Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2007

Trop de lecture peut nuire...

Emprunté un peu par hasard à la médiathèque, Un esprit jaloux s'est révélé être plutôt une bonne surprise.
Renouant avec la veine des  contes horrifiques du XIXème siècle anglais, dont il maîtrise parfaitement les codes, ce roman se déroule denos jours et met en scène une jeune américaine venue étudier en Grande-Bretagne. Férue de Henry James (elle termine sa thèse sur Le tour d'écrou),Sallie va rapidement  se faire embaucher comme gouvernante d'enfants par un homme séduisant dont elle tombe presque219eKPotbQL immédiatement amoureusecar sa voix "évoquait un Mr  Rochester ou u Max deWinter. Elle vous évoquait le danger, degrandes  demeures en proie aux flammes, des cris de passion éternelle portés par lesvents de la nuit". L'ambiance est donc mise en place.
Mais A.N. Wilson se joue des clichés et très rapidement  nous comprenons que Sallie a de sérieux problèmes psychologiques et la machine va s'emballer mais certainement pas comme nous nous y attendions.Les nerfs du lecteur sont mis à rude épreuve  et même si une explication logique est donnée à desphénomènes apparemment inexplicables,l'auteur ne nous rassure que pour mieux nous précipiter dans l'horreur et nous faire envisager les faits d'une toute autre manière par une manipulation astucieuse.
La narration est brillante et maline et il n'est pas besoin d'avoir lu James pour  apprécier ce joli tour de force.

26/11/2007

Fêlures

Trois amies de longue date, Gwen,Beatrijs et Veronica ont pris l'habitude de se retouver pour les vacances dans la grande ferme de Timo et Gwen, avec conjoints et enfants.51Bmaw9WSzL
Mais cette année, la donne a changé : Gwen est morte, laissant un veuf désemparé et deux petits garçons, Beatrijs arrive flanquée de son nouveau compagnon et de sa "belle-fille en location",une gothique pur jus, et Gwen ne s'habitue pas à  n'avoir donné naissance qu'à une seule petite au lieu de jumelles comme précédemment.
Nous suivrons l'évolution de ces personnages de l'été à l'hiver, dans une ambiance étrange,distillée à la fois par le malaise qu'engendrent le comportement des nouvelles" pièces rapportées"et les actions des enfants qui vont jouer le rôle de révélateurs.
Renate Dorrestein excelle d'habitude à instaurer des ambiances lourdes mais là , bizarrement, Tant qu'il y a  de la vie, par sa volonté de croire à l'espoir à tout prix, n'y parvient pas totalement. Les  personnages sont traqués dans leurs replis les plus intimes mais la présence de Leander, le nouveau compagnon de Beatrij ,de par sa profession ,( médium?) ne rend guère crédible l'histoire.  Un autre fait  qui demeure inexpliqué, laisse également le lecteur sur sa faim, mais  l'auteur ,par sa volonté de  montrer que  rien n'est stable  en ce monde, ceci justifie donc cela.
Il n'en reste pas moins que j'ai passé un bon moment de lecture dans la campagne néelandaise en compagnie  de personnages sympathiques et attachants.

22/11/2007

L'amour au temps du cancer

Dans les  années 70, "Love story", film propret, lacrymal et guimauve, mettait en scène un Roméo et une Juliette à la sauce américaine que la leucémie  de l'héroïne  allait promptement séparer.
Rien de tel dans le roman fortement autobiographique de Ray Kluun,En plein coeur.51r7Ut0jZRL
Carmen, Stijn et leur petite Luna  forment une famille  sympathique de bobos à qui tout sourit jusqu'à ce que le cancer du sein de Carmen vienne les frapper de plein fouet.
De nombreux romans traitent du même thème mais en génral nous avons le point de vue de l'héroïne (  je pense  en particulier au très beau crabe sur la banquette arrière).Ici les événements sont envisagés du point de vue du conjoint car il s'agit " de notre cancer"  et de ses répercussions sur leur couple.
Pas de bons sentiments faux-culs  dans ce roman mais  une approche frontale de la maladie, tant par les  soignats que par le  narrateur qui ne se donne pas le beau rôle sa "monophobie aiguë" (en clair ses aventures extra-conjuguales) lui  servant d'exutoire à ce qu'il  vit  chez lui. Et pourtant, comparé  à  d'autres hommes qui fuient lâchement devant les épreuves il sera là  jusqu'au bout...
Les souffances tant physiques que morales de Carmen ne nous sont pas épargnées mais sans aucun voyeurisme  et l'organisation de la mort de carmen (l'euthanasie à la maison étant possible aux Pays-Bas) est un moment poignant.
Un thème difficile mais un point de vue original  et fort.

l'avis de Cuné que je remercie encore .

20/11/2007

l'amour sous les bombes

"Combien de temps allait-on encore laisser cette guerre tout gâcher? On avait été tellement patient. A vivre dans l'obscurité. A vivre sans  sel, sans parfum. A ne se nourrir que de petites rognures de joie, comme des croûtes de fromage..."41WoNTSEH_L
La  guerre, c'est la seconde guerre mondiale , toile de fond de Ronde de nuit de Sarah Waters.La guerre vécue à Londres, principalement par des femmes bien décidées à survivre et à profiter de chaque instant, la proximité de la mort aiguisant leur sensations et leurs sentiments amoureux.Un monde où les femmes ont pris la place des hommes partis au front et où elles affrontent la souffrance et la mort.
Trois grandes parties nous font remonter le temps (1947, 1944, 1941)  et dévoilent progressivement les mystères de chaque personnage. Je dois dire que j'ai été bluffée par l'art de l'auteure qui fait ainsi rebondir le  récit, détruisant au fur et à mesure les hypothèses que j'avais échafaudées, sans que cela sonne faux , bien au contraire,car cela donne une  densité encore plus grande au récit.
On suit dans un Londres parfaitement reconstitué, où les détails  de la  vie quotidienne sonnent justes, les pérégrinations et les amours de Julia, Helen et Kay. On souffre avec Viv, amoureuse d'un père de famille lâche (et à qui j'aurais volontiers donné une paire de baffe), Viv qui sait déjà que tout est joué pour elle qui vient d'un milieu modeste : "On essaie  de faire quelque chose  de notre  vie ,et la  vie nous en empêche, nous fait des croche-pieds". Viv qui a un frère sensible et plein de mystères aussi...
Un très beau portrait de Londres et de ses habitants , secrétaires acharnées, ambulanciers courageux ou prisonniers hauts en couleurs...Un monde  grouillant de vie malgré les bombes.Une écriture sensible et délicate, d'une grande puissance évocatrice , un récit plein de rebondissements, Sarah Waters est vraiment une très grande romancière.Normal ,elle est anglaise !

19/11/2007

Un drôle de p'tit bonhomme

Herman a 10 ans.Herman est entouré d'une famille aimante, un père grutier qui lui fait croire qu'il peut voir l'Amérique,une mère affectueuse qui lui tricote des bonnets de laine, un grand-père malicieux qui ne quitte plus son lit mais écoute attentivement et conseille son petit-fils. Herman vit dans un monde où l'imaginaire et la poésie  sont très présents mais la réalité va le frapper de plein fouet car ce p'tit bonhomme va perdre tous ses cheveux.9782253119371
Etre chauve à 10 ans et devoir affronter les regards des autres voilà qui n'est pas facile. Les rapports s'en trouvent faussés et souvent le gamin réagit avec agressivité ou prend de la distance parlant de lui en utilisant le pronom "on"  ce qui crée des dissonances dans le texte.
Dans un premier temps,histoire personnelle oblige, je suis restée en retrait par rapport à ce roman de Lars Saabye Christensen, dont j'avais adoré Le demi-frère. Puis le texte a infusé en moi et je me retrouve la gorge serrée en train d'écrire  sur ce texte sans sensiblerie qui montre aussi des parents désorientés par rapport à la souffrance  psychique de leur fils et je me dis  que je me suis bien faite avoir une nouvelle fois par cet auteur !
En prime, vous saurez tout sur les différents estomacs de la vache, sujet que j'avais appris  il y a  bien longtemps et qu'Herman révise pour l'école.
Pour voir la photo de l'auteur c'est chez Gachucha

07/11/2007

Qui vit avec nous ?

Le premier roman de Jodi Compton, La 37 ème heure, met en scène un personnage appelé  à devenirrécurrent, la détective Sarah Pribek, inspectrice à la brigade des personnes disparues  à Minneapolis.9782848930428
Cette fois, la personne ayant disparu  étant son mari et collègue Shiloh,la voici passée de l'autre côté de la barrière, à même de ressentir les affres et les angoisses des proches des disparus.
Sur un thème classique : vous ne connaissez pas vraiment celui que vous avez épousé, l'auteure sait renouveler le genre,distillant savamment les informations sur le mari mais aussi sur l'inspectrice.
Elle entrecroise l'enquête proprement dite avec la vie professionnelle et privée de son inspectrice et l'on avance avec plaisir ,récoltant les indices,discrets ou pas, tant sur Sarah que sur Shiloh.
On peut juste regretter quelques rebondissments superflus et/ou maladroits et une fin télescopée, mais un policier qui utilise le mot "sycophante" *ne saurait être totalement mauvais...

* dans l'Antiquité c'était un délateur professionnel;ici il  est traduit par "mouchard".

06/11/2007

Habillés pour toute l'année...

La présentation de l'auteur m'informe que David Sedaris est un auteur de best-sellers. Ah bon. Le sous titre d'Habilléspour l'hiver étant "22 épisodes de la vie d'une famille presque normale", j'embarque donc pour cette virée dans les souvenirs d'enfance de l'auteur, ses souvenirs de débuts professionnels etc.515OYwQPbKL
Pendant les 142 premières pages, je ne savais pas si je devais rire ou pleurer devant la vie de cette famille "presque" normale. j'étais totalement interloquée. Une chose était sûre: l'auteur ne se donnait même pas le beau rôle.  C'était un jeu de massacre grinçant mais finaement plutôt tendre, sans jugement ,sur cette drôle de famille américaine où la mère enferme volontairement ses enfants dehors un jour d'hiver où l'auteur tombe quasi amoureux du garçon qui a voulu lui causer du tort...
Ensuite,Sedaris m'a bien eue et j'ai dévoré au grand galop le reste du livre, le hérissant de petits papiers aux endroits que je trouvais les plus drôles (et il  y en avait plein)ou les plus émouvants , que ce soit dans ses relations avec sa  famille (on ne se méfie jamais assez quand on a un écrivain dans son entourage) ou dans ses relations amoureuses ou professionnelles (je vous laisse découvrir de quelle manière particulière on peut faire le ménage ...).
Bref, Sedaris posséde un univers et un style bien à lui, univers que j'ai bien envie de continuer à découvrir ,rien que pour le plaisir d'être déstabilisée !

05/11/2007

"Tarzan,Janne et les bébés singes"

Le jour où Mariana ,"un peu d'yeux verts et des seins  en oreille de basset et une grande bouche joyeuse sans rouge à lèvres qui [dit] tout le  temps des choses  inattendues" tombe (au sens propre )sur Janne ,golden boy plus habitué aux créatures dignes des magazines qu'aux mères de famille débordée,cela ne pourrait rester qu'une banale histoire d'entente sexuelle.9782847201048
Oui mais voilà,Janne n'arrive pas à  se sortir de la tête cette Mariana, flanquée de deux marmots remuants et pas du tout attachants à ses yeux.
On voit d'ici le schéma classique mais tout le talent de Katarina Mazetti est de faire exploser les poncifs du genre et de nous livrer, mine  de rien, une histoire sociale et pas du tout "un navet avec Meg Ryan", bluette sans saveur, aussi vite oubliée que regardée.
J'avoue que durant la première partie du livre, je  craignais le pire mais ,en nous dévoilant progressivement les raisons de la situation de Mariana, parent isolé, deux enfants à charge et travailleuse pauvre, même si elle enseigne le dessin à temps partiel,  c'est toute une partie de la société suédoise (et européenne)qui nous est montrée ici. Pas de misérabilisme cependant, la  solidarité féminine et l'humour décapant de l'auteure  se chargant de dégommer toute sentimentalité excessive.
Roman polyphonique (les différents personnages , y compris les enfants, prennent chacun leur tour la paroleet éclairent donc d'un jour nouveau le récit qui avance à toute allure), Les larmes de Tarzan joue avec nos nerfs tant on craint que Mazetti ne cède à la facilité mais ce n'est jamais le cas. Elle analyse avec finesse les réactions des différents personnages face à leur" déséquilibre social" , sans tomber dans le piège du schéma  "Prince charmant"/belle jeune fille éplorée, stéréotype vilipendé par l'héroïne.
Je me garderai bien de dévoiler l'épilogue pour vous laisser tout le plaisir de savourer ce "miracle en équilibre".

L'avis de Clarabel

29/10/2007

"Une douce petite fleur d'un mètre quatre-vingts"

Linnea, au début de Entre Dieu et moi,c'est fini suit  le conseil avisé de sa grand-mère: "En fait,j'avais quelque chose à oublier.  Et pour pouvoir l'oublier,il fallait d'abord que je m'en souvienne".
Se souvenir de quoi?De ce père absent qu'elle connaît à peine,Non, de sa meilleure amie Pia .
Pia,en apparence si sûre d'elle,briseuse de coeurs patentée, qui affirmait sans sourciller : "ça leur fait du bien de souffrir un peu (...) ça enrichit leur vie sentimentale. Tu sais , personne ne peut devenir vraiment heurreux s'ils n'a pas été vraiment malheureux. Ils me soivent beaucoup !"9782847201055
Linnea remonte le cours du temps, le cours de cette amitié si brève mais intense.
Pas de fadeur, pas d'apitoiement mais de l'humour(politesse du désespoir) tout au long de  ce roman de Katarina Mazetti qui nous brosse un portrait acidulé de la  jeunesse  suédoise.Les camarades de classe, les profs, les parents sont croqués sur le vif et l'histoire avance à toute allure entrecroisant réflexions sur la religion et sur els garçons.
Mazetti ne s'apesantit jamais sur les situations difficiles,elle a une parole qui sonne juste et aborde un problème tabou avec retenue et nous fait éprouber beaucoup de tendresse pour ces personnages qu'on aimerait bien retrouver car tous les mystères n'ont pas été éclaircis. Par chance, cela va être le cas car ce n'est que le premier volume d'unetrilogie.
A lire sans faute et à passer à nos ados.

L'avis de Clarabel

L'avis de Gachucha

La rencontre de Gachucha avec l'auteure

La rencontre de Moustafette avec l'auteure

09/10/2007

La clé de la vie

La clé de la vie, rien que ça,  c'est ce que cherchent plus ou moins consciemment tous les  personnages de La vérité ou presque  de  Stephen Mc Cauley. Et s'ils sont autant à la recherche de l'authenticité, c'est sans doute parce  que le mensonge gouverne leurs vies. Que ce  soit celle de Jane  Cody, productrice  de  télévision flanquée d'un mari trop gentil,  d'un ex-mari trop séducteur,d'un enfant trop mature et d'un agenda codé, bourré de mensonges au point qu'elle ne s'y retrouve plus elle même ! Desmond Sullivan, biographe d'artistes méconnus, quant à lui ment à son amant pour ne pas lui révéler qu'il  en est trop amoureux.
Les routes de Desmond et de Jane vont se croiser et là nous allons avoir droit à des réactions en chaînes drôles et surprenantes.
Beaucoup de tendresse aussi dans ce roman dont tous les  personnages sont réussis, y compris la chienne Hélène et le chat roux (mais comment  fait Stephen Mc Cauley? !).
Un pur bonheur de lecture qui se dévore  à toute allure !

L'avis de Cuné

Le roman vient d'être adapté au cinéma, donnez-moi vos liens !