Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/11/2015

Etta et Otto (et Russell et James)

"Quelques mois auparavant, elle avait commencé à se sentir entraînée dans les rêves d'Otto à la place de siens, la nuit."

Etta, quatre-vingt-trois n'a jamais vu l'océan et décide un beau jour de parcourir les milliers de kilomètres qui l'en séparent depuis sa ferme du Saskatchewan. Elle laisse derrière elle son mari, Otto et leur ami, Russell.emma hooper
Au fur et à mesure de ce périple, le passé affleure et
, au fil des rencontres et des souvenirs, se tisse un texte à la fois poétique, simple et plein de fraîcheur qui éclaire, tout en délicatesse, les rapports qui unissent ces personnages, bien plus complexes et riches qu'il n'y paraît de prime abord.
Les drames, petits ou grands , se laissent deviner, rien n'est jamais clairement nommé, tout est dans l'implicite, les paroles parfois échangées par la seule force de la pensée et c'est beaucoup plus efficace.
Quant à James, mon personnage préféré, je vous laisse le soin de faire sa connaissance.
Etta, Otto, des prénoms presque semblables pour des personnages qui se fondent l'un en l'autre par le biais de leurs rêves, un récit en forme de boucle, qui se joue du temps et de l'espace. Un roman magnifique et dont les personnages m'accompagneront longtemps !

Les Escales 2015.

17/11/2015

L'héritière

"-Vous êtes en train de me dire que personne n'aime les femmes au pouvoir ?

-Non, elles agacent.

-Alors une femme ne peut pas devenir Premier Ministre ?

-Bien sûr que si !

-Je ne comprends pas ...?

-Elle ne sera pas aimée, c'est tout."

 Charlotte,jeune mère de famille,est sur le point d’accompagner son mari, humanitaire en Afrique quand le Premier ministre danois lui propose un poste qu'on  peut difficilement refuser quand on en a des convictions: ministre de l'écologie. L'ancienne militante,  sincère, intègre et sans langue de bois, saura-t-elle s'intégrer sans douleurs dans un monde cruel où les ministres doivent savoir ménager les susceptibilités tout en manœuvrant habilement pour faire avancer leur carrière ? hanne-virbeke holst
à cela s'ajouteront d'autres défis: réussir à préserver sa vie familiale et endurcir son cuir quant aux attaques d'une certaine presse.
Découvrir les coulisses du monde politique, en l'occurrence danois, mais de nombreuses situations (à l'exception des barrages d'agriculteurs considérés comme typiquement français...) sont internationales, est toujours plaisant. Charlotte est  parfois un peu naïve mais pleine de ressources et sa fraîcheur-elle a un côté "Belle des champs"- détonne dans ce "monde de vieux babouins et de jeunes loups" qui taclent les femmes pour les dégager du terrain.
Moins sophistiqué que la série House of cards, mais tout aussi plaisant, L'héritière est un bon gros roman de 607 pages , premier volume d'une trilogie, dont je vais dès demain chercher le deuxième volume.

 PS:Apparemment, cette trilogie aurait été adaptée à la télévision danoise bien avant la série Borgen qui s'en serait inspiré...

L'héritière, Hanne-Verke Holst, traduit du danois par Caroline Berg, pocket 2015.

04/11/2015

Le dernier des fous

"-Tous ces gens-là dorment. Ils dorment tous, dit-elle.Ils dorment le jour et la nuit.Ils sont enfermés dans une infinité de vieilles chambres. Toute leur vie tourne autour de choses mortes."

 Un jeune garçon, Hooker, observe attentivement, sans toujours le comprendre ,le monde qui l'entoure.L’atmosphère est pesante dans cet été canadien où règne la chaleur, dans cette maison où personne ne se parle vraiment et où règne l'échec.timothy findley
Échec de son frère aîné, incapable de garder un emploi, échec du couple de ses parents avec le père qui s'aveugle devant la situation familiale et une mère qui reste enfermée dans sa chambre, ne se remettant pas de la mort de son dernier enfant.
La folie et la mort rôdent, bien trop proches de cet enfant qui enterre oiseaux et chats écrasés et prend tout au pied de la lettre. La compagnie de la seule personne vraiment aimante à ses côtés, une domestique noire qui travaille depuis 20 ans chez eux ne pourra empêcher la tragédie qui s'est mise en marche dès la première scène de ce roman oppressant.
On pense à Faulkner, O Neill, mais c'est avec une grande économie de moyens et une extrême efficacité que Timothy Findley narre cette histoire quasi hors du temps et de l'espace ,et donc universelle. Un roman exigeant et magnifique !

Le dernier des fous, Timothy FindlEy, Libretto 2015

 

Merci à Babelio et à l'éditeur.

02/11/2015

L'intérêt de l'enfant

"Que le monde soir rempli de tels détails, de ces minuscules preuves de la fragilité humaine, menaça de l'anéantir et elle dut détourner les yeux."

Fiona Maye est une brillante magistrate spécialiste du droit de la famille. à l'aube de la soixantaine, son mari ,s'estimant délaissé, lui demande abruptement l'autorisation de faire un écart de conduite. Et ce, juste quand Fiona doit juger un cas particulièrement subtil: celui d 'un jeune homme atteint d'un cancer qui refuse toute transfusion sanguine car il est témoin de Jéhovah.ian mc ewan
Professionnelle et méthodique, Fiona fait face à tous ces remous avec intelligence et finesse.
J'ai beaucoup aimé la description du ballet silencieux, cette communication sous forme de "pas de deux silencieux et solennel" entre les époux ainsi que la manière à la fois rationnelle, pleine d'empathie et de respect dont Fiona traite son affaire.
J'ai moins été convaincue par le récit du dernier cas juridique qui, relaté par un des collègues de Fiona, semble mal venu, voire inutile car la narration aurait gagné en intensité en étant plus resserrée. à ce détail près, L'intérêt de l'enfant est un roman prenant, tant par son histoire que par son ambiance et ses personnages.

 Cuné m'a donné envie, surtout pour la tasse, où je la rejoins tout à fait. les Anglais ont vraiment le chic pour l'observation des détails de la vie quotidienne !

 

22/10/2015

Le jardin blanc ...en poche

"Pour le Britanniques, l'auto-dénigrement est un subtil motif de fierté. Les Américains, eux, le prenaient toujours pour un manque de confiance en soi."

Jo Bellamy, jeune paysagiste américaine, est envoyée par son employeur dans le Kent pour d'étudier (en vue de reproduction) le fameux jardin blanc de Vita Sackville-West. C'est aussi l'occasion pour la jeune femme de revenir sur les traces de son grand-père, qui vient de se suicider, et qui avait , dans sa jeunesse travaillé dans ce même jardin.
 A Sissinghurst, Jo découvre un journal intime qui pourrait bien être celui de Virginia Woolf, amie et amante de Vita.Or, ce journal se prolonge au-delà delà de la date du décès de l'auteure de Mrs Dallowway...stephanie barron
Commence alors une folle course-poursuite entre universitaires et experts de chez Sotheby's afin d'élucider le mystère des derniers jours de Virginia Woolf.
Stephanie Barron s'engouffre avec jubilation dans l'espace temporel qui sépare la disparition et la découverte du corps de Virginia et, mêlant fiction et réalité, invente une fiction effrénée qui tient le lecteur en haleine. Si l'explication est un peu tarabiscotée, on prend néanmoins beaucoup de plaisir à la lecture de ce roman à qui on pardonnera un aspect romance un peu trop prévisible, mais qui sait tirer parti choc des cultures et de notre côté "fan de . Un pur plaisir à côté duquel j'étais passée en raison d'une couverture initiale trop sombre. Celle de Morgane Rospars est juste parfaite !

Le jardin blanc, Stephanie Barron, traduit de l'anglais (E-U) par Isabelle D. Philippe, 10/18 2015, 373 pages jubilatoires suivies d'une série de questions et thèmes de discussion autour du Jardin blanc. Tellement anglo-saxon !

 

15/10/2015

Pattes de velours, oeil de lynx

"Mes enfants sont beaux et gras, les yeux ronds comme ceux d'un chat.Les voisins sont maigres et laids, les yeux fins comme ceux d'un chien." (proverbe suédois)

Sara et Björn, un jeune couple, sont ravis d'avoir quitté la vie citadine et l'immeuble, empli de voisins psychorigides et racistes ,où ils habitaient.
Ils emménagent à la campagne, un espace de liberté dont ils vont pouvoir aussi faire profiter leur chatte, Michka.maria ernestam
Las, leurs seuls voisins, au demeurant de prime abord fort sympathiques, ont un chat dominant qui entend bien rester le maître absolu de son territoire.Très vite, Sara et sa voisine, Agneta, vont entamer une guerre larvée où vont réapparaître les blessures du passé.
Partant d'une situation vécue, expliquée dans la postface, Maria Ernestam instille en une centaine de pages une atmosphère qui vire très vite à l'aigre et affirme le pouvoir de la nature sur toutes les entreprises humaines.
Un petit délice à ne pas manquer !

Chez Gaïa Éditions 2015, traduit du suédois par Esther Sermage. 9 euros

13/10/2015

La cour des secrets

"Si j'ai appris quelque chose aujourd'hui, c'est que les ados feraient passer le pire des criminels pour un enfant de chœur."

L' affaire- non élucidée-de l'assassinat d'un ado de seize ans trouvé dans l'enceinte d'un très chic collège catholique irlandais de filles est relancée par l’apparition d’une photo sur un panneau d'affichage indiquant "Je sais qui l'a tué".tana french
Les deux enquêteurs, issus d'un milieu modeste, ayant chacun des objectifs professionnel différents, ont fort à faire avec ces adolescents privilégiés, soumis à la pression scolaire et empêtrés dans des conflits de loyauté et des histoires d'amitié et d'amour.
Un brin de surnaturel, la magie d'une clairière, beaucoup de dialogues (un peu trop à mon goût) mais un grand sens de la psychologie font que j'ai beaucoup aimé ce roman de Tana French.

La cour des secrets, Tana French, Calmann-Levy 2015.tana french

25/09/2015

Le bruit des autres ...en poche

"Je n'avais pas demandé grand chose à quiconque depuis la mort de mon mari, et maintenant que tout semblait exiger énormément de moi, sans jamais me laisser en paix, je devais me montrer vigilante. Je devais tenir les comptes  plus sérieusement, tracer des lignes invisibles ."

Propriétaire d'un immeuble ancien à Brooklyn, un Brownstone, Celia, jeune veuve, tient le monde à distance et sélectionne soigneusement ses locataires. Elle a ainsi créé un microcosme apparemment harmonieux, empli de discrétion .Amy Grace Loyd
Las ! Une nouvelle venue , Hope,  semble avoir apporté avec elle"un phénomène physique chaotique" qui a pris le pouvoir dans l'immeuble, "encouragé par le printemps, mélangeant les appétits humains avec les taillis." Simultanément , son locataire le plus âgé, un vieux conducteur de ferry ,disparaît. Bref,la belle harmonie a fait long feu et Celia ne peut plus se contenter de créer des scénarios à partir de ce qu'elle entend chez les autres .Elle va devoir renouer avec des désirs qu'elle croyait avoir oubliés et affronter un monde tout sauf aseptisé.
Premier roman, Le bruit des autres fait partie de ces livres aux thèmes subtilement dérangeants,  à l'écriture élégante et puissante tout à la fois, de ces textes qu'on aurait aimés écrire tellement ils sonnent juste.
Les personnages sont à la fois parfaitement cernés tout en gardant une part trouble ,qui les rend encore plus attachants et crédibles. Bref c'est un pur délice et un énorme coup de cœur, constellé de marque-pages !

Un grand bravo à jean Esch pour la traduction !

Le bruit des autres, Amay Grace Loyd, livre de Poche 2015.

22/09/2015

Petit Piment

"Cela lui ferait plaisir de voir que je partais de ce livre pour comprendre le monde même si cette quête était au fond orientée sur ma propre identité et ce que représentait mon nom."

Son patronyme Tokumisa Nzambe po Mose yamoyindo abotami namboka ya, abrégé en Moïse, signifie en lingala "Rendons grâce à Dieu, le Moïse noir est né sur la terre des ancêtres" lui a été attribué par le prêtre de l'orphelinat où il a passé ses treize premières années.
Devenant le seul à avoir braver, en leur faisant manger de la nourriture trop épicée, les jumeaux qui font régner leur loi dans cet établissement congolais, il deviendra Petit Piment et s'enfuira en leur compagnie. Il poursuivra sa vie d'aventures, vivant avec sa bande de petit voyous , tout en rêvant d'une destin façon Robin des bois.alain mabanckou
 Mettant en scène un héros à la David Copperfield sauce piment,le texte d'Alain Mabanckou explore la voie du roman d'apprentissage avec force clin d'yeux à Brassens.  J'ai retrouvé avec joie l'atmosphère des rues africaines et son petit monde plein d'énergie et de débrouilles,mais aussi de tragédies, petites ou grandes.
Si le rythme faiblit un peu dans l'avant dernière partie, on suit néanmoins avec plaisir ce personnage qui parviendra, par des voies détournées et erratiques, à accomplir le destin inscrit dans son nom.

Petit Piment marque ma première rencontre avec un auteur dont je vais poursuivre la découverte !

Petit Piment, Allain Mabanckou, Seuil 2015.

20/09/2015

La vie amoureuse de Nathaniel P. ...en poche

"être dans une relation lui évitait d'avoir à draguer les filles, de supporter les longues et ennuyeuses conversations avec des petites qui lui plaisaient à peine dans l'espoir de coucher avec elles. Il était libre de s'adresser à des gens à qui il voulait vraiment parler."

Le charmant personnage qui s'exprime ainsi est Nate P., écrivain en devenir. Son premier roman est à paraître et il va enfin pouvoir se débarrasser des travaux littéraires alimentaires et devenir visible aux yeux de ceux qui comptent vraiment dans le microcosme littéraire new-yorkais.9782757848821.jpg
Jusqu'à présent, il a enchaîné les échecs amoureux et vient d'entamer une relation avec Hannah, jeune trentenaire qui s'est fixé aussi comme objectif d'écrire un roman. Valse-hésitation, relation en pointillés, disputes, les plus infimes variations de ce qu'on peine à appeler vie amoureuse est disséqué du point de vue de Nate, personnage égocentrique, condescendant et renâclant à se remettre en question. D'où mon total manque d'empathie, largement compensé par le plaisir de l'humour vachard de ce roman qui brosse le portrait d'une génération se donnant bonne conscience à peu de frais. Quant au personnage masculin, il aurait juste été insupportable s'il avait été décrit par un homme !
On ne souhaite à aucune jeune femme de tomber amoureuse de Nathaniel P. ou d 'un de ses avatars.