Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/05/2008

"Chacun s'appartient dans la solitude de sa peau."

"Comme si l'on remontait jamais aux sources des histoires; comme si de savoir comment elles se défont pouvait les empêcher de se défaire. De glisser vers le vide."
C'est pourtant ce  que vont faire les différents protagonistes du roman Le jour du chien, pour essayer de comprendre pourquoi Marlène a  ressenti le besoin impérieux de quitter Laurent pour"refaire sa vie"avec le vétérinaire qui a soigné son chien accidenté.41Y80N5920L
Une histoire qui pourrait être banale mais qui ,sous la plume de Marie-Hélène Lafon prend une densité et une  intensité quasi mythiques. Les secrets enfouis se révèlent à demi ,laissant au lecteur le soin  de compléter les blancs, aucun personnage n'est négligé, tous sont traités à égalité et demeurent longtemps en nous. Des mots charnus. Un vrai coup de coeur.

Merci à Anne d'avoir fait voyager ce livre
et à Val de me l'avoir transmis

L'avis de Bellesahi

24/05/2008

"Comme je l'aimais ma mère bancale"

Ainsi parle Fleur, jeune femme enceinte . "La naissance de cet enfant, ce sera un pied  de nez aux mortes de ma famille.  A cette lignée  de femmes folles et malheureuses  dont je  suis  issue. Quand  cette existence neuve sortira de moi, ce n'est pas de sa charge de plume mais  de leur  poids  à elle  que j'espère être délivrée. Avec les sourires du bébé, ses petits bruits doux, ses mots fleuris peu à peu à force de soins et d'attention,  exactement comme  pour un jardin, je pourrai broder de jolis motifs sur la trame  empesée,  béante par endroits , qui m'a servi d'enfance".410xPvF5hYL
Pas de récit revanchard mais la tentative  de s'affranchir d'un lourd héritage familial. Le roman  de Carole Zalberg, La  mère horizontale, alterne le récit de  Fleur  concernant sa  propre enfance  et ce qu'elle reconstruit du passé de sa mère et de sa grand-mère. Au sommet de cette pyramide  quasi matrilinéaire, les pères étant vite dépassés par ces femmes intenses et libres,l'arrière grand-mère Adèle qui se réfugiera dans le Sud de la France pour voir de loin  les errements de  sa fille"volatile", Emma.
Emma ,dont les  trois premiers enfants, vite devenus encombrants à ses yeux, se lanceront dans une quête éperdue d'amour maternel. L'aînée, sabine, sombrera dans divers excès avant de devenir mère à son tour et d'aimer d'une manière quasi animale mais très tendre,sa fille, Fleur. La mère horizontale est  un magnifique roman d'amour servi par une langue drue et poétique. Une vraie découverte.

16/05/2008

Les femmes et les enfants d'abord

Quel est le point commun entre Lettre à mon chien de François Nourissier, Bleu comme l'enfer de pHilippe Djian et Deux jours à tuer de François d'Epenoux ? 510UT4uLdIL
Réponse: j'ai failli tous les balancer par la fenêtre. Le seul mérite du dernier ayant été de me faire mettre le doigt sur ce qui me dérangeait dans chacun d'entre eux : la complaisance. Complaisance dans le chouchoutage de son nombril pour le premier, complaisance dans la violence pour les deux autres.
Mais revenons au roman de D'Epenoux.
Dans un premier temps, j'ai trouvé l'intrigue astucieuse: cet homme qui "pète les plombs" le week-end de son anniversaire a  finalement un raison plutôt originale de le faire mais peu crédible à mon avis. Se faire haïr pour, salto arrière,se faire d'autant plus aimer, très peu pour moi. d'autant que,si au début j'ai apprécié l'humour  caustique du narrateur, j'ai détesté la spirale de violence qui se met bientôt en place, violence dont les principales victimes sont les femmes et les enfants. Certes l'auteur prend la peine de souligner que ça lui fend le coeur au narrateur ,mais  faut pas  exagérer.Le coup de pied dans le berceau de la petite dernière  qui fait rouler à terre le bébé et le fait hurler de terreur, non là ça suffit.
"Roman dérangeant"est-il écrit sur la 4 ème de couv'.Certes. Mais quel est l'objectif de l'auteur ? Nous faire admirer sa virtuosité narrative ou se complaire dans la violence physique infligée aux femmes et aux enfants ?

(Tiens cette nuit m'est revenu le titre d'un livre noir (très noir) paru il y a quelques années et qui est la réponsede la bergère aux bergers : une femme qui se rebelle contre la violence faite aux femmes : Dirty week-end...d'Helen Zahavi.)

Anne avait eu un énorme coup de coeur pour le livre et pour le film.

Yspaddaden a aimé le film .

 

13/05/2008

Lunatic Princess

Point n'est besoin d'avoir lu récemment Les liaisons dangereuses de  Choderlos de Laclos pour apprécier le roman épistolaire de  Camille de Peretti ,Nous sommes cruels.
Deux jeunes gens,Julien et Camille (de Peretti, tiens, tiens), fervents admirateurs du classique précédemment cité, vont se donner le projet de séduire puis d'abandonner des "proies", le but du jeu étant d'obtenir des trophées écrits :courriels, lettres ,textos...qui seront bien évidemment produits comme preuves de leur réussite.
Entre-temps,nous aurons droit à d'autres correspondances qui révèleront au passage que Julien ne joue pas  toujours franc-jeu, d'où de subtils rebondissements ,et qui dévoileront en outre d'autres aspects moins noirs de Camille.
Pour se dédouaner de cette cruauté, Camille écrit à une amie : "Il faut bien se faire  les griffes quand on n'a pas eu la chance de naître avec ta bonté."  La jeunesse est en effet la seule excuse qu'on peut leur trouver, mais le jeu deviendra vite dangereux...
Traversé de  références classiques, "Le jeu de l'amour et du hasard",  "Belle du seigneur", mais aussi41JER_GjhvL Marguerite Yourcenar et Colette que sa grand-mère Nini conseille à Camille de lire"ça t'apprendrait les choses", Nous sommes cruels est aussi un livre sur la beauté et le pouvoir des lettres:"Rien ne remplacera une lettre avec du vrai papier qui a voyagé et qui peut se froisser et se plier et se mettre sous un oreiller et dans sa poche ou sur son coeur...".
Franchement, je ne m'attendais pas à être  aussi séduite par ce livre mais j'y ai trouvé des  personnages pas du tout caricaturaux, flirtant avec le désespoir parfois, mais avec panache,  "Je sourirai quoiqu'il advienne , après tout on dit que c'est la plus belle manière de montrer ses dents à son adversaire."Un récit qui s'il emprunte la forme et le fond du roman  de Choderlos de Laclos  (qu'au passage je n'avais jamais apprécié) sait très vite s'en affranchir et montre une  réelle maîtrise de l'intrigue et de la psychologie des personnages.  L'humour et la  tendresse y sont bien présents, en particulier dans la correspondance décousue, tendre sans être cucul entre Camille et sa grand-mère et cela fait du bien de pouvoir lire des phrases telles que celle-ci : "Je pense que la prochaine fois que je chercherai un boulot, je l'écrirai sur mon CV: "grande expérience des fous en tous genres". C'est un atout non négligeable." Bref une très agréable surprise, j'attends déjà avec impatience la sortie en poche du nouveau roman  de Camille de Peretti qui s'est cette fois inspirée du roman  de Perec,Les choses.

L'avis d'Antigone

09/05/2008

De l'intérêt de ne pas avoir d'écrivain dans sa famille...

J'ai dû m'y reprendre à plusieurs  fois pour terminer La haine de la famille de Catherine Cusset.Non que l'écriture  en soit lourde ou l'histoire inintéressante mais parce que j'avais la  désagréable impression  de  devenir voyeure tant le lecteur se doute que cette famille,haute en couleurs, a beaucoup de parenté avec celle de l'auteure.41HTXTP3YNL
Marie, la narratrice se met d'ailleurs peu en scène, préférant se  concentrer sur le reste de sa parentèle. Sa mère, toujours vêtue de rouge, qui a mené une carrière brillante au barreau ,mais estime que  sa vie est vide. Son père qui ne  cesse de rouspéter, n'arrivant pas à endiguer le désordre causé par ses enfants, sa femme ou sa belle-mère.
Rien ne nous est épargné de la constipation des unes  ou des autres (ou des crottes flottant dans la mer sous le nez de celle qui  vient de se soulager...), de l'apparente irresponsabilité d'une soeur qui collectionne les amants et les enfants mais entreprend à  40 ans des études de médecine.
Quant à la grand-mère, petite bonne femme  d'un mètre cinquante, elle a tenu tête aux policiers françias  venus l'arrêter pendant la  Seconde Guerre Mondiale, a  sauvé ses filles  par son aplomb mais termine  sa vie  d'une manière déchirante...
Pas de morale à ce récit, à nous de nous dépatouiller avec cette famille pas si haïe que cela-bien au contraire- et qui ressemble un peu à la nôtre...

07/05/2008

"Laisse tomber! Des mecs, il y en a partout.Un job comme ça, on n'en trouve pas tous les jours."

Sans  l'aide d'aucun réseau relationnel, Dahlia Arditi a réussi à entrer dans une grande et très chic agence parisienne de relations publiques. Là, elle va devoir affronter sa supérieure hiérarchique, Chloé de Lignan, alias Cruella, tant sur le plan professionnel que sur le plan amoureux, les deux demoiselles étant tombées amoureuses du même homme...Coup bas et talons hauts , tout est permis pour emporter les budgets des clients et le coeur du bel Adam...4192iiTFBAL
N'étant guère sentimentale,je me  suis souciée comme d' une guigne de l'histoire d'amour.Tonie Behar barbote en outre allègrement dans les clichés ( ce qui est un peu la loi du genre, mais point trop n'en faut) et j'ai même eu un mouvement de recul à la lecture de la  rencontre-ratée (dans tous les sens du terme) des deux héros. Néanmoins, quand l'auteur s'affranchit du carcan de la chick litt, on ne peut qu'apprécier la description des coulisses de ce monde du luxe.J'ai aussi été très touchée par la description de cette tribu familiale et matriarcale de l'héroïne.Ces femmes chaleureuses et hautes en couleurs entraînent aussitôt notre sympathie, plus peut être d'ailleurs que Dahlia qui est une allumeuse sans scrupules...
La scène finale, par son point de vue original, rattrape largement le début et entre les deux on ne s'ennuie pas une minute !
Un roman qui tient ses promesses : nous faire passer un bon moment.

Le site de l'auteure

01/05/2008

Marions-les ,marions-les

Ne pas se fier à la couverture sucrée du roman d'Audrey Diwan, la fabrication d'un mensonge n'est pas un roman sentimental , loin s'en faut.51zBBqZP9LL
De mariage  il en sera certes question puisque l'héroïne qui  navigue depuis sept ans  de la philosophie  à l'ethnologie  en passant par l'histoire  de l'art, trouve un job d'été dans une boutique un peu miteuse "Mariage 2000". C'est là que Raphaëlle va se jeter "avec une certaine  allégresse"  dans les  griffes de Lola, menteuse  patentée.
La dilettante qui travaille "pour qu'il lui arrive des choses" connaîtra  une expérience marquante avec cette fille débrouillarde et rusée qui la fascine.
Un style vigoureux et une vraie aisance dans la narration. Une  auteure  à découvrir  et à suivre.

L'avis plus nuancé de Laure

22/04/2008

"Chansons pour bestioles"

Les bestioles , ce sont les autres,ceux avec qui Marthe tentent d'établir un semblant de communication. Mais rien n'y fait: dès que La jeune femme apparaît, la réalité dérape subtilement jusqu'à dérailler complètement comme le train dans lequel elle a pris place au lieu d'aller à son travail.51M__MzzqVL
En effet, Marthe a décidé de changer de vie (thème à le mode) et ne fera désormais que ce qui lui plaît.
Cette difficile exigence n'est pas du tout envisagée de manière banale dans le premier roman de Cécile Reyboz. Pas d'histoire à l'américaine , triomphaliste, mais un personnage qui nous entraîne dans son univers, qui  est presque le notre mais pas tout à fait. En effet, Marthe ne maîtrise pas son corps dans l'espace et envisage celui des autres d'une manière toute particulière...
Habillée comme un évêque ou comme une putain, répétant ses prises de parole, voire les mimant, Marthe se veut critique vis à vis de ce que l'on appelle la réalité et semble en perpétuel déséquilibre.
Chanson pour bestioles   est un roman qui possède à la fois un vrai univers à la fois cocasse et poétique ,un style subtilement dérangeant et une narration habile. Une auteure à suivre.

ps: ce roman vient d'obtenir le Prix Lilas.

L'avis de Mous

11/04/2008

Où rôde le fantôme de Perec

Attirée par le titre de ce roman,, derniers vers du poème  de Perec, Déménager, j'ai entamé avec enthousiasme la lecture du texte de Lise Beninca, Balayer fermer partir.31DfReycEcL
Si le  début et la fin (vraiment originale) m'ont intéressée, je me suis peu à peu perdue dans les méandres des  réflexions de la narratrice sur ce que signifie l'occupation de l'espace.
Beaucoup  de références à Perec  qui le premier s'était penché sur la question, mais bizarrement ni le titre ni l'extrait du poème mentionné plus haut ne lui sont attribués.
je suis restée totalement extérieure à ce texte aride et sans chair.
Un grand merci à Guillaume Teisseire de Babelio qui  a tenu , très gentiment, à se substituer aux éditions du Seuil dans le cadre de l'opération Masse critique.

23703002_p

10/04/2008

La fille transparente

Bon, allez, je peux le dire maintenant, puisqu' il y a prescription: la seule chose que j'avais aimée dans Elle fait des galettes, c'est toute sa vie était ...la  couverture rayée !9782915779080
Même si celle  de Ker Violette est très réussie aussi (dans un autre genre)( n'oublions pas que Karine Fougeray a été graphiste dans une autre vie) son héroïne restera longtemps dans ma mémoire.
Excessive, cette fille qui cherche son cheval, l'est jusqu'à l'outrance.Cette sirène "qui a des écailles en elle" navigue entre terre et mer(e). Au fil de ses rencontres, les fils du passé se dénouent et le portrait se précise peu à peu. L'enfant blessée réapparaît dans Clara qui se jette avec avidité parfois sur les hommes ou les bolées de champagne...
Dans une langue très imagée, où surnagent parfois quelques clichés, scories qui auraient facilement pu être gommées, Karine Fougeray nous propose une histoire attachante dont les personnages sonnent juste. Un roman que j'ai lu d'une traite même si je n'ai pas de sympathie particulière pour les chevaux !

Le blog de l'auteure

Elles ont été emballées et ont su vaincre mes réticences : 

Clarabel

Laure