Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/04/2009

"L'essentiel est sans cesse menacé par l'insignifiant." René Char

Trois romanciers français sont victimes de manoeuvres d'intimidation (ou de tentatives de meurtres ?). Leur point commun ? Faire partie du comité secret de sélection qui préside aux belles  heures de la librairie "Au bon roman". Qui a pu fomenter toutes les basses manoeuvres dont a été successivement victime cette librairie hors du commun qui fait fi des nouveautés commerciales et privilégie la qualité à la quantité ? Dans un monde où le livre  est devenu une marchandise comme les autres, ce que certains feignent de  déouvrir, une telle exigence de qualité ne peut que susciter le rejet voire la haine...41UCbm5ku6L._SL500_AA240_.jpg

497 pages . Malgré les avis enthousiastes de Cuné, Amanda et Clarabel, mes poignets criaient grâce d'avance. Pourtant, un jour je me suis lancée  dans la lecture d'Au bon roman et...je ne l'ai pas regretté !J j'ai cormé fièvreusement les pages où se trouvaient références littéraires , citations de tous ordres ou passages complets suscitant mon enthousiasme de lectrice boulimique. Une telle librairie évidemment nous en rêvons tous et Laurence  Cossé joue sur du velours en nous la proposant virtuellement. Pourtant son roman, même s'il aligne arguments et contre-arguments, se  révèle une mine d'informations concernant le fonctionnement d'une librairie ,fait aussi la part belle aux personnages, que  ce soit Ivan , le libraire passionné,ou Francesca, la femme blessée qui joue en toute discrétion les mécènes. Nous les regardons avec tendresse se frôler, esquisser des gestes l'un envers l'autre, sans que rien ne soit dit jusqu'au jour où... Les portraits d'écrivains, chacun dans un genre  très différent, sont aux aussi très réussis. Du début à la  fin, nous sentons le grand amour de Laurence  Cossé pour la littérature, un amour dont elle sait témoigner avec ferveur et enthousiasme.

Ps: cela n'est sans doute pas un hasard si la librairie ouvre ses portes un 31 août, titre d'un précédent roman de l'auteure...

10/04/2009

"On refait toujours son enfance, on revisite les mêmes lieux, on recopie."

"Ma vie d'apprenti rebelle ou celle de dealer de shit, père de famille  ou musicien bagarreur, citoyen antisocial ou canaille acceptable...Mes différentes existences se superposent comme des plaques tectoniques, et les souvenirs remontent à la surface, radoubés par ton omniprésence à jamais pétrifiée." Ainsi parle le narrateur des Clous du fakir,star de la scène rock alternatif dont la  fille vient de mourir. Dès lors il ne rêve plus que de vengeance...41VTwScWdNL._SL500_AA240_.jpg
Le roman de Pierre Hanot est tout sauf confortable  , et c'est tant mieux. Il faut accepter de se laisser secouer par la houle de ses mots, par la houle des sentiments extrêmes qui n'ont rien de consensuels. J'ai failli arrêter ma lecture car comme le narrateur l'avoue lui même , à trop se "bronsoniser", à se muer en vengeur implacable et non politiquement correct, la saturation pointait le bout du nez. C'eût été dommage car j'aurais raté le dernier saut périlleux du récit ...Une oeuvre sombre et puissante. Dérangeante.

Les clous du fakir, Pierre Hanot, Fayard noir.

06/04/2009

"De toutes façons,ça n'est jamais ça avec maman. je ne lui conviens pas."

Une  mère, trois soeurs qui font bloc pour échapper à l'emprise  maternelle, destructrice, mortifère. La folie qui rôde et qui est repoussée ou apprivoisée. Des hommes enfin qui vont essayer de se frayer un chemin, de se trouver une place  au sein de cette lignée de femmes. Et tout autour, la forêt. Celle dont la narratrice principale, Rose tire sa force. Car chaque soeur a sa propre méthode pour tenter de se libérer et cela ne va pas sans risques...images.jpeg
Alternant les points de vue, Laurence Albert tisse un texte empreint de sensualité charnelle ,qui mêle les éléments naturels , brasse ces vies de femmes, cette lignée maternelle où l'amour a  pris des formes perverties. Il  faut se laisser envoûter par cette écriture prenante et entrer "Dans cette maison de folles où aucun homme n' a jamais vécu.".

Un grand merci à Laure pour cette découverte et pour le prêt !

L'hypothèse des forêts, Laurence Albert, éditions Delphine Montalant

19/03/2009

Refaire nos attaches

Avec Permis provisoire, Christine Stroobandt évoque sa propre enfance dans le Nord-Pas-de  -Calais, dans l'immédiat après-guerre.  Ce pourrait être misérabiliste la vie dans une cité "provisoire" avec un père français et une mère, tour à tour traitée de  "boche" ou de "peau laque", comme l'entend la  petite fille. Ce pourrait être larmoyant et c'est juste sensible et émouvant. Par  séquences courtes, comme autant d'instantanés précis et fouillés (quelle mémoire !) renaissent sous nos yeux le samedi, jour du bain avec "  des lessiveuses remplies  d'eau mise à chauffer sur la  cuisinière", car la baignoire, faute d'eau courante chaude"sert uniquement à  faire  tremper le linge".
Avec son regard d'enfant, la narratrice observe aussi des enfants qui "sont sûrement  très riches :leur mère leur interdit de sortir  du jardin."Une époque où les pauvres ont un souci  d'éducation très stricte de leurs enfants  avec "des tuteurs dans la tête pour maintenir  leurs pensées sur la ligne  de cequi doit être l'éducation."
Une évocation chaleureuse et touchante où se révèle une plume en apparence  légère mais qui sonne juste et résonne longtemps en nous.

Prix littéraire 2008 La Voix du Nord, le Furet du Nord.92 pages .

14/03/2009

Vient de sortir en poche...


Lire la suite

10/03/2009

Schtroumph grognon, le retour...#1

Après avoir adoré l'usure des jours (billet ici) je me suis précipitée sur un roman réédité car indisponible depuis longtemps et présenté comme étant"l'édition définitive",à savoir La démangeaison.
Las , j'aurais mieux fait de m'abstenir car je suis restée totalement en dehors de cette histoire d'une femme victime d'une maladie chronique et sans cause qui la force à se gratter jour et nuit tout le corps sans relâche. La 4 ème couverture annonçait que le lecteur  ne pourrait s'empêcher de terminer sa lecture " en se frottant l'avant-bras, la paume, la joue." mais rien. De marbre  je suis restée alors que Pars vite et reviens tard de Fred Vargas, m'avait obligée à prendre dade-dare une douche, persuadée que j'étais d'être dévorée par des puces.31myHOxD17L._SL500_AA240_.jpg
Trêve de plaisanterie, je n'ai retrouvé ici ni l'intensité, ni le style du dernier texte de Lorette Nobécourt et les récriminations violentes de la narratrice quant au manque d'amour et d'attentions dont elle aurait souffert enfant m'ont plutôt fait soupiré. J'ai cherché en vain une structure, les répétitions du mot "couenne"  pour désigner sa peau m'ont vite lassée et j'ai refermé ce roman abasourdie par cette violence verbale mais aussi déçue.

05/03/2009

"Le margouillat qui connaît tous les secrets d'une concession finit par devenir trop bavard."

Dans un pays africain imaginaire (sorte de condensé de  différents régimes  et de leurs modes particuliers de fonctionnement),  le secrétaire nationale du parti unique   est la victime  d'un attentat. l'inspecteur Colombo et son  adjoint Sheriff se lancent  aussitôt dans une enquête qui brasse joyeusement  polititiens vérexs,  prostituées,  clandestins exploités dans une mine de  diamants officiellement fermée, sans oublier un  noce de Blancs usés par le soleil africain et quelques crocodiles  affamés...61ospr7TUTL._SL500_AA240_.jpg
ça tire dans tous les coins, ça  explose, ça tabasse allègrement, on pense parfois à  "Fantasia  chez  les ploucs", tandis que Colombo, en digne émule de son homonyme, affronte avec panache les puissants  qui tentent  de  se mettre en travers du chemin de la vérité.
Sous couvert d'une comédie déjantée,Alain Brezault  nous convie  avec sa Noce chez les blancs cassés à  un portrait haut en couleurs et plein de verve de l'Afrique des années 80. J'y ai retrouvé avec plaisir le vocabulaire et la  syntaxe si particuliers du français d'Afrique et je me suis régalée avec un récit qui ne  s'embarrasse pas  de psychologie mais où les péripéties se succèdent à un train d'enfer!

 

Alain Brezault, la noce des Blancs cassés.Fayard noir, 266 pages trépidantes !

03/03/2009

"Un piège de verre"

Une résidence au soleil, protection absolue et sécurité garantie ,réservée aux seniors : le paradis pour Martial et Odette.
Même si "Les conviviales" (quel beau nom emblématique!) tardent à se remplir, l'arrivée de trois nouveaux voisins va vite rendre l'atmosphère électrique...51e8MhIH6vL._SL500_AA240_.jpg
Pascal Garnier, avec une joyeuse férocité, se livre à un vrai jeu de massacre, fustigeant au passage tous les travers de notre époque (jeunisme forcené, peur de l'étrange étranger...). Mais pour autant ses personnages ne sont pas des fantoches ou des symboles empesés, ils ont en arrière-plan souvent une fêlure, voire un gouffre, et pataugent un peu devant ce temps à la fois  immense et restreint qui leur est dévolu et qui ne peut déboucher que sur la mort.
Pas de côté artificiel ou démonstratif mais une galerie de personnages réjouissants, un peu nous dans quelques années peut être...

Merci au Dr Val pour sa prescription et son envoi !

Lune captive dans un oeil mort (titre peu engageant !), Pascal garnier, Zulma éditions, 157 pages jubilatoires

02/03/2009

"Les erreurs sont trompeuses."

"Le lendemain, devant la glace de la salle de bains, il y avait Solange , et il y avait une bosse. Et l'une  des deux n'était pas fière."
Si ces phrases  ne vous ont pas arraché ne serait-ce que l'embryon d'un sourire, ce livre n'est pas  pour vous. Et ce serait dommage car vous ne feriez  pas la connaissance des habitant de La Garde, petit hameau qui  abrite un vaste échantillon d'habitants à la fois tendres et loufoques, animés par des sentiments pas toujours avouables mais au demeurant fort sympathiques. Le genre  à débarquer chez vous à six heures trente du matin  parce qu'il leur manque du café pour leur pique-nique, ce qui engendrera  une amitié à la vie à la mort entre  Brune-Olive et Solange , ou à  séquestrer, pour son bien, bien sûr, une fée du ménage et de la cuisine...511vtiPkVRL._SL500_AA240_.jpg
Murielle Levraud  aime les mots, elle les caresse dans le sens du poil,et ils se laissent faire en ronronnant de plaisir, elle feint de les suivre à la trace, au gré de leur  fantaisie, mais arrive toujours à retomber sur ses pieds entre un salto arrière et une pirouette en Absurdie. Plus maîtrisé que dans son précédent roman,son récit n'en acquiert que plus de force car ils sont fort attachants, chacun dans leur genre, ses personnages ! mention spéciale aux enfants inventeurs d'araignées !

Un grand merci à Cuné pour l'envoi !

L'avis de Clarabel.

24/02/2009

Sans doute n'ai-je pas le pied marin...

En 1761, L'Utile, qui transportait une cargaison clandestine  d'esclaves,  fait naufrage sur une île inhospitalière . La cohabitation s'organise jusqu'à  ce qu'un  bateau soit construit. Faute de place ,on laisse les esclaves . On ne reviendra les chercher que quinze ans plus tard...51SKTGemUBL._SL500_AA240_.jpg

Parce que lire doit être un plaisir , parce que je ne supporte pas  d'être freinée, frustrée  dans mon élan de lectrice, j'abandonne au tiers la lecture  des  Naufragés de l'île Tromelin.
N'est pas en cause ici le style d'Irène Frain , tour à tour poétique et précis, même si j'avoue avoir été gênée par la cohabitation de mots désuets et de tournures plus modernes (voire familières) , "dégoisant" voisine ainsi sur la même page avec "un petit coup de pompe". Non ce qui a vraiment cassé mon élan , après une début très lent mais  nécessaire pour bien mettre  en place le décor  de cette île si particulière , marquée par la cruauté et l'acharnement, est cette irruption du réel et des documents historiques auxquels l'auteure  se réfère. Que ce texte soit basé sur une enquête minutieuse, je l'ai admis une fois pour  toute et je n'ai pas envie qu'on vienne me mettre les preuves sous le nez; le travail de déduction , savoir quels indices mènent à  découvrir l'identité de  l'auteur anonyme d'un des rares documents concernant ce naufrage, ne m'intéresse pas outre mesure , j'ai plutôt envie de découvrir le récit de cette incroyable aventure, sans cesse différé.

Irène Frain. les naufragés de l'île Tromelin. Michel  Lafon.372 pages.

Merci à Suzanne de Chez les filles pour  cet envoi.