Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/09/2008

Bande de vieilles taupes

"Vestiaire de rugby",ring de boxe ? Non , Cabine commune d'essayage dans une boutique de luxe.
Sous forme de dialogues enlevés, sans une ligne  de description, Delphine  Bertholon réussit le pari de croquer sur le vif, les clientes (ou clients) et le personnel  de ce magasin de vêtements féminins.41rbCTpsPmL._SL500_AA240_.jpg
De bizarres tribus s'y croisent  le temps d'un essayage:  "Celle-qui-veut-tout-pareil-que-la- voisine", les "Princesses", celles qui ont un problème avec leur corps : elles vont perdre  deux kilos, elles n'ont jamais mis  de 40  de leur vie... Elles mettent les nerfs des vendeuses à rude épreuve , vendeuses  qui prédisent  que "Bientôt les meurtres en boutique par des vendeurs excédés vont se  généraliser(...) Un mal nécessaire, quoi !".
Unité de temps, une  semaine,  unité de lieu, la cabine, ce cadre bien précis  donne toute leur force à ces mini-drames qui  se donnent à voir.
Beaucoup d'humour (et de patience) sont nécessaire au personnel du magasin pour faire face à ces clientes , telle celle-ci  qui affirme tout de  go:"-Le mohair ça grattouille l'angora  ça  peluche la soie  c'est fragile le cachemire ça  fait des bourres et le mérinos ça rétrécit.
- Vous êtes  sûre  que vous voulez de la laine?  "
.
Néanmoins  ces cabines  ont un avantage pour certaines:  "Je  ne viens pas pour acheter. mais voir  tous ces corps  défraîchis à  côté du mien, ça me remonte le moral ! Vos  cabines communes, c'est ma cure  de jouvence!". On peut quasiment  en dire autant du roman de  Delphine Bertholon  : on en sort le  sourire aux lèvres,  toute ragaillardie !

04/09/2008

"Qu'ont-ils fait de toi, ma petite pierre ? "

"Pour vous" est l'agence qu'a créée Delphine, agence  discrète destinée à  satisfaire les demandes les plus  bizarroïdes en matière de relations humaines. Scandé par les rapports circonstanciés et les tarifs de ses prestations, la narratrice, créatrice et directrice de ces prestations de services  ,  égrène les récits de ses interventions, nous raconte ses débuts quasi involontaires  ainsi que son évolution- bien involontaire- au contact d'un client tout à fait particulier qui lui ouvrira, peut être, enfin, le chemin  de la compassion.411K5m8YUeL._SL500_AA240_.jpg

D'emblée, le premier chapitre  nous plonge  dans un atmosphère opressante  quand nous découvrons  jusqu' où Delphine est allée  et ce sans le moindre état d'âme.  Pas question ici d'empathie ou d 'altruisme.  Tout est question  de tarifs. Les demandes des clients :  "Il n'est rien dont nous ne fassions commerce, la vie, l'amour,  la mort."- sont dérangeantes à plus d'un titre. Comment peut-on  se sentir si seuls et  demander à  une étrangère de mimer des sentiments ? Comment  peut-on accepter de telles demandes ? Je  ne vous les  détaillerai pas , vous laissant le  soin de  les découvrir avec  peut être  le même sentiment  d'angoisse que  celui  que 'jai  éprouvé. Certes, Delphine va évoluer mais on peut se demander si elle n'a pas vraiment loupé le coche  en chossissant de se calfeutrer  dans une telle carapace, bien à l'abri des sentiments, cette absence étant "l'âme et la colonne  vertébrale de Pour vous." Un jour Delphine va ouvrir ce qu'elle appelle elle-même, la boîte de Pandore,boîte qui rappelons-le contenait les malheurs et les maladies. Seule était restée l'espérance...
Un roman dérangeant où l'on retrouve l'écriture souple et délicate de Dominique Mainard. Un roman qui nous invite à une réflexion sur  notre  société et sur les rapports humains, nous offrant au passage une galerie de personnages plus vrais que nature.

03/09/2008

"C'est la vie qui vous tombe dessus."

Un enfant et son père , sans oublier le chien, crapahutent dans les gorges.Il ne  se passe presque rien, sauf la vie qui passe, les senteurs, la lumière, les sensations : "Je n'ai  jamais  autant savouré  cette chaleur." Puis tout s'accélère, Tom va devenir grand frère un peu plus tôt que prévu...Mais le père et le fils vont partir à la rencontre du nouvel enfant "D'un drôle de pas qui prenait son temps."41AXF9K4KPL
Hanno qui  nous dit la présentation "Ne mange pas de cerises en novembre. Et dès l'automne, il n'est plus  question  de tomates. Les  tomates, c'est l'été.  Ou alors en bocaux. Quand  on sait ça, on est à moitié paré pour la vie. On empile sur l'étagère des bocaux  de mots pour passer l'hiver."  ne pouvait que m'être sympathique. Quant à son livre, Sur  le bout des doigts, imprimé ""à  tâtons" pour le compte des Editions Thierry Magnier, il faut absolument le mettre sur nos étagères pour passer l'hiver avec  des phrases telles que  celles-ci : "Chaque jour  est une  naissance.Pour  chacun.Des fois  on  a des yeux, des fois on  n'en n'a pas. Parfois c'est les mains qu'on n'a pas, d'autres fois, le coeur qu'on a en pierre." Un livre à glisser dans la poche et à chérir.

L'avis de Bellesahi que je remercie pour la découverte.

01/09/2008

Ah mais lis, mais lis vite !

Mélie, soixante-douze ans reçoit pour la première fois pour toutes les vacances sa petite-fille, Clara, clarinette, qui va entrer  en Cm2  à la  rentrée.  En même  temps, la  vieille dame apprend qu'elle a un souci de santé mais  décide  de ne pas approfondir pour l'instant et n'ouvre pas l'enveloppe contenant le résultat de ses analyses, bien décidée  à profiter de ses vacances au maximum...
Et les  vacances  seront effectivement inoubliables pour tout le petit monde heut en couleurs  qui  gravite autour de Mélie, mamie gentiment indigne mais pleine d'amour , non seulement pour sa lignée mais  aussi  pour un vieux bonhomme qui répare tout ce qu'elle  détraque sciemmnt  dans  sa maison...9782702139226-V.jpg
Ce livre sent  bon les  confitures de prunes, l'amour  sans mièvrerie sous toutes ses  formes , évoqué  avec beaucoup de délicatesse et avec tout l'humour et la  verve déjà rencontrés dans Allumer le chat*.

Barbara Constantine  aurait pu éviter quelques facilités (faire  parler des meubles ) mais bon, on lui  pardonne car A Mélie, sans mélo est un roman qui  donne le sourire, un roman où l'on prend le  temps d'observer les bambous pousser ou une araignée tisser sa toile,  de quoi prolonger joliment nos vacances !

* annoncé en poche.

30/08/2008

Qui a deux maisons perd la raison

Entre Deauville  et Trouville, tout un échantillon d'humanité, locaux et parisiens venus tenter de profiter de leur Résidence  secondaire, s'ébattent sous l'oeil plein de malice de l'auteure, Isabelle  Motrot.51B3RGKKS7L._SL500_AA240_.jpg
Le lecteur jubile en lisant ce roman  qui ne se contente pas d'enchaîner les saynètes mais  se dote d'une intrigue fertile en rebondissements. "Bobos,écolos, aristos ou prolos", tous en prennent  gentiment pour leur grade car on  sent  une grande tendresse de l'auteure  pour ces personnages jamais caricaturaux mais dotés d'une psychologie bien nuancée. On appréciera tout particulièrement l'entrepeneur qui manie comme un homme politique la langue de bois quand ça l'arrange mais utilise à bon  escient les  expressions "clés" pour manipuler à l'envi ces parisiens avides d'authenticité pour mieux épater leurs amis. J'ai tout particulièrement apprécié les mails de Françoise, experte dans l'art de  rabisser mine de rien la propriété de ses "amis" .
Une résidence secondaire  c'est "une comptine sans fin avec des factures en  guise  de refrain"mais comme le dit si bien Catherine dans le  roman : "Je plains les cocues qui n'ont pas de résidence secondaire (...), ça  doit être  terriblement déprimant."

Un roman frais  et pétillant , plein de citations potentielles, à consommer sans modération !

ps: comme par hasard, Dame Cuné, on va fait ses courses à  Deauville  ou Trouville mais on prend l'apéro au grand Hôtel de Cabourg...

pps: est sorti en poche (j'ai lu) avec une plus jolie couverture...

 

20/08/2008

"Il fait dimanche"

"Qui a autorisé des inconnus qui ne t'ont jamais connu debout, ni parlant, ni touchant, à s'approprier ta vie  et tes secrets, à malaxer la mienne au passage dans le sens qui les arrange, pour en faire leur oeuvre?"
Comment lire (et parler) du roman de Florence Ben Sadoun , La fausse veuve, sans se sentir à son tour voyeur? Trop d'indices émaillent le texte pour que dans la figure de l'amant ,victime médiatisée du "locked-in  syndrome", on ne puisse mettre un nom sur celui qui ne sera jamais nommé, tour à tour,tutoyé et voussoyé? Alors auto-fiction qui ne dit pas son nom ? Fausseveuve_8_
Je n'ai pas lu "le scaphandre et le papillon" pas plus que je n'ai vu le film qui en a été tiré et auquel fait référence la citation citée en exergue. Trop méfiante vis à vis de ce genre d'oeuvres, trop souvent enclines à faire dans le sensationnalisme  ou l'émotion à outrance  et c'est un peu par erreur que j'ai  accepté l'offre de Violaine de "Chez les  filles" : je croyais qu'il s'agissait d'une fiction où  la narratrice s'adressait à un homme dans le coma. Un peu sur le modèle de celui-ci (vous noterez  au passage la parenté entre les couvertures). Entrer comme ça dans l'intimité de personnes réelles même si l'histoire est passée par le filtre de la narration m'a donc plutôt gênée.
Comme m'a gêné la transformation du nom de la ville où a séjourné dans un hôpital spécialisé l'amant de la narratrice. Je sais bien qu'elle n'y a aucun bon souvenir mais de là à le travestir en "Vomi",je crois  que  chaque fois que j'irai sur la plage de Berck, je ne pourrai qu'y penser.
Ces restrictions faites, on ne peut que souligner la qualité de l'émotion qui se dégage de ces lignes, tout en nuances, violence et amour mêlés, violence faite à la femme qui n'est "que" la maîtresse puisque l'aimé venait de quitter sa compagne et ses enfants. La narratrice n'est donc qu'une  "fausse  veuve" qui ,dix ans plus tard ,nous livre sa version des faits.Un livre à l'écriture souple et rêche à la fois.Un livre à fleur de peau.

Parution le 25 août.

Merci à Violaine de"Chez les filles " et aux Editions Denoël pour l'envoi.Chezlesfilles_3_

L'avis d'Aelys

de Frisette

de Lily


aelys lilly frisette

19/08/2008

Testud de mule

Cette histoire, même si l'avant-propos affirme qu'elle est "librement inspirée  de la vie  d'une petite fille.  je  ne sais pas  qui ça peut être. Pas du tout.", on se doute bien que cette petite Sybille a été un jour, iln'y a pas  si longtemps que  cela, Sylvie.51lQ9vI_hFL
Sybille et ses deux soeurs vivent seules  avec leur  mère dans une sorte de phalanstère  féminin  replié face à un "Il " menaçant.  Ou du moins leur fait-on croire que ce "Il" représente un danger. Ce  "Il"  c'est bien sûr leur père dont Sylvie, euh Sybille, fera la connaissance  quand elle sera devenue adulte.
Le  récit de cette enfance  est plein de fraîcheur et l'on  en redemanderait volontiers  sauf  que le rythme s'accélère soudain  jusqu'à la rencontre cruciale...
A chaque fois, je  me fais avoir. J'aime beaucoup l'actrice (époustouflante dans Sagan).J'aime beaucoup les couvertures de ses livres (celle de Gamines  est particulièrement réussie), mais à chaque fois, je  reste sur ma faim. En fait, ce que j'aime chez Sylvie Testud c'est sa capacité à  ne pas  endiguer le maelström de sentiments qui la submerge parfois.
Gamines est frais et charmant et parfaitement oubliable.

12/08/2008

"On va inviter la lumière"

Tristan « petit soleil en raccourci de l’histoire, enfant perdu, arrêté, bientôt âgé de dix-neuf ans, il paraît-devenu adulte. Longtemps les gens ont pensé, ma tête à couper, que j’étais un peu simple ou alors juste, un peu mal garé, oui, à la suite d’un choc traumatique. » Ce choc, c’est l’assassinat de sa mère par deux repris de justice , sous ses yeux de petit garçon de six ans. Tristan va se reconstruire peu à peu, grâce aux mots qu’il malaxe,(souvent avec humour, infusant ainsi un peu de légèreté à  un univers qui pourrait devenir oppressant : "Mon père a refusé les  cons et doléances") grâce à l’amitié de deux oiseaux et à celle de son « père-grand de rechange » , Germain. Son père, lui, se réfugie dans l’alcool. Dans un sursaut de vie, cependant , cet homme ouvrira Le cabaret des oiseaux-qui donne son titre au livre- et ce sera comme un pied -de -nez au malheur qui semble s’acharner sur cette famille. 410GVE9D6DL
En commençant ce roman, j’avais l’impression de lire un récit se déroulant au XIXème siècle, tant les faits se déroulent dans un univers hors du temps, loin du monde moderne. Là les saisons sont rudes (on retrouve la présence de la neige, même si elle joue un rôle nettement moins important que dans Déneiger le ciel , du même auteur). Les saisons sont associées à la vie intime du narrateur : « L’hiver, si j’y repense, représente une partie de moi, de ma vie lente. ». En effet, l’enfant , afin de tenir le monde à distance, pour mieux le comprendre , ou le supporter, éprouve ce besoin de se figer soudain. Il est « un acrobate, sans balancier » et il écrit « pour ne pas tomber. Pour rester vivant. », toujours les mots lui serviront de viatique.
Un style superbe au service d’un récit envoûtant. On entre avec un bonheur sans pareil et on se love dans l’univers si particulier et si puissant d ‘André Bucher.

10/08/2008

Dys et dys et compagnie

Ferdinand, dit "Bob" connaît ce qu'en termes techniques on appelle des troubles d'apprentissage, il a sa  propre logique et s'emmêle allègrement les pinceaux avec un enthousiasme qui ne peut qu'ulcérer sa maîtresse d'école ... Il jongle  avec les mots, interprétant à sa façon les expressions imagées ce qui   pimente d'une pointe d'humour le quotidien de sa maman qui  parfois , comme lui, en a Gros sur la tomate.41FOzNiKKbL
Le récit est rédigé du point de vue de Ferdinand et de sa mère, mais en creux se révèle  l'interprétation que fait le corps enseignant du comportement de l'enfant.
En refermant ce tout petit livre, j'ai poussé un énorme soupir devant les progrès qu'il reste à faire en matière d'information concernant tous ces troubles d'apprentissage. Cela évolue , bien  sûr mais encore trop lentement .
Un livre rempli de sensibilité que chaque enseignant devrait lire pour comprendre que" non, il ne le fait pas exprès !".

Merci à Laure et Cuné pour cette découverte.

18/07/2008

jeu de massacre

L'Oncle est le  raté de la famille-paraît que chaque famille a le sien-tant du point de vue affectif que professionnel. Divorcé d'une polonaise, il enchaîne les boulots improbables , ce qui donne lieu à une série de descriptions satiriques  de l' Entreprise, de l'édition,de l'armée, sans oublier un hilarant cours de l'Institut5163KCJRDEL Universitaire de Formation des Maîtres,schémas à l'appui, car bien sûr l'Oncle deviendra enseignant.
L'alcool, les femmes  demeurent ses meilleurs amis/ennemis, les psychiatres en prennent pour leur grade mais  c'est surtout sur la famille et les mères de famille que  le narrateur  de Mammifères tire  à boulets rouges dans une réjouissant jeu de massacre.
Pierre Mérot enchaîne les morceaux de bravoure  et livre un portrait drôle et féroce de notre époque. A lire quand on a  le moral dans les tongs, comme dit Val !