Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/11/2007

La championne du monde de la non-histoire d'amour

Toujours fâchée ,Aurore a été exilée chez ses grands-parents, le temps de laisser souffler sa famille et le temps de se métamorphoser au point de s'étonner elle même. 214WbKuKmQL
L'ado ronchon et drôle (parce que chez  les autres...) se juge "Nulle  désagréable et fainéante" mais  constate que "mes amies me préfèrent en limace. Mon avenir est dans les choux".
Marie Desplechin mêne les trois premiers quarts  de son livre à  un rythme  effréné et les phrases drôles jalonnent le parcours de  la transformation d'Aurore. Cela s'essouffle  un peu ensuite mais  les réflexions  de  notre  ronchon préférée (ches les autresn j'insiste lourdement) nous mettent le sourire aux lèvres. En prime nous assiterons même à une sorte de miracle mais je n'en dis pas plus. A lire en cas de morosité tenace, des chocolats à portée de main.

lecture tandem avec Chiffonnette !

PS:Bizarrement, je viens de demander à mes élèves (tous des garçons de plus de 16 ans) de brosser leur autoportrait, à de rares exceptions près, tous se trouvent beaux et agréables à vivre, beaucoup affirment plaire aux filles. Je ne m'étais pas rendue compte de la chance que j'avais ! :))  mais bon, je  ne suis plus une fille et ce depuis longtemps, heureusement !

27/11/2007

Emue par les mues

41W0ESA9TZLPoursuivant ma découverte de la collection "les mues" chez Intervista, c'est avec beaucoup d'intérêt que j'ai  dévoré d'une traite Le syndrome Godzilla , de Fabrice Colin.
Deux couples père-fils au centre de ce court mais dense roman . Celui de Daniel que son biologiste de père  emmène autour du monde, au fil de ses mutations. Daniel qui manifeste un apparent détachement vis à vis  de ces arrachements successifs mais va s'attacher à faire  la connaissance d'un "monstre" assis sur un banc, la tête recouverte d'un sac en papier. Par l'intermédiaire de Godzilla, le monstre-héros de cinéma , un lien va s'établir entre ces deux jeunes gens qui ont en commun le fait d'être orphelin de mère. D'abord silencieux, celui qui s'identifie à Godzilla va raconter son étrange histoire à Daniel. Une histoire d'amour/haine avec un père producteur de cinéma qui l'emmènera au Japon, autre point commun entre les jeunes gens.
L'univers de Fabrice Colin flirte avec l'onirisme et ne dissimule rien de la violence du monde, de la violence des êtres en devenir : "Maintenant j'étais un monstre en devenir. je voulais que ma mère meure et qu'elle en fasse rien d'autre.Je voulais tuer ses amants  Je voulais détruire le  monde". Cette violence qu'ils vont même jusqu'à retourner contre eux, faute de pouvoir exprimer leur souffrance autrement.
Un roman fort et puissant.

L'avis de la tentatrice Lily

15/11/2007

Coup au coeur/coup de coeur

Pour peu qu'il ait lu ait lu ce livre9782743616205


(et pourquoi pas celui-ci),
9781905460250
le lecteur sera intrigué par le titre du roman d'Alice de Ponchevielle :Calamity Jane avait deux filles. Mais il faudra la fin du livre pour qu'il prenne toute sa dimension.9782211084031
En effet, pas d'effet de manche ou de roulement de tambour dans ce roman qui avance à petits pas, pour mieux nous laisser le loisir de faire connaissance avec les deux soeurs , Elise et Rose, deux très jeunes filles aux prises avec une réalité qui les dépasse souvent , quasi laissées à elle mêmes,dans un monde violent où "manquait des valeurs féminines" .
Mais plus que les révoltes de banlieues ,qui servent de toile de fond et ne les concernent qu'indirectement, par ricochet, c'est la fragilité des êtres que nous montre l'auteure.Ces êtres qu'une trop grande douleur ou une accumulation d'accidents de la vie peut faire sombrer...
Adultes ou adolescents,ils prennent le monde à bras le corps ou se laissent parfois couler, oscillant au bord du vide, les plus courageux n'étant pas forcément ceux dont on pourrait légitimement attendre le soutien.
Deux très beaux portraits de jeunes filles  que l'on découvre progressivement,adhérant totalement au rythme de l'auteure, tout en délicatesse.
Alice de Poncheville n'édulcore pas la réalité,tout en évitant tout apitoiement sur ses personnages. On a parfois le coeur serré mais elle  refuse toute solution de facilité aux deux soeurs car "Il  y a des choses que  l'on ne doit faire que lorsqu'on a épuisé toutes les autres possibilités".
Et comme le dit Elise,la  plus jeune, " Je peux faire face à beaucoup de  choses.  je suis petite mais peut être que je comprends les gens mieux que toi".
Un très beau livre sur les liens entre soeurs et un portrait en creux des liens mère/fille qui sort vraiment de l'ordinaire.
Je ne révèle volontairement rien de précis sur l'histoire pour mieux vous laisser le plaisir d'avancer de découverte en découverte.
Un livre comme j'en ai rarement lu, tout en émotion retenue et en sensibilité. Des personnages qui resteront longtemps dans mon coeur.Un livre que toute bibliothèque se doit de contenir et une auteure dont je vais essayer de trouver vite d'autres ouvrages.

09/11/2007

Sa vie c'est des montagnes russes

J'ai beaucoup hésité avant d'acheter Darling  de Jean Teulé  qui,  à l'occasion de la sortie du film, vient de ressortir en poche. La  couverture avait tout pour me plaire et j'éprouve beaucoup de sympathie pour l'auteur mais franchement, je craignais le pire surtout que Darling existe réellement, qu'elle est allée trouver Jean Teulé  pour lui raconter sa vie. Une vie cabossée, une vie où les moments de bonheur ou d'éclaircie sont tellement rares qu'on se demande comment elle fait, Darling, pour se relever et continuer malgré tout.9782266178372
Et puis, on embarque dans l'histoire de cette femme pas aimée par ses parents, des paysans qui lui préfèrent ses frères, qui rêve d'épouser un routier, qui symbolise pour elle la liberté et l'aventure.
Elle  réalisera son rêve mais dès le mariage tout vire au cauchemar et elle  se laisse entraîner dans une spirale avilissante, jusqu'à  ce qu'elle touche le fond et trouve la force  de rebondir.
Je mentirais en disant que j''ai lu ce roman d'une traite, on a besoin de respirer entre deux, de se remettre, car on est estomaqué devant ce qui est raconté.
On est estomaqué aussi par le talent de jean Teulé , dont l'écriture souvent poétique ne sombre jamais dans le misérabilisme.Il la houspille Darling, mais on sent toute l'humanité dont il fait preuve en l'écoutant et en nous racontant cette histoire.

Ps: finalement , ce qui m'a décidée à lire ce livre, c'est une interview de l'actrice principale du film : Marina Foïs...

31/10/2007

Ne dors pas, je le veux !

"Un instant, il envisagea la confrontation à huis-clos d'une flic séductrice,d'une thérapeute marseillaise et d'un artiste déséquilibré. Il  eut envie de rebrousser chemin." Pas nous car le premier volume de "la pyramide mentale" de Thierry Serfaty, La nuit interdite est une réussite. Elle met en place les personnages dont la  psychologie sera approfondie dans Peur et encore une fois , l'auteur  se joue de nous, nous manipule avec brio tout en nous livrant plein d'informations sur le sommeil, base de cette pyramide mentale.9782253120414
Pas une minute,je n'ai soupçonné qui était le coupable et d'ailleurs à la fin du livre tous les mystères ne sont pas éclaircis...

ps:Il aurait évidemment mieux valu commencer par celui-ci mais même en ayant lu Peur en premier,je  n'avais pas toutes les clés pour comprendre, c'est dire si l'auteur est retors !

30/10/2007

Légère déception

Est-ce parce que j'avais été très enthousiaste à la lecture du premier roman de Raphaëlle Moussafir que le deuxième ne m'a pas autant plu ?41YW_izhMRL
La surprise du ton juste était émoussée et j'ai lu avec le sourire mais sans plus cette découverte des premières ébauches d'émois amoureux de Rachel.
La préface d'Arnaud Cathrine est fort plaisante à lire car elle évoque les livres qu'on ne peut pas lire en public, entre autres ceux qui nous font rire tout haut (et dans lesquelsi ls placent ceux de Moussafir).
Il ne faut également pas oublier ceux qui ont une couverture hideuse et/ou peu représentartive du contenu du livre.
Peut être faudrait-il donc songer à réhabiliter ce qui existait dans les années 70 : des sortes de protège-cahier en cuir (des liseuses) qui,quand elles étaient offertes, contenaient une boîte de chocolats,histoire de doubler le plaisir. Bon,j'avoue,je mangeais les pralines mais ne me servait jamais de la liseuse !

19/10/2007

"Attendez-vous à savoir..."

A Paris,en cette fin de guerre d'Algérie Omar, dix ans,  porteur de cartable pour le  FLN va rencontrer Raphaël, jeune "pied-noir"  rapatrié qui, sans le savoir va occuper avec sa famille, le logment que convoitait la famille d'Omar.51SFAMY1TEL
Mais les deux enfants ont plus de  points communs que ne le voudraient les événements historiques et c'est un récit à la fois tendre et drôle que nous livre ici Akli Tadjer.
Toute une époque revit sous nos yeux et au fil du roman s'entrelacent paroles de chansons et vers de poèmes, dans une fluidité exceptionnelle. On oscille tout au long de ce texte entre rire et émotions, alternant entre une leçon de baiser hilarante (page 222 pour ceux qui en auraient un besoin urgent), dont je vous livre juste un conseil essentiel :  "je ne dois pas  enfoncer ma langue trop profondément dans sa gorge car si elle rencontre ses amygdales ça peut l'asphyxier et ce n'est pas  bien" et une réalité qui reste néanmoins cruelle.
Pas de manichéisme  dans ce récit sensible et attachant (on a envie de faire la bise aux personnages et de savoir ce qu'ils sont devenus), dont je regrette juste un peu la fin, trop idéaliste à mon goût...Mais un vrai bonheur de lecture qui vous donne le sourire durablement!
Merci encore au passage à Akli Tadjer pour sa disponibilité et sa gentillesse. (Hé oui, les auteurs se déplacent même dans le Nord de la France ! )

Ce texte a obtenu le  prix Maghreb-Méditerranée-Afrique de l'ADELF- Ville de Paris et a été adapté à la télévision mais même si vous l'avez vu , précipitez-vous sur le livre !

18/10/2007

Rachel, 9 ans et pas sa langue dans sa poche...

Attirée par la  couverture et le titre, rebutée par la  4 ème  de couv' qui convoque à la fois Le petit Nicolas et Zazie dans le métro (ainsi que par le prix ,13 euro 50 pour 111 pages), j'hésitais toujours. mais j'ai sauté dessus quand je l'ai vu à  la médiathèque et j'ai bien fait !4128QHPT0SL
La  préface  d'Howward Buten m'a mise en confiance et et j'ai vite été prise par l'histoire de cette petite Rachel qui observe le monde des adultes avec acuité et impertinence,"C'est bien ce que je dis,décidément les parents heureusement qu'ils  filent pas dans leur chambre chaque fois qu'ils sont à côté de la plaque, parce que sinon, il resterait plus grand monde à table". Sa copine , Hortense n'est pas en reste d'ailleurs, elle qui constate avec une logique imparable : "Les  péchés font partie des  obligations de  l'existence, figure-toi Rachel.Si j'ai rien à confesser,soit le père Nérac sera déçu, soit il  me  prendra pour une menteuse, et je ne peux pas  trop me permettre  de  le  contrarier avant ma première communion si tu vois ce  que je veux dire."
Le  récit est rythmé  par les  séances avec Mme Blabla "psychologue pour enfants persécutés"  et on est partagé entre le rire et l'émotion , par les  efforts de Rachel pour s'intégrer tout en gardant sa liberté de ton.41YW_izhMRL

Il y avait Du vent  dans les branches de  sassafras et désormais il y a Du vent dans mes  mollets et une auteure, Raphaële Moussafir,  que je vais suivre, j'en suis certaine avec ce titre, toujours dans la collection "les mues", décidément fort riche .

(Rien que le titre m'enchante !)

16/10/2007

Bloomsbury, mai 68 , même combat ?

Titillée par l'avis  de Florinette ,  je me suis empressée de lire Le journal deYaël Koppman de  Marianne Rubinstein.41osBrjp5bL
La narratrice de ce  journal, Yaël,  enseigne l'économie à la fac et nonobstant les conseils de sa cousine Clara qui travaille dans l'édition, plutôt que d'écrire de lachick litt,effectue des recherches sur la nièce de Virginia  Woolf, Angelica.
Pas dupe,Yaël se rend bien compte que qu'Angelica lui "tend un miroir" quant à sa  ralation avec sa mère. Elle est très lucide  également en ce qui concerne ses aventures amoureuse et le comportement de  ses ami(e)s.
Alternant sourires et émotion,  parfois teinté d'un léger cynisme, ce roman est une réussite car l'auteure sait créer un univers qui n'est pas sans rappeler parfois celui de Stephen Mc Cauley. Elle dépoussière aussi au passage l'image que l'on pouvait sefaire  du groupe de Blomsbury  et éclaire  d'une manière originale l'oeuvre de David Garnett, La femme changée en renard. De l'érudition donc mais pas du tout indigeste, car les personnages sonnent justes et vrais.

13/10/2007

Portrait sensible

ça y est,j'ai dévoré en une soirée L'enchanteur et illustrissime gâteau café-café d'Irina Sasson dont je n'ai entendu parler nulle part ailleurs que sur les blogs...
9782910753665
En un peu plus d'une centaine de pages, l'auteure, Joëlle Tiano nous conte la vie de celle qui est maintenant centenaire, Irina, qui a subi les remous de l'Histoire et a vécu dans plusieurs pays, parlant plusieurs langues ,mais surtout celle du coeur.
Dans une langue poétique, flirtant avec la magie, Joëlle Tiano entrelace souvenirs et recette du gâteau, différant sans cesse la divulgation du texte complet, au gré des souvenirs d'Irina. Cela crée un effet d'attente et en même temps donne une armature solide au récit.

Je n'aime pas le café (et donc je ne réaliserai pas  le gâteau en question) mais là j'ai  été sous le charme  de  ce livre.

Merci donc à Val !

L'avis de Laurence

Ps:  comme  le hasard fait bien les  choses, je viens de trouver à la médiathèque un autre volume de la  collection "les mues".  Affaire à suivre ...