Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/09/2012

Avancer

 " Avec des vues pareilles, les antécédents qu'on lui connaît et s'il n'est pas  d'ici là dérouté par des amours stériles ou la passion délétère des sports d'équipe, le Petit fera certainement personnage historique."

Sur son balcon, Victoria (alias Marie-Laure la feignasse, suivant l'identité que la narratrice endosse pour se parler à elle-même), jeune femme peu pressée d'entrer dans la vie professionnelle, contemple le monde et attend "La voie royale". Dans l'appartement, Marc-Ange, son ancien professeur de sociologie , homme de bonne composition , cherche le thème de son prochain ouvrage tout en tentant de s'adapter à son  fils de dix ans, le Petit, enfant précoce qui tient à donner son avis sur tout ou presque. Le Petit d'ailleurs semble bien plus mature que bien des adultes qui l'entourent...maria pourchet
En bas de l'immeuble, un trou gigantesque , fonctionnant un peu comme un aimant et qui va drainer toute une faune intriguante. Se met ensuite tout un concours de circonstances qui va bouleverser l'existence de Victoria et la fera Avancer mais pas forcément dans la direction prévue...
Plus que l'histoire, c'est le style et les personnages qui font toute la saveur de ce premier roman enlevé et drôle.
Adresses au lecteur, sociologie sauvage hilarante d'une rencontre au café, découverte de toute une population pittoresque, des bobo au petits arnaqueurs, on entre avec délices dans un monde décalé et plein de fantaisie. Un régal !

Avancer, Maria Pourchet, Gallimard 2012, 222 pages très agréables.

13/09/2012

A l'angle du renard...en poche

Des citadins qui s'installent à la campagne avec leurs enfants, Juliette et Louis. Leur voisin est un fermier, vieux garçon,Arsène Le Rigoleur, dont l'attitude contredit plutôt le patronyme. Les deux gamins sont toujours fourrés dans les pattes du fermier, ce qui n'est pas sans inquiéter leur mère, car il n'inspire pas franchement la sympathie l'Arsène...41iX6XSofCL._SL500_AA300_.jpg
Choisissant comme narrateur ce fermier qui "a laissé courir ses racines à travers champs", Fabienne Juhel distille au compte-goutte allusions et révélations qui génèrent une tension extrême. Arsène est-il juste un être taciturne "Je suis de la race des hêtres", sans histoire ou un individu potentiellement dangereux ?
Tout au long du roman court cette image de l'incendie, réel ou imagé, cette rousseur qui va de la couleur des cheveux d'un enfant à la lueur de rouille dans un regard, sans oublier celle des différents renards qui hantent ce récit, renards qui n'ont rien à voir avec celui du petit prince, même s'il est aussi question d'apprivoisement dans ce texte mais d'une façon toute particulière, A l'angle du renard....
Un roman prenant qui charrie des émotions sourdes et féroces, une écriture ancrée dans la terre qu'elle célèbre de manière charnelle.

11/09/2012

La survivance

"On s'est trouvés pris dans un bombardement de réalité."

Parce qu'ils n'étaient pas faits pour amasser de l'argent, Sils et Jenny, la soixantaine sonnée, sont expulsés de leur librairie. Avec beaucoup de livres et peu d'objets, en compagnie d'une ânesse et d'une chienne, ils vont trouver refuge dans une vieille maison, isolée et dépourvue de confort,  plantée en pleine montagne vosgienne. Là, peut être réussiront-ils à mener à son terme une expérience de vie qu'ils avaient tentée au même endroit quarante ans plus tôt.41EzDQPNLdL._SL500_AA300_.jpg
Ce roman tient peu de la robinsonnade, même si la nécessité de trouver de quoi survivre dans un territoire situé loin des hommes est présente. Mais il ne s'agit pas du tout ici de soumettre la nature , mais bien plutôt de s'y glisser pour mieux s'y accorder. D'où de magnifiques descriptions des hôtes sauvages qui vivent à côté d'eux par Jenny. Sils, quant à lui, fait plutôt la part belle aux livres qu'il fait dialoguer avec l'endroit où ils vivent.
Rien dans les conditions de vie n'est ici idéalisé et Jenny le souligne bien quand elle déclare: "Il y avait de la terreur,  mais aussi de la force, une énergie qui se transfusait en nous. nos corps étaient en première ligne, tympans, pupilles, narines, gosier, poumons, muscles, ossature, ligaments, articulations, peau: tout. Jamais je n'aurais imaginé qu'à presque soixante ans, nous serions obligés de recommencer à vivre violemment."
C'est à une expérience tout à la fois de renoncements et de reconquêtes que nous convie ici Claudie Hunzinger avec une langue superbe et drue. Et zou sur l'étagère des indispensables !

08/09/2012

L'écrivain de la famille...en poche

"Quand on est très petit , la longueur des bras permet juste d'atteindre le coeur de ceux qui nous embrassent.Quand on est grand, de les maintenir à distance."

 

Parce qu'il a écrit des vers de mirliton à sept ans, Edouard est aussitôt assigné au rôle d'Ecrivain de la famille. Les mots vont alors revêtir une importance toute particulière pour ce fils aîné d'une famille de commerçants aisés du Nord où les failles commencent à se creuser.
Mais s'il est assez facile d'adopter la séduisante posture de l'Ecrivain, les mots vont se montrer plus rebelles que prévus et se laisser plus aisément dompter sous forme de slogans publicitaires que sous forme romanesque.grégoire delacourt
Des années 70 , placées sous le signe de Sautet, aux années quatre-vingt dix ,plus sombres, nous suivrons, de décennie en décennie, le parcours de cet Edouard si doué pour décrire les femmes et si maladroit pour les aimer. Itinéraire d'un ex- enfant gâté, itinéraire d'une famille tout à la fois ordinaire et si singulière, à la fois drôle et émouvant, ce roman ,qu'on devine inspiré par le parcours de l'auteur, même si on y sent parfois la patte du publicitaire qui plie les mots à sa guise, réussit à transmettre une vraie émotion, subtile et chaleureuse. Un très joli voyage dans le temps et les sentiments d'une famille. Un livre qu'on ne lâche pas.

Par l'auteur de La liste de mes envies (clic)

04/09/2012

Glacé

"Servaz fut aussitôt sur ses gardes: il se méfiait instinctivement des gens élégants au sourire trop facile."

Dans une vallée encaissée des Pyrénées, en plein hiver, des ouvriers d'une centrale hydroélectrique découvrent le corps sans tête d'un cheval accroché à la falaise. Vision d'horreur qui n'est pas sans correspondre à l'atmosphère pesante que la jeune psychologue  Diane Berg va découvrir dans le centre psychiatrique de haute sécurité à quelques kilomètres de là.bernard minier,thriller
Commence alors pour le commandant Servaz, une enquête qui le mettra à rude épreuves (il est sujet au vertige et phobique des chevaux) et lui permettra de mettre au jour de vieilles histoires de contes de fées bien sinistres.
à la croisée des Rivières pourpres pour l'ambiance  (très bien rendue) et du Silence des agneaux, Glacé réussit à tirer son épingle du jeu en croisant, sans jamais en perdre le fil (ni son lecteur en route) plusieurs intrigues parfaitement agencées. Les personnages sont bien campés et  facilement identifiables. On regrettera pourtant l'aspect "increvable" du héros qui bien que , ultra fatigué, blessé, drogué, se lance sans broncher ou presque dans une course poursuite endiablée après s'être passé juste un peu d'eau sur le visage*, mais bon cela semble être la loi du genre aussi bien dans les romans que dans les films.
Ceci étant, Glacé est un thriller qu'on ne peut pas lâcher avant la fin et dont j'attends la suite avec impatience (c'est prévu pour octobre !).

* Ah les pouvoirs de l'eau de la Comminges ! (une région que j'aime beaucoup et que l'auteur a réinventée avec brio)bernard minier,thriller

 

Merci Cathy !:))

Glacé, Bernard Minier, Pocket 2012, 725 pages qui filent à toute allure !

Et un de plus pour le challenge de Liliba !

03/09/2012

Que nos vies aient l'air d'un film parfait

"Des mots qui forcent le passage, qui entrent dans la tête pour t'obliger à faire ce qu'ils disent..."

Un petit frère, une grande soeur, victimes collatérales du divorce de leurs parents. La mère , peu équilibrée et très manipulatrice, le père , aimant mais dépassé par les événements, la soeur, qui bien malgré elle va causer l'éloignement de la fratrie, prennent tour à tour la parole. Chacun présente sa version des faits, seul le cadet se tait. Pendant de longues années. La dernière partie du roman , sous forme de lettre viendra remettre en perspective cette séparation.carole fives,divorce
Très peu de pages, 119, mais une émotion à fleur de peau et une écriture qui tord le coeur du lecteur. Un livre  avec en toile de fond les années 80 et en bande sonore les ritournelles pop sucrées et légèrement désenchantées de cette époque. Un de mes coups de coeur de cette rentrée littéraire !

Que nos vies aient l'air d'un film parfait, Carole Fives, Editions le passage 2012.

Du même auteur: clic et reclic !

 

29/08/2012

Marcus

"Mais mon petit dictionnaire de la vie s'appelait Marcus."

Hélène, toxicomane, avant de mourir, a confié son fils, Marco dix ans, à son meilleur ami, Pierrot. Ce dernier, la trentaine,mène une vie laborieuse sur les marchés de la région lilloise et devenir père de substitution ne figurait certes pas à son programme. Mais la fraternité et le soutien de ses amis vont aider ce célibataire au coeur tendre à faire une place à ce gamin craquant,et l'on se plaît à rêver de bonheur. Jusqu'à ce que le passé rattrape Pierrot.pierre chazal,ensemble,c'est mieux
Les grincheux souligneront le scénario cousu de fil blanc mais ils se priveraient ainsi d'un roman lumineux qui peint, sans misérabilisme ni guimauve le monde des petites gens, ces "graines "... qui se changent tout de suite en herbes folles .[...] On passe la tête entre les dalles, on s'accroche comme du lierre aux pierres qu'on trouve. Parfois on tient, parfois on décroche. ça dépend pas que de nous, mais il faut faire comme si."Il y est beaucoup question de chaleur humaine et de familles qu'on se bricole quand la vie n'a pas toujours été généreuse, le tout raconté dans dans une langue mêlant registre familier, courant , émaillée de quelques régionalismes.
Si la troisième partie connaît une petite baisse de rythme, lançant une intrigue secondaire qui ne débouchera pas sur grand chose, on reste néanmoins scotché par ce livre généreux, fluide et dont on l'impression d'avoir déjà croisé les personnages dans un quartier populaire lillois. Un roman tendre, facile à lire (et ce n'est pas une critique) qui fait passer un excellent moment !

Marcus, Pierre Chazal, Editions Alma 2012, 328 pages qui se lisent d'une traite !

Et hop pour le challengeVivent nos régions de Lystig ! pierre chazal,ensemble,c'est mieux...,

24/08/2012

Un week-end en famille

"Une civilisation nouvelle se faisait jour. Elle aurait pour mot d'ordre une médiocrité de tous les instants. La seule solution serait de construire un barrage et d'engloutir la région."

"Je venais de me marier avec Aurélie à Las Vegas, dans la foulée d'une perte monumentale au poker, en me disant qu'il valait mieux rassembler toutes les conneries possibles sur un seul jour." Excessif le narrateur ? Croyez-vous ! Et ce n'est que le début d'un Week-end en famille où il fera la connaissance de sa belle-famille et de la peu riante région de Samouse. Le vendredi, , il est pourtant plein de bonne volonté , mais  que voulez-vous, son beau-père et lui vivent sur deux planètes différentes et rapidement ce que les autres considèrent comme du cynisme et le héros comme "quelques saillies de moraliste modéré" va se donner libre cours ! Il aura beau gober des Zolpidem pour calmer le jeu, la situation va très rapidement partir en vrille et prendre des proportions cataclysmiques , avec un zeste de mysticisme dominical pour couronner le tout !françois marchand
Accrochez vos ceintures et dévorez illico ce roman, à la croisée de Fantasia chez les ploucs et de Delivrance ,qui brise "les idoles les plus sacrées" à savoir la maison et la voiture, et de manière générale s'en prend à "tout ce qui fait de l 'homme moderne un esclave aux mains des usuriers."Un jeu de massacre totalement politiquement incorrct (et donc jubilatoire), le tout en baguenaudant à Andouillé, Carbonnat-les-Cayrouses ou Barais-Bussoles, des noms de localité plus vrais que nature !
De plus, le décalage entre le récit imposé au lecteur par le narrateur et les fragments de réalité qui parviennent à surnager est totalement hilarant et l'on ne peut lâcher ce roman qui dézingue à tout va !

François Marchand confirme ici son talent de manière magistrale !

Du même auteur : clic !

Un week-end en famille, François Marchand, Le Cherche-Midi 2012, 112 pages qui dépotent ! ....,

22/08/2012

Acharnement

"dans le plaisir, également, quelque peu fébrile et  grisant de manier des paroles qui détiendraient la puissance de se transformer en faits, de nommer (car tel est l'apanage de la langue du pouvoir) des actes et des décisions qui auraient une incidence directe et concrète dans le réel."

Longtemps speech writer d'un ministre,Müller vit désormais retiré à la campagne. Là, entre feuilletons télé et verres de Chartreuse,  il tente de composer Le discours parfait.Sa solitude est à peine troublée par la présence quasi mutique de son jardinier, Marceau, seul lien qui le relie au village voisin. Pourtant,la tranquillité des lieux sera brisée par des suicidaires qui viennent se jeter du viaduc surplombant le jardin de Müller.513Jb7kc6NL._SL500_AA300_.jpg
Commencé de manière quelque peu austère, Acharnement prend rapidement son rythme de croisière et brosse par petites touches d'abord, par grands pans ensuite, le portrait d'un homme, praticien de la langue et  observateur lucide des moeurs politiques actuelles. Ceci nous vaut quelques portraits au vitriol de politicards tocards, quelques scènes croquées sur le vif mettant à jour la fatuité et l'histrionnisme de certains, morceaux de bravoure forcément réjouissants. Pour autant, même si l'on peut facilement mettre des noms sur certains personnages , tel n'est pas l'essentiel.
En effet, c'est surtout à l'usage dévoyé de la langue que s'attache l'auteur, fustigeant ces hommes politiques qui méprisent leur auditoire, auquel "il n'est même pas besoin de s'adresser en disant ce que l'on pense, mais simplement, ce que l'on croit qu'elle (cette masse) veut entendre, c'est à dire une adjonction de stéréotypes et de slogans, de tournures immuables , de grandes considérations morales creuses et d'émotions primaires". Aux speech writers d'alimenter en allocutions et réponses toutes prêtes, en bouillie de mots, ces hommes qui , dans la colère peuvent parfois se lâcher dans "une longue diatribe informe, décousue, mue par une rage sanguine et syncopée, traduisant (...) la bousculade des idées et des sentiments dans [leur] esprit" avant de retrouver leur self contrôle.
Le style est ample, le vocabulaire soutenu et le décalage, entre l'univers de Müller et celui du monde politique qu'il a quitté ,radical. Un roman acéré et vif, un regard nécessaire sur le monde politique actuel.

Un de mes coups de coeur de cette rentrée !logo-libflybis.gif

Acharnement, Mathieu Larnaudie, Actes Sud 2012, 199 pages corrosives.

Lu dans le cadre de l'opération On vous lit tout , organisée par Libfly et le Furet du Nord . Merci !  1795.jpeg....

16/08/2012

La dernière nuit de Claude Eatherly

"C'est comme un sujet sur une photo qui n'arrêterait pas de bouger. (...) J'arrive pas à le saisir."

Quand la jeune  photographe-reporter Rose Carter croise la route d'un certain Claude Eatherly en 1949 au Texas, elle est loin de se douter que ce vétéran de l'armée de lair occupera ses pensées pendant trente ans.
Fascinant, insaisissable, joueur de poker à ses heures- et peut être même au-delà- cet homme est le pilote de l'avion qui s'est assuré des conditions météo avant le bombardement d'Hiroshima. Mais le retour à la vie civile est loin d'être glorieux et, torturé apparemment par la culpabilité, Claude enchaîne  petits braquages et séjours en hôpital psychiatrique.marc durin-valois,bombe atomique
La description de la relation trouble qui s'établit entre les deux protagonistes est finement analysée, riche en rebondissements et passionnante. Les informations sur l'utilisation de l'énergie atomique et ses conséquences, dans le monde de la guerre froide sont tout aussi  éclairantes et c'est un pan entier de l'Histoire qui renaît ici à travers la vision sélective de Rose Carter.
Le style est impeccable, riche en notations dûment soulignées, et le temps passe trop vite en compagnie de Rose et de Claude. Un excellent cru !

La dernière nuit de Claude Eatherly, Marc Durin-Valois, Plon 2012, 340 pages.

L'avis de Clara

Celui d'Ys.

....