Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2008

Au bord de l'océan arctique

Imaginez que vous soyez en train de tenter désespérément de faire un enfant, probablement  la dernière chance pour votre couple... Imaginez que vous receviez une lettre vous informant que vous êtes  l'heureux papa de jumeaux adolescents, souvenirs, dont vous n'avez pas de  traces, d'un séjour dans le Grand Nord Canadien.41r+CbJhEzL._SL500_AA240_.jpg
Voilà la bombe qui explose dans la vie de Dafydd, chirurgien bien sous tous rapports, et qui va tout remettre en cause.  Pour éclaircir  ce  qui va s'avérer être un plan d'un machavélisme achevé, il va devoir retourner sur les  traces de son passé :"Bienvenue à Moose Creek ! Une fois d e plus, il  était relégué chez les losers après les nouvelles  erreurs commises dans le monde  civilisé."
Kitty Sewell avec Fleur de  Glace nous entraîne  dans un suspense haletant et nous peint également, sans clichés, le monde des ces loosers du bout du monde, plongés dans un monde où s'endormir dans le froid peut paraître plus doux que  de supporter une vie aussi rude.
Si vous aimez les grands  espaces, les personnages plus vrais que nature et que vous avez envie de visiter le Grand Nord canadien sans avoir trop froid, ce livre  est pour vous! Un bon moment de lecture.

l'avis de Clarabel

29/09/2008

"Le succès, c'est comme la vie, cruel et merveilleux."

Merrete Pryds Helle transpose l'histoire de Roméo et Juliette de nos jours au Danemark, sous fond de racisme. Roméo est ici un jeune chauffeur de  taxi iranien, et Juliette termine sa thèse  de médecine légale mais se révèle surtout être la fille d'un extrémiste de droite à l'orée d'une carrière politique.519SGRKIC7L._SL500_AA240_.jpg
Juliette partage beaucoup de points communs avec les héroïnes de la chick litt mais éprouve néanmoins un certain désenchantement qui la rend plus mélancolique que beaucoup  de ses consoeurs en célibat. Le personnage de Roméo est lui aussi fort attachant et ce que l'on devine de son passé lui donne de la densité.
Oh Roméo
aurait pu être une excellente idée si l'auteure n'avait montré autant de raideur dans son traitement du drame.  En effet, d'emblée, la  présentation systématique des  personnages à la  façon d'une  pièce de théâtre m'a paru à la fois lourde et inutile. Il faut savoir de temps en temps faire confiance aux cellules grises du lecteur . En outre, nous montrer les deux pères de famille agir exactement de la mêm  manière au même moment , dans le but de souligner les rares points communs qu'ils peuvent avoir m'a paru fort artificiel. Le style, du fait de la traduction ? , m'a semblé souvent empesé. Bref, j'ai pesté contre cette déception !

 

Merci à  Clarabel pour le prêt .

25/09/2008

"Aller chez François et voir les gens mourir."

Après La nuit interdite et Peur ,avec  Agônia, Thierry Serfaty explore une autre facette des émotions humaines. On retrouve dans cet opus le couple de policiers rencontrés  dans les précédents volumes ainsi que le centre destiné à lutter contre les phobies .Mais c'est surtout le personnage de  Léa qui est ici approfondi car la  fillette va se trouver au coeur de l'action.51g6useP8lL._SL500_AA240_.jpg
J'ai retrouvé sans déplaisir l'atmosphère inquiétante des précédents romans de  Serfaty mais cette fois je suis un peu restée sur ma faim, ayant trouvé l'action trop répétitive.  En outre, j'ai eu la même réaction qu'à la vision de certains films d'horreur quand un personnge agit exactement comme il ne le faudrait pas, de manière tout à fait illogique, suscitant ainsi  envie de lui crier dessus... Baisse de régime donc.  La série s'essoufflerait-elle ?

Merci à Lily pour l'envoi.

L'avis de Laure

 

17/09/2008

"Un diabolique complot du passé pour sauver un membre de la famille qui n'est pas encore né."

Surtout ne pas lire la  quatrième de couverture du roman  de Leena Lander, Vienne la  tempête: il s'en  dégage une atmopshère de noirceur et de pédanterie du plus mauvais aloi, qui  en peut qu'inciter qu'à reposer l'ouvrage.41Wd0rmcWSL._SL500_AA240_.jpg
Ce serait vraiment dommage car l'histoire d'Iris, journaliste qui  remonte le passé pour découvrir à travers l'histoire de ce coin de Finlande, non loin de la frontière russe, celle de sa famille est proprement  palpitante.
"connaissant mon imagination et mon penchant pour les  histoires  cruelles  et tumultueuses, ils [ses ascendants] m'ont nourrie de  noirs appâts, de fils d'amorce peut être  reliés à des explosifs, ont  jeté sur moi des  hommes  noirs  avec des  voitures noires et des coffres  noirs à tiroirs...", Ainsi parle la jeune femme, qui , en plein désarroi conjugal, se sent  aidée par les survivants d'une très belle histoire d'amour mais aussi , d'une  certaine façon par ses ancêtres disparus.
Il faut accepter de voir s'éclaircir progressivement tous les mystères laissés en jachère, de se frotter à des personnages aussi âpres en apparence que les paysages finlandais , mais qui , comme les pierres, recèlent " Des accumulations  de contraintes qui finissent par se libérer d'une façon ou d'une autre. En effondrements soudains. En explosions, même." A découvrir absolument.

Du même auteur, j'avais beaucoup aimé il y a quelques  années La maison des papillons noirs (pas  de billet)

12/09/2008

"Parfois on peut faire pour les autres ce qu'on ne peut pas faire pour soi même."

Le schéma est somme toute classique:  un homme riche qui  s'est volontairement coupé  du monde et des autres connaît un jour la fameuse crise du milieu de vie .Celle-ci se manifeste intérieurement  par une douleur  physique d'une extrême intensité,  douleur bien sûr inexplicable,  et  extérieurement par une dépression de terrain , tout aussi inexpliquée qui se creuse devant sa luxueuse  villa de Los  Angeles.Ces deux 9782742777662.gifévénements vont le contraindre à sortir de chez lui dans tous les sens du terme et à rencontrer des  gens très disparates, un vendeur  de doughnuts ,une  femme  au foyer désespérée, une  star d'hollywood...mais aussi à renouer avec son fils pour qui il est devenu un étranger.
J'ai plongé avec enthousiasme dans ce livre, cet homme convaincu qu'une  hygiène de vie irréprochable  le  préservera le plus longtemps de "ça",  c'est à dire de la mort et qui redécouvre  avec une jubilation teintée de culpabilité les plaisirs d'une vie ordinaire. Cependant, dans une deuxième  temps, à la moitié du livre, quand il se transforme en bon samaritain d'une manière un peu excessive et systématique, distribuant son argent pour faire le bonheur de  ceux qui sont devenus ses proches, j'ai trouvé que le "rêve américain"  avait un goût un peu artificiel.
De beaux portraits néanmoins , une histoire fluide  qui explore les différents moyens de se retrouver (stages à la mode entre autres). Ce livre ne vous sauvera pas la vie mais vous procurera néanmoins un bon moment  de lecture.

Ce livre va vous  sauver la vie. E.A Homes.

06/09/2008

Dix mille bombes

"Les bombes pleuvaient. Les  guerriers se battaient, nos ordures  s'entassaient au coin  des rues. Chats et chiens , gavés, grossissaient de jour en jour.  Les  riches en partance pour la France lâchaient leurs bêtes dans la jungle urbaine : toutous orphelins,  bichons   de luxe dressés à être propres, bassets portant prénoms français et noeud papillon rouge, caniches frisés  au pedigree impeccable, cabots chinois ou génétiquement modifoés, clébards incestueux agglutinés en bandes qui couraient les rues par dizaines, unis  sous le  commandement d'un bâtard  charismatique à  trois pattes. La meute de chiens la plus chère du monde  errait dans Beyrouth, courait sur la terre, hurlait à la lune  énorme et dévorait des montagne  de déchets à tous les coins de rue." Le décor est planté : Beyrouth durant la guerre du Liban, début des années  80, une ville d 'apocalypse où on tire en l'air pour se frayer un  passage dans les rues ou se faire  une place à la station-service.
Dans cette ville en ruines mais toujours palpitante de vie  deux amis, comme deux frères: Bassam qui rêve de partir à l'étranger et Georges qui lui se  sent attiré par la milice chrétienne et sa violence.51dkHTEzcdL._SL500_AA240_.jpg
Une  fraude  dans un casino  aux mains  de ce groupe armé va précipiter les événements et décider du destin des deux garçons...
Rawi Hage, avec De Niro's game, titre  faisant allusion au jeu de la roulette russe dans Voyage au bout  de l'enfer nous livre  un premier roman saisissant. Une  plongée dans un monde où régne la violence , violence dans laquelle certains se vautrent mais que le narrateur, Bassam,   utilise avec un certain détachement, outil nécessaire pour sauver sa peau. Bassam ne pose  pas des mots sur ses sentiments juste des actes. Il ne joue pas  au héros, il veut juste s'en  sortir et ,quand la situation devient insupportable  , il se raccroche aux mots et à des visions oniriques et poétiques,  de longs  flots inspirés qui  charrient  la  boue et les étoiles. Cette opposition donne  encore plus de force  à des scènes  qui sans quoi pourraient  être insoutenables, comme la séance de torture qu'il subit. Le récit  quant à lui est très structuré et culmine dans une séance d'explication finale qui éclaire d'un jour nouveau tout le roman.  Un style inspiré  et puissant qui m'a  fait apprécier ce qui n'est pas d'ordinaire ma tasse de thé.

Merci à Violaine  de Chez les filles et aux éditions Denoël pour cette découverte.Chezlesfilles[3].jpg

05/09/2008

séance de rattrapage

Vient de  sortir en poche  un de mes livres  préférés de l'an  dernier :51L5OaopRUL._SL500_AA240_.jpg

 

Billet ici !

02/09/2008

"C'est une maison dont l'aspect change selon nos besoins."

Cette maison, c'est La maison  des temps rompus. Une maison comme un havre . Pour  s'y blottir, s'y reconstruire. Voici  ce que  nous découvrons  dans la  première partie du roman de  Pascale Quiviger. Puis, alors que nous étions  confortablement lovés dans  cette villa de bord de mer, nous embarquons brusquement  dans d'autres récits qui vont patiemment tisser des liens entre passé et présent,  réel et imaginaire. La maison  va se peupler de voix féminines. Des femmes qui s'aiment d'amour ou d'amitié , qui sont traversées par le flux de la vie et celui de la mort.
"J'écris pour mes femmes aimées, celles qui participent  sans bruit à la transmission de menus savoirs à propos du courage et de la lenteur des nuits,  de l'étroitesse des jours, de leur lumière.  Elles sont présentes ou absentes de  la même  manière, celle de l'eau, du lait ou de la  chouette,  celle des horloges. Chacune  existe dans un corps temporel où  peut se  glisser la naissance ou la mort qu'elle contient."

Une écriture au plus près des sensations, qui parfois m'a  rappelée  celle de Chantal Chawaf par sa poésie et sa densité.  Un livre qui reste longtemps en mémoire.

Merci à Cuné pour l'envoi.

L'avis de  Clarabel , celui  de Joëlle.

Pas de photo de la couv' ,vraiment trop moche, ce qui  est un  scandale !

29/08/2008

Du mou dans les genoux ?

Harry Bosch a un peu plus de cheveux gris mais il écoute toujours du  jazz et possède toujours dans la mémoire de son téléphone le numéro de son ex, l'agent special du FBI, Rachel Walling.ça tombe bien car dans A Genoux, les deux anciens amants/ennemis vont se retrouver côte à côte pour élucider un meurtre qui très vite se révèle lié à la disparition de matières radioactives susceptibles d'intéresser des terroristes (suivez mon regard, roman post 11 septembre).411ihT6ca5L
A  partir de là, on retrouve les bonnes vieilles habitudes : Harry se dépatouille (un peu) contre ses supérieurs, beaucoup contre le  FBi,  trace son propre chemin...
ça roule tout seul, les retrouvailles sont agréables mais sentent un peu le formaté (très rapidement j'avais repéré le véritable mobile...).
Pour les inconditionnels de Connelly.

Merci à Cath et à Ch'ti31 pour le prêt!

L'avis  de Cathe.

28/08/2008

Rambo poète?

Il n'a pas l'air commode sur la photo de 4 ème  de couverture, Howard Mac Cord. Et le héros de  L'homme  qui marchait sur la lune non plus.
La" lune" est une "montagne de nulle part. Elle est délaissée par ceux qui y vivent à portée de vue, comme par ceux qui,à différents moments, peuvent être  fascinés par son isolement et sa difficulté.(...) ses charmes (...) ne sont pas évidents et ne se dévoilent qu'à de rares marginaux."
Embarqué à la suite du narrateur dans une balade dans cette montagne en plein coeur du Nevada, le lecteur  se  dit d'abord qu'il va se  régaler d'une ode à la nature, lyrisme et petits oiseaux à la clé.Que nenni !Il part surtout à la découverte progressive d'une personnalité hors du commun, au passé plein de violences et qui a une drôle de façon d'engager la conversation avec celui qui, on le découvre progressivement, le poursuit...51gf6I6uRmL._SL500_AA240_.jpg
Epris  de liberté, le narrateur se définit comme bougon, loin des montagnes  et "[il ] ne tolère pas  facilement la présence  d'une barrière entre [lui] et la courbe infinie de l'univers." Nous avons ici un homme  qui "maîtrise la monotonie", maîtrise de soi acquise par le tir ,et cette tension se , retrouve également dans la narration car petit à petit c'est dans un récit  entremêlé de souvenirs réels ou imaginaires que le narrateur  se dévoile et nous ne le lâchons plus, estomaqué par des découvertes que je vous laisse le plaisir de lire. Noces d'une nature âpre et d'un marcheur-escaladeur , "une constante  en mouvement, jamais vraiment évident  à définir par l'observation."
Le  rythme s'accélère à la fin et le roman se termine sur les chapeaux de roues. Vous restez le  souffle  coupé.
Même si on peut rester  dubitatif par rapport à  certaines  idées exprimées par le personnage, mais qui sont forcément en adéquation avec sa logique particulière, on ne peut qu'être séduit par ce texte qui rudoie  le lecteur, le happe et le fascine.

Merci à Cuné pour l'envoi.