Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/10/2008

"Ma petite fille en fer blanc".

Delphine Bertholon, dans le roman Twist,traite  d'une de nos  angoisses les  plus profondes  quand on est mère ou père de  famille : l'enlèvement d'enfant. Mais  heureusement il ne sera pas question  de pédophilie ici : R. qui  a  enlevé Madison,  11 ans, est bien évidemment un être  dérangé mais  il n'a pas l'intention de faire le moindre mal  à la fillette qu'il gardera prisonnière durant cinq longues  années.411PeBYoa2L._SL500_AA240_.jpg
Même si ce roman  fait écho à  des faits d'actualité, l'auteure dépasse le simple fait-divers en l'envisageant de manière polyphonique.  Par le  biais d'abord  des lettres que la mère écrit secrètement à sa fille  qu'elle refuse de croire morte, par les  cahiers que Madison parvient  à  extorquer à son ravisseur car "Ecrire (...)  m'emploie les mains et la cervelle, ce qui m'évite de taper dans les  murs et de tourner sur moi même jusqu'à  ne plus tenir droit."En effet,  elle a du répondant Madison, elle a du caractère et ce qui lui permet de tenir  bon et de manipuler tant bien que mal R.
Le dernier point de vue , qui prendra  toute sa signification à la fin du livre, est celui du professeur de tennis pour qui la fillette avait le  béguin. A la fois proche et extérieur, il offre un regard plus distancié: "Son prénom devint une marque déposée, le code-barre en sept  lettres d'une société déglinguée".
L'évolution psychologique des personnages et particulièrement bien rendue et l'apect dramatique de la situation est contrebalancé par des pointes d'humour qui évitent  tout pathos  : "(Et un mec qui lit Auto-moto pour s'endormir  ne peut vraiment pas être  normal.)"
A mille lieues du thème exploré dans son précédent ouvrage, Delphine Bertholon confirme tout le  bien que j'avais pensé d'elle  car,  tout en finesse, elle réussit à établir la bonne distance entre émotion et pathos. Une  totale réussite même si j'ai  trouvé  le  roman un tout petit peu trop long.

Merci à Clarabel pour le prêt.

16/10/2008

"Ressaisissez-vous, nom d'une écrevisse !"

La France a  été envahie , pacifiquement, par des Nods qui ne veulent que notre  bien . Mais la résistance  s'organise  , demanière quelque peu iconoclaste certes mais elle s 'organise car "Ils veulent nous aider à évoluer dans le  bon  sens ? Qu'ils  aient  celui d enous foutre la paix, clamaient ses chefs de file".
Après une scène initiale où nous entrons dans le cerveau en ébulltion d'une  pervenche qui  jubile à l"idée  de  mettre un procès à une maison sur le point de dépasser sa durée limite de  staionnement, où nous croisons une poubelle dotée de  peseudopodes  et de pensées, le récit démarre sur les chapeaux de roues ! (Une petite baisse de régime en fin de parcours qui sera pardonnée).
On croisera au passage quelques allusions clin d'oeil à des faits d'actualité concernant un président en exercice( mais qui  ne sont que pure  fiction, bien entendu), mais le propos de Guillaume  Suzanne est davantage de nous montrer que ceux qui nous gouvernent  et veulent notre bonheur malgré nous ne sont pas toujours dotés de bonnes intentions...
J'ai retrouvé dans ce texte la folie déjantée de Douglas Adams (je  garde en mémoire un canapé coincé à vie dans un escalier !) et j'ai passé  un excellent moment, le sourire aux lèvres.  poubelles_200-200x307.jpg
Les poubelles pleurent aussi. Comment résister à titre  aussi loufoque? Surtout s'il est relayé par un billet enthousiaste de Fashion qui aura su vaincre  mes  réticences en matière de science-fiction !

Le site des Editions Griffe d'encre

L'avis de Brize qui  a  insisté ! :)Guillaume  Suzanne

11/10/2008

"J'aime bien Christian , à côté de lui, j'ai l'impression d'être une génie."

"Je reçois deux SMS : "Je bosse, signé Lisa" et "je t'aime, signé maman". j'aurais préféré que ce soit l'inverse."Hé oui, on le comprend,  Paul !   Pas encore sorti des joggings que lui impose son père (mais la révolte gronde !) comment pourrait-il , pauvre petit seconde "séduire la plus belle  fille du lycée ? ".
Dans son journal intime,  Paul se pose en observateur des us et coutumes des lycéens, de celui  qui  "fume des Craven A pour faire style , et mange des pim's  framboise pour faire genre." aux  "adorateurs  de Satan : pantalon noir, esprit sombre, idées noires".
Sa famille recomposée ne lui pose pas de problème, même si sa belle-mère est une fan absolue des gratins , capable de  préparer un repas  entièrement  composé de gratins  (!). Non, ce qui le travaille  c'est l'amour et pour entrer en contact avec la belle Lisa Tapir, Paul ira juqu'à s'inscrire à un club de théâtre.31sQbAszwNL._SL500_AA240_.jpg
Journal d'un garçon, de Colas  Gutman, est une merveille de drôlerie .Le narrateur est doté d' unhumour pince-sans rire hilarant et croque en quelques phrases toute une situation de  manière percutante :"Je pense  que tout part d'un malentendu . mon père a  rencontré ma mère qulnd il  avait encore des cheveux. Elle l'a  trouvé beau. Ils  nous ont faits, ma soeur et moi.  Et quand  elle en a eu marre de regarder mon père faire ses comptes, elle est partie. Ensuite, il s'est remarié  avec la  première femme  qui pouvait réussir un gratin dauphinois sans le  brûler.
La classe."

A conseiller à tous ceux qui ont un ado , mâle ou femelle, au lycée  et à tous ceux qui ont envie se remonter le moral !

Merci à l'Encreuse pour cette découverte !

Je m'en vais de  ce pas  fouiner à la médiathèque pour découvrir d'autres romans de cet auteur.

 

09/10/2008

Mes chers parents, je pars...

Par amour pour Mahalia, Sylvain a décidé de quitter ses parents. Il  a tout planifié, de la répartition des fêtes passées dans l'une ou l'autre famille au jour  qu'il compte  leur consacrer, car, il ne faut pas  s'y tromper : il aime sa famille.51VMTZGZGWL._SL500_AA240_.jpg
Tout planifié sauf...qu'il a douze ans , un petit frère qui l'aime beaucoup et un petit coeur d'ado-artichaut.
La lettre qu'il écrit à ses parents est hilarante de sérieux et d'organisation. Tout comme l'avertissement de l'éditeur d'ailleurs. Le  récit avance  à toute allure et l'on suit, le sourire aux lèvres  ce petit Roméo qui va devoir constater que Nous ne grandirons pas ensemble.
Un roman épistolaire  tout en finesse  et émotion d'Arnaud Cathrine.

A partir de 9 ans.

Un grand merci à Laure pour cette découverte.

 

04/10/2008

"Tout passe, tout casse, sauf l'amour . Pourquoi ? "

A coups de phrases souvent courtes, hachées, Arno  Reyes nous raconte son histoire d'amour avec Giannina. Une histoire d'amour commencée sous les auspices les plus poétiques et qui, après la naissance de leur fils va prendre une  toute autre tournure...
Rien que de banal à première vue.51ioyaaTHyL._SL500_AA240_.jpg
A seconde vue aussi.
L'embêtant en outre est  que je n'ai pu me défaire d'une impression de malaise face à cette théâtralisation de  l'amour clairement revendiquée par le narrateur, l'impression permanente que le narrateur se regarde tomber amoureux ... : "J'ai sans doute hérité du caractère burlesque et débridé de mon père  et des qualités théâtrales de ma mère. Comme elle, j'avais besoin de mettre ma vie en scène.",  ce qui nous vaut des phrases définitives comme celle-ci : "La journée du lendemain a changé ma vie."
Sortez les violons , musique dramatique pour souligner l'effet.
On aurait aussi voulu que les personnages aient un vrai arrière-plan; le narrateur par exemple ,nous dit qu'il est singe, comprendre  qu'il réalise des travaux acrobatiques à travers le  monde. A le lire, on croirait volontiers que cela consiste uniquement à monter et descendre d'avion...
La deuxième partie, plus réussie à mon avis laisse un goût d'amertume : les histoires d'amour finissent mal...Vous connaissez la chanson.
Bref, un goût d'artificiel et de déjà lu, tempéré cependant par de jolis moments d'émotion dûs au personnage de  Giannina.

Merci  à

Chezlesfilles[3].jpg

et aux Editions Héloïse d'Ormesson

L'avis de Clarabel

Celui de  Lucie.

Celui de Thaïs

 

 

02/10/2008

"Nulle et nulle part."

"Oui, il voulait que les livres lui montent jusqu'aux yeux,lui révèlent le monde . Oui, il était sûr que la lecture d'un vrai texte change le regard de celui qui lit. Sa force à lui, elle  est là, dans les livres."51R4YzuBpmL._SL500_AA240_.jpg
Ce credo réconfortant d'un professeur de français est une des jolies découvertes du roman de Jeanne Benameur, Présent ? .
Lu pendant les vacances  (quel masochisme !), j'ai  failli interrompre la lecture  de ce texte quasiment dès le  début, freinée que j'étais par certains monologues, trop  lyriques  à mon avis, de cette jeune professeur  des sciences de la vie et de la terre qui se demande si elle va continuer à enseigner. Finalement, j'ai vaincu l'obstacle et lu  d'une traite ce récit polyphonique d'une journée cruciale à l'intérieur d'un collège de banlieue:celle du  conseil de classe , couperet ou passerelle vers l'avenir, selon le verdict.
Maintenant que j'ai repris contact avec la réalité de  l'enseignement, je  dois avouer que le roman  de Jeanne Benameur ne me convainc plus autant, sa vision étant trop idéalisée.

L'avis de  Gambadou

Laure

Cuné

Florinette

Leiloona

26/09/2008

"Du côté de "Chez Nous".

"Chez nous  "est un café du Nord de la France où tinte La petite cloche au son grêle, petite enclave de bonheur tranquille où se blottissent Aldo, le père, Paola la mère et leur fils unique, Paolo. Leur vie douce,  pleine  de tendresse, va être quelque peu chahutée par la découverte de Proust. La mère est ravie que son fils lise enfin, le père,se sentant mis de  côté "-Ce Proust, il commence à me les briser franchement !" découvre en catimini cet auteur intimidant par le biais d'un "Abécédaire "qui lui est consacré, "Hélas, les choses  se gâtent le jour où  il tombe sur la lettre H,  celle qui abrite Homosexualité (voir Inversion) ainsi  que sur la lettre O Comme Odette mais surtout comme Onanisme." Cette lecture entraînera d'ailleurs toute la petite famille en pélerinage à Cabourg, au Grand Hôtel...9782848761121.gif
Le roman de Proust servira aussi à  jouer à l'intello pour plaire aux filles, ou plutôt à celle que Paolo a remarqué depuis longtemps...La  dernière "utilisation" de l'auteur de "La recherche du temps perdu"  est encore plus émouvante et explique le tutoiement systématique qui m'avait un peu déstabilisée au debut de ma lecture. 
Premier roman de Paul Vacca, La petite cloche au son grêle, réussit le pari d'évoquer le monde de l'enfance sans mièvrerie, une enfance à la  fois enjouée et tragique. Il  nous montre  une nouvelle fois le pouvoir de la littérature.

L'avis de Bellesahi

Celui de Moustafette.

Un coup de coeur pour Mireille

 

23/09/2008

"Où et quand commence une famille? "

Sur une impulsion,Sabine,embauche au sein de l'entreprise familiale un parfait inconnu, Pierre. De simple factotum celui-ci  va bientôt prendre une place importante autant dans l'entreprise que dans la famille Bérynx. Quelques années plus tard, il disparaît brusquement , laissant chacun face à ses fêlures...41xThfoJp9L._SL500_AA240_.jpg
Alléchée par un début intriguant,j'ai aussitôt été embarquée dans cette histoire familiale, sans pour autant retrouver le même plaisir  que dans Magnus.Le nouveau roman deSylvie Germain, L'inaperçu, est traversé de très belles images d'arbres, de peintures  et le style de l'écrivaine est toujours aussi beau mais...
Faute de réelle tension dramatique, j'ai en  effet eu l'impression de voir défiler la vie de cette famille derrière une vitre, de me laisser aller au fil del'histoire,guettant mais en vain l'étincelle qui ferait flamber mon enthousiasme.

Un grand merci à Alexandra de  chez Hautetfort grâce à qui j'ai pu lire  ce livre, ainsi qu'aus éditions Albin Michel.

L'avis d'Amanda.

 

19/09/2008

"et je me dis que tenir à une grand-mère, c'est pas plus reposant que tomber amoureux."

La peste (Camus), La promesse de l’aube (Gary) , Le vieux qui lisait des romans d’amour (Sepulveda), c’est en partageant la lecture de ces trois romans que Germain, le balourd, l’abruti quasi analphabète et Margueritte, la vieille dame fluette et cultivée, vont tisser des liens sur un banc de jardin public.

41Vleh0mfdL._SL500_AA240_.jpg

 

Germain qui a La tête en friche, va peu à peu évoluer grâce aux livres , dans ses relations avec les autres mais aussi en réfléchissant sur lui-même.
Le joli roman de Marie-Sabine Roger nous montre que le vocabulaire nous permet d’affiner nos pensées et par là même nos actes.L’auteure peint avec tendresse les relations quasi filiales qui s’établissent entre ces personnages en apparence si dissemblables
De jolies trouvailles linguistiques quand Germain malmène la langue mais aussi un sentiment de facilité et de fatigue dû ce torrent de langage grossier qui se déverse sur nous. Une réussite en demi-teinte.

 

Les avis  de Clarabel , de Leiloona

11/09/2008

"Les arcs-en ciel sont sourds et les trésors ont disparu."

Pour empêcher la jeune L.  de commettre le  pire, l'ange (son ange gardien ? ), utilisant une régie particulière projette devant elle des  moments clés de sont existence, qu'ils  soient joyeux ou pénibles. Simultanément s'instaure un dialogue très animé entre les  deux personnages , dialogue d'autant plus important que pour l'ange "les mots sont des tiroirs, ils dissimulent des trésors aigres et doux. Je  voudrais juste que tu apprennes à les comprendre , à déjouer leurs pièges, à passer à travers leurs apparences. Un mot  de haine, parfois c'est un cri."
Mais qu'ils sont durs  les mots  pour qualifier cette jeune  fille . Ceux de ses camarades de  classe: "La mère fait des ménages, la fille fait des saletés."ou ceux de la  mère justement "qui  n'étaient pas  des gros  mots , mais  des  mots épais. Impossible  à digérer." Toute tentative pour les utiliser avec plaisir ces mots est bientôt réprimée, ainsi pour l'institutrice de son enfance : "On ne pouvait pas parler de tout  en poésie. Le dernier poème s'appelait La Bouteille de papa."9782848652405.jpg
Les mots de tendresse, ils  sont pour l'ange "Mon ange" car "C'était peut être l'amour qui manquait. La  possibilité de croire qu'il existe."
Beaucoup  d'ellipses  et d'implicite dans Il n'y a pas  d'ange.  Anne Mulpass  laisse au lecteur le soin  de combler les  trous  du récit, de formuler clairement  ce qui est suggéré, conférant ainsi  une  forte densité à ce roman parfois oppressant.  Cependant la prose  poétique de  l'auteure nous offre quelques échappées bienvenues, quelques bouffées d'air  frais pour  échapper à ce mal être de l'adolescence si  bien dépeint. On pourrait reprocher à  ce roman son déterminisme mais  tous les  membres  de  la même fratrie ne réagissent pas  de la même manière à  ce qu'ils vivent  au sein  du huis-clos  familial. D'ailleurs les différents points devue  des protagonistes qui sont proposés permettent de relativiser ou d'éclairer d'un jour nouveau les événements.
Une oeuvre puissante et émouvante mais que je ne proposerai pas à un ado en plein désarroi.