Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/02/2011

Hors-service

"Complètement libre ,en fait, complètement libérée de toute responsabilité."

Paradoxalement, c'est quand elle se retrouve accidentellement enfermée un vendredi soir dans le local à photocopieur de du collège où elle enseigne que Eva-Lena se sent soudain totalement libre. Libre de réfléchir à sa vie calibrée, où tout est bien organisé, où règnent la perfection et l'exigence , mais à quel prix ? soja brapu,suède,hommes femmes mode d'emploi
Son mari traîne des pieds pour rentrer à la maison et ses enfants se rebellent chacun à sa manière, sa fille lui reprochant de s'occuper davantage de ses élèves que de ses enfants. Le bilan n'est pas fameux et Eva-Lena,  petit à petit va se livrer à un passage en revue des événements qui ont précédé son enfermement et jeter un oeil neuf sur sa vie trop bien agencée. Un portrait qui parlera aux femmes de quarante ans dont le quotidien est trop souvent tristouille car si l'intendance roule, les sentiments, eux, commencent à rouiller. Un roman sensible et juste.

Merci Cuné (chez qui vous trouverez des liens à foison) !!!

Hors-service, Solja Krapu, traduit du suédois par Max Stadler et Lucile Clauss, Gaïa 2011, 270 pages dévorées d'une traite !

soja brapu,suède,hommes femmes mode d'emploi

 

27/02/2011

Chienne de vie

Bente échoue au bout du bout du Danemark. Elle est recueillie par des gens que l'on devine fragiles, Cocotte et Johnny. Des retours en arrière nous informent petit à petit que Bente s'est laissée dériver au fil de la dépression et qu'elle écrivait. La quatrième de couverture nous informe  que " c'est le récit troublant de l'arrivée d'un écrivain dans la vie de ses personnages."411GUTAbKfL._SL500_AA300_.jpg
Voici donc la clé de ce récit intimiste à côté duquel je crains bien d'être passée !

Antigone a davantage été sensible  à ce roman et je la remercie !

Chienne de vie, Helle Helle, Le serpent à plumes 2011voisins1.jpg

25/02/2011

Les variations Bradshaw...en poche

"Elle admire les gens qui ne se conforment pas à ce qu'on attend d'eux."

Le couple central des Variations Bradshaw vient, depuis peu, d'inverser les rôles. Thomas a troqué un métier lucratif contre le statut de père au foyer. il en profite aussi pour prendre des leçons de piano. Sa femme, Tonie, à l'orée de la quarantaine, vient d'accepter un poste administratif dans l'université où elle enseignait auparavant, faisant ainsi le choix de se "délester du fardeau des émotions."
Autour d'eux le reste de "l'orchestre familial" joue sa partie ,avec ses tensions, ses épisodes comiques -en autres un hilarant départ en vacances- ou dramatiques.
Autant de couples, autant de configurations pour affronter ses désirs, ses émotions, ses ambitions, assumer ses choix, ses regrets.rachel cusk,couples
Tout au long des 32 chapitres (autant que les variations Goldberg) Rachel Cusk se penche avec un humour décapant sur ses personnages de la classe moyenne qu'elle nous peint ,avec ce charme british que nous apprécions tant , dans leur intimité, leur quotidien qui parfois dérape. Une  réussite qui nous fait  largement oublier la déception d'Egypt farm et retrouver tout le plaisir éprouvé  à la lecture d'Arlington park

21/02/2011

En ce sanctuaire

"Je sais, oui, la miséricorde semble une denrée rare, au même titre que l'eau potable."

Chic, revoilà Jack Taylor, notre claudiquant ex-policier, ex-abstinent devenu sourd d'une oreille (dans un épisode que j'ai loupé, que fait la médiathèque? !) préféré .ken bruen,irlande,bonne soeur,bitures,baston et cie
Comme toujours l'enquête est quelque peu délaissée au profit de l'humour et des remarques caustiques de notre Irlandais favori , qui mine de rien, semble se départir quelque peu de sa solide réputation de cynique et fait de plus en plus preuve d'humanité, quoi qu'il s'en défende.
Mention spéciale pour les personnages secondaires, un ex-dealer devenu adepte du zen qui sirote des tisanes et un obèse qui en deux apparitions réussit à marquer nos esprits et nos coeurs. Le tout dans une Irlande en pleine déliquescence - selon notre ronchon chouchou- mais où les nouveaux millionnaires sont à la fête.
A noter que pour apprécier à sa juste valeur l'évolution du personnage récurrent mieux vaut lire les différents épisodes dans l'ordre...

En ce sanctuaire, Ken Bruen, Série noire Gallimard 2010, 200 pages traduites comme toujours de main de maître par Pierre Bondil qui relève toutes les références culturelles (citations entre autres) qui auraient pu nous échapper. Un régal à ne pas rater.

L'avis de Dasola

ken bruen,irlande,bonne soeur,bitures,baston et cie

19/02/2011

le koala tueur...en poche

"Selon le principe que dans tout périple se  cache une bonne histoire" Kenneth Cook  se lance dans les  entreprises les plus  bizarroïdes en compagnie d'acolytes pour le moins surprenants ! N'ayant rien d'un Crocodile Dundee -il se présente à plusieurs reprises comme  pesant une centaine de kilos,non-pratiquant fervent du sport, il n'a  donc  guère d'atout en mains pour jouer les héros dans le bush australien. D'autant moins qu'il a le chic pour se choisir des compagnons qui ont un rapport pour le moins flegmatique (hérité de leurs ancêtres grands-bretons?) avec le  danger...516MOZ75aEL._SL500_AA300_.jpg
Quant aux animaux, les plus dangereux ne sont peut être pas ceux que l'on croit. Tel George, "le chien qui aimait les animaux" et le seul qui ait "délibérément attenté "à la vie de l'auteur et de cinq autres personnes,  réfugiées  piteusement sur un comptoir de bar, jusqu'à ce qu'une émule de Ma Dalton vienne rétablir  l'ordre. Quant à Cedric le chat, s'il vous regarde d'un air gourmand, gare ! Au passage,  nous apprendrons que l'haleine  de chameau est "l'une des choses les plus redoutables en ce monde" (je vous en épargne la description, très imagée) et que " les koalas "n'ont pas  un poil de gentillesse" vu la  façon dont l'un d'entre  eux a montré son attachement féroce à l'auteur,on comprend cette assertion !
Bref, j'ai  a-do-ré  ce recueil de nouvelles qui certes, comme le souligne la  traductrice Mireille Vignol dans sa  post-face,  n'a  pas  oeuvré pour le  tourisme australien, mais m'a , et ce à  de nombreuses  reprises littéralement  fait éclaté de rire, ce qui  ne m'était pas arrivé depuis un bon moment avec un livre !

Sollicitée par Hélène, je craque et hop, m'inscris à son challenge !kenneth cook

15/02/2011

L'héritage impossible

"L'ethnique atteint de tout nouveaux sommets ! cria-t-il."

Après une scène initiale forte et poignante, le dernier volet de la trilogie d'Anne B. Ragde perd un peu en puissance.anne b. ragde,ferme,porcs,héritage
Si le personnage de Torunn, héritière de la ferme, aux prises avec un travail harassant dans un ferme délabrée, tout en s'occupant d'un vieil homme quasi mutique, est toujours aussi attachant, ses oncles, malgré leur bonne volonté apparente ne lui sont guère utiles et leur comportement frôle souvent la caricature.
L'auteure semble peiner parfois à renouveler ses thèmes et lance parfois son récit dans des voies de garage qui ne lui apportent rien. Néanmoins la peinture du monde agricole est comme toujours très réussie  (ah, ces descriptions de porcelets !).
Ce n'est pas qu'on s'ennuie vraiment mais on a hâte de connaître le destin que va se choisir l'héroïne et en cela la fin est quelque peu décevante car je m'attendais à quelque chose de plus enthousiasmant pour elle. Une réussite en demi-teintes donc.

 

L'héritage impossible, Anne B. ragde, traduit du norvégien par Jean Renaud, Balland, 2010, 348 pages.

Emprunté à la médiathèque.anne b. ragde,ferme,porcs,héritage

 

14/02/2011

La petite et le vieux

" C'est normal d'aimer les belles chutes, ça change de la Vie."

Elle a huit ans au début du roman, mais s'attribue deux ou trois ans de plus,  se nomme Hélène mais se fait appeler Joe, car elle veut vivre en garçon, comme l'héroïne de son dessin animé. Elle vit dans un quartier populaire entre une mère cachant sa fragilité derrière de péremptoires "C'é toute" qui font l'admiration des mères de famille dépassées par leurs enfants, un père qui a choisi de voir le côté sombre de la vie et trois soeurs aussi dissemblables qu'attachantes. marie-renée lavoie,humour,tendresse,enfance
Et puis il y a le Vieux, Roger, qui n'a qu'une hâte: mourir mais qui prendra quand même bien le temps de profiter de son amitié avec Hélène.
Sans sortir de leur quartier, ils vont partager des aventures au quotidien, l'hyperlucidité de Joe et sa capacité à retrousser ses manches sans ostentation pour rétablir un équilibre, ne serait-ce que financier au sein de sa famille, n'ayant d'égal que sa capacité à rebondir et à prendre la vie à bras le corps.
Pas d'ostentation, pas de sentimentalisme, juste une formidable envie de vivre et un humour percutant comme dans la lettre que Joe est obligée d'adresser à l'infirmière scolaire qui humilie publiquement des enfants depuis plusieurs générations : "Du même souffle, j'ai expliqué la situation particulière des Péloquin, qui m'avait ainsi fait réagir, et mon ignorance de l'immense malheur que devait être sa vie, vu sa méchanceté."
L'histoire file à toute allure, les personnages sont pittoresques en diable, admirablement croqués, parfois en quelques mots ("un petit chien coup de pied" )et le style à la fois truculent et plein de vivacité nous laisse à peine le temps de noter de très jolies phrases au passage.


La petite et le vieux, Marie-Renée Lavoie, Editions XYZ, 236 pages gouleyantes.

"Un coup de coeur absolu et foudroyant" pour

Cuné chez qui vous trouverez des liens en pagaille et un entretien de l'auteure. Merciiii !

 

 

11/02/2011

Les chaussures italiennes ...en poche

"Il n'était jamais trop tard pour prendre la photo manquante"
En un peu plus d'un an, la vie de de Fredrik Welin , soixante-six ans, va être totalement bouleversée.Lui qui vivait reclus en compagnie d'une chatte et d'une chienne âgées sur une île suédoise voit un jour arriver une femme qu'il a autrefois aimée et abandonnée.mais Harriet "...était porteuse de nouvelles de la vie-pas seulement de la mort qui viendrait bientôt la cueillir."Et Fredrik va devoir revenir sur les erreurs commises, se plonger dans ce qu'il avait fui avec obstination en se limitant à une vie quasi mécanique: lui-même. En effet, comme le lui confiera le vieux cordonnier de génie qui lui confectionnera ses Chaussures iltaliennes : "Il est aussi facile de se perdre à l'intérieur de soi que sur les chemins des bois ou dans les rues des villes."51qFANH1jvL._SL500_AA300_.jpg
Roman sur la vieillesse, la solitude, le temps et l'amour, cet opus de Mankell est aussi l'occasion de se pencher sur le désarroi de certains jeunes, qu'il soient suédois ou étrangers ayant du mal à s'insérer dans la société(l'auteur adresse même un clin d'oeil à un de ses personnages , héroïne d'un autre roman, Tea-bag), nous montrant bien qu'il est possible d'établir des liens entre ces deux pôles de la vie.
Une psychologie fouillée mais sans pathos qui réussit tout en délicatesse à nous amener parfois au bord des larmes sans pour autant être déprimante, un roman chaleureux qui nous prend par la main et qu'on ne lâche plus.

07/02/2011

Un immense asile de fous , récits d'un village anglais

"Vous êtes flutiste ? Vous habitez ici ? Vous êtes folle ? Vous jouez faux et vous respirez aux mauvais moments ? Vous avez beaucoup de temps libre ? Vous jouez avec quelqu'un ? Vous avez des enfants ? A propos je m'appelle Jenny. Je suis hautboïste. "

louis de bernières,excentriques,england

Voici un extrait qui vous donne un aperçu d'Un immense asile de fous où Louis de Bernières se propose, en plusieurs récits, de nous brosser le portrait d'un village où se concentre tout ce qui fait le charme de la Grande- Bretagne.
Alternant douce folie, regardée avec bienveillance , et excentricité pleinement assumée, des premiers rôles aux figurants tous nous font sourire ou nous attendrissent. Certains récits sont néanmoins assez convenus et lire la quatrième de couverture, trop explicite,  vous ferez perdre le sel de bien des textes.
Je dois avouer que je m'attendais à mieux mais qu'avec le recul mon avis est plus nuancé. Beaucoup de tendresse et d'affection de la part de l'auteur et quelques jolis textes qui font oublier les chutes trop prévisibles.

Un immense asile de fous, récits d'un village anglais, traduit de l'anglais par Fanchita Gonzalez Battle, Mercure de France, 316 pages à attendre en poche ?louis de bernières,excentriques,england

 

05/02/2011

Là haut tout est calme...en poche

"J'étais le deuxième choix, dis-je. C'était ça le pire."

Depuis que son frère jumeau est décédé dans un accident il y a 35 ans,Helmer van Wonderen a dû le remplacer à la ferme familiale. Mais vingt ans plus tard, brusquement Helmer décide de monter son père grabataire au premier étage et de réaménager la maison. première étape d'un changement de vie significatif qui s'annonce pour celui qui n'a , il l'avouera tardivement, jamais su trouver sa place une fois son frère mort.41zpV2p4CmL._SL500_AA300_.jpg
Avec une grande économie de moyens Gerbrand Bakker peint avec délicatesse et poésie cette renaissance d'un homme qui jusqu'à présent n'a jamais appris à décider seul.
Ce personnage laconique sait néanmoins tisser avec les animaux et les êtres qui l'entourent de vrais relations et nous surprend sans cesse tant par sa violence feutrée que par sa volonté souterraine mais  inébranlable d'avancer enfin. Un livre magnifique , lumineux, et qui accompagne longtemps le lecteur.