Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/09/2009

Je viens de tuer ma femme

"Je vais quand même acheter des timbres, ça peut toujours servir."

Pas de suspense a priori , le titre parle de lui même :  Je viens de tuer ma  femme. Commence alors pour le narrateur une semaine d'un long monologue intérieur d'abord rageur puis apaisé et de rencontres qui vont le faire déraper encore un peu plus...
On sourit d'abord puis on se prend à s'émouvoir devant cet homme qui perd de plus en plus pied et dont la logique folle s'emballe à qui  mieux mieux.510NQ+ICYsL._SL500_AA240_.jpg
Une analyse sans complaisance des rapports humains, rapports de couple bien sûrs , mais aussi amicaux ou prétendus tels : "Laurent et moi, c'est une relation étrange qui dure depuis dix ans: je  l'appelle,  je me déplace, je pense à ses anniversaires  quand il oublie les miens, je lui  souhaite sa fête, il ignore la  mienne,je l'invite à Noël, il vient les mains vides,  je pose les questions, il  a les réponses. Je ne suis pas son ami.C'est le  mien." le tout sur fond de Michel Fugain ou de  Françoise Hardy mais attention :  "Françoise Hardy et la  scie  circulaire,  ça  se marie mal.",vous voilà prévenus ! Emmanuel Pons jongle avec l'absurde mais l 'émotion n'est jamais absente.  Du grand art ,dans un tout petit  livre par le nombre de pages: 167 , qu'on ne prêtera pas à son mari...

Je viens de tuer ma femme, Emmanuel Pons, Arléa.

Merci à Cuné et à  Amanda !

L'avis de Laure

10/09/2009

L'inattendue

L'inattendue, carnet de bord d'une grossesse tant désirée, remue-ménage intérieur, dans le corps et dans le coeur d'une jeune femme qui garde dans un coin de sa tête le décès d'un jeune frère  disparu depuis longtemps.
Comment faire cohabiter tant d'émotions contradictoires , comment ajuster sa vie  de femme amoureuse et celle de future mère?  C'est à ce cheminement que nous convie Karine Reysset, qui nous montre également à l'oeuvre son travail d'écrivain. Beaucoup de phrases non terminées, au rythme de la pensée de l'auteure qui ne noircit pas ses carnets mais choisit des  encres colorées pour avancer entre inquiétude et sérénité, au gré aussi des hauts et des bas avec celui qu'elle  appelle "mon amour" souvent et "Olivier" rarement51hV5DNBkWL._SL500_AA240_.jpg
.Alors oui,  parfois ça dérange, cette intrusion forcée du lecteur dans l'intimité d'un couple sur qui on peut mettre des visages mais la force de l'écriture à la fois rude et tendre, non dénuée d'humour, emporte les  hésitations et on se laisse flotter au gré des fluctuations des humeurs dans lesquelles ce  carnet nous entraîne.

Karine Reysset, l'inattendue, Pocket 2009, 175 pages remuantes.

Le très joli billet de Laure qui vous donnera aussi de  belles citations.

15/08/2009

Luxueuse austérité

"Il  faut savoir s'arrêter pour que la quantité de bien-être, de nourriture, de voyages, de sexe,  d'amitiés ne devienne contrainte, fardeau à porter, abus de l'autre. Dire: assez, pour ne pas  être blasé, entraîné dans une course infinie mangeuse d'énergie et jamais satisfaite. Où passe cette ligne subtile à partir de laquelle le  résultat  est l'inverse de ce qui  est cherché? Et qui  la tracera sinon l'individu lui-même, par la  méditation souvent  aride ? 
Il est des points de saturation qui ne laissent pas le temps de savourer  les plaisirs reçus, ne donnent place ni à la mastication ni à la rumination de la mémoire dans laquelle renaît le désir. Ecouter dans le silence les échos des belles heures, se refaire  avec ce  qui  a été vécu, l'assimiler, est le profit des temps ordinaires. Ils laissent aux choses vues , vécues ou lues le  temps d'agir. Ils sont levain, repos, assimilation d'hier."
51zJ9SKqbxL._SL500_AA240_.jpg

Un passage qui résume à lui seul ce que l'auteure s'attarde à nous décrire de manière pas aussi savoureuse que d'habitude....

Marie Rouanet, Luxueuse austérité, livre  de poche, 5 euros.

 

09/08/2009

La joueuse d'échecs

Un peu par hasard, Eleni va découvrir le monde des échecs et braver ainsi l'opinion de la toute petite communauté (un village grec sur une île écrasée de soleil) dans laquelle elle menait une vie tranquille de mère et d'épouse.
Les échecs n'étant pas ma tasse de thé,bien que ce premier roman ait été couvert de prix, je n'avais pas cédé à la tentation, même quand ce livre était sorti en poche. Mais la nouvelle de son adaptation au cinéma avec Sandrine Bonnaire et Kevin Kline m'a aussitôt poussée à le lire.  Et j'ai bien fait .51nL8096yEL._SL500_AA240_.jpg
Même si comme moi vous êtes totalement ignare en matière de stratégies, de fous , de rois et compagnie, vous apprécierez sans doute l'histoire de cette femme ordinaire,  qui , par un biais tout simple va trouver un petit espace de liberté dans sa vie trop étriquée. Pas d'émancipation spectaculaire, juste une vie qui prendra un peu plus de saveur...Le style est fluide et simple. Une lecture très agréable.

La joueuse d'échecs, Bertina Henrichs, livre de poche  156 pages ensoleillées.

Ps: je viens de voir la bande-annonce du film,très librement inspiré du livre, à première vue...

n'hésitez pas à m'indiquer vos billets !:)

L'avis de Al.

 

 


 

30/07/2009

Cinq bières , deux rhums,

Ah que ça fait du bien de retrouver notre" orchidoclaste"* préféré ! Sous prétexte de lui faire dégoter une bière de derrière les fagots, Gérard , le patron du bar La Sainte Scolasse, a envoyé Le Poulpe en mission spéciale dans le NORD , l'objectif étant en fait de lui redonner le moral ! Évidemment en baguenaudant entre Valenciennes (V.A pour les footeux) et Antoing (Belgique wallonne), le Poulpe va se prendre les tentacules dans quelques cadavres, en profiter pour se balader en péniche ultra-moderne, glanant au passage autant d'infos sur la fabrication de la bière que sur le traffic de l'Escaut, sans oublier d'égratigner quelques édiles locaux**.
Mortagne du Nord, cadre d'un roman policier, qui l'eût cru ? L'occasion en tout cas de(re) découvrir pour les autochtones des édifices et des paysages, de montrer les blessures mais aussi la vie qui continue malgré tout dans cette région où la nature commence à reprendre ses droits puisque des fleurs poussent dans une prairie métallicole, joli symbole d'espoir. On sent aussi que l'auteur s'est baladé dans le coin et qu'il y a pris plaisir, sachant aller au-delà des clichés , dénichant les détails révélateurs d'une exploration pédestre et non livresque. et ça fait chaud au coeur !515RVBVB-qL._SL500_AA240_.jpg
Ceux qui apprécient les enquêtes millimétrées en seront pour leurs frais (les explications finales étant un peu poussées sous le tapis) , ceux qui aiment le style haut en couleurs de Pouy se régaleront des sentences du poulpe : "Parfois il faut savoir éviter les paraphréniques confabulants et briser là avec les forcenés incantatoires ." ou des injonctions de Chéryl : "Va te faire raboter les surrénales!". Bref, un Poulpe réjouissant, ayant comme fil rouge la lecture des Habits noirs de Paul Féval dont se régale le héros et dont il nous montre la pertinente actualité, toujours aussi sombre.

Cinq bières, deux rhums (ne loupez pas le jeu de mots !), Jean-Bernard Pouy, Editions Baleine, 160 pages à accompagner d'une Mort Subite*** ?

* Casseur de c...

** Pouy sera-t-il invité au salon du livre policier ? Affaire à suivre...

***Nom d'une bière belge

L'avis de Cathe qui m'a fait découvrir ce livre !

19/07/2009

Sorti en poche !

Si vous l'aviez raté, le voici enfin en poche !

Billet ici !5160zySQzsL._SL500_AA240_.jpg

Ps:  j'ai vérifié : les dernières pages sont bien scellées...

L'avis de  Cuné

Celui de  Clarabel

17/07/2009

Papa et maman sont dans un bateau

Les Doinel , à première vue,  constituent une famille comme les autres: le père, Marc, très sexy et gentiment voyou sur les bords,dirige une boîte de transport routier qui va être méchamment  restructurée par des Hollandais. Nadine, la mère,  s'efforce de remplir consciencieusement les fiches d'acquisition  de ses élèves de maternelle . Charlie, la fille, a la tête dans ses séries de manga et le coeur à la dérive au collège, tandis que le petit dernier, Esteban, enfant précoce intellectuellement, s'efforce de supporter sans broncher les brimades de la cour de récréation de  l'école primaire.41xByZm3dwL._BO2,204,203,200_PIsitb-sticker-arrow-click,TopRight,35,-76_AA240_SH20_OU08_.jpg
Chacun a  donc ses problèmes mais personne n'en parle  aux autres jusuqu'à  ce que  la photographie  d'une yourte mongole dans un magazine ne viennent cristalliser tous leurs espoirs d'évasion, de nouvelle vie...
Avec le talent  qu'on lui connaît,  Marie-Aude Murail parvient à se glisser aussi bien dans la tête (et le coeur)  d'un chef  entreprise  qui aurait pu "mal tourner",  d'une instit sclérosée par les demandes de sa hiérarchie , d'une adolescente ou d'un gamin rêveur.  Mais plus que le portrait d'une famille qui s'aime mais qui ne trouve plus  le temps de se le dire, hâchée menu par la  société de consommation, ce  temps  qui  ne leur appartient plus (voir la liste d'activités de la mère le mercredi après-midi ou les appareils ménagers qui se détraquent à tour de rôel). Même l'école maternelle risque la déshumanisation, puis-qu'entre deux fiches d'évaluation, Marie Doinel, présentée comme une excellente instit, ne trouve plus le temps  de s'intéresser à chacun de ses élèves et à leur personnalité naissante.
La  restructuration de l'entreprise de transport  , autrefois familiale, de transport est saisissante de vérité dans sa  brutalité. Pas de vision édulcorée, pas d'angélisme, Marc Doinel nous est montré tiraillé entre  sa  volonté de sauver ses employés et de préserver sa dignité. Lui qui ne rentrait pas dans  le  moule de l'école a su donner sa  chance  à  des êtres que la société avait définitivement  catalogués et qui vont  se trouver une nouvelle fois rejetés...
Malgré ce  portrait très réaliste de  la société violente dans  laquelle nous vivons, l'auteure prend néanmoins le temps de dégager quelques îlots de tendresse et d'humour. Les mots sont là aussi  pour alléger l'atmosphère même  si les poèmes appris à l'école par Esteban sont eux aussi très sombres ...Pas  de solution "miracle" pour résoudre les  problèmes de chacun, il y a des dégâts collatéraux comme l'écrivent si bien les  journaux, des dégâts mais aussi de l'espoir pour ceux qui  savent  saisir les opportunités et ne pas  laisser les oeillères entraver leur chemin.Une TOTALE réussite qui dresse un portrait sans complaisance de notre société.

Papa et maman sont dans un bateau, Marie-Aude Murail, ecole des loisirs,  collection medium, 294 pages saisissantes de vérité.

13/07/2009

Petits pains au chocolat

Lou, adulescente de dix-huit ans, quitte Toulouse  pour aller à Paris ,accessoirement pour suivre des cours de prépa d'été et principalement  pour mener à  bien son histoire  d'amour avec un écrivain rencontré  par l'intermédiaire de son blog. Le roman adopte d'ailleurs la forme du blog, nous dispensant au passage les  commentaires acerbes de quelques visiteurs...31VIPL8N9zL._SL500_AA240_.jpg
Premier roman,Petits pains au chocolat, ne nous épargne pas les  travers de  ce passage obligé : narcissisme exacerbé,  complaisance parfois. On pense  à Camille de Peretti  ou pour les plus anciennes à la Muriel Cerf  Des rois et des  voleurs et toutes ces références  se révèlent fort encombrantes ma foi pour apprécier à sa  juste mesure  ce roman acidulé et agaçant comme comme une  pomme trop verte. De très jolis passages néanmoins,  Roxane Duru  possède  un style  imagé qui peut le pire,  des passages quasiment  incompréhensibles car trop allusifs, et le meilleur, des pages complètes qu'on a envie de noter tant elles sont justes.

Roxane Duru, Petits pains au chocolat.  Stéphane Million éditeur.

Je découvre avec effarement que je devais faire  suivre ce livre depuis presque un an... Sorry, Cuné !

L'avis d'Erzébeth, à qui j'aurais dû l'envoyer mais qui l'a  trouvé  ailleurs (ouf!)

09/07/2009

je voudrais tant que tu te souviennes

L'une, Mado,  vit les yeux au ras du sol, traquant et photographiant les menues traces  du  temps.
L'autre,  l'Indien, n'est jamais aussi à l'aise que sur  les  toits...51g6alfr85L._SL500_AA240_.jpg
Entre les deux va se nouer une histoire d'amour  en pointillés,  celle prédite par Julide chargée de  veiller sur Mado car "Elle est comme un verre qui se vide,  par une brèche minuscule, une  toute petite fêlure, et si tu ne prends  pas soin de la remplir elle disparaîtra tout à fait."
Julide  quant à elle , soumise  au poids  des traditions de son pays, est promise  à  un jeune homme qu'elle n'aime pas et trouve souvent refuge chez Mado,chez qui  elle ressent une autre  forme d'étrangeté au monde.
Tout cela aurait pu baigner dans une poésie trop sentimentale  pour moi si la  deuxième partie du roman, rebattant les cartes, ne venait brusquement tout remettre en question et présenter un  autre angle de vision, une réflexion plus profonde  sur  le  temps, les sentiments,  l'exil à soi même et aux autres...

Dominique Mainard, Je voudrais tant que tu te  souviennes, 364 pages tendres  mais aussi parfois cruelles. Folio

02/07/2009

On s'est juste embrassés

Aïcha vit seule avec sa mère, au bord d'une cité dont elle  fréquente l'établissement scolaire.Sa vie va basculer le jour où la  rumeur  se répand  qu'elle a perdu son honneur. L'adolescente aura beau affirmer :On s'est juste embrassés, trop tard le mal est fait...
A partir de là vont ressurgir  les interrogations d'Aïcha quant à ses  origines,  son père,  sa famille maternelle; la volonté aussi de sortir du huis-clos étouffant avec une mère qui toujours  dû faire face et se  laisse lentement  sombrer dans la dépression.41VUB0GIfUL._SL500_AA240_.jpg
Interrogations sans fard aussi, mais tout en pudeur ,sur le désir de cette presque femme, qui ne sont pas sans évoquer celles posées  par la narratrices de L'amant, roman de Marguerite Duras que la mère d'Aïcha offre à sa fille, comme un passage de relais, un viatique pour aborder sa vie de femme.
L'auteure  n'idéalise pas  son héroïne, n'en fait pas la porte-parole de toutes ces jeunes filles qui pourraient à sa suite affirmer:"Mais  c'est seulement mon nom qui est arabe. Moi, je ne le suis pas.",mais sait nous la  rendre à la fois présente et attachante. Cette narratrice toujours à la lisière (de la cité, de l'âge adulte, du désir...) nous renvoie  à un âge où on se sent  " trop encombrée de soi-même" avec un style tout en retenue et en émotion.Une belle découverte.

On s'est juste embrassés, Isabelle  Pandazopoulos, Gallimard, collection scripto, 155 pages beaucoup moins grises que la couverture.

Clarabel et Gawou ont aussi beaucoup aimé.

Pagesapages et Malice également.