Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/06/2010

Poète et paysan

"Je ne sais même pas me rendre heureux."

318Oqh9RGkL._SL500_AA300_.jpg

Pour une jolie fille de fermier, le narrateur abandonne ses études de cinéma et s'improvise agriculteur chez ses futurs beaux-parents.
Las ! Si la bonne volonté ne manque pas, la maladresse de l'apprenti paysan et le décalage entre les tableaux champêtres de Rosa Bonheur et le tracteur orange pétaradant  auront tôt fait de le décourager !
L'humour de Jean-Louis Fournier n'arrive pas ici à contrebalancer sa vision très noire de l'existence, qui se teinte ici a posteriori d'amertume.
De jolies pages sur les vaches ou des anecdotes comme celles du "champ frisé" labouré dans tous les sens ne parviennt pas à dissiper une atmosphère parfois teintée de rancoeur...
On attend vite le suivant pour oublier cette semi déception.

16/06/2010

Rien ne va plus

« Ci-gît Aurore, noyée dans le philtre.»

Aurore, maintenant en classe de Seconde, doit jongler entre ses fiches de lecture (hilarantes), sa famille avec , entre autres, une soeur qui rentre dans le rang et une autre qui entend tout régenter, sans oublier son groupe.41K820Xpg7L._SL500_AA300_.jpg
Et l'amuuuuur dans tout ça ? Il est toujours au centre de ses préoccupations mais notre chère Aurore va aussi se lancer dans l'écriture de chansons, voire de chansons « engagées » car un embryon de conscience politique va lui naître...
Aurore s'émancipe aussi : elle sort (un peu), elle boit (trop) mais une seule fois et se frotte même au monde de la télévision, mais là où Marie Desplechin donne toute sa mesure c'est dans la description d'une semaine de vacances chez des gens trop parfaits et proprement atroces.
Je n'ai pas cessé de m'esclaffer et de rire en suivant ce qui est suggéré comme le dernier tome du journal d'Aurore, un final en beauté donc !

Emprunté à la bibliothèque.

Rien ne va plus, Marie Desplechin, Ecole des loisirs 2009 , 326 pages.

10/06/2010

Rester vivante

"Les mots ont été pires que les coups."

Coincée entre une mère passive et un père qui entretient une relation trouble à la sexualité, Josepha, fille unique, peine à ajuster son corps et ses idées. Elle bride ses mots car "Si je commence à dire ce que je ressens, ça fera un massacre." Il lui faudra aller vers les autres pour Rester vivante.41SW2eDDQbL._SL500_AA300_.jpg
Catherine Leblanc a su trouver les mots pour dire le mal-être de cette adolescente, la violence et la tendresse qui se succèdent à la seconde, la révolte et la léthargie qui caractérisent souvent cette période riche en montagnes russes. A plus de trente ans de distance, j'ai revécu au plus profond les sensations et les sentiments qui se bousculaient alors en moi. Une drôle d'expérience !
La couverture sobre, presque épurée de cette nouvelle édition s'ajuste parfaitement aux propos de l'auteure.

Rester vivante, Catherine Leblanc, Actes Sud junior 2007 , réédition 2010 , 109 pages qui sonnent juste.

06/06/2010

Quatre soeurs

Cet été d'aucuns reliront Proust, l'auteur qu'on ne semble jamais lire mais toujours relire . Perso, c'est avec un très grand plaisr que je glisserai sous mon siège de voiture pour que l'Homme ne pousse pas des cris d'orfraie en voyant les 609 pages qui vont alourdir sa voiture ( il est vrai qu'elles ne seront pas les seules mais il y a aura les officielles et les clandestines...) des Quatre soeurs de Malika Ferdjoukh.
Quatre soeurs et autant de saisons regroupées en un seul volume, appétissant et dodu .518u8GdGMoL._SL500_AA300_.jpg
Quatre soeurs, comme les filles du Dr March, Enid, Hortense, Bettina et Geneviève , plus la soeur aînée Charlie qui est sur tous les fronts depuis la mort de leurs parents et tente, vaille que vaille , d'avoir aussi une vie personnelle avec son amoureux , Basile.
Tout ce petit monde vit dans une grande maison pittoresque et pleine de charme même si la chaudière ferait mieux de fonctionner un peu plus. Les âges très disparates des soeurs permettent un bel éventail de portraits débordant de charme et d'humour. C'est la vie qui se donne à voir dans une écriture pleine d'allant et de peps . Savoureux !
Un (gros) petit bonheur à ne pas rater !

04/06/2010

Série Z

"Numérote tes escarres, ça va saigner."

Féru de films de série Z, Félix Zac, adolescent attardé et néanmoins père de famille, commence beaucoup de scénarios, sans jamais les terminer.Un jour pourtant, notre anti-héros achève L'hospice de l'angoisse qui se déroule dans une maison de retraite où cabotinent à qui mieux mieux de vieux acteurs n'ayant jamais accédé à la gloire. Hélas, la réalité va rattraper la fiction et les cadavres du scénario vont tout à fait correspondre à ceux des pensionnaires de la Niche saint-Luc , là où Félix avait précisément situé l'action de son film ...
"Auteur en roue libre, lecteur rend ton livre !" ,prévient , sentencieux, M. hubert C. de knokke-le -Zoute, qui, mis en abîme supplémentaire ,lit le roman en même temps que nous, mais heureusement lui même finalement ne suivra pas ce conseil car auteur en roue libre , livre hors calibre !51ht3igy4dL._SL500_AA300_.jpg
Un récit où les péripéties se succèdent en cascade, où les dialogues sont plein de verdeur (les retraités ne possèdent peut être plus leur dentition d'origine mais ils ont cependant la dent dure et même perclus d'arthrose sont dotés d'une énergie à toute épreuve!), où les clins d'oeil aux vedettes de la série Z se faufilent en douce aux coins des rues, où les titres mémorables titillent notre mémoire,ne peut que séduire le lecteur, entraîné dans un tourbillon qui ne l'essouffle même pas !
Félix, homme un peu falot au départ, noyé qu'il est dans un gynécée dont la plus jeune représentante, à savoir sa fille Zoé n'est pas la moins intrépide , va nous réserver bien des surprises. Animateur de blog pour les fondus de nanars , il analyse les thématiques de ces séries Z avec un angle à chaque fois original et hilarant. Qui aurait cru que Max Pécas était "le cinéaste français qui a le mieux su exprimer le carpe diem antique "? ou que "L'hystérie funésienne *reflète l'angoisse métaphysique de l'homme confronté à la disparition de ses repères et à la naissance d'une nouvelle société dont il se sent exclu, et qu'il identifie donc à al barbarie. Tout mais 68  est là, dans les tics de l'adjudant Cruchot devant une jeunesse qui dit merde à l'uniforme en exhibant ses blanches fesses . CQFQ." ?
On sent que l'auteur connaît lui-même par coeur ces films et qu'il éprouve pour eux et leurs acteurs une grande tendresse, tendresse qu'il nous fait partager tout au long de ces pages pleines d'humour et d'énergie. Un livre qui donne une folle envie de regarder cet été quelques uns des titres  gratinés évoqués dans Série Z !

* De Funès et ses fameux gendarmes !

Série Z, J.M. Erre Buchet-Chastel 2010 , 364 pages.

Merci à Guillaume et à Katya de Babelio et aux éditions Buchet-Chastel.ico_critique.jpg

Keisha a beaucoup aimé !

Brize aussi !

Pickwick en rit encore !

03/06/2010

Quand mon frère reviendra

"Au jeu des échecs, il avait été le roi."

Philippe, le frère aîné de Lia a disparu. Six mois d'attente et d'angoisse pour sa mère, son beau-père et sa soeur, la narratrice. Quand le fugitif revient, le bel ordonnancement de cette famille va se trouver remis en question.5125EJXnPsL._SL500_AA300_.jpg
Quand mon frère reviendra dévoile, sans jamais prendre parti, les fondements de cette famille presque parfaite aux yeux des autres. Fruit de la volonté sans faille de la mère cette perfection ne pouvait que se fêler, voire sombrer.
Le regard à la fois tendre et acéré de Lia nous dévoile peu à peu les rouages de cette constellation familiale sans pour autant en faire un "cas d'école". Quant aux motifs de la fugue de l'adolescent, ils ne seront pas totalement élucidés, ce qui confère beaucoup de justesse au roman. Pourquoi vouloir expliquer ce que le principal intéressé a du mal à formuler ?
Une écriture sensible et belle, une oeuvre dont j'ai envie de poursuivre la découverte.

Quand mon frère reviendra,Isabelle Collombat, doAdo, Le rouergue, 2009, 249 pages sans mièvrerie.

L'avis de Sylvie qui vous mènera vers plein d'autres.

29/05/2010

Le tueur à la cravate

"Il tuait tous ceux qu'il aimait."

Tout part d'une photo de classe que la jeune Ruth va déposer sur le site perdudevue.com. Son objectif? Différencier les jumelles Eve-Marie et Marie-Eve, respectivement sa tante et sa mère, décédées à vingt ans d'intervalle, la première ayant été assassinée par le mystérieux Tueur à la cravate.51SxoNqOKtL._BO2,204,203,200_PIsitb-sticker-arrow-click,TopRight,35,-76_AA300_SH20_OU08_.jpg
Bientôt d'anciens condisciples des jumelles vont se manifester et tout l'univers de Ruth et de sa petite soeur Betsabée va être chamboulé. sans compter que de nombreux indices concourent à désigner leur père, Martin Cassel, comme étant l'assassin...
Dans son journal (qui s'arrête à la date du 25 mais alors que le roman sera achevé le 3  septembre 2009), Marie-Aude Murail déclare: "J'ai opté pour une intrigue à la Higgins Clark(...) mais avec une problématique adolescente."
Sans doute est-ce pour cela que je n'ai pas été totalement séduite , ni par l'intrigue trop prévisible et mécanique, ni par les personnages qui manquent singulièrement d'humanité et d'intérêt. Il m'a d'ailleurs fallu trouver un moyen mnémotechnique pour différencier une bonne fois pour toutes qui d'Eve-marie ou de Marie-Eve était le "gentille" jumelle.
A trop vouloir traiter de thèmes différents, à trop vouloir accumuler les soupçons sur un personnage central trop peu charismatique, le lecteur attend passivement que les choses passent...

Le tueur à la cravate, marie-Aude Murail, Ecole des loisirs Médium 2010 , 362 pages à réserver aux ados? ou aux amateurs d'intrigues bien carrées.

l'avis de Clarabel (le 13/5)

 

26/05/2010

Papier machine

"N'importe quelle infirmière pouvait me remplacer à la clinique, aucune n'était capable d'écrire ma page 40."

Parce qu'elle vient de perdre le père de sa fille et de se fâcher avec sa plus vieille amie, la narratrice (donnée comme double de l'écrivaine) se lance dans un nouveau roman, une plongée dans le passé.51dNKFrT8tL._SL500_AA300_.jpg
C'est aussi l'occasion de revenir sur le cheminement qui l'a conduite à l'écriture, de voir comment une infirmière s'est autorisée, à partir d'un atelier d'écriture déclencheur, à libérer sa créativité, comment elle a dû batailler pour assumer sa vie de maman solo, combinant les rôles de baby-sitter et d'écrivaine, non sans humour.
Papier machine dépeint également un amour qui va se déliter car son compagnon , après avoir encouragée la narratrice, va très mal supporter de se voir incapable d'écrire à son tour...
On retrouve ici toute la fraîcheur de Fred et Mathilde, ou d'Une petite fête sur la planète, l'écriture coule, fluide et sensible et l'on ne peut rester de marbre devant ce roman qui devrait donner la pêche à tous ceux qui ont envie de se lancer.

Papier machine, Corinne Roche, Helloïse d'ormesson 2010 , 185 pages.

23/05/2010

Nous n'avons pas d'endroit où vivre

"Je cherche à me détacher."

Manuel, jeune écrivain français, est invité en Namibie pour ainmer un atelier d'écriture avec des élèves du township. Là-bas, il découvrira la violence, des exilés volontaires ou pas et une ville marquée par l'apartheid.51ZcmROJlCL._SL500_AA300_.jpg
Ayant vécu deux ans en Afrique (il y a vingt ans!) j'ai retrouvé, la violence en plus, l'ambiance de ces villes africaines écrasées par le soleil et l'ennui en fin de semaine. les invitations entre expatriés, les excursions qui tournent à vide...
J'ai juste regretté que l'atelier d'écriture ait été effleuré mais bon la durée très brève de l'intervention explique cela.
Il ne me restera pas grand chose de ce livre, il faut bien l'avouer, juste quelques images, une ambiance.

Merci Cuné !

13/05/2010

Tim-sans -dragon

Tim-sans-dragon mais pas sans courage, va entreprendre un périlleux voyage pour retrouver son père, exilé par le tyran, Reuter.
Dans sa quête, il sera aidé par Amok, le délicieux poussidragon que sa mère lui a offert.51NAhb+GR3L._SL500_AA300_.jpg
Agnès Laroche, dans ce roman jeunesse, renouvelle avec bonheur les thèmes et figures éternels du conte initiatique. Son héros, à qui j'ai trouvé une certaine parenté avec l'Arthur méprisé du film Merlin l'enchanteur, est doté d'une mère dresseuse de dragon qui sait allier tendresse, courage et fierté. Un très beau personnage féminin ! Quant au poussidragon, il se révèle un auxiliaire plein de ressources et apporte une touche d'humour avec sa dénomination oxymorique. Tous les personnages sont bien campés et ne sombrent pas dans la caricature. On pense parfois aux aventures de Pinocchio quand Tim rencontre des gredins de comédie et ces références ne gênent en rien la progression fluide du récit.
Agnès Laroche a choisi l'exigence pour ses jeunes lecteurs et son écriture file à toute allure .
On passe un excellent moment que l'on ait une ou plusieurs fois dix ans !

Tim-sans-dragon, Agnès Laroche, Editions Oskar jeunesse 2009, 196 pages .

Lu et chaudement recommandé par Ferdi (10 ans et demi).

Le site de l'auteure.