Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/09/2009

En retard pour la guerre/ ultimatum

1991. Israël vit sous la menace d'une attaque chimique irakienne. Des masques à gaz sont distribuées à la population à qui l'on enjoint aussi de  fabriquer des chambres hermétiques pour se protéger. Dans cette atmosphère  de fin du monde,  certains font la fête, d'autres s'apprêtent comme Tamar à donner la vie, d'autres enfin comme Constance, la narratrice, jeune étudiante française,  se sentent en complet décalage , en retard pour la guerre. En retard pour tout d'ailleurs. A vingt-cinq ans, Constance n'a pas terminé ses  études, vit de petits boulots, et n'arrive pas à se dépêtrer de l' "amour grimaçant" qu'elle éprouve pour un peintre, qui la malmène et voudrait se faire entretenir par elle.Peut être est-ce aussi parce que la jeune fille se sent engluée dans des souvenirs glauques...
De Valérie Zenatti j'avais déjà lu et aimé  Quand j'étais soldate (pas de billet) et c'est avec plaisir que j'ai  retrouvé une narratrice à la fois en empathie avec ce  pays si particulier et en même temps en léger décalage,  ce qui lui permet une vision à la fois amusée et tendre.On trouve dans ce roman une écriture à la fois légère et précise, de fort jolis passages comme celui-ci ""Il faudrait avoir le pouvoir de  s'inventer des souvenirs, des vrais, on les créerait à rebours pour s'y blottir, et ce ne seraient pas juste des histoires racontées le soir, dans le noir,  pour se consoler, se rassurer...", des personnages hauts en couleurs comme ce boutiquier qui appose sporadiquement cet écriteau sur la porte: "Fermé pour raisons personnelles qui ne regardent que le propriétaire", le tout scandé par des chansons de Serge Gainsbourg...Un roman tendre.51bnJciIc-L._SL500_AA240_.jpg

Ultimatum/En retard pour la guerre, Valérie Zenatti, Points Seuil 2009, 172 pages.

L'avis de Laure.Celui de Clarabel.

Et Cuné !

23/09/2009

Petit éloge de la vie de tous les jours

"Ces gens dont je souris témoignent seulement de ce que je suis" est-il écrit en 4 ème de couv'.  Et de nous infliger d'affligeants dialogues "croqués sur le vif" avec une mère qui se gargarise  du prénom de son fils "Sean" prononcé "Chaune",  d'un boucher qui fait preuve d'un humour lourdingue à  devenir  illico  végétarien, sans oublier deux hommes endimanchés,  qui dissertent  à n'en plus finir sur  la différence entre  "cuit" et "à point". Entre temps, on sera allé voir  un champ de pommes de terre, on aura écouté des gens éméchés opposer les mérites respectifs des  vaches du département  de l'Aisne contre celle des Ardennes, ou subi le  dialogue d'un vacancier relatant un repas pantagruélique qui  ne lui aura coûté que cent francs à un interlocuteur dont  la principale intervention  se résume à "tain".41O2ky9VsLL._SL500_AA240_.jpg
On aurait juste envie de prendre à son compte un paragraphe de l'auteur et de l'appliquer à son livre :  "Pendant ce temps,  je me  travaillais  l'appétit aux boulettes maison.Elles étaient molles comme des chiques  de  bouse et contenaient moins  de  chair  que de  vieux pain trempé  à l'eau. Chaque bouchée m'inspirait la même et unique pensée :

"Un pas de plus vers la mort."

Allez plutôt faire  un tour  Au bar des habitudes ou dans La belle maison !

21/09/2009

La donation

"Et nous lui en voulions de démolir chaque jour notre vie."

A l'occasion d'une donation entre vifs, la narratrice commence  une lettre à ses parents pour les remercier.N'y parvient  pas. En effet lui reviennent en mémoire  les souvenirs d'une enfance sous le signe de la Psychose  Maniaco Dépressive maternelle, où la narratrice et sa soeur souffraient en quelque  sorte de "PMD passive, un peu comme on parle de tabagisme passif." Et de s'interroger sur les sens de ce don :51-rCcAaVqL._SL500_AA240_.jpg
"La donation est-ce aussi  cela? La transmission du gène du doute. Du doute de soi, vertigineux. Je me suis toujours interrogée sur la  réalité de ce sombre héritage. J'ai souvent voulu lire une étude sur le psychisme des enfants de mères maniaco-dépressives". Sondant les mots, citant des auteurs comme autant de  bornes sur un chemin marqué par le doute, la narratrice interroge aussi sa propre filiation: quelle mère est-elle pour ses filles ?
Une écriture toute en retenue, l'auteure tient à distance ses sentiments par différentes stratégies, qui peuvent parfois agacer, mais réussit ici un roman à la fois cruel et tendre.

La donation, Florence Noiville. Livre depoche.  118 pages.

L'avis de Solenn

 

16/09/2009

Les derniers Indiens

 

La quatrième  génération de paysans auvergnats. La  dernière. Car il ne reste qu'eux, le frère et la soeur Santoire qui mènent une vie de plus en plus étriquée , mécanique, assourdie, tandis qu'en face d'eux une tribu pleine d'énergie,d'esprit d'entreprise, une tribu bruyante, brouillonne et colorée vit pleinement.41xys4BKYgL._SL500_AA240_.jpg
Avec une grande économie de moyens, Marie-Hélène Lafon nous peint la vie  de cette famille qui s'enorgueillit d'être Les  derniers Indiens , les derniers survivants d'une époque  révolue, qui ont à peine ressenti les soubresauts de l'Histoire et ont su étouffer dans l'oeuf  les élans et les frustrations qu'ils s'imposent eux-mêmes. Seul un vêtement bien repassé et soigneusement rangé viendra peut être éclairer d'un jour nouveau tout le roman...

Les derniers Indiens. Marie-hélène Lafon.Vient  de sortir  en folio.167 pages drues.

L'avis de Baratin (qui nous manque!!!!).

Celui de Clarabel.

14/09/2009

Les étranges soeurs Wilcox 1. les vampires de Londres

Dans les rues de Londres en cette année 1888 rôdent de drôles de personnages...Seuls quelques humains  savent que dans cette ville  se déroule une guerre entre  vampires.  Quelle part vont  y prendre les  étranges soeurs Wilcox, Amber "la volontaire,  la tête brûlée  aux  boucles  rebelles" et la cadette, Luna"la  rêveuse  aux cheveux noirs"  ?51aXHMOcs4L._SL500_AA240_.jpg
Fabrice Colin excelle à recréer l'ambiance brumeuse propice aux apparitions les plus effrayantes, quelques scènes d'ailleurs m'ont particulièrement fait frémir, moi qui ne suit pourtant pas "une petite nature". Ses héroïnes  ont un caractère bien trempé et savent tenir tête aussi  bien aux vampires qu'à sherlock  Holmes .On ne s'ennuie pas une  minute même si persiste l'impression génante d'un texte trop  formaté pour vraiment emporter l'adhésion. Dans ce premier volume les soeurs Wilcox prennent leurs marques et l'on ne peut qu'espérer qu'elles sauront s'affranchir de leur carcan. Fabrice  Colin nous avait habitués à une plus grande liberté de ton et à plus d'originalité.A trop vouloir respecter les codes du genre, il affadit un peu son talent. Affaire à suivre...:)

Les  étranges soeurs Wilcox, 1. les vampires  de Londres. Gallimard Jeunesse.284 pages .

Merci Lily!!!

Mention spéciale à Cuné, créditée dans les remerciements de l'auteur !!!

L'avis,  enthousiaste, de Clarabel !

12/09/2009

Je viens de tuer ma femme

"Je vais quand même acheter des timbres, ça peut toujours servir."

Pas de suspense a priori , le titre parle de lui même :  Je viens de tuer ma  femme. Commence alors pour le narrateur une semaine d'un long monologue intérieur d'abord rageur puis apaisé et de rencontres qui vont le faire déraper encore un peu plus...
On sourit d'abord puis on se prend à s'émouvoir devant cet homme qui perd de plus en plus pied et dont la logique folle s'emballe à qui  mieux mieux.510NQ+ICYsL._SL500_AA240_.jpg
Une analyse sans complaisance des rapports humains, rapports de couple bien sûrs , mais aussi amicaux ou prétendus tels : "Laurent et moi, c'est une relation étrange qui dure depuis dix ans: je  l'appelle,  je me déplace, je pense à ses anniversaires  quand il oublie les miens, je lui  souhaite sa fête, il ignore la  mienne,je l'invite à Noël, il vient les mains vides,  je pose les questions, il  a les réponses. Je ne suis pas son ami.C'est le  mien." le tout sur fond de Michel Fugain ou de  Françoise Hardy mais attention :  "Françoise Hardy et la  scie  circulaire,  ça  se marie mal.",vous voilà prévenus ! Emmanuel Pons jongle avec l'absurde mais l 'émotion n'est jamais absente.  Du grand art ,dans un tout petit  livre par le nombre de pages: 167 , qu'on ne prêtera pas à son mari...

Je viens de tuer ma femme, Emmanuel Pons, Arléa.

Merci à Cuné et à  Amanda !

L'avis de Laure

10/09/2009

L'inattendue

L'inattendue, carnet de bord d'une grossesse tant désirée, remue-ménage intérieur, dans le corps et dans le coeur d'une jeune femme qui garde dans un coin de sa tête le décès d'un jeune frère  disparu depuis longtemps.
Comment faire cohabiter tant d'émotions contradictoires , comment ajuster sa vie  de femme amoureuse et celle de future mère?  C'est à ce cheminement que nous convie Karine Reysset, qui nous montre également à l'oeuvre son travail d'écrivain. Beaucoup de phrases non terminées, au rythme de la pensée de l'auteure qui ne noircit pas ses carnets mais choisit des  encres colorées pour avancer entre inquiétude et sérénité, au gré aussi des hauts et des bas avec celui qu'elle  appelle "mon amour" souvent et "Olivier" rarement51hV5DNBkWL._SL500_AA240_.jpg
.Alors oui,  parfois ça dérange, cette intrusion forcée du lecteur dans l'intimité d'un couple sur qui on peut mettre des visages mais la force de l'écriture à la fois rude et tendre, non dénuée d'humour, emporte les  hésitations et on se laisse flotter au gré des fluctuations des humeurs dans lesquelles ce  carnet nous entraîne.

Karine Reysset, l'inattendue, Pocket 2009, 175 pages remuantes.

Le très joli billet de Laure qui vous donnera aussi de  belles citations.

15/08/2009

Luxueuse austérité

"Il  faut savoir s'arrêter pour que la quantité de bien-être, de nourriture, de voyages, de sexe,  d'amitiés ne devienne contrainte, fardeau à porter, abus de l'autre. Dire: assez, pour ne pas  être blasé, entraîné dans une course infinie mangeuse d'énergie et jamais satisfaite. Où passe cette ligne subtile à partir de laquelle le  résultat  est l'inverse de ce qui  est cherché? Et qui  la tracera sinon l'individu lui-même, par la  méditation souvent  aride ? 
Il est des points de saturation qui ne laissent pas le temps de savourer  les plaisirs reçus, ne donnent place ni à la mastication ni à la rumination de la mémoire dans laquelle renaît le désir. Ecouter dans le silence les échos des belles heures, se refaire  avec ce  qui  a été vécu, l'assimiler, est le profit des temps ordinaires. Ils laissent aux choses vues , vécues ou lues le  temps d'agir. Ils sont levain, repos, assimilation d'hier."
51zJ9SKqbxL._SL500_AA240_.jpg

Un passage qui résume à lui seul ce que l'auteure s'attarde à nous décrire de manière pas aussi savoureuse que d'habitude....

Marie Rouanet, Luxueuse austérité, livre  de poche, 5 euros.

 

09/08/2009

La joueuse d'échecs

Un peu par hasard, Eleni va découvrir le monde des échecs et braver ainsi l'opinion de la toute petite communauté (un village grec sur une île écrasée de soleil) dans laquelle elle menait une vie tranquille de mère et d'épouse.
Les échecs n'étant pas ma tasse de thé,bien que ce premier roman ait été couvert de prix, je n'avais pas cédé à la tentation, même quand ce livre était sorti en poche. Mais la nouvelle de son adaptation au cinéma avec Sandrine Bonnaire et Kevin Kline m'a aussitôt poussée à le lire.  Et j'ai bien fait .51nL8096yEL._SL500_AA240_.jpg
Même si comme moi vous êtes totalement ignare en matière de stratégies, de fous , de rois et compagnie, vous apprécierez sans doute l'histoire de cette femme ordinaire,  qui , par un biais tout simple va trouver un petit espace de liberté dans sa vie trop étriquée. Pas d'émancipation spectaculaire, juste une vie qui prendra un peu plus de saveur...Le style est fluide et simple. Une lecture très agréable.

La joueuse d'échecs, Bertina Henrichs, livre de poche  156 pages ensoleillées.

Ps: je viens de voir la bande-annonce du film,très librement inspiré du livre, à première vue...

n'hésitez pas à m'indiquer vos billets !:)

L'avis de Al.

 

 


 

30/07/2009

Cinq bières , deux rhums,

Ah que ça fait du bien de retrouver notre" orchidoclaste"* préféré ! Sous prétexte de lui faire dégoter une bière de derrière les fagots, Gérard , le patron du bar La Sainte Scolasse, a envoyé Le Poulpe en mission spéciale dans le NORD , l'objectif étant en fait de lui redonner le moral ! Évidemment en baguenaudant entre Valenciennes (V.A pour les footeux) et Antoing (Belgique wallonne), le Poulpe va se prendre les tentacules dans quelques cadavres, en profiter pour se balader en péniche ultra-moderne, glanant au passage autant d'infos sur la fabrication de la bière que sur le traffic de l'Escaut, sans oublier d'égratigner quelques édiles locaux**.
Mortagne du Nord, cadre d'un roman policier, qui l'eût cru ? L'occasion en tout cas de(re) découvrir pour les autochtones des édifices et des paysages, de montrer les blessures mais aussi la vie qui continue malgré tout dans cette région où la nature commence à reprendre ses droits puisque des fleurs poussent dans une prairie métallicole, joli symbole d'espoir. On sent aussi que l'auteur s'est baladé dans le coin et qu'il y a pris plaisir, sachant aller au-delà des clichés , dénichant les détails révélateurs d'une exploration pédestre et non livresque. et ça fait chaud au coeur !515RVBVB-qL._SL500_AA240_.jpg
Ceux qui apprécient les enquêtes millimétrées en seront pour leurs frais (les explications finales étant un peu poussées sous le tapis) , ceux qui aiment le style haut en couleurs de Pouy se régaleront des sentences du poulpe : "Parfois il faut savoir éviter les paraphréniques confabulants et briser là avec les forcenés incantatoires ." ou des injonctions de Chéryl : "Va te faire raboter les surrénales!". Bref, un Poulpe réjouissant, ayant comme fil rouge la lecture des Habits noirs de Paul Féval dont se régale le héros et dont il nous montre la pertinente actualité, toujours aussi sombre.

Cinq bières, deux rhums (ne loupez pas le jeu de mots !), Jean-Bernard Pouy, Editions Baleine, 160 pages à accompagner d'une Mort Subite*** ?

* Casseur de c...

** Pouy sera-t-il invité au salon du livre policier ? Affaire à suivre...

***Nom d'une bière belge

L'avis de Cathe qui m'a fait découvrir ce livre !