Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/06/2009

Le pouce d'un autre

Après nous avoir fait sourire  avec Les Poules, ému avec Pédiluve et bénitier (pas de billet), Dominique  Resch récidive avec Le pouce d'un autre.
Après l'enfance et l'adolescence  voici l'entrée dans lâge adulte, le  premier boulot (surveillant d'internat),  les  études (un peu) ,  les amis (beaucoup). Et les  amours.  mais évidemment le tout passé  à la moulinette reschienne, une moulinette joyeuse et iconoclaste. C'est "toute une faune étrange, entre  deux modes,  punk sur le retour, ex  baba-cool pas encore new wawe et skin en  attente d'un nouvel élan,  tous désespérément plongés dans le magazine Actuel" qui évolue sous nos yeux.pouce_img.jpg

Sans compter un inénarrable  Patrice , tout droit sorti d'une chanson de  Thomas Fersen"A la  fois éléphant rose  avec ses  gros sabots et ami fragile, sous-équipé pour avancer dans la vie (...) un oiseau tombé du nid, ou de nulle  part,  auquel  on s'attache", un ami  un peu bizarre, qui  a l'habitude de vivre nu, ce qui  voudra un souvenir inoubliable  à deux témoins de Jéhovah (et de grands éclats de rire au lecteur !).

C'est tendre  et chaleureux, on retrouve avec beaucoup de plaisir  le style de l'amoureux des mots Dominique Resch, qui sait les faire  sonner comme personne et on passe un excellent moment  entre  rêve d'Amérique latine et réalité nancéenne.

 

Le pouce d'un autreDominique Resch, Editions Anota, 161 pages douces et pétillantes.

19/05/2009

"Je ne suis plus qu'un occupant du monde."

C'est à une expérience étrange que nous convie Olivia Rosenthal dans son texte On n'est pas là pour disparaître : écrire sue la maladie de A.; Comprendre Alzheimer. D'autant que l'auteure l'annonce d'emblée : écrire sur cette maladie est voué à l'échec.
Partant d'un fait-divers tragique: Un malade, Monsieur T. atteint de cette dégénérescence a poignardé sa femmee de cinq coups de couteaux, Olivia Rosenthal mêle réflexions, exercices qui interpellent le lecteur, informations sur la biographie d'Alzheimer, ainsi que son histoire personnelle à elle.51yvx3MwTCL._SL500_AA240_.jpg
Une écriture qui va au plus près de nos peurs et de nos sensations et dont les "blancs" permettent de mimer ce qui est affirmé dans cette phrase:
"Je suis constitué de fragments très distincts et séparés les uns des autres par de grands vides."

A tenter.

Olivia Rosenthal, on n'est pas là pour disparaître, Folio, 234 pages qui interrogent.

L'avis de Laure

Celui d'Antigone

de Lily

De la bibliothèque du dolmen

07/05/2009

"Je voulais vivre, moi."

Après La mère horizontale où s'exprimait la  fille mourante, c'est au tour  d'Emma la "mauvaise mère" assumée de prendre la parole aux derniers jours de sa vie.5f27012912a01f716104f110.L._AA240_.png.jpeg
S'adressant à sa  fille disparue,Emma déclare: "Je fouille, je brasse et je déterre les éléments pour le procès que tu ne m'as pas fait." Et d'expliquer pourquoi, prise d'une frénésie de plaisir,"mon désir  dévorant de  jouir hors des consignes" elle a abandonné ses premiers enfants pour se livrer aux plaisirs de la chair , en bonne baby-boomer qu'elle était.
Evidemment, ce  personnage ne peut que paraître antipathique de prime  abord mais  sa franchise  sans fard finit non pas  par emporter l'adhésion du lecteur mais du moins par lui inspirer un certain  "respect" pour cette femme qui affirme:  "En fouillant, en te racontant ce que j'exhume, je viens à ta rencontre, je te tends la main."
Et qu'on m'emporte s'exclame la mourante,  qui, même battue par la maladie, fait preuve de sursauts de son énergie indomptable.
Un roman où l'on retrouve avec plaisir l'écriture à la fois fine et puissante de Carole Zalberg.

 

Et qu'on m'emporte, Carole Zalberg, Albin Michel, 131 pages frémissantes.

Le blog de l'auteure

l'avis de Clarabel..

 

06/05/2009

Ya un zazou au Paraguay !

Transplantez un zazou de 1946, sorte de Candide accompagnant un philosophe en mission dans une communauté  vivant à la manière de Kant et vous obtiendrez un décalage tout à la fois  détonant et plein d'humour !
Utilisant le personnage de Jean-Baptiste Botul,philosophe qui  n'a  laissé  aucun écrit, pour  résoudre le problème qui se pose à ces habitants hors du monde  et du temps : "to fuck or not  to fuck" pour rester dans la ligne kantienne, Paul Vacca réussit avec verve et jovialité un roman où la philosophie devient un aimable mode de vie, pas du tout indigeste.
Truffé de citations littéraires adaptées  "Qu'allait-il  faire  dans  cette charrette ? ou cinématographiques "Mon nom est Botul, Jean-Baptiste Botul", de paroles de chansons,l'auteur en profite au passage pour nous donner un petit cours de cinéma,  ce roman revisite  une flopée de titres de films célèbres, mêlant ainsi les époques  mine de rien , pour le plus grand plaisir de son lecteur avec qui il établit une complicité des plus sympathiques.nueva K. couv.jpg
On suit sans aucun mal de tête les argumentations de Botul, on admire le sens de la formule: "Un ennui abyssal suintait de cette uniformité proprette.",  on suit avec plaisir l'évolution du héros, bref on s'amuse autant que l'auteur . Si un jour on m'avait dit que la philo pouvait être aussi agréable !

Nueva Könisberg, Paul Vacca, Editions Philippe  Rey.210 pages malicieuses. Sortie le 7 mai.

L'avis de   Bellesahi, celui de  Keisha, de Lily.

Du même auteur, avec un tout autre ton mais tout aussi bon, c'est ici !

01/05/2009

"J'ai bien peur qu'aucune de nous deux ne prenne en compte ce satané principe de réalité."

Inflexible, intransigeante,telle est Louise. Elle veut réformer la société et fréquente des groupes politiques radicaux à Paris. Plus rêveuse, léthargique, mais aussi plus sensuelle est son amie Renée, partie poursuivre mollement en Italie de vagues études artistiques.
Pendant trois ans, ces amies de longue date vont s'écrire, (de vraies lettres et non des courriels !), tenant ainsi une sorte de journal qui éclaire de manière rue les fourvoiements de chacune d'entre elle.
Aux sentences définitives de l'une, "Ma vie désormais ne sera qu'engagement politique, mon amant sera le combat révolutionnaire.", succède l'auto-analyse de la quasi léthargie de l'autre, "ce mouvement de surplace intérieur". Lucides, elles le deviennent au fil du temps car, adolescentes protégées par des familles pouvant subvenir à leur besoins, elles n'avaient guère été confrontées à ce "satané principe de réalité. prendre le métro, chercher un logement, tenir un fer à repasser, effectuer les basses besognes de tout stagiaire, voilà qui va devenir pour elles de "terribles épreuves".41HX1np362L._SL500_AA240_.jpg
Exaltées, toutes deux le sont à leur manière, Louise qui veut changer la société mais va vite se rendre compte que les idéaux se fracassent contre les petitesses de la vie, Renée qui veut devenir artiste sans travailler. Peut être ont-elles trop lu les philosophes des Lumières ou les romanciers du XIXème siècle... De déconvenues en échecs, chacune trouvera sa voie mais au prix de quelles souffrances ?
Elles pourraient être ridicules ces deux héroïnes, surtout quand on a l 'âge d'être leur mère, j'ai souvent souri devant leurs déclarations tour à tour exaltées ou désenchantées, mais en même temps j'ai retrouvé les sensations et les sentiments propres à cette période si délicate, cette transition entre l'adolescence et l'âge adulte, cette frontière ténue que l'on franchit petit à petit, aux prix de désillusions et de compromis.
Célia Lévi dont c'est le premier roman réussit le pari de tracer la carte d'un pays qui n'est pas si lointain avec délicatesse et sensibilité. Une auteure à suivre. 182 pages frémissantes où on ne s'ennuie pas une minute.

Célia Lévi, Les insoumises, Editions Tristram.

30/04/2009

"La maison ...? J'écris un livre sur la maisonoù la maison s'efface."

"Aujourd'hui la globalisation des échanges,  la facilité  des transports et le tourisme engendrent un nouveau nomadisme. Pour autant, le principe d'un habitat n'est pas  remis en cause. Il faut un terrier. Une adresse." Et puisque l'accès à sa maison de famille lui est interdit, Gilles Clément  se construit une cabane de pierres dans la campagne creusoise  dans les années 70. Cette habitation va lui permettre d'interroger les liens qui unissent l'intérieur et l'extérieur de la maison,ainsi que les rapports qu'elle entretient avec les plantes que les animaux, la manière dont s'inscrit la maison dans ce paysage. Il lui faudra  aussi  faire face aux règlements kafkaïens, qu'il  contournera avec aisance et habileté, sans conflits...51yxW1RrVwL._SL500_AA240_.jpg
De très jolis portrait de paysans viennent  émailler ce récit atypique. Atypique, tant par la vision de la maison qui nous est proposée que par la conséquence de  'achèvement de ce  "terrier". En effet, à peine l'habitation terminée, Gilles Clément est parti en voyage, renouant ainsi avec le nomadisme qui lui est cher...Une approche originale qui rompt totalement avec les précédents livres de cette collection.

Un grand merci à Ptitlapin et à Aifelle pour cette découverte !

28/04/2009

"Elle était pour ne pas secouer les crânes."

51yzP5BWoEL._SL500_AA240_.jpgQui est Alice ? La douce et patiente mère de famille? La maladroite congénitale  qui  crée  des  catastrophes en série ? La jalouse hystérique qui ligote dans une baignoire celle qu'elle soupçonne être  la maîtresse de  son mari ? Est-elle folle à lier ou harcelée par un homme mystérieux comme elle le prétend ?
Le  brave inspecteur Picasso, bientôt plus impliqué qu'il ne le voudrait,  va mener l'enquête et se retrouver sur les bords de la Loire   pour démêler avec la  jeune femme les noeuds de secrets familiaux.
A la recherche d'Alice
est un roman qui  chahute le lecteur, autant que l'inspecteur Picasso. Tour à tour exaspérante,  touchante,  surprenante par ses réactions,  Alice se révèle insaisissable , ou presque.
Le récit est fertile en rebondissements et la  personnalité de  l'héroïne, qui échappe à  tous les  cadres ,déroute autant qu'elle charme.
La fin perd un peu en intensité mais ne gâche cependant pas notre plaisir de lecture. Un petit bonheur à s'offrir sans attendre.

A la  recherche d'Alice, Sophie Bassagnac, Denoël,  196 pages chatoyantes.

27/04/2009

"Tout ça pour en arriver là ..."

Une femme , que rien apparemment ne destinait à cela, participe à l'attaque d'un fourgon pour libérer un activiste allemand.  Puis c'est la cavale , la clandestinité.  D'abord dans la baie de Somme , puis à Paris avant que la  tragédie ne se dénoue au Luxembourg. Au cours de  cette errance, nous découvrirons  peu à peu quelles ont été les motivations de  Kyra, sans pour autant que le récit tombe dans la psychologie à outrance. Bien au contraire.4166hhrCWVL._SL500_AA240_.jpg
Beaucoup d'attente dans ce roman d'Anne Secret, Les  villas rouges,  jamais d'ennui car l'auteure va à l'essentiel, sans apitoiement  ni détails inutiles. les sentiments ne sont pas gommés mais juste bridés.
Les  villas rouges est une tragédie en mouvement.Un récit qui avance apparemment  en louvoyant , les  trajets en train ou  en voiture  y ont une place  prépondérante, mais ce n'est qu'un leurre : le récit est tendu comme une flèche qui ne peut qu'atteindre sa cible. Une vraie découverte.

Anne Secret, Les villas  rouges,  Seuil,  190 pages denses et aiguës.

17/04/2009

"Un jour ou l'autre, la vérité trouvait toujours sa voie. Question de temps."

Ancien psychanalyste devenu flic, François Marchand, aidé par le lieutenant Julia Drouot,, se lance à la poursuite d'un meurtrier en série qui sévit un peu partout en France et dont la cible sont des adolescents. On s'attend donc à un thriller classique,love-story chaotique entre les principaux protagonistes qui traînent chacun un lourd passé affectif en prime, mais ce serait sans compter sans le  talent  d'Olivier Descosse .51H0MCdc5oL._SL500_AA240_.jpg
Ses héros sont terriblement humains et faillibles, on est loin de la figure d'autorité implacable qui résoud une enquête en deux hypothèses et trois courses poursuites.Les certitudes du profileur sont souvent battues en brèche , vu sa difficulté à  intégrer les références de la culture et du mode de vie des adolescents auxquels il est confronté. L'histoire d'amour apporte quelques bouffées d'air pur dans cette atmosphère saturée de violence et de tension , même si j'ai  trouvé que l'auteur n'était pas à son meilleur dans la description de la scène" hot".
Plus séduite par la maîtrise  du récit, que par le style, un peu trop convenu à mon avis,  je  n'ai  néanmoins pas lâché ce  thriller une minute !

Olivier Descosse, les  enfants du néant, Michel Laffon, 436 pages intenses.

A paraître le 23 avril, date à laquelle je  serai loin  de tout ordi, ceci explique donc cela !:)

16/04/2009

"La réalité sera toujours plus forte que la fiction."

"Ce livre relate le destin d'une famille: Les Mendelson, dont l'histoire, cinq générations durant,  s'est confondue avec celle du vingtième siècle." Le tome 1  de cette saga est intitulé "les exilés" car la première génération, l'horloger Isaac, sa femme Basheva et leurs enfants , David et Leah devront successivement  fuir Odessa puis Vienne avant de se réfugier aux Etats-Unis où certains d'entre eux participeront aux premiers pas du cinéma, art encore balbutiant.1608453237.JPG
Ils sont exceptionnels les Mendelson, tant par leur propension à affronter avec énergie les tourments de l'Histoire que par leur capacité à rebondir, aussi bien dans leur vie privée que dans leur vie professionnelle. La variété des documents  (photos, fac-similés de lettres) ajoute encore au plaisir de lecture  en renforçant l'impression de réel . Les entrevues que le narrateur a eues avec certains des  Mendelson  permet également d' "aérer" le récit  qui, fait rare dans un roman historique, parvient à  établir un juste équilibre entre les informations nécessaires à la compréhension du contexte, et la narration proprement dite. Trop souvent en effet, le lecteur, dans ce type de roman se trouve saturé de détails qui entravent son plaisir.Ce n'est pas le cas ici, la fiction étant dotée d'une structure souple , sans être lâche, qui laisse la part belle à l'imagination .Le lecteur est  ainsi happé par un récit qui ne ménage pas les rebondissements , tout en brossant le portrait d'individus aux personnalités fortes et variées. On croise également au passage un certain peintre raté dont le prénom est Adolf ou ,plus plaisant, Louis B. Mayer , grand producteur de  cinéma.
J'ai pris un plaisir fou à dévorer ce roman et pourtant la partie n'était pas gagnée d'avance: seul le nom de Fabrice Colin* m'avait décidée car je n'éprouve pas de goût particulier, loin s'en faut , ni pour les sagas, ni pour les romans historiques d'ailleurs. Je me suis d'ailleurs surprise  à différer  la lecture de la fin de premier volume , pour mieux la savourer et attend déjà avec impatience la sortie  du 2 ème volume en novembre 2009 !

Un grand merci à Lily et ses livres !

L'avis de Cuné qui a été conquise aussi !

Celui d'ICB

Celui de Clarabel

*dont j'avais beaucoup aimé Le syndrome Godzilla.