Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/11/2010

Pieds nus sur les limaces

"Je voudrais un nouveau cerveau. Celui-là me fait trop mal. Il ya trop de bruit dedans."

La folie rôde autour du "château" incomplet qu'occupent deux soeurs : Clara, l'aînée ,qui a dû s'improviser mère de la seconde, Lily, qu'une mauvaise oxygénation du cerveau à la naissance a rendu pour le moins étrange. En effet, elle dépèce les animaux qui passent à sa portée et ne possède pas d'inhibitions, s'offrant sans barguigner aux hommes , y compris au mari de sa soeur.9782757820797.gif
La canicule rend l'atmopshère encore plus étouffante et la tension monte...
Attirée par un titre accrocheur et une couverture lumineuse, j'ai plongé dans un univers à l'écriture parfois heurtée, faisant cohabiter les registres de langue,  tout comme la tendresse qui unit les soeurs côtoie l'exaspération portée à son comble. Le malaise est persistant et efficace mais certaines scènes, à la fin,  tenant plus du grand-guignol qu'autre chose viennent casser et le rythme et la vraisemblance. Dommage.

Pieds nus sur les limaces, Fabienne Berthaud,  Points seuil  2010, 158 pages qui créent le malaise.

 

 

10/11/2010

Chroniques de l'université invisible

Des enfants télépathes ou pratiquant sans le savoir la télékinésie sont enlevés à leurs parents qui, soumis au pouvoir des kidnappeurs,oublient tout de leur existence. Les petits prodiges sont aussitôt conduits à cette université invisible où on entend bien les amener à augmenter et contrôler leurs incroyables capacités.61f8THWaoDL._SL500_AA300_.jpg
 Nous allons donc suivre trois adolescents aux caractères et aux parcours très différents dans des aventures qui les amèneront à croiser des vampires férus d'informatique mais aussi des exploiteurs d'enfants dignes de Dickens.
Le lecteur ne peut évidemment pas, dans un premier temps, éviter de penser au petit sorcier à lunettes mais le propos de Maëlle Fierpied est totalement différent et l'univers qu'elle crée n'a rien à voir avec le décor de Poudlard. Il se situe plutôt dans un ailleurs de grandes métropoles et les vampires ont ici plus valeur de représentants de minorités aux moeurs différentes et leur aspect pittoresque n'est pas vraiment exploité. L'auteure suit davantage un but pédagogique et entend montrer, entre autres, qu'il ne fait pas bon toujours pas se soumettre sans broncher à une autorité, toute apparemment justifié qu'elle soit.
Les personnages sont bien croqués et on glisse progressivement dans un univers qui n'est pas le notre mais pourrait facilement le devenir. Moi qui n'ai péniblement réussi à lire qu'un tome d'Harry Potter, j'ai lu avec plaisir ces chroniques alternant le chaud et le froid , pleine de rebondissements, un excellent divertissement pouvant déboucher sur une réflexion; voilà qui n'est pas à négliger. Un seul petit bémol : j'aurais aimé que Maëlle Fierpied lâche davantage la bride à son penchant pour les néologismes qui sont ici un vrai régal !

Réunis en un seul volume quatre livres suivis d'annexes et de notes constituent ces Chroniques de l'université invisible.461 pages à découvrir sans plus tarder.

09/11/2010

Signé Romain

"Ton absence rend triste et méchant."

Triste et méchant, Romain ? Oui, au début de cette correspondance  qui court du 30 juillet, au 17 août 2009 (une lettre par jour), on devine la colère animant cette main qui doit griffer le papier, ce tout jeune homme qui ne supporte pas que sa mère soit partie loin de lui, pour son travail certes, mais aussi pour rejoindre un homme que Romain ne supporte évidemment pas.51kfjP7eupL._SL500_AA300_.jpg
Relation qu'on devine fusionnelle donc entre la mère et le fils ,en l'absence d'un père qui ne sera évoqué qu'à la toute fin de ce roman épistolaire, dévoilant par la même occasion un secret de famille.
Alors s'il nous hérisse quelque peu ce Romain , on le voit peu à peu s'adoucir, se calmer passant de la formule d'appel "Maman ? " (dérangeant et violent ce point d'interrogation que l'on retrouve aussi dans sa signature "Ton fils ? " !) à des appellations beaucoup plus tendres.
Le portrait de la vie familiale chez ses grands-parents avec en particulier le débarquement de la famille parfaite est d'une drôlerie extrême, oscillant entre causticité et  tendresse rugueuse. Un magnifique portrait, une écriture pleine de rage et d'amour aussi et un magnifique hommage à la littérature car, avant de partir la mère a confié à son fils" "le suc de [ses]  plus belles lectures d adolescente" , soit onze livres, ce qui vaudra à Romain, une belle colère mais aussi de superbes découvertes. Un roman qui dit la nécessité de laisser à l'autre son espace, sans pour autant oublier l'amour, un roman initiatique où le personnage  est statique dans l'espace mais évolue grâce à l'écriture , à la lecture mais aussi en s'ouvrant aux autres. Magnifique !

Signé Romain, Catherine Gualtiéro, Ecole des Loisirs 2010, 86 pages pleines d'énergie.

Liste ci-dessous !

 

22/10/2010

Dans les rapides

"-mais Kate Bush d'un coup de pied, vient d'enfoncer un coin dans notre trio. "

Le Havre, les années 80. Un trio de filles qui par la magie de Blondie puis celle de Kate Bush, vont découvrir un univers où les femmes sont puissantes.51oW8q99nlL._SL500_AA300_.jpg
Une très jolie évocation, pleine de sensations poétiques et intenses, de l'adolescence. Un peu trop de retenue à mon goût mais un style chatoyant et prometteur.

Dans les rapides, Maylis de Kerangal, Naïve 2006, 113 pages  à lire en réécoutant ...The kick inside bien sûr !

Clarabel avait adoré ! un livre "Touchant" pour Malice.

51c5j57UyQL._SL500_AA300_.jpg

19/10/2010

Plage

"Mais samedi existerait-il ?"

Une femme encore jeune attend sur une plage bretonne l'homme marié et en âge d'être son père qui a promis de la rejoindre dans une semaine.plage-1.jpg
"Encombrée par [ses] souvenirs", Anne observe les gens autour d'elle et leur comportement, leurs paroles font écho et la renvoient à sa situation de petite fille tiraillée entre un père, aimant mais volage, et une mère aigrie et mal aimante.Le temps de l'attente sera finalement celui de la réflexion et quoi qu'il arrive, Anne aura enfin grandi, se sera frottée aux autres et aura pris la mesure de ses possibilités.
Il ne se passe presque rien en apparence mais jamais le lecteur ne s'ennuie en suivant le parcours de cette femme en dormance qui va peu à peu explorer son univers mental et s'ouvrir aux autres, délaissant les romans , aux titres évocateurs, qu'elle avait emportés...
Le style, tout en précision de Marie Sizun accompagne cet éveil sans tambour ni trompettes mais avec beaucoup de  délicatesse. Une très jolie découverte !

Plage, Marie Sizun, Arléa 2010, 262 pages sensibles et balayées par les embruns.

L'avis de Sylire qui vous mènera vers d'autres (le froid me rend paresseuse...)

Ps: comme Sylire, la couv' ne me plaît pas du tout car elle fait verser le roman vers la guimauve, ce qui n'est absolument pas le propos du texte de Marie Sizun.

17/10/2010

Fakirs...en poche !

 

"Un monde d'hommes se tenant maladroitement debout sur des tapis de clous, courant et se fuyant les uns les autres."

Un lieutenant,Guérin,flanqué de son fidèle stagiaire, Lambert,tous deux honnis par le restant de leurs collègues, sont chargés d'enquêter sur les suicides. Loin de se plaindre de la situation , nos deux anti-héros barbotent la-dedans quasiment avec bonheur, ce qui ajoute encore à la répulsion des autres policiers.41OTUnlrwZL._SL500_AA300_.jpg
La mort en direct d'un "fakir" américain qui donnait en spectacle ses souffrances sur une scène parisienne spécialisée dans le sado-maso va amener à paris un franco-américain retranché à la campagne dans un tipi, Alan Mustgrave. Fatalement les trajectoires des trois hommes vont se croiser , surtout quand Guérin et Lambert vont trouver des similitudes à toute une vague de suicides soigneusement mis en scène...
Ne vous fiez pas à la couverture ni à la quatrième de couv': Fakirs n'est pas du tout un énième roman policier glauque . Même s'il y est question de suicide, de torture, ce n'est jamais présenté de manière malsaine, l'auteur ayant le chic pour balancer, mine de rien , quelques assertions déroutantes: "Un chien peut-il faire interner son maître ? " ou donner à toute une liste de suicidés les identités d'auteurs de romans policiers ( Sylvie Granotier ou J. B Pouy, entre autres). Autant de clin d'oeils qui détendent- un peu -l'atmosphère.
Avec son "Columbo", tout aussi dégarni que son ara Churchill, nanti d'un imperméable jaune , qui prend frénétiquement des notes et balance sa vérité au moment où on s'y attend le moins, Antonin Varenne nous donne  un personnage paradoxalement falot et haut en couleurs. Beaucoup d'humanité et d'empathie dans un texte qui ne ménage pas ses rebondissements. Un grand bonheur de lecture.

15/10/2010

Petit déjeuner avec Mick Jagger

"Parfois les malentendus allègent l'existence."

Et favorisent les belles découvertes. Car je croyais trouver en prenant ce Petit déjeuner avec Mick Jagger
une chronique proprette sur l'adolescence, nostalgie à tous les étages et admiration béate pour le chanteur des Pierres qui roulent en prime. 51VuTz9vfWL._SL500_AA300_.jpg
C'est  évidemment tout l'inverse :un roman dérangeant car touchant à l'intime, à la fêlure d'une femme à différents âges de sa vie, âges qui reviennent parfois en vrac, de l'enfance à l'adolescence , rythmé par ces neuf petits déjeuners pris- ou non -avec Mick Jagger. Une femme qui côtoie la folie et qui tente d'organiser sa vie autour de son amour pour cet homme dont, dans sa recherche d'identité, elle envie jusqu'au nom ,qui la délivrerait de cette Nathalie Kuperman , patronyme dérangeant.Un puzzle éclaté dont l'intensité de l'écriture n'a rien à envier à celle d'une Jean Rhys par exemple.

Petit déjeuner avec Mick Jagger, Nathalie Kuperman Points seuil 2010, 104 pages pleines de vie.

14/10/2010

Fahrenheit

"Ce sont les livres qui nous possèdent."

Dans Fahrenheit 2010 (référence au livre de Bradbury Fahrenheit 451 - degré d'incandescence à partir duquel le papier brûle -), Isabelle Desesquelles raconte "l'anéantissement programmé" de la librairie où elle a "aimé habiter" . Rachetée en effet par une chaîne qui n'a pour objectif que de faire du chiffre mais pas de stock, la librairie dans laquelle elle avait tant aimé travailler et vivre devient une coquille vide , vite désertée par les clients fidèles.41Nox3-yVlL._SL500_AA300_.jpg
Comment lutter contre l'absurde et l'inhumain érigés en lois ? Comment lutter contre les livres programmés pour être des best-sellers et laisser leur chance aux livres "nécessiteux", ceux à qui le libraire va faire une petite place pour qu'ils puissent respirer et exister ?
C'est une vraie amoureuse des livres qui s'exprime ici, de l'intérieur d'un système qui a voulu l'entraver, la formater,  sa colère et ses frustrations, entremêlant son récit de citations de phrases ou de titres de livres aimés (une belle occasion de faire monter nos LAL !). Une voix qui dit la gangrène qui gagne de nouveaux pans de notre société.

Fahrenheit 2010, Isabelle Desesquelles, Stock 2010, 192 pages nécessaires.

Merci Cuné !

Un article fort éclairant ici.

08/10/2010

Bifteck

"-Reprenez-la, dit-il, elle est végétarienne."

Fils-père de sept enfants , poursuivi par un époux jaloux, le jeune boucher breton, André, doit s'enfuir et quitter le plancher des vaches pour voguer, en compagnie de sa progéniture, vers la lointaine Amérique.51qiRY43zbL._SL500_AA300_.jpg
Commencé de manière classique Bifteck s'affranchit ensuite graduellement des contraintes du réalisme pour dériver de plus en plus vers le conte ou la fable.
 Fable qui est  une véritable ode à l'amour paternel,"Elle n'avait pas encore les mots pour le dire, mais elle savait déjà, comme eux, que l'amour d'un père  a plusieurs visages , et que pas un ne l'empêcherait d'être heureuse." un amour absolu pour André qui nourrit, taille des vêtements, pétrit ses enfants, les absorbant pour ainisi dire dans un amour sans borne. Mais comme le rappelle Kahlil Gibran: "Nos enfants ne sont pas nos enfants" et le boucher qui leur tient à la fois de père et de mère devra apprendre à lâcher prise, à s'effacer...
Piochant dans les thèmes classiques du conte initiatique, Martin Provost les réinvente avec verve , nous régalant au passage d'une prose alerte et sensible. Seule la fin, trop réaliste pour le coup et trop explicative m'a laissé un arrière goût de déception. Une gourmandise néanmoins !

Merci à Brize qui en a fait un livre voyageur passé par

Clara

La sardine

Keisha

SD49

Les avis de Tamara

Amanda

Biftek, Martin Provost*, Buchet-Chastel 2010, 125 pages garanties sans morosité.

* réalisateur de Séraphine (que j'avais adoré) et qui tourne actuellement l'adaptation de Mauvaise pente, Roman de Keith Ridgway (lu avant mon blog et beaucoup aimé) avec la grande Yolande Moreau ! un régal en perspective!

 

 

 

07/10/2010

La double vie d'Anna Song

"Et moi j'ai bâti une chimère sur du sable..."

Récit d'une imposture, d'une falsifaction musicale( Anna Song , pianiste devenue culte après sa mort n'aurait jamais enregistré les disques ayant fait sa renommée), La double vie d'Anna Song est aussi le roman d'un amour fou voulant pacifier un passé douloureux.41QCZMKLd7L._SL500_AA300_.jpg
De coupures de presse en confession à multiples niveaux, le roman de Minh Tran Huy évite le côté sensationnaliste et privilégie les émotions . On avance au fil du texte, au fil des illusions et des révélations et l'on ne cesse de tourner le prisme de la "réalité" pour l'envisager sous un nouvel angle. Passionnant et prenant jusqu'à la dernière ligne.

La double vie d'Anna Song, Minh Tran Huy, Actes Sud, 2009.

Emprunté à la médiathèque.

 

 

Blog-o book