Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/03/2012

Tout le monde n'a pas le destin de Kate Middleton

"Décidément , Victor n'avait que l'embarras du choix pour son avenir professionnel, il était aussi doué en médecine d'urgence qu'en proxénétisme aggravé. Il fallait absolument que je pense à lui offrir un costume rayé et des chaussures en croco blanches pour son prochain anniversaire."

Capucine Guillon, quarante- trois ans, divorcée, élevant seule trois enfants (Paul, Emile, Victor, dans l'ordre !) de trois pères différents, tire le diable par la queue car, toutes les mères d'ado fred ballard,humour(d'appartement ou pas) vous le diront : l'ado est un morfale qui vide votre frigo en moins de deux et dont les pieds nécessitent l'achat régulier (et fort dispendieux) de baskets . Et ce n'est pas son boulot de rédactrice de questions pour jeux télévisés qui va lui permettre de sortir son compte en banque du rouge ! Manquant chroniquement de culot, trop gentille, se fourrant elle même dans les situations les plus improbables, notre Capucine se définit comme une parfaite looseuse, mais malgré les coups de blues, il lui faut reprendre les choses en mains et repartir de plus belle !
Quadragénaires*, mes soeurs, voici enfin LE livre que nous attendions toutes: le livre sympathique en diable -et diablement réconfortant-, bien écrit, bien ficelé, sans baisse de rythme, qui met en scène une héroïne selon notre coeur ! Une femme comme nous, ni belle, ni moche, qui n'a pas un métier trop glamour, qui ne rêve pas de chaussures X ou de sacs Y , qui arrive une fois sur trois à entrer dans un trikini **et qui ne cherche pas l'amouuuuuuur à tout prix ! Nous la suivons tout au long d'une année, un chapitre par mois, et finissons avec un grand sourire au lèvres après avoir dévoré d'une traite ce roman qui me réconcilie avec la comédie ! à quand l'adaptation cinématographique ?

Tout le monde n'a pas le destin de Kate Middleton, Fred Ballard, Pygmalion 2012, 307 pages qui donnent la pêche !

*Encore pour quelques mois, si , si !

**"un mélange de bikini et de une-pièce , sauf qu'en fait il y avait trois morceaux...Trois morceaux collés les uns aux autres. Comme il n'y avait pas de mode d'emploi ni de schéma de montage, je m'étais débrouillée seule pour trouver dans quels trous je devais mettre mes jambes et dans quels orifices devaient rentrer mes bras, ce qui me prit un certain temps..."

22/03/2012

Corps

"Je suis pour elles une étrangère et une intime. Le paradoxe incite à la confidence."

Du corps de Monika, la narratrice qui travaille dans un institut de beauté, nous ne connaîtrons rien. Ou presque. Juste les souvenirs d'enfance, au seuil de l'adolescence ,quand la fillette mesurait sa féminité à l'aune des femmes qui l'entouraient, soeur, mère ou voisine.fabienne jacob
Aujourd'hui, c'est elle qui regarde et surtout qui écoute des clientes jamais satisfaites de leurs corps. Un corps qui n'est jamais en adéquation avec les critères en vogue. Des corps dont Monika interprète la matière, la langueur, et pour qui elle a beaucoup d'empathie, à de rares exceptions près.
En tissant les souvenirs de l'esthéticienne aux confidences de ses clientes, Fabienne Jacob évite l'aspect "succession de portraits" et confère une vraie chair à son roman. Son style , parfois rude mais aussi sensuel, peut parfois heurter mais j'en retiendrai surtout son adéquation avec l'exploration de ce territoire de l'intime. Une jolie découverte que j'ai envie de poursuivre en lisant les recueils de nouvelles de l'auteure. Un livre, pour lequel j'aurais eu un vrai coup de coeur s'il avait davantage développé l'aspect tactile du métier évoqué.

20/03/2012

La mélodie des jours

lorraine fouchet

"On guérit de plus en plus de cancers mais les gens ne sont plus jamais comme avant. Beaucoup affirment qu'ils vivent mieux, qu'ils  n'accordent plus d'importance aux choses insignifiantes, qu'ils ne se laissent plus déborder, qu'ils savourent. ça ne les empêche pas de voyager  mais ça leur donne envie de changer d'intinéraire."

Pour préserver sa fille Léa qu'elle élève seule, Lucie ne va pas lui révéler qu'elle est atteinte d'un cancer du sein. Mais même quand on est un brave petit soldat, affronter cette cochonnerie de crabe n'est pas facile. Heureusement, sur le site des voisins , la jeune femme trouvera de l'aide , du soutien et peut être même l'amour.
Trois thèmes s'entrecroisent dans La mélodie des jours :celui du réseau d'entraide créé par le site internet, plutôt réussi avec ses personnages hauts en couleurs et très variés (mention spéciale pour l'institutrice corse à la retraite et son chien); celui de la lutte contre le cancer avec des descriptions sensibles des malades et des soignants ; celui enfin, le plus décevant, de la comédie romantique, bien trop guimauve à mon goût. On patauge parfois dans le mélo et c'est dommage. Lorraine Foucher, ancien médecin, aborde avec délicatesse et finesse le thème du cancer du sein mais son texte aurait gagner à être épuré en ce qui concerne l'hsitoire d'amour.

La mélodie des jours, Lorraine Foucher, j'ai lu 2012, 378 pages.

Le site du livre où l'on peut , entre autres, écouter quelques-unes des muqiques citées dans le roman

Du même auteur, j'avais bien aimé Le Phare de Zanzibar.

Lucie a adoré !

21/02/2012

La belle année

""Tout gâcher, c'est ta spécialité, Tracey Charles "je me suis dit."

" -T'as de la chance de t'appeler Tracey. Toi au moins, tes parents t'ont gâtée". Pas si sûr que ça . Parce que la mère de Tracey c'est tout un poème ! Au lieu de se réjouir d'avoir une fille douée qui vient d'entrer en sixième et d'entamer, saison après saison ce qui va devenir sa Belle année , elle la tarabuste sans cesse, passe son temps à se plaindre et on se demande comment après avoir largué son premier mari, le père de la pré-adolescente, elle ait réussi à se dénicher un nouveau compagnon !
Mais Tracey ,en fille intelligente, sait s'accommoder des humeurs de sa mère, voire en tirer partie. Elle porte un regard aigu sur le monde qui l'entoure, la banlieue, mais une banlieue qui échappe à tous les clichés sans pour autant tomber dans l'angélisme (il n'est que de voir la description des cours dans le collège !). L'espace urbain joue en effet un rôle important dans ce roman, à travers les déplacements de Tracey mais aussi à travers la manière dont son père va, petit à petit le réinvestir, faisant fi de sa phobie qui le contraint à rester chez lui.cypora petitjean-cerf
C'est en effet toute une faune haute en couleurs qui gravite autour de Tracey . Que ce soit ses parents,  son beau-père japonais, sa famille ou ses amis. Tout un monde attachant qui se compose petit à petit à travers le récit de Tracey.
La Belle année c'est aussi le récit de la métamorphose à petits pas, d'une enfant dont "Les accès de violence sont le plus grand problème" , qui ne supporte pas qu'on la touche (vu la manière dont sa mère la bouscule, on comprend pourquoi...) et qui va apprendre, mine de rien, à s'ouvrir aux autres. un récit plein de fraîcheur et d'humour.

La belle année, Cypora Petitjean-Cerf, Stock 2012, 317 pages hérissées de marque-pages !

15/02/2012

Je renaîtrai de vos cendres

"Bref ,quitte à passer pour un monstre, une sans-coeur, une anti-tout, je préfère  même me désolidariser de ce Polonais suicidé de Yanek[...] .Moi je dois réussir mon bac à tout prix, pour retouner vivre à Paris . Pas mécontente le jour où je quittrais la Place de la Jamais-Contente !"

Waouh ! Quelle énergie, Shosha ! Quelle colère ! Tout cela déborde de son journal mais bientôt cette jeune fille en classe de terminale va, à la suite d'un travail scolaire, s'interroger sur l'origine de son prénom, sur des bribes de souvenirs, sur des silences soudains et ainsi recomposer tout un pan d'une histoire familiale que les femmes de sa famille auraient préféré garder sous silence.elisabeth brami
Dès le titre le lecteur adulte aura deviné de quoi il est question, mais le "secret" en lui même n'est pas l'aspect le plus intéressant de ce roman. C'est tout l'aspect "psychogénéalogique" qui m'a vraiment intéressée, la manière dont les secrets se transmettent malgré tout et pertubent , à distance, les descendants. Un roman plein d'énergie et de sensibilité. à noter les citations très pertinentes qui ouvrent chaque section du journal.

Je renaîtrai de vos cendres, Elisabth Brami, Flammarion 2012, 244 pages.

 

 

 

 

 

 

L'avis de Stephie.

11/02/2012

Danbé...en poche

"On souffre tout seul et sans bruit et il n'y a personne alentour pour le voir ni pour l'entendre."

Née en France de parents maliens, Aya connaît une enfance plutôt heureuse, même si ses parents ne disposent pas de tous les codes leur permettant d'intégrer la vie en France.
La mort,dans un incendie criminel, de son père et de sa petite soeur va métamorphoser la petite fille : plutôt rebelle à l'école, ellle reste néanmoins fidèle au danbé, la dignité en malinké. La boxe lui offrira aussi une échappatoire et elle enchaînera les titres avec une apparente facilité.
Portrait troublant d'une jeune fille qui ne semble tirer ni plaisir ni orgueil des victoires sur le ring. Très peu de descriptions d'ailleurs de ses combats, Aya attache plus d'importance aux personnes qu'elle rencontre qu'à la manière de combattre. marie desplechin,
Récit troublant aussi d'une vie où le mot "racisme" n'apparaît jamais mais où on ne peut s'empêcher de penser que si cette famille avait été blanche, elle aurait été logée dans un immeuble plus décent, traitée de manière moins désinvolte par certains avocats ou médecins et aurait ainsi évité bien des drames.
Un récit plein de dignité,  sans pathos, mais qui m'a émue aux larmes.

07/02/2012

Au pays des kangourous

"Il n' a jamais vu maman et m'a demandé si elle existait vraiment.
-Je ne sais pas, j'ai répondu. Je me le demande aussi."

Une mère, ambitieuse pour deux, qui vit la plupart du temps Au pays des kangourous ;un père, Paul,  ghostwriter et papa poule à plein temps; entre les deux un petit bonhomme de neuf ans, Simon, le narrateur de cette histoire.gilles paris, schtroumpf grognon le retourTout pourrait continuer à tourner tant bien que mal ainsi si , tout à coup, Paul ne plongeait sa tête dans le lave-vaisselle et la dépression. C'est donc la grand-mère paternelle, haute en couleurs, aidée de ses amis tout aussi excentriques, qui va prendre le relais et protéger, autant que faire se peut, tout à la fois Paul et surtout Simon.
J'ai entendu l'auteur sur France Info dire qu'il avait voulu écrire un livre drôle sur la dépression. Perso, j'ai souri à quelques formules mais les marque-page sont restés bien rares,( mais bon, j'ai tendance à trouvé poignant ce qui souvent fait rire d'autres lecteurs) . De plus j'ai trouvé quelque peu lourde l'intervention d'un personnage à visée explicative sur le fonctionnement de la dépression. Quant aux dialogues , ils m'ont paru artificiels, à cent lieues de ceux nettement plus réussis d'Autobiographie d'une courgette, dont j'avais fait mon miel il y a quelques années.

Laure a aimé .

06/02/2012

La liseuse

"Un prochain jour, les gens auront peut être un livre en douce, comme j'ai un couteau. Inutile et rassurant."

La liseuse est un roman destiné aux amoureux du livre. Et aux amoureux tout court . En effet,  en arrière-plan de cette histoire de vieil éditeur qui va découvir la liseuse électronique et monter avec toute une bande de stagiaires un projet pour (re) donner envie aux gens de découvrir la littérature, se donne à voir en pointillés une histoire d'amour tout aussi attachante.paul fournel
Que ce texte ait la forme d'une sextine, multiplie les citations masquées et nous régale d'un vocabulaire choisi tout en donnant de la chair et de l'épaisseur à ses personnages , sans oublier une pincée d'humour et d'émotion, voilà qui ajoute à notre plaisir !

La liseuse, Paul Fournel , POL 2012, 217 pages délicieuses !

Indispensable !

Cuné (merci !), Aifelle ont aimé bien sûr !

04/02/2012

Les femmes du braconnier... en poche

"...pourquoi cette hécatombe autour de l'écriture ? "

La vie ardente de la poétesse et romancière américaine Sylvia Plath, son mariage avec un poète tout aussi charismatique, Ted Hughes, son suicide enfin, ont déjà donné naissance à de nombreuses études, voire à des romans ( dont le magnifique Froidure de Kate Moses que je recommande vivement).
Claude Pujade-Renaud, à son tour, revisite cette existence marquée par de grandes périodes d'exaltation suivies de non moins importants épisodes dépressifs. Mais la maladie mentale n'explique pas tout ,loin s'en faut. En choisissant de multiples points de vue, ceux des principaux protagonistes bien sûr, mais aussi des personnages plus extérieurs , tels une concierge ou un voisin, Claude Pujade-Renaud effectue ainsi un tour le plus complet possible de ces personnages hors du commun.claude pujade-renaud,sylvia plath

Des chapitres courts qui s'enchaînent avec fluidité , portés par l'intensité de l'écriture, une écriture traversée par de nombreuses figures animales . Le livre commence ainsi sur la vision d'un cheval qui s'emballe et se clôt sur une guenon se laissant mourir ; animaux que l'on trouve au départ  aussi bien dans les poèmes de Sylvia( en particulier les abeilles liées à l'image paternelle) que dans ceux de de Ted, car comme le montre l'auteure, il y a eu , même au-delà de la mort, durant trente ans "un travail de tissage entre les textes " de ces deux poètes.En outre, deux scènes , l'une d'harmonie totale entre les amants et la Nature, l'autre d'une violence extrême , montrant Sylvia, essoufflée, alourdie par ses maternités,  détruisant avec furie les collets des braconniers, tandis que Hughes se tait mais prend secrètement le parti des ruraux, fonctionnent en écho et symbolisent la rupture en marche...
Le sang, celui de la morsure initiale qu'inflige Sylvia à Ted, celui des règles, qu'elle refuse avec horreur, la couleur vermillon qu'elle emploie à tour de bras, tout ce rouge court au long de ce roman charnel, marqué également par les odeurs fortes liées à l'animalité et à la puissance.
Sous le couvert des différents narrateurs , on devine parfois la voix de l'auteure, quand sont rectifiés certains détails ou bien quand est fustigée l'attitude des féministes qui n'ont cessé de vouer Hughes aux gémonies, lui reprochant en particulier la censure exercée dans l'édition de certains textes de Plath, voire leur destruction totale .
Mais il ne faudrait pas oublier également le portrait , tout en nuances, que brosse Pujade-Renaud d'Assia, souvent présentée comme la briseuse de ménage, mais qui fut elle aussi fascinée tout à la fois par Hughes mais aussi par Sylvia et qui en paya le prix fort.
Une oeuvre riche et puissante montrant aussi les ravages et les bonheurs de l'écriture : "S'ajoutait le cauchemar de ne pas dormir .Ou si peu : je me réveillais malaxée, concassée par les rêves. La sensation d'avoir été lapidée par une grêle de météorites oniriques. Peut être n'avais-je pas droit à un sommeil réparateur puisque je n'avais rien produit? Ou mal. Ou pas assez. La perfection ou rien !"Un roman que j'ai dévoré avec passion, même si je connaissais ou croyais connaître l'histoire de Sylvia Plath.

03/02/2012

Le rêve de l'homme lucide

"Je croyais à la puissance des mots.J'étais convaincu que le verbe des artistes, , des médecins, des grands spirituels, des guerriers, de tous ceux qui  avaient une force intérieure, était une formule agissante, un code qui entrait dans le programme du monde pour le modifier."

Simon Perse ne dort plus. Plus du tout. D'où des hallucinations qui le coupent brutalement de sa vie quotidienne de père de famille divorcé, d'écrivain et de psychanalysé. Il plonge ainsi au plus profond de lui même et exerce ainsi au plus près la lucidité qui lui fait rejeter avec violence la société dans laquelle il affirme jouer un rôle d'"anxiolytique social." Mais peut-on ne jamais dormir sans en payer les conséquences ? philippe ségur
Plein de chausse-trapes dans ce roman où le héros, (dont les initiales sont les mêmes que celle de l'auteur et qui a écrit les mêmes livres que lui ) est tout à la fois drôle, sarcastique et parfois terriblement poignant. Philippe Ségur ,en quatre parties : "l'eau, l'insondable", "La montagne, l'arrêt", "Le vent , l'invasion", "Le feu, le lumineux",parties elle-mêmes divisées en quatre chapitres,  fait parcourir à son" double" un parcours initiatique tout à la fois cocasse et douloureux. On plaint cet athée convaincu dont l'ex- femme sort avec un diacre  , de surcroît, fan de foot, tout ce qu'il exècre ! On espère pour lui qu'il n'a jamais rencontré un psychanalyste monté en boucle et on le suit dans ces montagnes russes sans jamais décrocher !

Le rêve de l'homme lucide, Philippe Ségur, Buchet-Chastel 2012, 390 pages qui secouent !