Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/07/2009

Cinq bières , deux rhums,

Ah que ça fait du bien de retrouver notre" orchidoclaste"* préféré ! Sous prétexte de lui faire dégoter une bière de derrière les fagots, Gérard , le patron du bar La Sainte Scolasse, a envoyé Le Poulpe en mission spéciale dans le NORD , l'objectif étant en fait de lui redonner le moral ! Évidemment en baguenaudant entre Valenciennes (V.A pour les footeux) et Antoing (Belgique wallonne), le Poulpe va se prendre les tentacules dans quelques cadavres, en profiter pour se balader en péniche ultra-moderne, glanant au passage autant d'infos sur la fabrication de la bière que sur le traffic de l'Escaut, sans oublier d'égratigner quelques édiles locaux**.
Mortagne du Nord, cadre d'un roman policier, qui l'eût cru ? L'occasion en tout cas de(re) découvrir pour les autochtones des édifices et des paysages, de montrer les blessures mais aussi la vie qui continue malgré tout dans cette région où la nature commence à reprendre ses droits puisque des fleurs poussent dans une prairie métallicole, joli symbole d'espoir. On sent aussi que l'auteur s'est baladé dans le coin et qu'il y a pris plaisir, sachant aller au-delà des clichés , dénichant les détails révélateurs d'une exploration pédestre et non livresque. et ça fait chaud au coeur !515RVBVB-qL._SL500_AA240_.jpg
Ceux qui apprécient les enquêtes millimétrées en seront pour leurs frais (les explications finales étant un peu poussées sous le tapis) , ceux qui aiment le style haut en couleurs de Pouy se régaleront des sentences du poulpe : "Parfois il faut savoir éviter les paraphréniques confabulants et briser là avec les forcenés incantatoires ." ou des injonctions de Chéryl : "Va te faire raboter les surrénales!". Bref, un Poulpe réjouissant, ayant comme fil rouge la lecture des Habits noirs de Paul Féval dont se régale le héros et dont il nous montre la pertinente actualité, toujours aussi sombre.

Cinq bières, deux rhums (ne loupez pas le jeu de mots !), Jean-Bernard Pouy, Editions Baleine, 160 pages à accompagner d'une Mort Subite*** ?

* Casseur de c...

** Pouy sera-t-il invité au salon du livre policier ? Affaire à suivre...

***Nom d'une bière belge

L'avis de Cathe qui m'a fait découvrir ce livre !

19/07/2009

Sorti en poche !

Si vous l'aviez raté, le voici enfin en poche !

Billet ici !5160zySQzsL._SL500_AA240_.jpg

Ps:  j'ai vérifié : les dernières pages sont bien scellées...

L'avis de  Cuné

Celui de  Clarabel

17/07/2009

Papa et maman sont dans un bateau

Les Doinel , à première vue,  constituent une famille comme les autres: le père, Marc, très sexy et gentiment voyou sur les bords,dirige une boîte de transport routier qui va être méchamment  restructurée par des Hollandais. Nadine, la mère,  s'efforce de remplir consciencieusement les fiches d'acquisition  de ses élèves de maternelle . Charlie, la fille, a la tête dans ses séries de manga et le coeur à la dérive au collège, tandis que le petit dernier, Esteban, enfant précoce intellectuellement, s'efforce de supporter sans broncher les brimades de la cour de récréation de  l'école primaire.41xByZm3dwL._BO2,204,203,200_PIsitb-sticker-arrow-click,TopRight,35,-76_AA240_SH20_OU08_.jpg
Chacun a  donc ses problèmes mais personne n'en parle  aux autres jusuqu'à  ce que  la photographie  d'une yourte mongole dans un magazine ne viennent cristalliser tous leurs espoirs d'évasion, de nouvelle vie...
Avec le talent  qu'on lui connaît,  Marie-Aude Murail parvient à se glisser aussi bien dans la tête (et le coeur)  d'un chef  entreprise  qui aurait pu "mal tourner",  d'une instit sclérosée par les demandes de sa hiérarchie , d'une adolescente ou d'un gamin rêveur.  Mais plus que le portrait d'une famille qui s'aime mais qui ne trouve plus  le temps de se le dire, hâchée menu par la  société de consommation, ce  temps  qui  ne leur appartient plus (voir la liste d'activités de la mère le mercredi après-midi ou les appareils ménagers qui se détraquent à tour de rôel). Même l'école maternelle risque la déshumanisation, puis-qu'entre deux fiches d'évaluation, Marie Doinel, présentée comme une excellente instit, ne trouve plus le temps  de s'intéresser à chacun de ses élèves et à leur personnalité naissante.
La  restructuration de l'entreprise de transport  , autrefois familiale, de transport est saisissante de vérité dans sa  brutalité. Pas de vision édulcorée, pas d'angélisme, Marc Doinel nous est montré tiraillé entre  sa  volonté de sauver ses employés et de préserver sa dignité. Lui qui ne rentrait pas dans  le  moule de l'école a su donner sa  chance  à  des êtres que la société avait définitivement  catalogués et qui vont  se trouver une nouvelle fois rejetés...
Malgré ce  portrait très réaliste de  la société violente dans  laquelle nous vivons, l'auteure prend néanmoins le temps de dégager quelques îlots de tendresse et d'humour. Les mots sont là aussi  pour alléger l'atmosphère même  si les poèmes appris à l'école par Esteban sont eux aussi très sombres ...Pas  de solution "miracle" pour résoudre les  problèmes de chacun, il y a des dégâts collatéraux comme l'écrivent si bien les  journaux, des dégâts mais aussi de l'espoir pour ceux qui  savent  saisir les opportunités et ne pas  laisser les oeillères entraver leur chemin.Une TOTALE réussite qui dresse un portrait sans complaisance de notre société.

Papa et maman sont dans un bateau, Marie-Aude Murail, ecole des loisirs,  collection medium, 294 pages saisissantes de vérité.

13/07/2009

Petits pains au chocolat

Lou, adulescente de dix-huit ans, quitte Toulouse  pour aller à Paris ,accessoirement pour suivre des cours de prépa d'été et principalement  pour mener à  bien son histoire  d'amour avec un écrivain rencontré  par l'intermédiaire de son blog. Le roman adopte d'ailleurs la forme du blog, nous dispensant au passage les  commentaires acerbes de quelques visiteurs...31VIPL8N9zL._SL500_AA240_.jpg
Premier roman,Petits pains au chocolat, ne nous épargne pas les  travers de  ce passage obligé : narcissisme exacerbé,  complaisance parfois. On pense  à Camille de Peretti  ou pour les plus anciennes à la Muriel Cerf  Des rois et des  voleurs et toutes ces références  se révèlent fort encombrantes ma foi pour apprécier à sa  juste mesure  ce roman acidulé et agaçant comme comme une  pomme trop verte. De très jolis passages néanmoins,  Roxane Duru  possède  un style  imagé qui peut le pire,  des passages quasiment  incompréhensibles car trop allusifs, et le meilleur, des pages complètes qu'on a envie de noter tant elles sont justes.

Roxane Duru, Petits pains au chocolat.  Stéphane Million éditeur.

Je découvre avec effarement que je devais faire  suivre ce livre depuis presque un an... Sorry, Cuné !

L'avis d'Erzébeth, à qui j'aurais dû l'envoyer mais qui l'a  trouvé  ailleurs (ouf!)

09/07/2009

je voudrais tant que tu te souviennes

L'une, Mado,  vit les yeux au ras du sol, traquant et photographiant les menues traces  du  temps.
L'autre,  l'Indien, n'est jamais aussi à l'aise que sur  les  toits...51g6alfr85L._SL500_AA240_.jpg
Entre les deux va se nouer une histoire d'amour  en pointillés,  celle prédite par Julide chargée de  veiller sur Mado car "Elle est comme un verre qui se vide,  par une brèche minuscule, une  toute petite fêlure, et si tu ne prends  pas soin de la remplir elle disparaîtra tout à fait."
Julide  quant à elle , soumise  au poids  des traditions de son pays, est promise  à  un jeune homme qu'elle n'aime pas et trouve souvent refuge chez Mado,chez qui  elle ressent une autre  forme d'étrangeté au monde.
Tout cela aurait pu baigner dans une poésie trop sentimentale  pour moi si la  deuxième partie du roman, rebattant les cartes, ne venait brusquement tout remettre en question et présenter un  autre angle de vision, une réflexion plus profonde  sur  le  temps, les sentiments,  l'exil à soi même et aux autres...

Dominique Mainard, Je voudrais tant que tu te  souviennes, 364 pages tendres  mais aussi parfois cruelles. Folio

02/07/2009

On s'est juste embrassés

Aïcha vit seule avec sa mère, au bord d'une cité dont elle  fréquente l'établissement scolaire.Sa vie va basculer le jour où la  rumeur  se répand  qu'elle a perdu son honneur. L'adolescente aura beau affirmer :On s'est juste embrassés, trop tard le mal est fait...
A partir de là vont ressurgir  les interrogations d'Aïcha quant à ses  origines,  son père,  sa famille maternelle; la volonté aussi de sortir du huis-clos étouffant avec une mère qui toujours  dû faire face et se  laisse lentement  sombrer dans la dépression.41VUB0GIfUL._SL500_AA240_.jpg
Interrogations sans fard aussi, mais tout en pudeur ,sur le désir de cette presque femme, qui ne sont pas sans évoquer celles posées  par la narratrices de L'amant, roman de Marguerite Duras que la mère d'Aïcha offre à sa fille, comme un passage de relais, un viatique pour aborder sa vie de femme.
L'auteure  n'idéalise pas  son héroïne, n'en fait pas la porte-parole de toutes ces jeunes filles qui pourraient à sa suite affirmer:"Mais  c'est seulement mon nom qui est arabe. Moi, je ne le suis pas.",mais sait nous la  rendre à la fois présente et attachante. Cette narratrice toujours à la lisière (de la cité, de l'âge adulte, du désir...) nous renvoie  à un âge où on se sent  " trop encombrée de soi-même" avec un style tout en retenue et en émotion.Une belle découverte.

On s'est juste embrassés, Isabelle  Pandazopoulos, Gallimard, collection scripto, 155 pages beaucoup moins grises que la couverture.

Clarabel et Gawou ont aussi beaucoup aimé.

Pagesapages et Malice également.

 

29/06/2009

Echo

Les  jumeaux les plus célèbres du PAF ont été assassinés et leurs cadavres mis en scène d'une manière particulièrement sadique et raffinée..Nombreux sont ceux susceptibles d'être notés sur la liste des  suspects car les éphèbes  de la télévision avaient pour habitude de descendre  en flammes et en direct leurs invités ...4197uKEx-JL._SL500_AA240_.jpg
Aux manettes de l'enquête,  un tandem  improbable,  le vieil ours revenu de tout,  ou presque, le commandant Vivier , qui se fait mener  par le bout du nez par la profileuse,  à peine moins givrée que ses suspects, la belle Garance Hermosa.
L'enquête est efficace et bien menée,  entrecoupée par des pages d'un journal  intime où se lit une enfance  fracassée (celle du tueur ?),  on ne lâche pas  une minute ce livre haletant.D'où vient alors ce sentiment de malaise qui m'a  accompagnée dans cette lecture? Du milieu glauque dans lequel nous pataugeons allègremement ? Non, on ne s'attend quand même pas  à une promenade  de santé  en ouvrant ce type d'ouvrage.  Non, c'est Cuné et sa légendaire  sagacité qui ont mis le doigt dessus:  une pointe de vulgarité dans l'écriture qui déstabilise  les  suspects de Miss Garance mais aussi apparemment la lectrice effarouchée que je dois être dans un recoin secret.J'espère néanmoins déjà avoir la chance de lire  de nouvelles aventures de Garance  Hermosa , une femme comme je les aime !

Echo,  Ingrid Desjours, Plon,  310 pages qu'on tourne sans s'arrêter.

Un grand merci à Cuné !

26/06/2009

Sorti en poche !

Un très joli roman, billet  ici.51Ce+oZGchL._SL500_AA240_.jpg

16/06/2009

Une confession

Pendant six ans l'éditrice  Véronique de Bure  a été très proche du philosophe catholique Jean Guitton.  Après son décès, elle estime : "c'est bien dans un brouillard qu'il me semble voir avancer ma vie" et s'adresse donc à lui dans une quête identitaire où s'entrecroisent  anecdotes sur le philosophe et récit d'une passion adultère avec un autre homme.41Q1R-M8ToL._SL500_AA240_.jpg
Même si l'auteure sait nous rendre attachante la  figure  de Jean Guitton, c'est davantage le style  à la  fois pudique et franc, souple et heurté qui a su ma  séduire: "La réalité est malléable. On peut la  tordre, la gondoler,  la rendre  plus lourde ou plus légère.  Certains, les optimistes dont je ne suis pas, la pétrissent comme une boule de glaise , lui donnent les rondeurs qui lui manquent, une douceur qui la rend supportable,  voire  aimable.  ils savent  se  faire  du bien, ils  prennent  soin d'eux. Ma réalité est une pierre,  un marbre dur et impitoyable;  au lieu d'en gommer les apérités,  je la  taille  à la serpe,  j'en affûte le tranchant, j'en aiguise  la lame,  et  tel  un scalpel elle me griffe, me coupe,  me cloue. Je  saigne et mes blessures,  que je n'ai  de cesse de raviver ,  ne cicatrisent jamais."
Il y a là une volonté de se reconstruire qui a su tout à la fois me  toucher et me fasciner. Nécessité de passer du réconfort moral offert autrefois par Guitton "car vous aviez ce  don merveilleux  d'élever l'esprit de votre interlocuteur" aux bras de cet amant qui la fait vivre avec intensité même si elle ne l'aime pas  vraiment car "le  véritable  amour n'est pas toujours fait de  chair  et de  sang".

L'avis de  Laure.

Une  confession, Véronique de  Bure, Stock, 201 pages précieuses.(Je n'ai pas copié sur Laure, le même adjectif m'est venu :))

11/06/2009

Le pouce d'un autre

Après nous avoir fait sourire  avec Les Poules, ému avec Pédiluve et bénitier (pas de billet), Dominique  Resch récidive avec Le pouce d'un autre.
Après l'enfance et l'adolescence  voici l'entrée dans lâge adulte, le  premier boulot (surveillant d'internat),  les  études (un peu) ,  les amis (beaucoup). Et les  amours.  mais évidemment le tout passé  à la moulinette reschienne, une moulinette joyeuse et iconoclaste. C'est "toute une faune étrange, entre  deux modes,  punk sur le retour, ex  baba-cool pas encore new wawe et skin en  attente d'un nouvel élan,  tous désespérément plongés dans le magazine Actuel" qui évolue sous nos yeux.pouce_img.jpg

Sans compter un inénarrable  Patrice , tout droit sorti d'une chanson de  Thomas Fersen"A la  fois éléphant rose  avec ses  gros sabots et ami fragile, sous-équipé pour avancer dans la vie (...) un oiseau tombé du nid, ou de nulle  part,  auquel  on s'attache", un ami  un peu bizarre, qui  a l'habitude de vivre nu, ce qui  voudra un souvenir inoubliable  à deux témoins de Jéhovah (et de grands éclats de rire au lecteur !).

C'est tendre  et chaleureux, on retrouve avec beaucoup de plaisir  le style de l'amoureux des mots Dominique Resch, qui sait les faire  sonner comme personne et on passe un excellent moment  entre  rêve d'Amérique latine et réalité nancéenne.

 

Le pouce d'un autreDominique Resch, Editions Anota, 161 pages douces et pétillantes.