Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2007

"Attendez-vous à savoir..."

A Paris,en cette fin de guerre d'Algérie Omar, dix ans,  porteur de cartable pour le  FLN va rencontrer Raphaël, jeune "pied-noir"  rapatrié qui, sans le savoir va occuper avec sa famille, le logment que convoitait la famille d'Omar.51SFAMY1TEL
Mais les deux enfants ont plus de  points communs que ne le voudraient les événements historiques et c'est un récit à la fois tendre et drôle que nous livre ici Akli Tadjer.
Toute une époque revit sous nos yeux et au fil du roman s'entrelacent paroles de chansons et vers de poèmes, dans une fluidité exceptionnelle. On oscille tout au long de ce texte entre rire et émotions, alternant entre une leçon de baiser hilarante (page 222 pour ceux qui en auraient un besoin urgent), dont je vous livre juste un conseil essentiel :  "je ne dois pas  enfoncer ma langue trop profondément dans sa gorge car si elle rencontre ses amygdales ça peut l'asphyxier et ce n'est pas  bien" et une réalité qui reste néanmoins cruelle.
Pas de manichéisme  dans ce récit sensible et attachant (on a envie de faire la bise aux personnages et de savoir ce qu'ils sont devenus), dont je regrette juste un peu la fin, trop idéaliste à mon goût...Mais un vrai bonheur de lecture qui vous donne le sourire durablement!
Merci encore au passage à Akli Tadjer pour sa disponibilité et sa gentillesse. (Hé oui, les auteurs se déplacent même dans le Nord de la France ! )

Ce texte a obtenu le  prix Maghreb-Méditerranée-Afrique de l'ADELF- Ville de Paris et a été adapté à la télévision mais même si vous l'avez vu , précipitez-vous sur le livre !

18/10/2007

Rachel, 9 ans et pas sa langue dans sa poche...

Attirée par la  couverture et le titre, rebutée par la  4 ème  de couv' qui convoque à la fois Le petit Nicolas et Zazie dans le métro (ainsi que par le prix ,13 euro 50 pour 111 pages), j'hésitais toujours. mais j'ai sauté dessus quand je l'ai vu à  la médiathèque et j'ai bien fait !4128QHPT0SL
La  préface  d'Howward Buten m'a mise en confiance et et j'ai vite été prise par l'histoire de cette petite Rachel qui observe le monde des adultes avec acuité et impertinence,"C'est bien ce que je dis,décidément les parents heureusement qu'ils  filent pas dans leur chambre chaque fois qu'ils sont à côté de la plaque, parce que sinon, il resterait plus grand monde à table". Sa copine , Hortense n'est pas en reste d'ailleurs, elle qui constate avec une logique imparable : "Les  péchés font partie des  obligations de  l'existence, figure-toi Rachel.Si j'ai rien à confesser,soit le père Nérac sera déçu, soit il  me  prendra pour une menteuse, et je ne peux pas  trop me permettre  de  le  contrarier avant ma première communion si tu vois ce  que je veux dire."
Le  récit est rythmé  par les  séances avec Mme Blabla "psychologue pour enfants persécutés"  et on est partagé entre le rire et l'émotion , par les  efforts de Rachel pour s'intégrer tout en gardant sa liberté de ton.41YW_izhMRL

Il y avait Du vent  dans les branches de  sassafras et désormais il y a Du vent dans mes  mollets et une auteure, Raphaële Moussafir,  que je vais suivre, j'en suis certaine avec ce titre, toujours dans la collection "les mues", décidément fort riche .

(Rien que le titre m'enchante !)

16/10/2007

Bloomsbury, mai 68 , même combat ?

Titillée par l'avis  de Florinette ,  je me suis empressée de lire Le journal deYaël Koppman de  Marianne Rubinstein.41osBrjp5bL
La narratrice de ce  journal, Yaël,  enseigne l'économie à la fac et nonobstant les conseils de sa cousine Clara qui travaille dans l'édition, plutôt que d'écrire de lachick litt,effectue des recherches sur la nièce de Virginia  Woolf, Angelica.
Pas dupe,Yaël se rend bien compte que qu'Angelica lui "tend un miroir" quant à sa  ralation avec sa mère. Elle est très lucide  également en ce qui concerne ses aventures amoureuse et le comportement de  ses ami(e)s.
Alternant sourires et émotion,  parfois teinté d'un léger cynisme, ce roman est une réussite car l'auteure sait créer un univers qui n'est pas sans rappeler parfois celui de Stephen Mc Cauley. Elle dépoussière aussi au passage l'image que l'on pouvait sefaire  du groupe de Blomsbury  et éclaire  d'une manière originale l'oeuvre de David Garnett, La femme changée en renard. De l'érudition donc mais pas du tout indigeste, car les personnages sonnent justes et vrais.

13/10/2007

Portrait sensible

ça y est,j'ai dévoré en une soirée L'enchanteur et illustrissime gâteau café-café d'Irina Sasson dont je n'ai entendu parler nulle part ailleurs que sur les blogs...
9782910753665
En un peu plus d'une centaine de pages, l'auteure, Joëlle Tiano nous conte la vie de celle qui est maintenant centenaire, Irina, qui a subi les remous de l'Histoire et a vécu dans plusieurs pays, parlant plusieurs langues ,mais surtout celle du coeur.
Dans une langue poétique, flirtant avec la magie, Joëlle Tiano entrelace souvenirs et recette du gâteau, différant sans cesse la divulgation du texte complet, au gré des souvenirs d'Irina. Cela crée un effet d'attente et en même temps donne une armature solide au récit.

Je n'aime pas le café (et donc je ne réaliserai pas  le gâteau en question) mais là j'ai  été sous le charme  de  ce livre.

Merci donc à Val !

L'avis de Laurence

Ps:  comme  le hasard fait bien les  choses, je viens de trouver à la médiathèque un autre volume de la  collection "les mues".  Affaire à suivre ...

11/10/2007

Allégeons-nous de nos cailloux

Corinne Dollon , dans L'essence des maux ,réussit à  nous faire partager sans pathos la souffrance  de personnages que la vie a fracassé mais qui  réussissent à remonter vers la  lumière. On sent beaucoup  d'empathie de la part de l'auteure qui sait nous la faire partager.
Secret de famille à double-rebond (j'avoue que j'avais anticipé le deuxième), la  trame narrative du roman nous emporte dans une lecture ininterrompue même si un épisode avec le peintre m'a paru un peu trop convenu.pageindex_r2_c1
J' ai également été un peu gênée par le style lui aussi un peu trop à fleur de peau de l'auteure et les adjectifs répétés m'ont embarassée comme une nuée de moucherons.
J'aime les images et j'ai regretté de pas en trouver dans ce roman.Néanmoins, Corinne Dollon, par sa sensibilité et sa fraîcheur m'a séduite et j'ai lu d'une traite ce roman touchant et beau.
A la fin du livre, j'ai aussi apprécié la liste des ouvrages lus pendant la rédaction du roman ainsi que celle des disques écoutés.
Quant au rebondissement qui a eu lieu dans sa propre vie et que nous confie l'auteure, il nous montre une fois de plus qu'il  n'y a pas de  hasard...

L'avis de Flo qui m'a donné envie de la lire.

Le site de l'auteure.

08/10/2007

"Il ya tant de mots qui se perdent de par le monde"

Et toujours en  été ,  de Maïté Bernard est le récit d'une double construction : celui d'une jeune femme, Ilona, dont le  journal  scande  le roman, et celui d'une famille que la dictature argentine a fait éclater.
Thomas, le père recherché par la police française pour des faits commis en 1976 en Argentine doit fuir la  France.  Pour cela ses filles, Ilona et Malena, l'accompagnent le long  du canal du midi..  C'est l'occasion de reconstituer le puzzle  d'un passé douloureux.61fMHHhuduL
Dans un premier temps, j'ai été fort agacée par le comportement puéril d'Ilona qui  collectionne les aventures, faute de pouvoir garder celui sur qui  elle a jeté son dévolu depuis fort longtemps.Mais petit à petit, sa recherche d'une famille de substitution dans une sorte de "secte", son évolution vers plus de stabilité, de maturité et sa recherche du passé, révélée  de manière subtile et parfaitement agencée m'ont séduite.
J'ai retrouvé ici des thèmes  déjà rencontrés dans Clarabel

24/09/2007

Un univers qui se délite mine de rien...

N'ayant pas une grande passion pour les auteurs français  et encore moins pour les couvertures hideuses, il  a  fallu toute le talent de persuasion de Tamara et de Chiffonnette pour que je me  lance dans Le cri de Laurent Graff.
Hé bien,merci les filles ! 9782290001721
Jai dévoré ce très court roman que j'ai trouvé  tout à la fois désorientant et structuré.
La vie de péagiste ne semble guère passionnante mais le héros de Graff semble totalement s'en accommoder  Très rapidement, mais de manière quasi imperceptible, ce monde psychorigide va glisser vers tout autre chose,un univers dont les modifications sont peut être liées au vol du tableau  de Munsch, "le cri".
Les personnages tentent de donner un semblant de cadre à leurs vies dans cet univers qui se délite, où  "Le temps n'a plus d'aversaires et prospère librement".
Difiicile de résumer sans éventer les surprises ce roman qui oscille sans cesse entre (fausse) banalité et fantastique.
Laurent Graff tient son pari jusqu'au bout gâce à une langue fluide et une structure parfaitement huilée. la fin ne m'a absolument pas déçue mais au contraire donne un tout autre éclairage à l'ensemble du texte.
Me voici prête à poursuivre la découverte de cet auteur !

Plein d'autres blogs ont dû parler de ce roman lors de sa sortie, n'hésitez pas à mettere vos liens !

19/09/2007

"Tu ne dois pas mourir , Emma !"

Elisabeth Combres dans La mémoire trouée réussit le pari délicat de nous faire comprendre au plus près des victimes le génocide qui s'est déroulé au Rwanda en avril 94.21_BZ5M7IJL
S'inspirant de rencontres et de témoignages, l'auteure a su nous faire partager le parcours d'une petite fille ayant échappé  au génocide, qui se retouve sans famille et qui , recueillie par une vieille femme Hutu, ne peut avancer dans la vie, freinée qu'elle est par son absence de passé.
La  rencontre d'autres personnages eux aussi victimes ,mais de manières différentes ,de cette folie meurtrière organisée l'aideront à remonter vers la lumière .
Avec énormément de délicatesse,sans sombrer dans le pathos, Elisabeth Combres nous offre une approche à la fois sensible et informée du génocide Rwandais.
Un livre nécessaire.

14/09/2007

Fantômes

En attendant de recevoir le roman de Maïté Bernard que j'ai commandé,j'ai patienté en empruntant à la  médiathèque sonpremier roman,   Fantômes.41W8XH4E7BL
Après avoir vécu six ans avec Benoît avant de l'épouser, Lisa se retrouve seule le lendemain de ses noces. Aidée par un frère et un  ex opportunément dans la police, ainsi que par une  fenêtre, opportunément laissée ouverte, elle  va remonter la piste de son époux disparu et se rendre compte que le passé, en l'occurence  ce qu'on appelait à l'époque "les événements d'Algérie" continuent à avoir des répercussions sur son présent.
Cette quête m' a laissé  des sentiments mitigés. Autant j'ai  aimé le style de l'auteure  et sa manière de revisiter l'histoire de la décolonisation algérienne ,autant j'ai  été sérieusement agacée par son héroïne.
Qu'elle soit narcissique , d'accord ,mais qu'elle soit sans cesse en train d'espérer le regard des autres devient à la longue exaspérant. Elle a fortement conscience d'incarner des stéréotypes et d'en jouer pour mieux manipuler ceux qu'elle croise mais cela ne s'arrête jamais. A la fin ,j'en arrivais à croire que Benoît, ce n'était pas le fait que son père soit lié aux troubles algériens des années 60 qui l'avait fait fuir mais l'attitude de son épouse !
Il n'en reste pas moins que l'héroîne a de l'énergie a revendre et que le style  pêchu de Maïté Bernard m 'a  totalement conquise.

12/09/2007

Chienne de vie !

Ah, elle n'était pas facile  la vie à la campagne pour les chiens , surtout durant la seconde guerre mondiale. Elle n'était pas facile non plus pour le petit Claude,tiraillé entre une mère, qui ressemble plus à celle de Jules Vallès ou à celle de Poil de carotte qu'à une maman affectueuse ,et un père rebuté par la vie aux champs et rebelle à tout embrigadement...11XSW09OJ6L
Pris dans le feu de leurs affrontements verbaux,le gamin en était donc réduit prendre le relais et à faire le seul boulot qu'aucun d'eux ne voulait assumer...
Heureusement, il y avait Rita , la chienne bonasse et bonne à  rien sauf à adoucir la vie de l'enfant. Les deux  étant englobés dans une sorte de fatalisme quant à leur  destin: "A la longue tout le monde s'était fait une  raison sur elle. On avait capitulé, question amélioration...Sur moi aussi-je grandissais".
La chienne de ma vie est donc le récit d'une amitié entre un chien et un enfant mais aussi le portrait encreux d'une enfance cabossée. Claude Duneton ne nous présente pas un portrait idyllique , il ne nous cache pas la trahison ni l'éloignement, mais son récit plein d'une émotion retenue saura vivre longtemps en nous.

L'avis de Clarabel