et elle enchaînera les titres avec une apparente facilité.
Portrait troublant d'une jeune fille qui ne semble tirer ni plaisir ni orgueil des victoires sur le ring. Très peu de descriptions d'ailleurs de ses combats, Aya attache plus d'importance aux personnes qu'elle rencontre qu'à la manière de combattre.
Récit troublant aussi d'une vie où le mot "racisme" n'apparaît jamais mais où on ne peut s'empêcher de penser que si cette famille avait été blanche, elle aurait été logée dans un immeuble plus décent, traitée de manière moins désinvolte par certains avocats ou médecins et aurait ainsi évité bien des drames.
Un récit plein de dignité,  sans pathos, mais qui m'a émue aux larmes.

Danbé, Aya Cissoko, Marie Desplechin, Calmann-Lévy 2011.

Merci à Chiffonnette pour le prêt !

L'avisde Stéphie qui organise une semaine Marie Desplechin !

22/03/2011

Le sac, un petit monde d'amour

Quoi de plus intime qu'un sac (de fille ) ? Et pourtant, cédant à l'appel du sociologue Jean-Claude Kaufmann, nombreuses sont celles qui ont accepté de lui détailler le contenu du leur. S'appuyant sur ces témoignages mais aussi sur des extraits de romans ou de blogs, l'auteur se penche avec beaucoup d'empathie sur ces inventaires que Vialatte,* en son temps avait si bien résumé :jean-claude kaufmann

La femme : « C’est par le sac à main qu’elle se distingue de l’homme. Il contient de tout, plus un bas de rechange, des ballerines pour conduire, un parapluie Tom Pouce, le noir, le rouge, le vert et la poudre compacte, une petite lampe pour fouiller dans le sac, des choses qui brillent parce qu’elles sont dorées, un capuchon en plastique transparent et la lettre qu’on cherchait partout depuis trois semaines. Il y a aussi, sous un mouchoir, une grosse paire de souliers de montagne. On ne s’expliquerait pas autrement la dimension des sacs à main. »

Suivant les âges de la vie, les sacs grossissent ou s'allègent et rares sont les femmes à ne pas céder à l'appel du sac ou à ne pas  sacrifier à la recherche du sac parfait, ni trop grand , ni trop petit... Ils constituent  des  mondes peut être pas aussi mystérieux que les hommes pourraient bien le croire.
Des redites parfois mais surtout beaucoup de sympathie et aussi d'émotion quand Jean-Claude Kaufmann évoque à la fin de son étude ces vieilles dames qui s'accrochent à leur sac à main ou la souffrance éprouvée par les femmes à qui on l' arrachait à leur arrivée à Auschwitz. Car le sac n'est en rien futile, il "est au coeur de l'être et [...] on le saisit surtout au moment d'affronter le néant.

* Non cité ! Un oubli sans doute !

Le sac, un petit monde d'amour, Jean-Claude Kaufmann, Jean-Claude Lattès 2011, 236 pages qui se dévorent d'une traite.

 

 

10/02/2011

Consolation par le chien ( De la caninisation)

"L'homme se construit, grâce au chien, un milieu qui lui convient (...)."

Pierre Schulz nous prévient d'emblée: son livre n'est pas une énième apologie du chien mais "une analyse des motifs faisant que les citadins vivent avec des animaux de compagnie."
Volontiers critique vis à vis de certains comportements humains excessifs ou inappropriés , l'auteur passe aussi en revue les avantages et inconvénients des chiens, soulignant l'importance du rôle psycho- affectif de ces animaux dans leurs relations avec les hommes. Sa thèse ? L'animal représente un filtre protecteur face à la difficulté de la condition humaine.pierre schulz,chiens
Un lecteur qui feuilletterait lcet ouvrage pourrait être rebuté par les termes scientifiques mais ceux-ci sont immédiatement expliqués et contribuent à une vision à la fois originale et pleine d'humour de la place des Câline et autres Fido dans nos vies.
Beaucoup d'ironie, et une ironie réjouissante, dans ce livre qui époussète vigoureusement toutes nos idées préconçues.
L'auteur va même, malicieusement, jusqu'à imaginer un renversement de situation : le chien domestiquant l'homme, mais selon lui, heureusement, cette situation restera une utopie , entre autres tant que nos chiens ne seront pas doués du sens de l'humour !

Une importante bibliographie permet de poursuivre la réflexion.

 

Consolation par le chien, Pierre Schulz, Puf 154 pages .

06:00 Publié dans Document | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : pierre schulz, chiens

16/08/2010

Le jour où mon père s'est tu

Robert Linhart est le fondateur du mouvement maoïste en France. Figure importante des années 68, cet homme exceptionnel de charisme et d'intelligence décide, parès une tentative de suicide en mai 1981, de se taire.51ZbKxBrRlL._SL500_AA300_.jpg
Sa fille, Virginie, non seulement pour briser le silence qui a empesé sa famille après cette rupture brutale, mais aussi pour confronter ses souvenirs de mai 68 avec ceux des enfants des anciens compagnons de son père, commence une série d'entretiens qui aboutiront à ce livre, Le jour où mon père s'est tu.
Certains la soupçonnent parfois de vouloir critiquer à tout va cette "révolution" mais tel n'est pas l'objectif de l'auteure. Elle veut juste que soit faite une place à ceux qui n'en avaient peut être pas suffisamment à l'époque: les enfants.
Pas de réglements de compte mais une démarche éclairante et posée qui aura même un bénéfice inattendu pour Virgine Linhart : celui de comprendre le silence de son père. Très intéressant et plein d'humanité.

Le jour où mon père s'est tu, Viginie Linhart, Points Seuil 2010, 197 pages suivies de notices biographiques permettant de resituer les acteurs de cette enquête.

 

13/08/2009

Un métier idéal

Mais comment fait-il ? Comment  fait-il cet homme pour tout à la fois trouver la bonne distance entre lui et ses patients, s'insérer dans la  petite société rurale anglaise de ce début des  années 60 , vouloir tout assumer de son travail (il  a une petite pharmacie et regrette de ne pouvoir s'occuper des radiographies, mais travaille aussi à l'hôpital), avoir  aussi une vie de  famille (très peu évoquée) tout en restant si formidablement humain et intéressé par l'Humain ? La réponse , je la  trouverai tout à la  fin du texte de John  Berger :  John Sassall s'est suicidé.51hfoN28s4L._SL500_AA240_.jpg
Accompagné  des photos  en noir et blanc de  Jean Mohr, John Berger s'est attaché , dans tous les  sens du terme , à rendre  compte de cette existence mais aussi à élargir la réflexion sur la valeur de la vie humaine. Un livre profond  et grave qu'on a envie d'offrir à quelques Diafoirus....

Un grand merci à Cuné !

29/07/2009

Aventures en Loire

Bernard Ollivier,soixante- dix ans au compteur , est un écrivain-voyageur  renommé.Ici son périple,  d'abord pédestre,   prend naissance aux sources de la Loire pour se poursuivre ensuite sur le fleuve dans un canot comiquement surnommé "canard". POlus que le périple en lui même, ce sont les rencontres que l'auteur privilégie car "Nomade  en Loire, je  veux m'ouvrir au monde, ,  à ses bonnes et mauvaises  surprises. je prends tout. Je veux embrasser la terre entière, les arbres comme les hommes, retrouver mon humanité loin du réveill-matin ou du "vingt-heures" télévisé."511hggFfOPL._SL500_AA240_.jpg
Cela ne sera pas de tout repos, le froid, la  pluie, nous sommes pourtana en été, les caprices du fleuve n'épargneront pas notre ancien journaliste,qui  n'est pas spécialement  sportif et qui avoue s'être plutôt mal préparé. Pourtant l'homme et le  fleuve vont s'apprivoiser :  "Je suis venu avec l'idée de la dominer,  de la conquérir. je  la quitterai en amoureux transi."
Pourquoi partir ainsi? l'auteur n'y voit pas du tout une décision cartésienne mais bien plutôt "une volonté de  se remettre en cause, de se transcender,  de tordre les rails qui nous guident au quotidien, de  rompre les digues  mentales et sociales qui nous contiennent, nous ligotent plus ou moins à  notre insu."
Point n'est donc  besoin de partir loin, l'exotisme n'est pas  nécessaire, il suffit peut être d'un élément déclencheur, peut être ce livre le sera-t-il...

Le billet de Dominique qui m'a  donné envie d'offir ce livre  à Belle -maman qui rentrait d'une marche au bord  de la Loire ...

Belle-maman qui a  eu ensuite la bonne idée de  me le prêter...:)
Aventures en Loire,  Bernard Ollivier,  éditions Phébus,  266 pages qui donnent envie de se mettre en marche.